Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Une saison 2012-2013 (Paris et vaste monde)


Pour la quatrième année consécutive, je publie mon planning de concerts. Ayant regardé un assez grand nombre de salles, il est possible que vous repériez l'une ou l'autre soirée que vous n'aviez pas relevée auparavant. N'ayant pas obtenu de dérogation d'ubiquité (malgré une demande chaque année renouvelée au Ministère des Cultes, mais l'attente semble plus longue qu'à Bayreuth), je me contente essentiellement d'évoquer l'Ile-de-France, malgré une escapade prévue à Strasbourg pour Der Ferne Klang de Schreker.

Comme je suppose que dans la masse proposée, on a besoin d'un peu de hiérarchie, j'explique la légende que j'utilise pour mon compte (et que je n'ai pas d'intérêt à ôter) : le signe § indique le degré de prévision, le signe ¤ l'improbabilité de ma présence. Pour ceux où j'ai d'ores et déjà décidé de me rendre, la ligne est en couleur. Ceux dont j'ai déjà acheté les billets sont précédés d'astérisques.

Vous pouvez retrouver les précédentes saisons, chacune disposant en commentaires de liens renvoyant vers des échos des soirées vues :


Par ailleurs, un certain nombre d'informations sont déjà disponibles dans la catégorie consacrée à 2012-2013

Voici donc le programme des folles festivités des farfadets facétieux :


Dates

Dates from septembre 03, 2012 - juillet 28, 2013

lun. 03 sept. (Semaine 36)  
 
mar. 04 sept.  
 
mer. 05 sept.  
 
jeu. 06 sept.  
 
ven. 07 sept.  
! réservation strasbourg
garnier damrau de maistre schubert, strauss, hahn, chausson, fauré, duparc, dell'aqua
sam. 08 sept.  
(( §§§§ garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
dim. 09 sept.  
 
lun. 10 sept. (Semaine 37)  
 
mar. 11 sept.  
garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
mer. 12 sept.  
CiMu Abd el Kader, Marzorati Djelloul
jeu. 13 sept.  
garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
ven. 14 sept.  
 
sam. 15 sept.  
 
dim. 16 sept.  
garnier capriccio kaune kaiser
§ 16h versailles royer pyrrhus
lun. 17 sept. (Semaine 38)  
TCE chausson stotijn poème Nézet Rotterdam dvorak 9, vltava
mar. 18 sept.  
 
mer. 19 sept.  
CiMu kurtag bach hommage R. Sch.
garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
jeu. 20 sept.  
CiMu kurtag bach akhmatova
ven. 21 sept.  
¤pleyel schnittke faust, tchaï 6, fedoseyev philhar
§§ CiMu keller SQ kurtag + art fugue
sam. 22 sept.  
garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
dim. 23 sept.  
§ 11h TCE arlésienne récitant ; malgoire mesguich
lun. 24 sept. (Semaine 39)  
§ Piccinni Atys Bouffes Nd
mar. 25 sept.  
CiMu trios pia kurtag bach
garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
mer. 26 sept.  
 
jeu. 27 sept.  
)) garnier 19h30 capriccio kaune kaiser
ven. 28 sept.  
(( Athénée 2 tchekhov jsq 13 oct
sam. 29 sept.  
§ pleyel navarraise / condamné
dim. 30 sept.  
 
lun. 01 oct. (Semaine 40)  
 
mar. 02 oct.  
 
mer. 03 oct.  
Louvre Pavel Haas SQ : britten divertimenti, smetana, schubert 14
jeu. 04 oct.  
 
ven. 05 oct.  
Louvre Navarra SQ : Deb,Mozt159,Levinas
sam. 06 oct.  
20h versailles charpentier judith schneebeli saskova
pleyel gergiev szyma 1 brahms 1 jansen szyma 1
dim. 07 oct.  
17h versailles charpentier prodigue christie
pleyel gergiev szyma 2 brahms 2 ouv tgq
lun. 08 oct. (Semaine 41)  
§ pleyel gardiner solemnis ORR gilchrist
mar. 09 oct.  
! réservation carmen
oratoire louvre schein fontaines herreweghe
mer. 10 oct.  
§ pleyel BB mendel 4 von doh goerne
jeu. 11 oct.  
pleyel BB mendel 4 von doh goerne
TCE j.fischer ysaÿe bach
ven. 12 oct.  
(( §§§§ TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
billettes santon lambert
Louvre alto ou vln, et pia : dubugnon britten-lachrymae beeth-vln-sol
sam. 13 oct.  
)) Athénée 2 tchekhov jsq 13 oct
versailles lully niquet
§ pleyel tristan chung ch.franz stemme
dim. 14 oct.  
 
lun. 15 oct. (Semaine 42)  
TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
mar. 16 oct.  
 
mer. 17 oct.  
TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
jeu. 18 oct.  
 
ven. 19 oct.  
TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
§§ versailles renaud sacchini wanroij beuron rousset
sam. 20 oct.  
TCE messe en si Arsys - Alte Musik Berlin - Cao
¤ 16 h pleyel mahler 2 pasdeloup perrin gubisch
¤ 20h pleyel brahms trio 1 par berliner
§§ CiMu mendel psaumes & gloria + bach motets + mantovani (Accentus)
dim. 21 oct.  
11h bennewitz SQ fugue 1-5, beeth 16, haydn 33-2
17h TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
§§§§ 15h Strasbourg Ferne Klang
lun. 22 oct. (Semaine 43)  
 
mar. 23 oct.  
)) TCE Médée Charpentier Haïm Losier Audi
mer. 24 oct.  
 
jeu. 25 oct.  
§§§§ pleyel phaëton rousset
ven. 26 oct.  
§ TCE rodelinda gauvin prina basso lehtipuu galou m.brook curtis
sam. 27 oct.  
20h Strasbourg Ferne Klang
dim. 28 oct.  
§ pleyel d'oustrac mazzolà ONDIF cléopâtre, mulsant weil, RJ tchaï médée ouv
lun. 29 oct. (Semaine 44)  
 
mar. 30 oct.  
§ TCE Fidelio Meier Kaufmann Munich OO

mer. 31 oct.  
 
jeu. 01 nov. Toussaint
 
ven. 02 nov.  
§ CiMu schumann 1,4,vcl COE Nézet Capuzçon
sam. 03 nov.  
§ CiMu schumann 3 manfred vln COE Nézet Capuçon
dim. 04 nov.  
§ CiMu Schumann 2 ouv-genoveva pia COE Nzet Angelich
lun. 05 nov. (Semaine 45)  
 
mar. 06 nov.  
 
mer. 07 nov.  
 
jeu. 08 nov.  
CiMu Minko schubert 3,9
ven. 09 nov.  
TCE medeamaterial
sam. 10 nov.  
amphi danel : delius quat, grieg quat, schum quint (goerner)
TCE Medeamaterial
§ CiMu Minko bach magnificat dixit haendel
dim. 11 nov. Armistice 1918
***** Pleyel Iolanta Netrebko Slovène PO Villaume
lun. 12 nov. (Semaine 46)  
! réservation zwerg, khovantchina
mar. 13 nov.  
***** versailles thésée gossec
CiMu Minko Varsovia ouv halka, szyma ccto 2, gorecki 3
mer. 14 nov.  
CiMu standley songbook
TCE quat jéru : schub 12, beeth 6, schumann quintette, chosta 4
¤Louvre Emerson SQ chosta 12 schumann 3 brahms 51-2
jeu. 15 nov.  
12h30 Louvre alto-pia : clarke, glinka, beeth, hertenstein
CiMu standley songbook
orsay lunaisiens parodie opéras dans salons 1880
¤ TCE manto ctte 3 + beeth 9 gatti merberth naef RDS zeppenfeld
ven. 16 nov.  
§ (( bastille minkus DQ
§ (( berthier stoker jusq 23 nov
§ TCE Puritani petetyako korchak spagnoli pertusi pido lyon
sam. 17 nov.  
 
dim. 18 nov.  
pleyel chick correa
§ TCE temirkanov StP tchaï 4 + proko pia 3 nicolaï demidenko
lun. 19 nov. (Semaine 47)  
châtelet bizet ut, escaich ccto clar & pièce p crdes, EOP swensen p meyer
mar. 20 nov.  
pleyel colonne oiseau (?), visvikis, dvo vcl
mer. 21 nov.  
bastille minkus DQ
jeu. 22 nov.  
pleyel contes hoffmann minko
ven. 23 nov.  
)) berthier stoker jusq 23 nov
¤amphi AL fr-esp : bizet mompou granados falla canteloube
sam. 24 nov.  
matinée bastille minkus DQ
dim. 25 nov.  
 
lun. 26 nov. (Semaine 48)  
CiMu agnew monteverdi IV
mar. 27 nov.  
bastille minkus DQ
CiMu agnew monteverdi IV
mer. 28 nov.  
amphi pisaroni it : schubert, rossini, meyerbeer, liszt
§§ Pleyel dvo requ OP
jeu. 29 nov.  
amphi selig, huber : schubert, wolf, moussorgski
Pleyel dvo requ OP
ven. 30 nov.  
bastille minkus DQ
sam. 01 déc.  
***** Pleyel contes hoffmann minko
dim. 02 déc. Avent
 
lun. 03 déc. (Semaine 49)  
bastille minkus DQ
mar. 04 déc.  
(( bastille 19h30 carmen antonacci schukoff kühmeier tézier piolino crossley lis jordan
mer. 05 déc.  
(( athénée voix hû d'oustrac
bastille minkus DQ
§ Louvre takacs SQ britten 3 schubert 13 dvo amricn
§ oratoire louvre charpentier liturgique niquet
jeu. 06 déc.  
12h30 Louvre vcl-pia britten schum-popu debussy
bastille minkus DQ
CiMu alard bach
OC grimal : fauré trio pia, chausson cc, franck vln
ven. 07 déc.  
***** § OC manfrino hampson massenet
bastille 19h30 carmen antonacci schukoff kühmeier tézier piolino crossley lis jordan
sam. 08 déc.  
matinée bastille minkus DQ
OC conf mssenet et OC 10h-18h
§ CiMu ravel orch boulez, stra cht rossignol agon, webern sommerwind, pesson ccto piano, par Francfort RSO
dim. 09 déc.  
bastille minkus DQ
lun. 10 déc. (Semaine 50)  
bastille 19h30 carmen antonacci schukoff kühmeier tézier piolino crossley lis jordan
mar. 11 déc.  
bastille minkus DQ
pleyel stemme dausgaard swedish chamber
TCE artaserse de vinci, fasolis, cc köln, jarrousky, cencics
mer. 12 déc.  
(( OC blow adonis cuiller, louise moaty ; mauillon, scheen ; mus paradis, mtrise caen
bastille minkus DQ
§ pleyel manfred tchaï van zweden OP
jeu. 13 déc.  
13h OC dowland mauillon
bastille 19h30 carmen antonacci schukoff kühmeier tézier piolino crossley lis jordan
OC blow adonis cuiller, louise moaty ; mauillon, scheen ; mus paradis, mtrise caen
pleyel manfred tchaï van zweden OP
ven. 14 déc.  
13h OC dowland mauillon
bastille minkus DQ
OC blow adonis cuiller, louise moaty ; mauillon, scheen ; mus paradis, mtrise caen
§ pleyel philhar, bruck 2, elgar vcl, inbal, coppey
sam. 15 déc.  
)) athénée voix hû d'oustrac
)) OC blow adonis cuiller, louise moaty ; mauillon, scheen ; mus paradis, mtrise caen
bastille minkus DQ
¤pleyel gergiev szyma 3 brahms 3 vars haydn
§ TCE blow purcell bennani rivenq malgoire
dim. 16 déc.  
)) bastille carmen antonacci schukoff kühmeier tézier piolino crossley lis jordan
pleyel gergiev szyma 4 brahms 4 kavakos szyma 2
¤garnier caplet farrenc, quintette et sextuor pour vents et piano
lun. 17 déc. (Semaine 51)  
bastille minkus DQ
mar. 18 déc.  
bastille minkus DQ
mer. 19 déc.  
bastille minkus DQ
TCE oratorio noël herreweghe guillon kooij
jeu. 20 déc.  
 
ven. 21 déc.  
***** OC noverre / rodolphe : ballets renaud, jason... 1775
bastille minkus DQ
sam. 22 déc.  
16h-18h OC conf évlution dse
OC noverre / rodolphe : ballets renaud, jason... 1775
dim. 23 déc.  
bastille minkus DQ
OC noverre / rodolphe : ballets renaud, jason... 1775
lun. 24 déc. (Semaine 52)  
bastille minkus DQ
mar. 25 déc. Noël
 
mer. 26 déc.  
bastille minkus DQ
jeu. 27 déc.  
 
ven. 28 déc.  
bastille minkus DQ
sam. 29 déc.  
 
dim. 30 déc.  
)) bastille minkus DQ
lun. 31 déc. (Semaine 01)  
 
mar. 01 janv. Nouvel An
 
mer. 02 janv.  
 
jeu. 03 janv.  
 
ven. 04 janv.  
¤ pleyel wagner janowski venusberg
sam. 05 janv.  
 
