Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

dimanche 30 septembre 2007

La prosodie des Vier letzte Lieder (Quatre derniers Lieder) de Richard STRAUSS - [débat]

Il y a quelque temps, CSS a mené une joute fort sympathique sur ce sujet, et en profite pour proposer un petit résumé par ici, puisqu'il s'agit d'un petit exercice sur le rapport texte/musique. Nous soutenions que le travail prosodique de Strauss n'était absolument pas fin sur ces quatre derniers lieder, contrairement à ce qui nous était assuré.

Le terrain, malgré notre suggestion de Beim Schlafengehen, sur lequel nous avions déjà fourbi nos armes autrefois, fut déloyalement choisi sur Frühling.




Objet de la démonstration, notre énoncé qui faisait débat :

En réalité, Strauss demeure assez loin du texte, n'en traite que globalement les atmosphères (et les transfigure).

Suite de la notule.

Enregistrements, domaine public - XX - Jules Massenet, Werther - Cohen 1931 (Thill, Vallin)

Voici les vivres de la semaine, le légendaire enregistrement de Werther par Georges Thill et Ninon Vallin. Sous la direction d'Elie Cohen, à la Tête de l'Orchestre du Théâtre Nation de l'Opéra-Comique (choeurs d'enfants de la Cantoria), enregistré en mars 1931. (Le son en est tout à fait bon.)

On y entendra des réflexes interprétatifs qui diffèrent des standards actuels, et toujours cet étrange décalage entre la diction parfaite et une certaine réserve interprétative (on ne considérait pas l'opéra sous l'angle intellectuel qui prévaut aujourd'hui). [1]

Une version en tout état de cause assez fascinante.

Notes

[1] On peut se reporter à notre réflexion précédente sur le sujet.

Suite de la notule.

mercredi 26 septembre 2007

Rosserie

Comme il est de tradition sur CSS, en cas de manque de temps, un brin d'émerveillement à peu de frais.

Suite de la notule.

samedi 22 septembre 2007

Enregistrements, domaine public - XIX - Vaste récital Rosa Ponselle (lied, mélodie, songs, opéra)

Tandis que nous préparons activement d'autres festivités, voici de quoi s'amuser auditivement pour cette semaine.

Trois disques réaslisés pour le label RCA Victor, à la fin de la carrière de Rosa Ponselle, dont les Bellini et Verdi nous sont sans doute les mieux connus. On peut penser notamment à sa Leonora de la Forza del destino, d'une intensité émotionnelle sans pareille.

Ici, un récital avec certaines raretés, trois disques enregistrés en 1939 et 1954. On peut citer notamment des mélodies françaises (Fontenailles, Persico, Delibes, Saint-Saëns et même Paladilhe[1]), italiennes (Wolf-Ferrari) et espagnoles (Granados notamment) peu pratiquées, des extraits d'opéras qui ne sont plus donnés (comme la Molinara de Paisiello, sans doute plus connue pour ses variations sur clavier par Beethoven). Du lied (plutôt célèbre, mais avec des exceptions), des songs, des pièces plus populaires... un éventail impressionnant de son art.

Dans un son tout à fait bon.

Notes

[1] Auteur tardif de Grands Opéras à la française qu'on ne joue plus du tout, comme l'imposant Patrie, jamais enregistré, qui a pourtant pour lui des charmes au moins égaux aux meilleurs Halévy, avec une construction d'un rythme plus élevé. Et un peu plus d'humour.

Suite de la notule.

mercredi 19 septembre 2007

Vanités sur sol

Vous vous souvenez peut-être de l'arrivée en ces lieux d'un visiteur qui avait soumis à un moteur de recherche la requête "Hochzeit DavidLeMarrec", ce qui (bien que vraisemblablement à la recherche d'informations sur le premier opéra inachevé de Richard Wagner) nous avait ému aux larmes.
Hélas, nous ne reçûmes par la suite d'invitation plus pressante.

Aujourd'hui, la gloire prend une autre forme, plus familière mais pas moins tendre, puisque notre visiteur du jour est parvenu jusqu'à nous par la requête "tonton david lieder". (Nous serions plus fier qu'Artaban si nous ne subodorions quelque confusion dans cette rencontre.)

Qu'est-il de plus doux que la gloire, n'est-ce pas ?

lundi 17 septembre 2007

Enregistrements, domaine public - XVIII - Richard WAGNER, Tristan und Isolde - Karajan I , Bayreuth 1952, Mödl, Vinay - Malaniuk, Hotter, Weber

CSS poursuit sa patiente constitution d'une bibliothèque choisie du domaine public. Après vous avoir abreuvés de (splendides) raretés biscornues, un enregistrement tout aussi remarquable, mais fort connu.

Il s'agit de l'un des plus beaux Tristan jamais donnés, un an après la réouverture de Bayreuth.

Suite de la notule.

vendredi 14 septembre 2007

A la découverte de Pelléas & Mélisande de Debussy/Maeterlinck - XII - Yniold et son double (Polyphème de Jean Cras) - (2, analyse comparée)

Suite directe de cette notule de notre série sur Pelléas.

Le commentaire comparatif sur ces deux scènes.

Suite de la notule.

samedi 8 septembre 2007

Ersatzmessias

Non musical.

Tout est dans le titre.

Suite de la notule.

vendredi 7 septembre 2007

A la découverte de Pelléas & Mélisande de Debussy/Maeterlinck - XI - Yniold et son double (Polyphème de Jean Cras)

Petit crochet dans notre série sur Pelléas.

Il nous fallait aborder cette longue scène essentielle de la « torture » de l’enfant (III, 4), mais nous le ferons de façon plus informelle aujourd'hui, à travers une balade essentiellement musicale (avec les extraits correspondants) et bêtement thématique. Pour un petit émerveillement.