dim. 06 janv. Epiphanie
 
lun. 07 janv. (Semaine 02)  
 
mar. 08 janv.  
CiMu dahlkvist SQ : grieg, beeth 12, szyma 2
mer. 09 janv.  
 
jeu. 10 janv.  
 
ven. 11 janv.  
 
sam. 12 janv.  
16h OC conf jonathas
dim. 13 janv.  
11h TCE schub quint cordes, webern langsamer satz ; casals SQ
lun. 14 janv. (Semaine 03)  
! réservation humperdinck
¤winterreise leonskaja baechle

mar. 15 janv.  
! réservation gioconda
¤ OC charpentier molière reyne
mer. 16 janv.  
(( OC david & jonathas christie homoki
13h OC cour charpentier lambert couperin mauillon de negri martin christie
¤CiMu shéhérazade petibon foster
§ TCE magnificat & dixit niquet + ch radio flamande ; devieilhe guilmette auvity r.williams
jeu. 17 janv.  
CiMu comptines martinu janacek
TCE brahms 2 ccto 2 leonkaya masur
ven. 18 janv.  
CiMu schumann péri krivine
OC david & jonathas christie homoki
sam. 19 janv.  
14h30 OC terrier labo arts flo
dim. 20 janv.  
11h OC clavecin martin christie chambonnières anglebert couperin
OC david & jonathas christie homoki
pleyel immerseel appti srcier, crnvl animx...
lun. 21 janv. (Semaine 04)  
amphi guilmette, quel pg ?
mar. 22 janv.  
(( §§§§ bastille 19h khovantchina
OC david & jonathas christie homoki
mer. 23 janv.  
(( §§§§ garnier 19h30 zwerg sortilèges

¤Louvre Ebène SQ beeth c#m mendel op.13 mozart divertimento 137
jeu. 24 janv.  
***** )) OC david & jonathas christie homoki
13h OC clavecin martin christie chambonnières anglebert couperin
amphi AL ravel vol.2
châtelet sibelius 3, mozart haffner ccto vln 5, ONF colin davis
ven. 25 janv.  
bastille 19h khovantchina
sam. 26 janv.  
(( richelieu cressida jsq 5 mai
CiMu rossi, carissimi, monteverdi (cris paris)
garnier 19h30 zwerg sortilèges
dim. 27 janv.  
CiMu? lambert, JLG, charpentier, couperin, cantates et airs de cour, negri mauillon christie (mais en italien ?)
Louvre Kelemen SQ beeth 8, haydn lever, bartok 5
lun. 28 janv. (Semaine 05)  
bastille 19h khovantchina
saint-roch cantates bach herreweghe
mar. 29 janv.  
***** pleyel stlges & hre slatkin lyon
CiMu boulez cummings, stra messe, benjamin inventions, EIC vokalensemble stuttgard
garnier 19h30 zwerg sortilèges
mer. 30 janv.  
§ (( richelieu hernani jsq 17 fév
jeu. 31 janv.  
bastille 19h khovantchina
ven. 01 févr.  
13h châtelet foyer cfrce kabuki
sam. 02 févr.  
§ pleyel tchaï 5 ccgbw jansons, t-verklärung, wagenaar ouv
dim. 03 févr.  
11h TCE portal-gastinel-désert ; schumann rmces, brahms trio clar, r.strauss vcl pia
bastille khovantchina
garnier rubinstein RK, quintette avec piano, sextuor à cordes
lun. 04 févr. (Semaine 06)  
garnier 19h30 zwerg sortilèges
mar. 05 févr.  
§ châtelet kabuki dse
mer. 06 févr.  
bastille 19h khovantchina
châtelet kabuki dse
CiMu savall esp créolisée
garnier 19h30 zwerg sortilèges
TCE haendel radamisto bicket the english concert, daniels, bardon, pisaroni
jeu. 07 févr.  
(( TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
12h30 Louvre vcl-piano popper,schum,stra,boccherini
châtelet kabuki dse
ven. 08 févr.  
CiMu chaconnes européennes sempé

§§ (( colline criminels msc brunel jsq 2 mars
sam. 09 févr.  
)) bastille 19h khovantchina
garnier 19h30 zwerg sortilèges
TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
§ CiMu Grimal Zem Quat2 Schönberg symphchb1 brahms 4
§§ CNSM boesmans Reigen
dim. 10 févr.  
16h châtelet pivoines
lun. 11 févr. (Semaine 07)  
châtelet pivoines
CNSM boesmans Reigen
garnier 19h30 zwerg sortilèges
§§ pleyel dmnation groves relya borodina sokhiev donostiarra
mar. 12 févr. Mardi Gras
châtelet pivoines
TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
mer. 13 févr. Cendres
châtelet pivoines
CNSM boesmans Reigen
garnier 19h30 zwerg sortilèges
jeu. 14 févr.  
châtelet pivoines
TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
ven. 15 févr.  
châtelet pivoines
sam. 16 févr.  
(( OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
châtelet pivoines
CiMu EIC Boulez : Dérive 1, manoury contralto, pauset, grisey
TCE indy trio, dukas cor, debussy sonate harpe, ss ftaisie violon & harpe, fauré quat piano 1
dim. 17 févr. Carême
)) richelieu hernani jsq 17 fév
17h TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
versailles platée auvity rivenq malgoire
§§ pleyel pêcheurs alagna machaidze duhamel courjal
lun. 18 févr. (Semaine 08)  
OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
¤bouffes nd ludlow ds rihm pesson wagner
mar. 19 févr.  
)) TCE Favorite ONF Coote Albelo Tézier Prestia
OC ciboulette film avec musique hahn
versailles platée auvity rivenq malgoire
mer. 20 févr.  
OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
OC conf emplois op fr 10h-18h
jeu. 21 févr.  
OC conf cht fr 10h-18h
OC conf emplois op fr 10h-18h
orsay alessandrini madrigaux monteverdi
§ TCE sibelius 5, hindemith nobilissima, mendel vln ; Gatti ONF
ven. 22 févr.  
13h OC proust académie lettres fau hahn massenet debussy chabrier messager
CiMu danse flamenca

OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
OC conf cht fr 10h-18h
TCE dumay lortie schumann 1, r.strauss

versailles platée auvity rivenq malgoire
sam. 23 févr.  
CiMu chant flamenco
dim. 24 févr.  
11h OC airs opérette terrier académie
CiMu chants gitans d'andalousie
OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
lun. 25 févr. (Semaine 09)  
14h30 OC airs opérette terrier académie
versailles petibon marcon (rameau, charpentier)
mar. 26 févr.  
***** )) OC ciboulette equilbey fau fuchs lapointe behr laurens achille
13h OC proust académie lettres fau hahn massenet debussy chabrier messager
mer. 27 févr.  
 
jeu. 28 févr.  
¤ TCE 4sous jurowski LPO padmore tomlinson palmer
ven. 01 mars  
CiMu vents berlin brahms debussy ravel
§ amphi notturno schoeck, zem quat 4
sam. 02 mars  
)) colline criminels msc brunel jsq 2 mars
dim. 03 mars  
 
lun. 04 mars (Semaine 10)  
pleyel verdi requ brno lille
mar. 05 mars  
amphi conf wag et les fr par hervé lacombe
mer. 06 mars  
Louvre Tetzlaff SQ beethoven 15 haydn bartok 4
jeu. 07 mars  
amphi lemieux perpétuelle, schindler, lekeu, elgar (psophos, blumenthal)
ven. 08 mars  
§§ amphi merberth décadents : zem, schreker, strauss, korngold, webern, schoenberg !
sam. 09 mars  
 
dim. 10 mars Mi-Carême
 
lun. 11 mars (Semaine 11)  
 
mar. 12 mars  
TCE bruck 8 mehta vienne
mer. 13 mars  
versailles hippolyte pichon
jeu. 14 mars  
TCE zaccharias bizet ut mzt 23 stra dses ccttantes ONF
ven. 15 mars  
 
sam. 16 mars  
 
dim. 17 mars  
(( OC segreto vx hû antonacci, rophé, phil luxbg
11h OC poulenc intégrale mélodies académie
11h TCE Gutman bach suites 4,5,6
lun. 18 mars (Semaine 12)  
§§ (( Châtelet Carousel
mar. 19 mars  
Châtelet Carousel
CiMu francesconi opéra
mer. 20 mars  
13h OC poulenc intégrale mélodies académie
Châtelet Carousel
OC segreto vx hû antonacci, rophé, phil luxbg
¤ TCE Haendel Acis, Basel, foster-williams, zazzo, sampson, summers
jeu. 21 mars  
 
ven. 22 mars  
Châtelet Carousel
OC otello verdi jazz uri caine
TCE repin luganski deb brahms proko bartok
sam. 23 mars  
(( colline ibsen solness jsq 25 avril
14h30 OC poulenc intégrale mélodies académie
Châtelet Carousel
OC segreto vx hû antonacci, rophé, phil luxbg
versailles te deum lully charpentier
dim. 24 mars  
16h Châtelet Carousel
TCE lamrx chausson symph ; chabrier espana ; poulenc 2 pianos
versailles te deum lully charpentier
¤garnier bruckner quintette, beeth quat 4
§ pleyel Oiseau Mer Vivier Los A Dudamel
lun. 25 mars (Semaine 13)  
***** §§§§ OC roi d'ys tingaud koch jordi ferrari cavallier mtpllier
pleyel johannes-p ccto köln equilbey
mar. 26 mars  
13h OC poulenc intégrale mélodies académie
Châtelet Carousel
OC segreto vx hû antonacci, rophé, phil luxbg
TCE tharaud mahler adagietto, grieg, scs schum, beeth 23
mer. 27 mars  
)) Châtelet Carousel
jeu. 28 mars  
versailles johannes-passion pichon güra gilchrist
§ TCE deutsches requ ziesak goerne, masur ONF
ven. 29 mars  
***** )) OC segreto vx hû antonacci, rophé, phil luxbg
13h OC poulenc intégrale mélodies académie
versailles johannes-passion pichon güra gilchrist
sam. 30 mars  
 
dim. 31 mars Pâques
 
lun. 01 avr. (Semaine 14) Lundi de Pâques
 
mar. 02 avr.  
 
mer. 03 avr.  
***** §§ OC Falvetti Diluvio
jeu. 04 avr.  
 
ven. 05 avr.  
 
sam. 06 avr.  
14h30 CiMu Goldberg Rannou
CiMu bach gardiner singet, todesbanden, genug (avec rép gé du public à 18h30)
dim. 07 avr.  
pleyel messe en si gardiner
TCE haydn saisons herreweghe
lun. 08 avr. (Semaine 15)  
 
mar. 09 avr.  
(( bastille mahler 3 neumeier
CiMu haller EIC : pierrotL, stra sldt, mvts petroushka pia
mer. 10 avr.  
 
jeu. 11 avr.  
§ orsay larmore mélodies rossini & ravel
ven. 12 avr.  
versailles ulisse corréas
§§ CiMu stra vocal (renard, balmont, japon, pastorale), schönberg sympchb1, Op.16,19 ; EIC
sam. 13 avr.  
bastille mahler 3 neumeier
versailles ulisse corréas
§ CiMu cht rssignol, oiseau 19, waldtaube, trsfigurée ; tabachnik
dim. 14 avr.  
(( garnier hänsel
§ bouffes nd masterclasse banse
lun. 15 avr. (Semaine 16)  
(( Châtelet Sunday George
§ bouffes Nd quat et vx : graciane finzi, berg frühe, berg suite, mendel 2 ; banse, voce SQ
mar. 16 avr.  
amphi maguelonne trekel keller jordan
bastille mahler 3 neumeier
Châtelet Sunday George
garnier hänsel
pleyel prodromidès, tchaï 5
mer. 17 avr.  
amphi maguelonne trekel keller jordan
Châtelet Sunday George
OC viardot cendrillon
jeu. 18 avr.  
bastille mahler 3 neumeier
OC viardot cendrillon
¤ orsay deshayes rossini gounod bizet duparc ravel
ven. 19 avr.  
***** §§ OC viardot cendrillon
bastille mahler 3 neumeier
Châtelet Sunday George
garnier hänsel
sam. 20 avr.  
Châtelet Sunday George
OC conf cpositrices 10h-18h
pleyel brahms quintette clar berliner
dim. 21 avr.  
16h Châtelet Sunday George
lun. 22 avr. (Semaine 17)  
bastille mahler 3 neumeier
garnier hänsel
mar. 23 avr.  
OC harawi vourc'h
§ Châtelet Sunday George
mer. 24 avr.  
bastille mahler 3 neumeier
Châtelet Sunday George
garnier hänsel
jeu. 25 avr.  
(( TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
)) Châtelet Sunday George
)) colline ibsen solness jsq 25 avril
orsay baechle hahn chausson gounod respighi verdi tosti
ven. 26 avr.  
TCE schubert vln orch + une vsion de Gubaidulina, et du mzt et haydn. bolton EOP
sam. 27 avr.  
bastille mahler 3 neumeier
Châtelet anni infante schreker + tubes, Pasdeloup
garnier hänsel
TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
dim. 28 avr.  
§ TCE Don Carlo Noseda vargas frittoli barcellona abdrazakov tézier
lun. 29 avr. (Semaine 18)  
TCE ravel mn gche tharaud + stra petrou 47 + daphnis 2 / gatti ONF
mar. 30 avr.  
bastille mahler 3 neumeier
TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
mer. 01 mai Fête du travail
 
jeu. 02 mai  
§ (( bastille gioconda d'intino
ven. 03 mai  
garnier hänsel
TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
sam. 04 mai  
bastille mahler 3 neumeier
dim. 05 mai  
17h TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
lun. 06 mai (Semaine 19)  
)) garnier hänsel
)) richelieu cressida
bastille mahler 3 neumeier
mar. 07 mai  
)) TCE DG Braunschweig (Werba, PerssonElvira, Rhorer)
bastille gioconda d'intino
mer. 08 mai Victoire 1945
 
jeu. 09 mai Ascension
 
ven. 10 mai  
bastille gioconda d'intino
sam. 11 mai  
 
dim. 12 mai  
)) bastille mahler 3 neumeier
CiMu Mandelring SQ Reger, Beeth 2, Haydn
lun. 13 mai (Semaine 20)  
bastille gioconda d'intino
CiMu suwanai demarquette portal dalberto koechlin milhaud lesur jolivet mihalovici messiaen
mar. 14 mai  
§ (( Athénée Ariadne
§§ CiMu Le Texier Dutilleux Honegger Poulenc jolivet milhaud gailhard arma
mer. 15 mai  
amphi taneïev quintette, piano ciurlionis et szyma (quat ardeo)
¤ TCE agrippina hallenberg genaux
jeu. 16 mai  
orsay lemieux koechlin hahn fauré duparc
§ CiMu chsons Céline ; marzorati accrdéon percssion
ven. 17 mai  
bastille gioconda d'intino
sam. 18 mai  
)) Athénée Ariadne
§ CiMu radio occupation
dim. 19 mai Pentecôte
 
lun. 20 mai (Semaine 21) Lundi de Pentecôte
bastille gioconda bocharova
mar. 21 mai  
§ versailles 18h30 wagner dietsch : hollandais minko
mer. 22 mai  
¤ TCE Haendel Imeneo Hogwood Loges Daniels Crowe
jeu. 23 mai  
bastille gioconda bocharova
OC conf rabaud et tps 10h-18h
TCE r.capuçon buniatishvili enescu 3, bartok 2, franck
ven. 24 mai  
OC conf rabaud et tps 10h-18h
§ pleyel glazounov saisons pletnev RussNO sibelius ccto repin
sam. 25 mai  
(( OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
CiMu mndlssohn walpurgis richter élémens krivie ; schum symph 2
OC conf marouf 16h-18h
OC conf th op et altérité 10-14h
dim. 26 mai Trinité
Fête des Mères
bastille gioconda bocharova
lun. 27 mai (Semaine 22)  
OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
§ 13h OC mélodies 1910-4 académie erlanger leroux pierné laparra séverac charpentier debussy massenet
mar. 28 mai  
OC Louise Gance (charpentier ds vsion thill)
OC pierrot faune valse, avec marianne pousseur et ictus
¤bastille chosta 13 jordan
mer. 29 mai  
14h30 OC 1001 nuits terrier académie
OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
TCE sacre nijinski waltz gergiev mariinski
§ châtelet mattila récital
§§§§ CiMu Mendel Athalie ; Nuits été Gens ; Vourc'h, Equilbey, Paris ChbO
§§§§ pleyel hartmann giraudoux tchaï 5 goerne eschenbach
jeu. 30 mai Fête-Dieu
CiMu holliger scardanelli Ch Radio Lettone EIC
TCE sacre nijinski waltz gergiev mariinski
ven. 31 mai  
)) bastille gioconda bocharova
13h OC mélodies 1910-4 académie erlanger leroux pierné laparra séverac charpentier debussy massenet
OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
TCE sacre nijinski waltz gergiev mariinski
sam. 01 juin  
14h30 OC 1001 nuits terrier académie
amphi iveri tchaï rachma popu géorgien
CiMu florentins archaïques niquet
§§§§ TCE Cellini Gergiev
dim. 02 juin  
OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
lun. 03 juin (Semaine 23)  
***** OC mârouf deschamps altinoglu philhar manfrino bou courjal leguérinel lamprecht
mar. 04 juin  
CiMu sacré Gabrieli monteverdi PBChChb ; elsacker, lefilliâtre, mauillon, tubéry
¤amphi sonates Scri + poèmes
mer. 05 juin  
Louvre Artemis SQ mendel 6 schubert 15
¤amphi sonates Scri + poèmes
¤garnier kerl korngold zemlinsky wagner, avec piano (dommage que soit Kerl...)
jeu. 06 juin  
CiMu monteverdi V agnew
ven. 07 juin  
 
sam. 08 juin  
bouffes nd quintettes dubois et hahn ! ardeo SQ
ccgbw stotijn neruda lieberson, benzecry, dvo 9, dudamel
TCE war requ nelsons birmingham opolais padmore müller-brachmann
¤CiMu winterreise prégardien pressler
¤stutzmann wag mélodies fr, duparc, gounod, SS, chausson
§ CiMu gtuit quasthoff masterclass 10h-16h

dim. 09 juin  
CiMu quasthoff masterclass 10h-13h
§ CiMu Terezin von Otter
§§§§ CiMu schubert ziesak vondung güra jarnot berner
lun. 10 juin (Semaine 24)  
TCE salonen Phia luto fnèbre, sacre, ctto sol (grimaud)
¤bastille verdi requ jordan urmana beczala
mar. 11 juin  
(( § châtelet ceiling adams
¤bastille verdi requ jordan urmana beczala
mer. 12 juin  
TCE réduction ballets deb stra milhaud falla
jeu. 13 juin  
châtelet nuit impro
ven. 14 juin  
châtelet ceiling adams
sam. 15 juin  
CiMu vocal EIC rihm lindgber posadas
dim. 16 juin Fête des Pères
TCE verdi requ gatti ONF frittoli ganassi sartori salminen
lun. 17 juin (Semaine 25)  
châtelet ceiling adams
§ TCE Tmirknov StP oiseau (?) RK shéhé, dse polovstiennes

mar. 18 juin  
§ TCE verdi requ gatti ONF frittoli ganassi sartori salminen
mer. 19 juin  
)) châtelet ceiling adams
jeu. 20 juin  
***** §§§§ TCE fauré pénélope antonacci alagna le texier crossley-mercer behr... Lamoureux
CiMu savall balkans
ven. 21 juin  
§ TCE nézet rotterdm sacre valse mer
sam. 22 juin  
 
dim. 23 juin  
 
lun. 24 juin (Semaine 26)  
 
mar. 25 juin  
 
mer. 26 juin  
châtelet sumi jo mélodies et lieder
jeu. 27 juin  
§§ bastille nielsen 4 andrew davis ; messiaen srire ; mozart 20 fray
ven. 28 juin  
 
sam. 29 juin  
 
dim. 30 juin  
 
lun. 01 juil. (Semaine 27)  
 
mar. 02 juil.  
 
mer. 03 juil.  
 
jeu. 04 juil.  
 
ven. 05 juil.  
 
sam. 06 juil.  
 
dim. 07 juil.  
 
lun. 08 juil. (Semaine 28)  
 
mar. 09 juil.  
TCE coq d'or avec ballet
mer. 10 juil.  
TCE coq d'or avec ballet
jeu. 11 juil.  
§ TCE coq d'or avec ballet
ven. 12 juil.  
TCE coq d'or avec ballet
sam. 13 juil.  
 
dim. 14 juil. Fête nationale
 
lun. 15 juil. (Semaine 29)  
 
mar. 16 juil.  
 
mer. 17 juil.  
 
jeu. 18 juil.  
 
ven. 19 juil.  
 
sam. 20 juil.  
 
dim. 21 juil.  
 
lun. 22 juil. (Semaine 30)  
 
mar. 23 juil.  
 
mer. 24 juil.  
jeu. 25 juil.  
 
ven. 26 juil.  
 
sam. 27 juil.  
 
dim. 28 juil.  
 

Generated on août 25, 2012, 04:52



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2055

Commentaires

1. Le samedi 25 août 2012 à , par Guillaume

C'est amusant, tu avais dit que la saison prochaine de l'Opéra Comique ne t'intéressait pas plus que ça et que c'était tant mieux parce que la salle était notoirement inconfortable, et pourtant, tu as déjà acheté des billets pour tous leurs titres opératiques (même Noverre ou Wolf-Ferrari/Poulenc !) et certaines "rumeurs" ! :-)

2. Le dimanche 26 août 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Guillaume,

Je vois que je suis sous surveillance étroite. :) Je l'ai fait tout simplement pour des raisons pratiques : il est très difficile de se procurer des places vu la taille de la salle (et tant qu'elle est à la mode, ce qui est en train de décroître, mais pas suffisamment encore pour être tranquille). Comme cela, j'ai pu choisir les meilleures places à tout petit prix, celles où l'on entend le mieux (avec le parterre, mais qui est hors budget) : huit places pour une cinquantaine d'euros.

Vu l'investissement modeste, je me suis réservé le droit de revendre ou d'offrir les soirées qui me convainquent moins : malgré la distribution extraordinaire (Achille, Laurens, Behr, etcp. !), je redoute beaucoup les mises en scène sans direction d'acteurs, telles qu'elles sont largement pratiquées à Favart, dans un ouvrage dont la substance musicale, quoique bonne, n'est pas suffisamment dense pour soutenir seule une attention sans partage. On ne donnerait pas Phi-Phi en version de concert derrière pupitres, tout simplement.
Même chose pour Noverre (intérêt documentaire) et Poulenc (après l'absolu de Delunsch, qui voudrait revoir la Voix Humaine, mais j'aime beaucoup le Segreto de Wolf-Ferrari, et je n'ai jamais entendu Antonacci en salle).

Même pour David & Jonathas, je ne suis pas très enthousiaste : c'est l'une des très rares tragédies en musique (même si ce n'est pas rigoureusement le même genre) qui ne me convainque pas vraiment (à mettre aux côté d'Alcyone, Jehpté et Hippolyte & Aricie), et même si l'exécution des représentations d'Aix a été admirable, je ne suis pas totalement renversé.

Et je pressens que la scène ne changera pas mon opinion mitigée sur Mârouf ; mais avec des musiciens aussi engagés, qui sait.

Restent donc :
- la Cendrillon de Viardot, très jolie, que j'ai déjà laissé filer deux fois à Paris et qui comportera certains de mes jeunes chouchous, de surcroît préparés par Mireille Delunsch ;
- le concert Massenet / Manfrino / Hampson, pour satisfaire mes penchants glotto-français ;
- le Diluvio Universale de Falvetti, qui n'est pas une nouveauté (donné à Ambronay en 2011 !), mais qui est un jalon manquant dans l'histoire de l'opéra italien (au même titre que Legrenzi), entre Monteverdi et le seria, et que j'avais adoré sous la direction du même Alarcón ; cette période est à mon goût la plus passionnante de l'histoire de l'opéra italien avant que n'arrive Verdi ;
- et puis le Roi d'Ys, interprété à l'économie par un orchestre un peu rudimentaire, mais qui a l'immense mérite d'être joué, et assez bien distribué.

Donc globalement, oui, c'est davantage l'intérêt documentaire que l'enthousiasme pur, mais je trouve fantastique d'avoir le luxe de pouvoir aller voir des choses qu'on n'aime pas forcément mais qui élargissent à coup sûr notre vision !

--

Et toi, de ton côté, tu as prévu quoi ? Une programmation mesurée, je suppose, mais bien quelques bricoles ? Capriccio pour nourrir le straussien et Der Zwerg pour satisfaire les appétits de décadence, j'en suis sûr. Après, peut-être Ys pour le Grand Opéra et Pénélope pour les décadents français ?

3. Le dimanche 26 août 2012 à , par Guillaume

J'ai prévu Capriccio pour nourrir le straussien, et j'ai donné beaucoup au baroqueux c'est-à-dire Médée et Phaëton la même semaine ! En dehors de cela, j'ai renoncé pour le moment à Robert, j'attends la reprise genevoise en 2013-14 (et les interprètes ne me passionnaient pas vraiment... qui sait, peut-être qu'à Genève on aura de jeunes chanteurs moins connus mais meilleurs). Le décadent a également renoncé au Ferne Klang et au Zwerg, mais il faut dire que la seconde partie de l'année ne va pas être propice aux sorties...

Et la dose de Wagner a été administrée de manière massive cette année, puisque je viens de voir Parsifal, Lohengrin et Tristan sur la Colline Verte. Parsifal est totalement bouleversifiant, mise en scène fantastique, orchestre plutôt bon, chanteurs superlatifs, acoustique inégalée.

(non, je n'ai pas attendu 10 ans... :-) )

4. Le dimanche 26 août 2012 à , par DavidLeMarrec

et j'ai donné beaucoup au baroqueux c'est-à-dire Médée et Phaëton la même semaine !