Suite de la notule.

jeudi 6 septembre 2007

Enregistrements, domaine public - XVII - Hugo WOLF, lieder - très vaste anthologie de la Hugo Wolf Society

Vous pouvez peut-être débuter la visite par ici, dans la présentation du lied chez Hugo Wolf :


Nous avions déjà proposé un récital de Lotte Lehmann pour l'illustrer (et quelques autres bricoles), suite à l'hésitation sur la liberté des droits de l'enregistrement Schwarzkopf/Furtwängler 1953 (en tout état de cause un peu maniéré, malgré sa belle adéquation stylistique).

Aujourd'hui, CSS vous propose les deux tiers de la très vaste anthologie de la Hugo Wolf Society, enregistrée par des chanteurs devenus légendaires entre 1931 et 1938 (et aujourd'hui toujours au catalogue d'EMI pour un prix modique).

Pour beaucoup d'entre eux, ces interprètes sont restés à la postérité comme des chanteurs wagnériens. Mais l'émission plus franche et nasale de l'époque leur permettait d'assurer également des récitals de lieder - avec certes moins de recherche expressive qu'aujourd'hui, mais avec néanmoins une véritable adéquation vocale.
Il faut rappeler ici que nous avions mis à disposition l'incroyable Erlkönig (ainsi que son très beau Meine Rose) de Frida Leider (entendre ici), Brünnhilde incontournable de son temps. Comme la voix sonne fraîche et proportionnée, presque étroite ! Et quelle diction, quel feu... aux antipodes de ce qu'a produit le répertoire wagnerien depuis le Neues Bayreuth.

Nous commentons bien entendu rapidement les enregistrements (en italique).

Suite de la notule.

mercredi 5 septembre 2007

Musique, domaine public - XVI - Ludwig van BEETHOVEN - Fidelio - Vašata 1953, National de Prague - (Dvořáková, Blachut, extraits en tchèque)

Une petite curiosité dans notre série d'insolites (comme ici par exemple) : Fidelio en tchèque, à télécharger sur nos serveurs.

Suite de la notule.

mardi 4 septembre 2007

Avant-concert : introductions à la Damnation de Faust (Hector BERLIOZ)

Sur commande[1] , voici une esquisse de réponse à quelques questions posées, portant sur :

  1. La construction de l'oeuvre.
  2. La fidélité à Goethe et la fin modifiée.
  3. Opéra ou pas ?

Et bien sûr, au passage, les adaptations lyriques du mythe de Faust.

On en fait donc profiter les lecteurs de notre petit antre.

Notes

[1] ... puisqu'à Paris se prépare en ouverture de saison une version réunissant James Levine, Yvonne Naef, Marcelo Giordani et José van Dam.

Suite de la notule.

lundi 3 septembre 2007

Erratum : Musique libre de droits sur la Toile

Je m'aperçois, en utilisant ma propre contribution, de ce que j'ai commis une confusion en notant une adresse (une des plus riches) : il s'agit bien sûr du site américain Opera Today et non du site de critiques Classics Today.

Erreur désormais rectifiée sur les deux supports :


J'ose espérer bien présumer en pensant qu'Opera Today diffuse certains enregistrements non libres de droit de plein accord avec les ayants droit. Vu l'importance du site (et la nature de ses annonceurs !), j'imagine mal qu'il passe inaperçu. Toutefois, si l'un de nos lecteurs a des précisions, elles seront bienvenues.

A tout le moins, vous pouvez toujours profiter de nombreux enregistrements du domaine public également diffusés par ce site.

Magdalena KOŽENÁ

Voilà quelques jours que nous songions à parler de cette interprète, chérie depuis longtemps par les équipes de CSS.

A la faveur de la réécoute de sa Mélisande, commentée ici même, puis de sa Shéhérazade, sans parler de ses récitals Dvořák/Janáček/Martinů et Ravel/Britten/Chostakovitch/Respighi/Schulhoff/, chez DGG ou en concert, on désirait en dire un peu plus long peut-être.

Mais, quoi qu'il en soit, le prétexte nous est fourni par cette entrevue, filmée pour Virgin avec des moyens rudimentaires, mais très intéressante quant à notre réception des choix interprétatifs de cette artiste :

Suite de la notule.

Georg BÜCHNER - Jakob Lenz (radiodiffusion)


Nous avions assez longuement décrit l'oeuvre de Wolfgang Rihm ; si vous désirez désormais entendre la pièce originale, France Culture la diffuse dimanche prochain à vingt heures (également écoutable via le Web et en rediffusion).
[Cela dit, ces expériences radiophoniques sont souvent décevantes, et masquent régulièrement l'oeuvre. Je pense par exemple au Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas, de KERTÉSZ Imre, changé en de vagues ratiocinations, là où la construction cyclique et surtout le déroulé splendide de ces phrases sans fin, accumulant, juxtaposant les précisions superflues, étaient totalement impossibles à sentir.]




Cette semaine, nous avions eu droit à Woyzeck, qui a inspiré bien entendu le Wozzeck d'Alban Berg (livret du compositeur), pierre angulaire du répertoire lyrique du vingtième siècle.

Les 16 et 23 septembre, ce sera au tour de Dantons Tod ( « La Mort de Danton » ), oeuvre elle aussi mise en musique - par Gottfried von Einem, une composition à la fois tonale (plutôt postromantique) et tourmentée. Du Pfitzner sur un texte bien plus « vingtième », en quelque sorte.




Les trois textes les plus célèbres de Büchner, tout trois mis en musique par des compositeurs importants (surtout les deux premiers - le troisième étant tout à la fois moins célèbre et moins fondamental historiquement).

David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(8/7/2011)

Chapitres

Calendrier

« septembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930