Très bon choix. :) J'espère seulement que Losier aura un peu plus d'impact qu'en Prince Charmant et surtout qu'Audi réussira pour une fois dans de l'opéra baroque... Quoi qu'il en soit, les deux seront magnifiques. Tu peux jeter un oeil sur Arte Live Web pour Phaëton, c'est remarquablement fait, moins studio que Minkowski, ce qui devrait être déterminant pour toi.


En dehors de cela, j'ai renoncé pour le moment à Robert, j'attends la reprise genevoise en 2013-14 (et les interprètes ne me passionnaient pas vraiment... qui sait, peut-être qu'à Genève on aura de jeunes chanteurs moins connus mais meilleurs).

Les distributions genevoises sont généralement très bonnes... Il n'était pas si mal ce Robert : ils auraient juste dû interverti Hymel et Borras d'une part, Relyea et Courjal d'autre part, et c'était presque parfait. :) Certes, je ne vois pas trop Oren dans les petites subtilités meyerbeeriennes et je n'ai pas entendu Poplavskaya en français, mais ça me semble très comestible.
Ca te donnera l'occasion de voir ce que produit Pelly, qui est un excellent directeur d'acteurs mais qui aime beaucoup l'actualisation prosaïque... je me demande ce que ça peut produire dans Robert.

Avec un peu de chance, tu auras Flórez à Genève. Je sens d'ici ta joie. :)

Tiens, en parlant de ténor de ce répertoire, as-tu essayé Osborn en Aubry, avec Roberto Abbado ? Très belle version.

Le décadent a également renoncé au Ferne Klang et au Zwerg, mais il faut dire que la seconde partie de l'année ne va pas être propice aux sorties...

Forcément, à la place tu investis dans l'intraveineuse de café.


Et la dose de Wagner a été administrée de manière massive cette année, puisque je viens de voir Parsifal, Lohengrin et Tristan sur la Colline Verte. Parsifal est totalement bouleversifiant, mise en scène fantastique, orchestre plutôt bon, chanteurs superlatifs, acoustique inégalée.

Chouette, ça !

Je n'ai pas encore regardé la mise en scène de Herheim dans son intégralité, mais j'ai rarement vu, dans ces extraits, une mise en scène aussi sensible à la musique, et surtout aussi pleine ! Avoir assez de matière pour remplir chaque recoin de Parsifal, ça force l'admiration. Pour les chanteurs, c'est un peu frustrant considérant qu'on avait Ventris et Fujimura l'année passée, c'est globalement en-dessous de ce qu'on trouve sur les autres grandes scènes à l'heure actuelle, non ?
Pour Lohengrin et Tristan, musicalement, ce devait être une délicieuse petite orgie, je suppose !

(non, je n'ai pas attendu 10 ans... :-) )

Oui, la précocité a des limites. :) J'ai ouï-dire que les temps d'attente n'étaient plus du tout les mêmes. Et puis il est toujours possible de tenter au dernier moment, il faut passer la nuit à faire la queue mais on peut avoir de bonnes surprises. Tout ça pour du Wagner par les mêmes interprètes qu'ailleurs, il faut vraiment avoir envie de pénétrer dans le Temple.
Mis à part l'acoustique qui m'intrigue beaucoup, j'avoue que je n'ai jamais été particulièrement tenté.

5. Le dimanche 26 août 2012 à , par Guillaume

Florez à Genève, ça me paraît très peu probable ; à Zurich c'eût été le cas, mais à Genève, je ne pense pas qu'ils en aient les moyens... et tant mieux. Le truc, c'est que John Osborn par exemple, s'il a bien assez d'aigus, n'aura peut-être pas assez de mots et d'allègements pour Robert. En plus, tout ténor qui chantera Robert devra soutenir la comparaison avec Vanzo, et ça va être dur. Quant à Bertram, je ne sais absolument qui pourrait chanter ça aujourd'hui : trop bas pour Varnier, pour Lis... Courjal est effectivement une possibilité.

---

Concernant le Temple et Falparsi, la captation est déjà visible en intégralité sur ToiTuyau ; c'est du post-regietheater (il y a des traces de regietheater : le caractère "gadget" des objets (la lance), Klingsor caricatural... tout une esthétique un peu kitsch) intelligent, beau et qui ne bouscule pas le spectateur ; la quadrature du cercle en somme. Le nombre de références, d'intertextualités, d'allusions, et le réseau que tout cela forme est vertigineux, et toujours adéquat. Du grand art... Il se vend à la boutique du Festival deux livres d'interprétation de cette mise en scène, rien que ça !
Pour les chanteurs, l'impact de Maclean en salle était réel, je ne sais pas ce que ça donne en vidéo, mais si son timbre a quelque chose d'impersonnel, je la trouve intéressante dans une optique moins extrême de Kundry que d'autres, ce qui lui permet de réussir l'ensemble de belle manière. L'actrice est magnétique, vraiment, mais il faut dire que son apparition en Ange Bleu est un beau moment de grâce scénique.
Fritz a quelque chose d'un peu courtaud, mais les inflexions et les couleurs sont suffisamment variées pour bien assurer le rôle, notamment "Nur eine Waffe taugt" : très beau diminuendo sur "Schrein", accès de vaillance contrôlés... Bel impact en salle. Enfin le reste de la distribe n'est pas vilain : Youn est fantastique, Roth très convaincant, Jesatko intéressant...etc.

Peut-être est-ce inférieur à telle ou telle production récente dans tel ou tel rôle : mais l'acoustique est telle qu'elle balaye toutes les réserves ponctuelles qu'on pourrait émettre. C'est simple, l'orchestre ne couvre jamais personne, ou presque. Le son enveloppe, même tout en haut, dans la galerie (places à partir de 8€...). Tristan et Lohengrin furent des orgies musicales avant tout, parce que les mises en scènes sont vides, et même tout en haut, entendre surgir le prélude de l'acte III de Lohengrin de la fosse invisible a quelque chose de galvanisant. Sans parler du rayonnement de Vogt (miraculeux), du tranchant de S. Youn en Héraut ou de T.J. Mayer en Telramund... Dean Smith, s'il a pas mal de vibrato maintenant, est un très très bon Tristan, surtout qu'il n'est pas couvert comme à Bastille. Les appels de Breedt (plus que son I) sont également miraculeux, et l'Isolde de Théorin est vraiment très réussie.

Les temps d'attente sont toujours les mêmes, et pour cause : il y a toujours 490 000 demandes et 58 000 places par an. 10 ans, donc. Ou venir le matin.

L'atmosphère et surtout l'acoustique absolument formidables sont quand même à connaître. On a plus envie de retourner à Bastouille après ça...

6. Le dimanche 26 août 2012 à , par DavidLeMarrec


Robe-e-e-e-e-e-e-e-ert

Ce n'est pas tant une question de moyens financiers que d'habitudes de distribution, je n'y crois pas trop non plus, ils trouveront mieux. Mais il ne peut pas être néfaste de te taquiner un peu. Je suis d'accord pour Osborn, mais si tu prends Vanzo comme mètre-étalon, il va être difficile de te satisfaire. Peut-être, dans un registre assez léger, Marc Laho : il a la rondeur centrale du timbre par rapport aux autres ténors à contre-notes, il sait alléger et monter sans abuser de métal, c'est un acteur assez aisé... Et le français sera excellent.

Quant à Bertram, je ne sais absolument qui pourrait chanter ça aujourd'hui : trop bas pour Varnier, pour Lis...

Tu veux dire trop haut, je suppose ? Oh, ils peuvent, mais l'aigu ne sera pas très beau - et puis Varnier commence à décliner, et Lis ne tient pas vraiment ses promesses à mon sens. Courjal serait magistral, il a tout l'aigu nécessiare et de l'autorité à revendre. Ca m'étonne que tu n'aies pas mentionné Teitgen : il n'a pas encore la notoriété pour tenir ce genre de rôle, mais les moyens, assurément.

On pourrait ajouter Jean-Baptiste Dumora (voire Stephan Loges si le volume est suffisant), puisque le rôle barytonne beaucoup. Et rien que des francophones dans ma liste !

Sinon, on peut toujours proposer à Scandiuzzi ou Furlanetto, si tu veux, mais... :)

--

Valpers

Oui, bien sûr, les réseaux débordent de cette captation, qui était de toute façon déjà captable tout à fait légalement sur Arte. Je suis d'accord, il y a des traits de Regietheater, notamment le fait de contredire les leitmotive (très vrai pendant le Prélude, totalement habité, mais où l'action sur scène contredit les motifs censément extatiques), et tout un attirail un peu prosaïque, sans parler des obsessions habituelles - c'est très bien fait, mais avait-on besoin de contaminer la marche du Graal avec les sempiternelles images de la Wehrmacht ?

Je suis d'accord, ce que j'ai vu a l'air d'être néanmoins de l'excellent Regietheater, très riche, et assez esthétique en plus (je ne dirais pas forcément beau, n'étant pas particulièrement fétichiste des vareuses ni des perruques rousses).


Il se vend à la boutique du Festival deux livres d'interprétation de cette mise en scène, rien que ça !

Oui, j'ai entendu dire ça, c'est assez amusant. Tu les as ouverts ? Je n'ai pas encore essayé de me les procurer.

Pour les chanteurs, l'impact de Maclean en salle était réel, je ne sais pas ce que ça donne en vidéo, mais si son timbre a quelque chose d'impersonnel, je la trouve intéressante dans une optique moins extrême de Kundry que d'autres, ce qui lui permet de réussir l'ensemble de belle manière. L'actrice est magnétique, vraiment, mais il faut dire que son apparition en Ange Bleu est un beau moment de grâce scénique.

La télévision ne la rendait pas particulièrement gracieuse ni très magnétique, mais je ne l'ai vue qu'au I pour l'instant, c'est peu.

Fritz a quelque chose d'un peu courtaud, mais les inflexions et les couleurs sont suffisamment variées pour bien assurer le rôle, notamment "Nur eine Waffe taugt" : très beau diminuendo sur "Schrein", accès de vaillance contrôlés... Bel impact en salle.

Possible. En tout cas en retransmission, ça m'a paru en deçà (vocalement et scéniquement) des extraits avec Fujimura et Ventris. Mais je dois à l'honnêteté d'admettre qu'à part Breedt, je ne vois pas qui pourrait ne pas me faire regretter Fujimura. :)

Le son enveloppe, même tout en haut, dans la galerie (places à partir de 8€...).

Certes, mais pour celles-là, il doit falloir attendre quinze ans, je suppose. Et surtout mobiliser une semaine de sa vie pour aller entendre du Wagner. Alors que je dédaigne Dalayman et H.-P.König lorsqu'ils font Götterdämmerung sur le seuil ma porte !

En tout cas, tu renforces ma curiosité, je me demande si un jour le hasard portera mes pas par là-bas...

--

Lohengrin et Tristan

Je ne suis pas d'accord pour Neuenfels, son Lohengrin n'est pas mal. Il faut passer sur les gadgets qui ont fait couler beaucoup d'encre et agiter beaucoup de pixels, mais la direction d'acteurs fait bien sens. Ce n'est pas fantastique, mais assez bien. Je ne ferai rien en revanche pour sauver le Tristan de Marthaler, comment peut-on confier cette oeuvre à quelqu'un qui cherche manifestement pendant quatre heures à démontrer (de façon fort pataude : en ne faisant rien !) que l'amour est une illusion conventionnelle bourgeoise. Il peut se consacrer à Wozzeck ou même au Rosenkavalier, mais à Tristan, ça me paraît compliqué.

Vogt, oui, c'est impression dans les salles de taille modeste (entendu en Fidelio à Bordeaux !). Pour le miracle, il me manque des [ i] et des [é] aussi bien timbrés que les [a] et [o]... j'ai toujours l'impression qu'il a deux couleurs qui ne se mobilisent que selon l'ordre aléatoire des voyelles, c'est un peu frustrant, on en finit par attendre les voyelles moins étroites au lieu d'écouter ce qu'il dit ! Heureusement que le phraseur est fin.
La bonne nouvelle, c'est que contrairement à ce que laissait présager son Parsifal, il maîtrise assez bien l'extension de son vibrato.

Et pour Tristan... Theorin + Breedt + RDS, c'est ce que j'appelle la distribution idéale. Breedt, je l'ai entendue en vrai dans le rôle, et je confirme, hors du commun, suspendue, suggestive...

--

Les temps d'attente sont toujours les mêmes, et pour cause : il y a toujours 490 000 demandes et 58 000 places par an. 10 ans, donc. Ou venir le matin.

Je n'en suis pas persuadé : j'ai lu de nombreuses fois que ça baissait tendanciellement (on était dans les huit ans et on se trouverait plutôt à sept), et j'ai même un exemple de quelqu'un qui y est allé cette année après une attente assez courte. Il t'en a peut-être parlé, d'ailleurs. :)

L'atmosphère et surtout l'acoustique absolument formidables sont quand même à connaître. On a plus envie de retourner à Bastouille après ça...

Je te crois sur parole. On n'a de toute façon jamais envie de retourner dans le hangar à bateau. L'avantage reste cependant que les places les moins chères étant les meilleures, ça donne des satisfactions financières qui permettent de multiplier les spectacles sans être coincé dans une arrière-loge, ce qui n'est pas tout à fait indifférent.

La démocratisation en forme de brouet, ce n'est pas ce qu'on appelle la soupe populaire ?

7. Le lundi 10 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 1 : Capriccio de Strauss à Garnier (Carsen, Jordan, Kaune)

(Samedi 8 septembre 2012.)

Commentaires sur la mise en scène ici et sur l'exécution musicale .

8. Le mardi 18 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Spectacle 2 : Pyrrhus de Royer (1730) à Versailles

(Dimanche 16 septembre 2012.)

Salle des croisades, une oeuvre marquante remarquablement interprétée. Début de la présentation avec extraits ici.

9. Le samedi 22 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 3 : Kurtág et Bach par le Quatuor Keller

(Amphithéâtre de la Cité de la Musique, vendredi 21 septembre 2012.)

Retour sur Kurtág et sur l'ensemble du concert à lire ici.

10. Le lundi 8 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 4 : Atys par Piccinni et Marmontel au Théâtre des Bouffes du Nord

(Lundi 24 septembre 2012.)

Début de la présentation de l'oeuvre ici.

11. Le lundi 8 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 5 : Szymanowski 1 (symphonie & concerto) et Brahms 1 par Gergiev / LSO

(Samedi 6 octobre 2012, salle Pleyel.)

Evocation des oeuvres de Szymanowski et commentaire de la soirée ici.

12. Le dimanche 14 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 6 : Tristan und Isolde par le Philharmonique de Radio-France (Mikko Franck) à Pleyel

(Samedi 13 octobre 2012.)

Remarques sur le style du livret et sur la soirée ici.

13. Le mercredi 17 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 7 : Médée de Charpentier par Haïm / Audi / Meese

(Lundi 15 octobre 2012, Théâtre des Champs-Elysées.)

Oeuvre géniale, mais production pas vraiment aboutie, sentiment expliqué ici.

14. Le vendredi 2 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 8 : Motets de Bach & Mendelssohn, Cantate de Mantovani par Accentus

(Samedi 20 octobre 2012, Cité de la Musique.)

Pistes sur les oeuvres, qualités d'Accentus, interrogations sur la prosodie & la grammaire contemporaines et commentaire général de la soirée ici.

15. Le vendredi 2 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 9 : Der Ferne Klang de Schreker à Strasbourg

(Dimanche 12 octobre 2012, Opéra du Rhin.)

Première représentation scénique d'un opéra de Schreker en France, et tout était absolument parfait, même les chanteurs, même la mise en scène. Début de la présentation de l'oeuvre ici.

16. Le vendredi 2 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 10 : Phaëton de Lully à Pleyel

(Jeudi 25 octobre 2012.)

Impression mitigée (du relâchement prosodique !), mais belle soirée avec une oeuvre qui porte des moments majeurs du répertoire de la tragédie en musique. Tout cela ici.

17. Le mercredi 14 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 11 : Iolanta de Tchaïkovski à Pleyel

(Dimanche 11 novembre 2012.)

Fête des glottes et oeuvre extraordinairement servie, à lire ici.

18. Le mercredi 14 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 12 : Thésée de Gossec

(Mardi 13 novembre 2012, Opéra Royal de Versailles.)

Espérée depuis plus d'un lustre, une oeuvre qui tient toutes ses promesses, à lire ici.

19. Le dimanche 25 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 13 : I Puritani de Bellini par Pidò

(Vendredi 16 novembre 2012, Théâtre des Champs-Elysées.)

Etude des particularités musicales de l'oeuvre, et compte-rendu de la soirée, à lire ici.

20. Le dimanche 25 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 14 : Nosferatu de Jarzyna d'après Dracula de Stoker

(Jeudi 22 novembre 2012, Ateliers Berthier.)

Scénographie réussie et adaptation médiocre, dont on observe les causes.

21. Le mercredi 28 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 15 : Bouzignac, Lully, Charpentier & Lalande par Reyne

(Vendredi 23 novembre 2012, église Saint-Sulpice.)

Présentation de Bouzignac et commentaires divers ici.

22. Le mercredi 28 novembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 16 : Musique instrumentale franco-italienne par P. Cohën-Akenine, F. Poly, B. Martin

(Lundi 26 novembre 2012, chapelle du Lycée Henri IV.)

Présentation des styles respectifs et un mot sur les interprètes idéaux - par ici.

23. Le vendredi 14 décembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 17 : Les Contes d'Hoffmann dans l'édition de Keck

(Samedi 1er décembre 2012, salle Pleyel.)

La question de l'édition retenue a déjà été largement évoquée : variante "grand opéra" pas totalement convaincante par rapport à la version de Lausanne (idéale), plus dense avec dialogues parlés, et dont les numéros alternatifs étaient davantage marquants.

Côté interprétation, très haut niveau, avec en particulier Sonia Yoncheva époustouflante - Giulietta qui devait être difficile à négocier pour un lyrique léger la montre même, au contraire, à son sommet, irradiante.

Marc Mauillon, quant à lui, devrait être interdit de scène : il est frappant de remarquer combien, dans le tout petit rôle du buveur Nathanaël dans le Prologue, il parvient à rendre instantanément ridicule tous ses partenaires en comparaison de sa voix naturelle, extrêmement projetée, superbement timbrée et extraordinairement articulée.

Petite surprise déçue en revanche du côté des Musiciens du Louvre, toujours moins colorés dans le romantique que dans le baroque, mais particulièrement grisaille ce soir-là, et bizarrement en retard sur les chanteurs pendant une grande partie de la soirée.

24. Le vendredi 14 décembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 18 : extraits de Thaïs à l'Opéra-Comique

(Vendredi 7 décembre 2012.)

Oeuvre remarquable en soi, et finalement peu donnée en France malgré sa grande célébrité. Astucieux principe (économique !) de ne jouer que les airs et duos, qui constituent à la fois le coeur dramatique et les moments de bravoure musicale de l'ouvrage.

Avec des moyens techniques honorables mais qui ne sont pas ceux des orchestres habituellement sur les grandes scènes parisiennes (justesse des cordes satisfaisante sans être aussi immaculée que d'autres, couleurs des vents pas aussi raffinées que dans les grandes phalanges...), Laurent Campellone et l'Orchestre Symphonique de Saint-Étienne font preuve d'un engagement assez électrisant, rare chez les très grands orchestres (en tout cas pas quotidiennement !).

Au passage, "Méditation" d'anthologie, avec un violon très articulé et fortement pulsé, refusant tout pathos dégoulinant, une lecture d'une pureté superbe.

Le remplacement de Thomas Hampson, jadis interprète majeur d'Athanaël, n'était pas idéalement assuré par Markus Werba, voix très phonogénique, mais comme toujours totalement bloquée en volume : même de très près, la voix, belle, ne semble pas "sortir". Fait amusant, au fond de la salle, on l'entend tout aussi mal, mais pas plus mal, car la voix n'est pas mal placée, juste limitée à l'extrême. A se demander, à en juger par la couleur de la voix, s'il n'aurait pas gagné à s'aventurer en ténor, au moins le temps de libérer un peu tout cela.

Nathalie Manfrino, en revanche, brille comme d'habitude (1,2), dans un rôle où elle a déjà fait ses preuves : diction française affolante (les [R] uvulaires en particulier), et vibrato et couleur de l'aigu sont maîtrisés (comme dans ses autres versions), et bien joliment ce soir-là !

Avec en prime un poème symphonique inédit (Visions...) qui confirme le talent instrumental de Massenet, comme dans tout ce qu'il a laissé pour l'orchestre, avec ou sans chant.

Excellente soirée. En revanche les résumés d'Arièle Butaux auraient pu être plus inventifs qu'un synopsis, et surtout s'épargner le sarcasme inutile (on est censé faire aimer l'oeuvre, pas la ridiculiser en plaquant des poncifs contemporains...). Le sarcasme vis-à-vis d'Athanaël existe bel et bien dans l'ouvrage-source d'Anatole France (son nom est Paphnuce), mais il est conduit par l'auteur lui-même et exprimé concomitamment avec de l'empathie pour le personnage (un exalté qui veut convertir le monde et rencontre sans cesse plus fanatique que lui). Le résultat est donc assez différent des procès d'intention sur le manque d'authenticité d'Athanaël, qui reste de l'ordre de la supposition gratuite, que rien ne corrobore dans le livret ou dans la musique (au contraire).

25. Le vendredi 14 décembre 2012 à , par David Le Marrec

Soirée 19: Charpentier et Blamont par l'ensemble Les Ombres

(Dimanche 9 décembre 2012.)

En clôture du festival Paris Baroque (1,2,3), l'ensemble de Margaux Blanchard et Sylvain Sartre proposait un programme rare et stimulant. Pour Charpentier, il culminait avec le Magnificat H.73, chef-d'oeuvre de la musique sacrée ; quant à Blamont, le Te Deum inédit de 1734 résonnait comme un coup de tonnerre : tuilages spectaculaires, goût des notes tenues au chant (sur fond de progression musicale) qui annonce Rameau, variété sans cesse renouvelée des sections, inspiration mélodique au plus haut niveau pendant trente minutes, innovations d'orchestration (j'étais persuadé que ces sonneries de trombones n'apparaissaient qu'avec la génération Gluck, quarante ans plus tard !)... une révélation.

Ensemble instrumental manifestement rompu à l'expression plus mesurée d'oeuvres plus intimistes, mais malgré une forme de réserve (en particulier, ce rubato mélodique qui rend la pulsation moins irrésisistible) et des timbres qui paraissent, à distance, d'un éclat moindre que les grands ensembles célèbres, l'exécution se montre très valeureuse (avec tout le courage qu'il faut pour s'occuper d'un grand motet réclamant de tels effectifs !).

Excellents solistes, en particulier Mélodie Ruvio (ça y est, après des expériences de plus en plus positives, je suis conquis, de la chair sans empâtement... les parties de bas-dessus étaient sonores et nettes !) et Jean-François Lombard (haute-contre dont le registre de tête est d'une fluidité et d'une assurance exemplaires). Deux chanteurs sans doute plus adéquats dans le domaine sacré que dans la déclamation profane, à mon sens : parfaits ici.

En revanche, il faut absolument revoir les lieux pour la prochaine édition du festival : contrairement à Saint-Sulpice, on entendait à Saint-Etienne-du-Mont, mais de façon très lointaine. Et on y voyait très mal, faute de surélévation suffisante des artistes.

Dommage, vu la programmation (oeuvres et artistes) formidable pendant ces quelques semaines.

26. Le lundi 7 janvier 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 20 : Concerto pour violoncelle d'Elgar et Symphonie n°2 de Bruckner par Eliahu INBAL et le Philharmonique de Radio-France

(Vendredi 14 décembre 2012, salle Pleyel.)

Commentaire ici.

27. Le lundi 7 janvier 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 21 : Symphonies n°4 de Szymanowski et Brahms, Concerto pour violon n°2 de Szymanowski

(Dimanche 16 décembre 2012.)

Par Valery Gergiev et le London Symphony Orchestra, salle Pleyel.

Commentaire ici.

28. Le lundi 7 janvier 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 22 : Premiers ballets-pantomimes - Noverre & Rodolphe

(Samedi 22 décembre 2012, Opéra-Comique.)

Passionnant et admirable à la fois, un mot ici.

29. Le mardi 5 février 2013 à , par David Le Marrec

Matinée 23 : Courts-métrages muets avec improvisations de Xavier Busatto

(Dimanche 13 janvier, Cinéma Balzac.)

Ces bouts de patrimoine, de valeur inégale, sont simultanément servis avec une grande richesse des univers sonores, mais aussi une véritable modestie qui ne dispute jamais la vedette au film. Un accompagnement plutôt développé comme une oeuvre "pure", avec beaucoup de continuités, des thèmes récurrents ; à l'opposé du choix (valable aussi) de servir le film de façon accidentée, en construisant son accompagnement comme une suite de ponctuations.

Comme à chaque fois avec Xavier Busatto, on quitte la salle assez ébaubi.

30. Le mardi 5 février 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 24 : David & Jonathas de Charpentier

(Vendredi 18 janvier 2013, Opéra-Comique.)

Commentaires sur l'état actuel de la déclamation baroque, sur l'oeuvre et les représentations ici.

31. Le mardi 5 février 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 25 : Récital (rare et fulgurant) de mélodie française par Hélène Guilmette

(Lundi 21 janvier 2013, Amphithéâtre Bastille.)

Bonis, Koechlin, Hahn, Poulenc, Daunais et Landry !

Présentation des oeuvres (avec extraits sonores) et de la soirée, ici.

32. Le mardi 5 février 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 26 : La Khovanchtchina de Moussorgski

(Mardi 22 janvier 2013, Opéra Bastille.)

Commentaires sur l'orchestration de Chostakovitch et sur les représentations, ici.

33. Le mardi 5 février 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 27 : Les deux opéras de Ravel

(Mardi 29 janvier 2013, salle Pleyel.)

Par l'Orchestre National de Lyon dirigé par Leonard Slatkin, la Maîtrise afférente et le Choeur Britten.

Dans une distribution de feu : Massis, Hébrard, Perruche, Pasturaud, Druet, Galou, Fouchécourt, Antoun, Lombardo, Barrard, Courjal !

Néanmoins pas tous au sommet de leur forme. Impressionnent surtout Julie Pasturaud (engagement formidable) et Nicolas Courjal (présence vocale toujours considérable, même si son Iñigo Gómez pourra mûrir verbalement). Isabelle Druet particulièrement en forme en Concepción, sans les sons aigres qu'elle dispense d'habitude, à engagement théâtral égal. Perruche un peu fatiguée (de plus en plus, j'ai l'impression, je me suis posé la question du déclin et non du surmenage) mais qui donne à entendre une fois de plus la plus belle voix parlée du circuit lyrique, Galou, Antoun, Barrard et Lombardo très bons, mais en deçà de l'admiration que j'ai pour eux. Annick Massis toujours assez prudente expressivement, en dehors des aigus toujours plus extraordinaires ; Fouchécourt "triche" avec adresse en contournant les contraintes d'un instrument usé qui ne répond plus dans l'aigu, mais les coutures sont nombreuses et le volume devenu vraiment confidentiel.

Frappé de constater que l'Heure espagnole (qui a tout particulièrement mes faveurs) fonctionne remarquablement au disque, mais beaucoup moins en version de concert, tant l'absence de visuel (que la fantaisie de chacun compense, à l'écoute seule) fait perdre de naturel au déroulement général.

Par ailleurs, la lecture de Leonard Slatkin, assez lyrique et continue, fonctionnait mieux dans L'Enfant et les Sortilèges, dont c'était une vision résolument non figuraliste, mais réussie. L'oeuvre, par sa succession de saynètes de bravoure presque closes, se prête très bien à la forme du concert.

Bien belle soirée.

34. Le mercredi 6 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 28 : Wagenaar, R. Strauss et Tchaïkovski par Jansons & le Concertgebouw

(Samedi 2 février 2013, salle Pleyel.)

L'occasion pour moi de découvrir le Concertgebouw en vrai, pour une fois qu'un orchestre invité prestigieux joue des choses pas trop souvent données - sauf la Cinquième Symphonie de Tchaïkovski, mais la chérissant particulièrement, et l'intégrale des symphonies par Jansons / Oslo étant à mon sens de très loin la plus aboutie de ce qui a été commercialisée...

Ce n'était ni la meilleure oeuvre de Wagenaar (ouverture de De getemde Feeks - « La Mégère apprivoisée »), ni de Herr Strauss (Tod und Verklärung), mais le tout était agréable.

Effectivement, techniquement, l'orchestre impression : fondu fabuleux de cordes, et surtout la puissance individuelle des musiciens de la petite harmonie, assez hallucinante, et sans jamais altérer le timbre. Quel que soit l'effectif et le volume, ils restent distinctement audibles. De ce fait, même avec soixante-dix cordes, on entendait parfaitement ce qui se passait à cet endroit - alors qu'on met souvent deux fois trop de cordes et que cela empêche d'entendre les détails aux vents. Jamais entendu d'aussi belles flûtes, aussi densément timbrées - mais on pourrait en dire autant qu'à peu près tous les bois.
Corollaire : relativement peu de fondu entre les différentes sections de l'orchestre, mais ce n'était pas réellement gênant.

Malgré cela, je suis sorti assez mitigé du concert, pour ne pas dire déçu, eu égards aux attentes que cet orchestre fait naître via les phonogrammes (et bien sûr sa réputation) : en particulier dans Tchaïkovski, tous les angles de la partition son arrondis, et l'ensemble paraît extrêmemnt mesuré et maîtrisé pour une oeuvre aussi enfiévrée, comme s'il n'y avait pas réellement d'enjeu de sens. L'orchestre étant exceptionnellement virtuose, la sécurité (voire la pépère-attitude) n'en sont que plus ostensibles.
Aux antipodes de l'enthousiasme assez ballettistique que faisait valoir Jansons à Oslo. Ici, ce sont des pianissimi subiti qu'il utilise, pour bien montrer à quel point l'orchestre semble alors quasiment disparaître, comme sous l'effet d'un potentiomètre, sans rien altérer de son timbre ; mais ces (rares) effets ne sont jamais intégrés pour construire un crescendo ou contribuer à la tension - on dirait une démonstration de force, et de gens qui maîtrisent trop bien leur sujet pour être véritablement impliqués.

D'une manière générale, un sentiment d'absence d'enjeu (aussi bien dans la tension imprimée par les musiciens que dans les choix d'articulation imposés par le chef) qui se communique assez au public. Je rejois donc, à mon grand dépit, la troupe (pas forcément bien fréquentée) des sceptiques du Concertgebouworkest et autres blasés des grandes salles. Pardon.


A ce jour, le plus bel orchestre entendu salle Pleyel (ou ailleurs), aussi bien pour les timbres que pour l'engagement, demeure le Philharmonique de Slovénie. Non, ce n'est pas une provocation.

35. Le samedi 16 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 29 : Der Zwerg de Zemlinsky & L'Enfant et les Sortilèges de Ravel à Garnier

(Lundi 4 février 2013, Palais Garnier.)

Compte-rendu débuté et non achevé, à venir possiblement. (Belle soirée inégale, mais surtout belle.)

36. Le samedi 16 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 30 : La Damnation de Faust de Berlioz à Pleyel

(Lundi 11 février 2013, Salle Pleyel.)

Avant tout frappé par la densité sonore et par l'engagement spectaculaire (sur chaque note !) de l'Orchestre du Capitole de Toulouse.

37. Le samedi 16 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 31 : Les Criminels de Ferdinand Bruckner

(Jeudi 14 février 2013, Théâtre de la Colline.)

J'attendais beaucoup de la mise en scène de Richard Brunel (l'un des très rares metteurs en scène capable de faire des transpositions téléphonées ou pourries, et de faire brûler les planches tout de même, grâce à sa direction d'acteurs !). Ce n'était ni ultime ni toujours parfaitement clair (en particulier la façon de figurer le passage du temps et le décloisonnement des scènes de jugement), mais il était difficile de tirer quoi que ce soit de la pièce. D'une représentation réaliste relativement savoureuse, elle bascule dans un drame juridique particulièrement mal imité, et avec un propos nihiliste (voire anarchiste) aux semelles de plomb.

38. Le samedi 16 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 32 : Les Pêcheurs de Perles de Bizet à Pleyel

(Dimanche 17 février 2013, Salle Pleyel.)

L'oeuvre a déjà été commentée plusieurs fois sur CSS.

Une fois de plus, Roberto Alagna chante quelque chose dont il n'a pas du tout la voix, et s'en tire remarquablement. Avec un caractère différent de ce que prévoit la partition, mais non sans charme - au prix d'une romance de Nadir en fausset intégral (perte de volume importante, mais l'orchestre joue alors le plus doucement possible, et on l'entend).

La vedette lui est volée par Alexandre Duhamel (le plus applaudi !) en Zurga, d'un français et d'un rayonnement extraordinaires.

Nino Machaidze m'a vraiment déplu, inintelligible, très grise (et peu agréable à entendre dans l'aigu), et phrasant tout en donnant de l'importance aux mélismes, à la manière belcantiste, au lieu de privilégier la prosodie comme le veut le style de l'oeuvre. Ce n'était pas indigne du tout, mais c'était un peu agaçant.

Remarquable direction en style de Giorgio Croci, avec l'Orchestre de Chambre de Paris, parfait pour ce répertoire.

39. Le mardi 19 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 33 : Mises en musique de Hugo par Widor

(Mercredi 20 février 2013, Temple du Luxembourg.)

Oeuvres, concert, interprètes évoqués ici.

40. Le mardi 19 mars 2013 à , par David Le Marrec

Spectacle 34 : Tancrède de Campra par Schneebeli

(Jeudi 21 février 2013, Galerie des Batailles du château de Versailles.)

Présentation de l'oeuvre (contexte, livret et musique) et commentaire de l'exécution par de jeunes musiciens, ici.

41. Le mardi 19 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 35 : Leçons de Tenèbres & Leçons des morts par Jérôme Correas et ses Paladins

(Mercredi 27 février 2013, église Saint-Saturnin d'Antony.)

Présentation de l'Office des Ténèbres, de ses Leçons, des Leçons des morts, commentaires des oeuvres, considérations sur les interprètes et la soirée : ici.

42. Le mardi 19 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 36 : Notturno de Schoeck par Adrian Eröd

(Vendredi 1er mars 2013, Amphithéâtre Bastille.)

Programme magnifique dans le genre 'chambrisme germanique décadent' (et très rare en France) : Sérénade italienne de Wolf, Quatrième Quatuor de Zemlinsky, et le Notturno de Schoeck (sur Lenau et un Keller pour finir).

Déception du côté du Quatuor Aron, qui interprète très mollement toute la soirée : la Sérénade est jouée comme si c'était une forme-sonate (ce qui fait un peu perdre de son caractère et de son charme), le Quatrième Quatuor (déjà abstrait, loin de la séduction expressionniste du Deuxième) assez mortel servi ainsi (alors que j'ai vanté en public les mérites de ce corpus).

Le merveilleux Notturno est un peu plus adéquat à ce tempérament, et surtout, servi extraordinairement par Adrian Eröd, qui se révèle un prince du lied, peu phonogénique, mais guère égalable sur le vif. J'en ai parlé un peu plus longuement dans cette récente notule (§4).

Au bout du chemin, une grande soirée.

43. Le mardi 19 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 37 : Conférence d'Hervé Lacombe : « Wagner et les Français »

(Mardi 5 mars 2013, Amphithéâtre Bastille.)

Très décevant : allocution très peu avenante sur le forme, et courte sur le fond, s'étant perdu en de longues généralités sur le caractère "total" de Wagner, que pas grand'monde ne devait sous-estimer, parmi le public à même de se déplacer au sous-sol de l'Opéra pour entendre une conférence sur le sujet...

Sur le sujet lui-même, très peu de révélations (quelques lettres inédites de compositeurs français, intéressantes), et pas de considérations concrètes sur les influences stylistiques - et encore moins sur les technique d'intégration de d'Indy, Chausson, Debussy ou Février. Surtout question d'anecdotes sur le fait que "wagnérien" désignait en France plus une invective qu'une réalité stylistique. Communication arrêtée avant son terme, Debussy étant à peine esquissé. Rien non plus sur la création française tardive de nombreuses oeuvres majeures de Wagner, qui fait grandement sens sur la perception du public : la Walkyrie n'est créée qu'en 1893, Tristan en 1904, le Crépuscule en 1908, Parsifal en 1914 ! La question a été un peu abordée sur CSS.

Pas très stimulant, donc, malgré un très beau sujet.

44. Le mercredi 20 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 38 : Lieder décadents par Ricarda Merbeth et Alexander Schmalcz

(Vendredi 8 mars 2013, Amphithéâtre Bastille.)

Les lutins de CSS comptaient aussi se faufiler au récital décadent de la veille dans le même lieu, mais la notoriété de Marie-Nicole Lemieux (plus, semble-t-il, que celle du fulgurant Quatuor Psophos) avait réussi à remplir complètement la salle, pour un programme pourtant ambitieux (et assez fantastique) : mélodies de Chausson, Lekeu, Elgar et Schindler-Mahler (et pas seulement le premier cahier de 1910, régulièrement enregistré, mais aussi des extraits des deux autres publications de son vivant).
Même si le remplissage ne s'est pas forcément fait pour les "bonnes" raisons, et même si Lemieux n'était pas l'artiste la plus prometteuse pour ce répertoire (articulation molle, aussi bien verbale que vocale et musicale), voir qu'on peut réussir économiquement une soirée avec un programme aussi dense et exigeant met du baume au coeur.

La soirée avec Ricard Merbeth était conforme à ce qu'on pouvait en attendre : Korngold et Strauss sont de belles valeurs sûres, avec leurs poussées de lyrisme bienvenues au sein d'une musique plus complexe, Schreker et Zemlinsky ne sont clairement pas les princes du lied avec piano (compositions un peu ternes en regard du reste de leur corpus), et planent au-dessus de tous les Dehmel de Schönberg (et pas seulement à cause du texte) et les Avenarius de Webern, deux ensembles d'une intensité musicale et émotionnelle rares.

Vocalement, Merberth sonne bien sûr assez épais pour le répertoire du lied avec piano (et même en difficulté pour ne pas prendre trop un aspect large et "vieux", comme à hauteur indéterminée, dans les Schreker liminaires), mais dans les choses bien écrites pour une voix ample (Schönberg, Webern, Korngold), avec le temps de se chauffer, elle arrivait, sans être aussi touchante qu'une voix plus légère, précise et "disante", à être tout à fait convaincante.

Superbe surprise avec Alexander Schmalcz, que je trouvais un peu sage jusqu'ici, et qui s'est révélé d'une facilité et d'une musicalité remarquable, comme si toutes les circonvolutions décadentes étaient du plus grand naturel pour lui et pour nous.

45. Le mercredi 20 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 39 : Récital Schubert / Debussy / Barber / Musto par Samuel Hasselhorn et Pierre-Yves Hodique

(Jeudi 14 mars 2013, auditorium du Petit Palais.)

De grandes promesses et une petite déception. L'acoustique de la salle, les talents, les manques et plus généralement la technique de Hasselhorn et des barytons de sa génération sont évoqués ici.

Concernant ce qui n'a pas été dit, on peut préciser que John Musto, pour sa Litany sur Langston Hughes écrit très exactement dans le style de Barber, à telle enseigne que sa pièce semble bien plus barberienne que les Hermit Songs.

Pierre-Yves Hodique impressionnant par sa facilité et son exactitude sans faille, mais j'entendais beaucoup, dans ces détachés très précis, les échos de la formation "à la française", où le solfège est étudié de façon très théorique - j'avais l'impression de l'entendre sans cesse décomposer les mesures, au lieu de s'abandonner tout simplement au retour de la pulsation. Assez étrange (et pas très exaltant à mon gré), mais il doit avoir un très gros potentiel pour la musique du vingtième siècle, vu sa façon d'appréhender les carrures complexes.

46. Le mercredi 20 mars 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 40 : Carousel de Rodgers & Hammerstein

(Lundi 18 mars 2013, Théâtre du Châtelet.)

Soirée remarquablement exécutée dans la perspective qui était la sienne :
=> décors complètement littéraux ;
=> voix lyriques ; Kimy McLaren fait d'ailleurs une jolie carrière à l'opéra, j'avais pu l'admirer il y a cinq ans dans un co-récital de lied avec Thomas Dolié ;
=> grand orchestre et non réduction, en l'occurrence en plus un orchestre de très haut niveau (l'Orchestre de Chambre de Paris semblait d'ailleurs s'ennuyer ferme, vu la très grande simplicité technique de la partition au regard de son répertoire habituel...) ;
=> sonorisation traditionnelle de la comédie musicale, totalement linéaire : même niveau sonore pour les forti et les piani, aucune spatialisation lorsque les personnages se déplacent. L'égalisation du potentiomètre n'était tout de même pas aussi interventionniste que pour Les Miz de Schoenberg, ni même Magdalena de Villa-Lobos.

Ensuite, il se trouve que je n'aimais pas beaucoup Rodgers & Hammerstein auparavant, et que mon peu d'inclination s'est confirmé. La musique n'est pas déplaisante, mais rarement pénétrante (une - courte - chanson marine entraînante, un joli monologue paternel, quelques petites poussées lyriques çà et là, mais rien de dévastateur).

Et surtout, le livret est difficile à digérer aujourd'hui :
- une représentation assez terrifiante de la norme relationnelle homme-femme (on peut battre ou humilier sa femme parce qu'on n'ose pas s'abaisser à lui dire qu'on l'aime, et être considéré comme le héros de l'histoire, devenir un ange gardien émouvant, etc.) ;
- une collection de poncifs ahurissante (même pour 1945), aussi bien du côté des schémas relationnels usés (le mariage du mauvais sujet pas-fait-pour-le-mariage, les deux amies aux vies en miroir, etc.) que dans l'arrivée tardive d'un paradis semi-comique (très à la mode dans ces années, de Là-Haut de Maurice Yvain en 1923 à A Matter of Life and Death / Stairway to Heaven, diffusé en 1946), avec des attributions peu claires et peu de consistance dramatique (on se limite à quelques conseils du revanant et on baisse le rideau).

Je n'avais jusqu'ici fréquenté cette oeuvre qu'au disque (où il manque des dialogues), mais la scène n'a pas vraiment permis une révélation bouleversante.

Cela dit, la production du Châtelet est si bien réalisée qu'on se laisse tout de même prendre au jeu (il m'aura quand même fallu attendre les 2/3 du spectacle pour me sentir concerné...).

47. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 41 : Much ado about nothing (VO) au Théâtre de Nesle

(Samedi 23 mars 2013.)

... en réalité très coupé, il ne reste plus que des lambeaux d'intrigue. Ce n'était pas indiqué clairement (en fouinant un peu, on trouvait une durée inquiétante), et assez frustrant. A cinq, la troupe fait tous les personnages... et le tiers de la pièce.

Sympathique néanmoins, même si j'ai toujours quelque difficulté à adhérer à l'illusion théâtrale dans l'ultra-proximité.

Excellente initiative d'avoir une guitariste qui fait la musique de scène, au lieu d'une bande son impersonnelle.

48. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 42 : Le roi d'Ys de Lalo

(Lundi 25 mars 2013, Opéra-Comique.)

Une oeuvre d'une beauté continue, et parfaitement servie. Sophie Koch impressionnante de densité sur toute la tessiture, comme toujours terne en retransmission et électrique en salle.

Très amusant d'entendre la voix de méchant de Franck Ferrari sonner avec une belle tension, mais rester minuscule (et même diminuer dans l'aigu), vraiment insolite.

Mention spéciale au Philharmonique de Montpellier, très engagé - et des soli de bois exceptionnels.

49. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 43 : Il segreto di Susanna & La voix humaine

(Vendredi 29 mars 2013, Opéra-Comique.)

Commentaire de l'un et de l'autre déjà lisibles sur CSS. Avec présentation des oeuvres, en particulier pour Wolf-Ferrari.

50. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 44 : Falvetti, Il Diluvio Universale

(Mercredi 3 avril 2013, Opéra-Comique.)

Voir commentaires sur l'univers esthétique, l'oeuvre, les adaptations des interprètes - dans la notule concernée.

51. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 45 : Concerto pour violon de Stravinski & Deuxième Symphonie de Sibelius

(Vendredi 5 avril 2013, salle Pleyel.)

Après la fraîcheur d'un concerto pas complètement néo-, plutôt rétro-, Mikko Franck propose, à la tête du Philharmonique de Radio-France, une version tendue et très généreuse de la Deuxième de Sibelius. Une fois de plus, les cordes de Radio-France, dans leur tropisme "slave", disposent d'un pouvoir magnétique hors du commun.
Premier mouvement ineffable ; seul le dernier ne tire pas tout à fait profit de la tension accumulée, et semble gambader un peu gentiment.

Superbe soirée.

52. Le mercredi 1 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 46 : Solness le Constructeur d'Ibsen

(Mercredi 10 avril 2013, Théâtre de la Colline.)

L'oeuvre et la soirée sont présentées ici.

53. Le lundi 6 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 47 : Cendrillon de Pauline Viardot

(Vendredi 19 avril 2013, Opéra-Comique.)

Réjouissante soirée, à plus d'un titre. D'abord parce que l'oeuvre de Viardot fait toujours mouche, délicatement ironique, mais pas insensible - dans un style musical quelque part entre le Chopin le plus salonnard et le Rossini le plus léger, qui n'est pas dépourvu de finesse cependant.
L'organisation autour d'un récital de mélodie (qui fait peu à peu s'assembler les chanteurs qui vont interpréter l'opéra) est très réussie à mon gré. Et les lectures, de la belle voix de Marie Bunel (même si le choix des lettres frôlait quelquefois le nunuche), élargissaient de façon très bienvenue le cadre musical du spectacle.

Ensuite par la rencontre avec de jeunes artistes très intéressants. J'attendais bien sûr Cécille Achille qui, il y a moins de deux ans, [url=http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2011/06/20/1757-classe-de-jeff-cohen-au-cnsmp-initiation-au-recital-de-lied-et-melodie-cecile-achille-raquel-camarinha-croner-de-vasconcellos-luis-de-camoes-mao-morita
]achevait ses études au CNSM[/url], le tout culminant dans un très beau récital de lied & mélodie. La voix n'est pas encore complètement assurée, et le son ne passe pas toujours exactement au bon endroit, ce qui pourrait amener une fatigue précoce si elle se lance trop tôt dans une carrière trop exigeante, mais le timbre et la diction restent très attachants.

Mais tous ces jeunes chanteurs suscitent l'intérêt (Alix Le Saux, en seconde fille du baron, est la seule à ne pas être réellement mise en valeur, faute de beau rôle de mezzo et malgré des qualités perceptibles) :
- Magali Arnault Stanczak (La Fée) dispose avant tout de grands talents scéniques, portant sur ses épaules avec un rare bonheur une large part de la distanciation et de l'humour de la soirée (avec une personnage de marraine euphorisée et quasiment hystérique) ; la voix en elle-même est plus banale (soprano aigu, en méforme, donc difficile de juger du haut de la tessiture, qui était très valable, quoique un peu acide et dur) ;
- Safir Behloul, ténor qui s'exprime essentiellement en voix mixte, ce qui permet d'obtenir de très belles couleurs, mais étrangement bloqué dans l'aigu, et au timbre instable (parfois superbe, parfois ne sonnant pas "pro"). Il y a encore beaucoup à mûrir sur la fiabilité technique, mais la direction est engageante et originale ;
- François Rougier, au contraire, semblait un baryton tassé dans les mélodies, mais s'épanouit avec un aplomb remarquable dans les parties de véritable ténor du Prince, l'aigu étant lancé avec une sûreté admirable et une couleur parfaitement maîtrisée ;
- Ronan Debois (baryton) était clairement le timbre le plus séduisant de tout le plateau, ménageant un beau halo et une diction superbe. Attention, la voix se fane dès qu'il tente de pousser l'intensité sonore - c'est d'autant plus inutile qu'il ne gagne pas vraiment en volume, dans ces cas. Gare à la tentation du dramatique, mais d'ores et déjà très accompli, il fait honneur au chant français.

La palme technique revenait sans conteste à Sandrine Buendia (soprano, Cendrillon) : grave nourri, et aigu d'une autorité impressionnante. La voix est assez sombre (on pourrait songer à une version réduite et sans débraillement de Sylvie Valayre), mais d'une belle étoffe, très maîtrisée. Voilà qui augure, et très vite, de très belles choses.

54. Le lundi 6 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 48 - Les Revenants d'Ibsen

(Mercredi 24 avril 2013, Les Amandiers de Nanterre.)

Rapide évocation de l'oeuvre, et quelques récriminations sur la mise en scène, ici.

55. Le lundi 6 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 49 - Sunday in the Park with George au Châtelet

(Jeudi 25 avril 2013.)

Ainsi mis en vie sur scène, et avec quels interprètes, avec quelle scénographie, un éblouissement.

56. Le lundi 6 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 50 : Don Carlo de Verdi au TCE

(Dimanche 28 avril 2013.)

Malgré les mauvaises nouvelles (vocales) en cascade, une belle soirée, interprétée avec chaleur. Quelques remarques sur l'oeuvre et en salle et sur l'interprétation, à lire ici.

57. Le lundi 6 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 51 : Troilus & Cressida de Shakespeare salle Richelieu

(Jeudi 2 mai 2013.)

Loin de la virtuosité d'André Lima (même si la pièce s'y prête évidemment moins), la mise en scène de Ruf distend un peu son sujet.

Surtout, une fois encore, la sonorisation est très exagérée (je doute qu'on entende Gilles David sans micro, par exemple).

Et j'ai été plus que de coutume agacé par la façon comédie-française de dire le texte, en multipliant les effets d'accélération ou d'alanguissement, d'emphase ou de désinvolture, mais à des moments du texte qui semblent aléatoire. Comme s'il était vulgaire de suivre la pente du texte... Je ne demande pas de l'effet-stabilo façon Callas, mais à la longue, j'avoue que j'ai fini, ce soir-là, par me lasser d'entendre les acteurs essayer sans cesse de déjouer la musicalité naturelle du texte - sans percevoir la plus-value qu'ils m'offriraient en échange.

(Par ailleurs, j'ai été très déçu par la traduction d'André Markowicz, dont la traduction des vraies tragédies m'avait ébloui, parvenant en plusieurs endroits à égaler l'original.)

58. Le mardi 7 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 52 : Troisième Symphonie de Mahler, chorégraphie John Neumeier

(Samedi 4 mai 2013.)

Un plaisir d'entendre cette symphonie fonctionner en salle, dans l'acoustique propice de Bastille, et par l'Orchestre de l'Opéra. Le dernier mouvement est une sorte d'extase cosmique ininterrompue - assez bien tenue par le chef Simon Hewett, après un premier mouvement aux départs imprécis, et pour tout dire un rien mou.

Dommage que quelques dizaines de pédezouilles se soient crus obligés d'ensevelir les quatre dernières secondes du dernier accord sous les applaudissements. Comment est-ce seulement possible, si on ouvre un tout petit peu ses oreilles à ce qui se passe ?

Les césures entre mouvements, chose inhabituelle, sont longuement respectées, comme voulu par Mahler - généreuse initiative, mais qui, en plus des applaudissements à chaque interruption, crée surtout les conditions propices à un merveilleux concert de toux, astucieusement spatialisé à travers Bastille.

Visuellement, le premier mouvement est une très belle réussite, avec ses figures florales réalisées par les danseurs dans une demi-pénombre. Uniquement masculin, les sections de marche n'en sont que plus réussies. Beaucoup aimé également les postures de vaisselle chinoise du premier couple soliste, dans le troisième mouvement.
Le reste m'a semblé beaucoup plus convenu, et à la fois assez peu intelligible et plutôt plat - j'ai fini par observer surtout l'orchestre pendant les trois derniers mouvements...


Néanmoins, entre les moments de grâce chorégraphiques, la magnificence de cette musique et la qualité de l'orchestre, un moment précieux !

59. Le lundi 13 mai 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 53 : Occupe-toi d'Amélie de Feydeau

(Mercredi 8 mai 2013, Théâtre de la Michodière.)

Dans un théâtre de dimensions réduites, une belle projection de la plupart de la troupe. Le texte sent parfois un peu sa "récitation", et la mise en scène n'est pas vertigineuse non plus, loin de pousser le texte dans ses retranchements, mais le résultat demeure très séduisant, exactement à l'aune du théâtre de boulevard qu'on ne peut pas manquer à Paris dès lors qu'on est un tout petit peu sensible au comique d'intrigue.

60. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 54 : Mélodies d'Occupation

(Mardi 14 mai 2013, Cité de la Musique.)

Programme long et généreux, par Vincent Le Texier et Jeff Cohen.

Détail des oeuvres, réserves de présentation et difficultés d'exécution lisibles ici.

61. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 55 : La Gioconda de Ponchielli

(Samedi 18 mai 2013, Opéra Bastille.)

Non, pas celle-là, même si elle cause.

L'oeuvre survit assez bien à la scène grâce à son livret (au prix d'articulations brutales aux limites du grotesque) et à sa belle musique. Orchestralement aussi, plutôt plus soigné que du Verdi standard. Dans la même veine historique, on pourrait jouer, avec davantage de profit, I Medici de Leoncavallo, où est patente l'influence de la musique française (et pas Massenet, bien Debussy !).

Côté interprétation, orchestre admirable (chose rare dans cette musique !), chanteurs superlatifs (Urmana moins, mais l'émission, à défaut de legato et de grâce, est franche et sonore). Tout particulièrement D'Intino et Álvarez, quel couple étrange et fulgurant ! Toute la partie basse, franchement poitrinée chez D'Intino, lui procure une autorité et une précision sonores époustouflantes (et un aigu au contrairement extrêmement doux, presque invertébré), face à un Álvarez qui rayonne avec naturel, sans chercher à se faire dramatique. Luciana D'Intino reste, avec (/ après) Doris Soffel, la voix la plus époustouflante entendue dans ces murs.

Côté mise en scène, ce que fait Pizzi n'est pas très exaltant, mais la direction d'acteurs minimale est assurée.

62. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 56 : Le Vaisseau Fantôme ou le Maudit des Mers de Louis Dietsch

(Mardi 21 mai 2013, Opéra Royal de Versailles.)

Cette oeuvre constitue un étrange creuset de l'avant-garde européenne de l'époque, dont on parle d'un peu plus près ici. Une belle révélation très bien servie.

63. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 57 : Der Fliegende Holländer de Wagner à Versailles

(Mardi 21 mai 2013.)

La lecture de Minkowski, très vive, ne m'a pas paru si souverainement neuve, et en tout cas pas toujours à la hauteur des qualités du chef et des ressources profondes de la partition. Mais entendre Bernard Richter en Erik demeurait un privilège. Bref mot à la fin de cette notule.

64. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 58 : Zanetto de Mascagni & Abu Hassan de Weber

(Mardi 28 mai 2013, Théâtre Roger Barat d'Herblay.)

Herblay propose, cette année encore, de beaux jalons rares de l'opéra, avec ses moyens propres.

L'Orchestre Ostinato est toujours aussi limité, ruinant les envolées lyriques de Mascagni - et même plutôt atroce lorsqu'on est confronté à la simplicité d'un petit Weber comique (ni unité d'archet, ni même justesse chez les cordes). Rien que l'accord liminaire est épouvantablement laborieux pour un orchestre de professionnels. Il donne davantage l'impression d'un réceptable de canards boîteux du système que de la rampe de lancement de jeunes musiciens prometteurs. Je n'ai pas une image précise de leur formation, mais s'ils sont bons, ils sont alors excessivement mal dirigés - et même s'ils sont moyens, ils ne devraient pas sonner sans aucune cohésion (fréquemment décalés, y compris pour de la musique de style classique sans virtuosité !), sans même la propreté requise pour passer un examen au conservatoire.
Le mystère demeure donc entier.

Je voulais surtout entendre Zanetto, un petit bijou très court, dans une jolie orchestration vériste (doublures des thèmes, effets de harpe, quatuor récurrent à deux altos). Sans atteindre les raffinements du meilleur Leoncavallo (I Medici), cette très belle miniature doucettement mélancolique se hisse vers les sommets de la production de Mascagni. Un remarquable sextuor a cappella qui ouvre l'oeuvre, assez long, d'une grande simplicité, et sans paroles ; de beaux thèmes récurrents.

Il était en outre idéalement servi, selon la coutume, par des chanteurs qui n'ont pas (encore) leur notoriété établie dans les plus grandes maisons, Maria Virginia Savastano (Sylvia, soprano - la cantatrice désillusionnée) et Mariam Sarkissian (Zanetto, mezzo - le chanteur errant) ; la première d'une belle présence et voix très égale, bien asservie aux mots ; la seconde un peu limitée en puissance, mais d'un timbre chaud et d'une expression généreuse. Deux noms peu célèbres (bien que Savastano ait déjà une fort honorable carrière), mais qui méritent d'être distingués.

Je tenais Abu Hassan pour une oeuvre sans intérêt, et en effet, avec un orchestre dans les choux, des chanteurs agréables mais encore un peu verts (Nika Guliashvili fait tout de même valoir une voix de basse d'une belle autorité), on ne peut pas sauver ce que les plus grands n'ont déjà pas pu sauver : une intrigue indigente dans une musique stéréotypée et de qualité très modeste.
La tentative de transposition vers une dénonciation de la crise et de la saisie du type postsubprimes permettait de se tirer un peu de l'orientalisme de pacotille (n'ayant de surcroît aucun lien de nécessité avec l'intrigue racontée), et la scène finissait par prendre le pas sur la musique - pas toujours très subtilement, mais malgré la facilité du propos, on peut parler de moindre mal, vu la nature de la partition et l'état de l'orchestre.
Quand même quelques moments de grâce dans les interventions polymorphes du versatile Vincent Byrd Le Sage (comédien), avec en particulier un discours de politicien fantastiquement imité et exécuté.

La soirée valait le déplacement pour entendre Zanetto, qui le mérite vraiment.

65. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 59 : Nuits d'Eté par Véronique Gens, et première mondiale (?) de la version originale d'Athalie de Mendelssohn

(Mercredi 29 mai 2013, Cité de la Musique.)

Orchestre de Chambre de Paris, (un peu mollement) dirigé par Laurence Equilbey. Choeur Accentus, timbre d'ensemble superbe comme toujours.

Nuits d'Eté évidemment souveraines, mais l'intérêt était surtout la musique de scène d'Athalie, qui se révèle très convaincante mise en espace, bien davantage que les versions en allemand qui existent au disque. En plus, j'en ai déjà fait état, on découvre une inspiration prosodique qu'on ne soupçonnait pas à Mendelssohn, surtout en français.

Je reste en revanche toujours frustré par ces comédiens amplifiés qui sont incapables de tonner sans s'érailler, et qui semblent de surcroît découvrir leur texte le soir du concert. L'option du récitant unique n'était en revanche pas mal vue.

Très belle découverte.

66. Le dimanche 16 juin 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 60 : Mârouf, savetier du Caire d'Henri Rabaud, à Favart

(Lundi 3 juin 2013.)

Une petite révélation que Mârouf sur scène, qui fonctionne à plein, contrairement à mes expériences discographiques. Un peu plus de détail sur l'oeuvre ici.

67. Le mardi 9 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 61 : L'Intermezzo de Ropartz, Schwanengesang et Dichterliebe

(Vendredi 7 juin 2013, Grand Salon des Invalides.)

Sébastien Soules (1,2) et Tristan Raës dans ce beau programme. Voix sombre sans être très puissante, mais un allemand d'une gourmandise communicative. Je craignais la voix tassée dans le lied, mais Dichterliebe en particulier remarquable.

Public assez spécifique.

68. Le mardi 9 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 62 : Pionniers au temps du Sacre - musique de chambre de la décennie 1910

(Samedi 8 juin 2013, Centquatre.)

Un arrangement pour petite ensemble du Festin de l'Araignée de Roussel, le Nocturne pour septuor de Roslavets, les Quatre Pièces Op.5 pour clarinette et piano de Berg, Six Poèmes d'Apollinaire d'Honegger, Quatre Mélodies Op.41 de Szymanowski (version allemande), Trois poèmes de Mallarmé de Ravel... par des musiciens de l'Orchestre National de France (Jessica Bessac particulièrement extraordinaire à la clarinette) et Andrea Hill (mezzo-soprane).

Programme assez hallucinant d'originalité, dans une salle à peu près vide (il faut dire que ce n'était pas très bien annoncé, et que le lieu n'est pas immédiatement associé à la musique classique), et interprété avec un grand engagement par les musiciens de l'ONF - dont on entend souvent du mal, mais pour ce qui est de la musique de chambre, c'est sans comparaison avec les salons un peu tièdes des musiciens de l'Orchestre de l'Opéra (pourtant autrement prestigieux, et plus impressionnant en grande formation) donnés à Garnier.

Trente personnes tout au plus, dont les deux tiers étaient probablement des proches des musiciens ou des invités des producteurs de France Musique... mais les restants étaient les vrais forcenés du décadentisme / futurisme / interlopisme.

69. Le mardi 9 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 63 : Schubertiade à la Cité de la Musique

(Dimanche 9 juin 2013.)

Un des concerts les plus attendus... et les plus enthousiasmants de la saison !

Une collection de Schubert rares (en particulier des ensembles pour plusieurs voix, dont le très étrange trio du braconnage, véritable saynète dramatique avec choeur final de réjouissance), chantés par de très grands schubertiens de notre temps : la grâce immarcescible de Ruth Ziesak (1,2,3) et les capiteuses truculences d'Anke Vondung en particulier, mais la crâne assurance de Konrad Jarnot (plus baryton que basse, mais capable d'élargir spectaculairement son registre et son volume !), et la grande expérience de Werner Güra, le tout honnêtement suivi par Christoph Berner, quelle collection de spécialistes inspirés !

N'étaient de plus présents que des amateurs fervents du genre... malgré le recueillement ambiant, quasiment une ambiance de kermesse.

70. Le mardi 9 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 64 : I Was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky de John Adams

(Mardi 11 juin 2013, Châtelet.)

D'abord curieux de voir ce que produirait ce songplay en action. Au disque (écoutez Nonesuch plutôt que Naxos, mais les deux versions sont bonnes), on entend de la vraie comédie musicale, mais avec une grande qualité d'écriture, et largement marquée par le jazz et des procédés répétitifs assez simples.

En salle, un peu moins convaincu : la structure en numéros n'étant pas réliée par des récitatifs ou des dialogues parlés, on a l'impression d'une juxtaposition un peu brutale, un peu comme lorsqu'on joue Fidelio en virant les dialogues ou le Songe d'une Nuit d'Eté avec la seule musique.

Néanmoins de beaux moments, comme les airs délibératifs des deux gars au deuxième acte, et surtout le trio (leste) de femmes.


Production fondée visuellement sur des projections qui mettent de l'animation bienvenue dans ces numéros très figés.

Pas mal.

71. Le jeudi 11 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirées 65 & 66 : Classe de lied & mélodie de Jeff Cohen

(13 & 14 juin 2013, Salle d'Art Lyrique du CNSMDP.)

Cinq duos chant-piano, dans des programmes variés, originaux et étudiés... Sur les cinq chanteurs, quatre très bons, dont deux exceptionnelles (une soprane et une mezzo appelées à de grandes choses). Comme d'habitude un grand moment dans la saison.

Je comptais en parler plus en détail dans ces pages, extraits sonores à l'appui : ce sont des artistes qui n'ont pas encore beaucoup de couverture presse, alors tant qu'à faire...

72. Le jeudi 11 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 67 : L'Oiseau de feu, les Danses polovstiennes et Shéhérazade (RK) par Youri Temirkanov

(Lundi 17 juin 2013, TCE.)

Déception. L'Oiseau était dans sa version de 1919, c'est-à-dire 20 minutes de musique au lieu de 50 ; et les répétitions infinies des autres oeuvres ne sont pas très propices à l'écoute attentive enfermé dans une salle de concert. En plus, j'ai trouvé le Philharmonique de Saint-Pétersbourg, tant admiré en répétition, très lisse. Certes, tout est joli, mais pas vraiment tendu - on a même l'impression d'une décontraction étonnante des interprètes...

73. Le jeudi 11 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Soirée 68 : Pénélope de Fauré par l'Orchestre Lamoureux

(Jeudi 20 juin 2013, TCE.)

Présentation de l'oeuvre (et de ses problèmes), de la soirée ici.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031