Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

lundi 28 mai 2007

Lieder de Max REGER - recommandations discographiques (oeuvres et disques)

En appoint de la notule sur Max Reger, voici quelques-uns des rares disques à céder une place significative à ces lieder. Dans des interprétations de qualité, peu chères et disponibles, si possible...

Un petit tour aussi auprès d'oeuvres vocales rares.

Suite de la notule.

dimanche 27 mai 2007

Max REGER - Winterahnung (Friedrich Rückert), Op.4 n°3

Traduction, commentaires, illustrations sonores. Comme de coutume.

Egalement quelques considérations plus générales sur les lieder de Max Reger et, en notes, sur la recréation prosodique à l'opéra.

Suite de la notule.

Richard STRAUSS - Frühlingsfeier, "Fête du printemps" (Edda Moser)

A signaler, un article particulièrement remarquable chez Bajazet autour de ce lied (plus nos papotages habituels...).

samedi 26 mai 2007

Soirée lyrique

Programme démentiel sur les radios du monde ce soir.

Et notre suggestion. (Puis nos commentaires.)

Pour les problèmes techniques, on peut se reporter ici.

Suite de la notule.

mardi 22 mai 2007

Carnet d'écoutes - Robert SCHUMANN, Das Paradies und die Peri (Le Paradis et la Péri), Op.50 - Daniel Harding, Stockholm

Diffusion hier soir sur France Musique[s] de l'oeuvre, avec la distribution suivante :

Sally Matthews : la Péri
Malin Christensson : soprani
Ingeborg Danz : l'ange
Christoph Prégardien : narrateur
Andrew Staples : ténor
Christopher Maltman : baryton
Choeur de la Radio Suédoise
Orchestre Symphonique de la Radio suédoise

On en profite pour évoquer un détail de l'oeuvre qui nous amuse.

(Et on évoquera incidemment certains pans du Mendelssohn dramatique sacré.)

Suite de la notule.

samedi 19 mai 2007

L'Anniversaire de l'Infante (à Carnegie Hall)

Que serait-il arrivé si le Nain difforme de Wilde n'avait jamais rencontré de miroir ?

J'ai trouvé la réponse ce jour en vidéo.

Suite de la notule.

Gustav MAHLER, une présentation - IV - Das Lied von der Erde - (Le Chant de la Terre)

Contexte. Organisation musicale et choix des textes. Découpage et contenu.
Versions ?

Suite de la notule.

Gustav MAHLER, une présentation - III - les symphonies

Les neuf symphonies numérotées.

Suite de la notule.

vendredi 18 mai 2007

Gustav MAHLER, une présentation - II - les lieder

Les oeuvres de jeunesse ou inachevées seront abordées plus tard.

Suite de la notule.

Amusement mesquin

J'apprends incidemment qu'un film récemment sorti est présenté comme particulièrement novateur sur la forme, car utilisant des chansons. Mais pas n'importe comment, des chansons qui ne sont pas des pièces de caractère, mais le moyen de dire l'émotion indicible.

En somme, renforcer l'expression des affects par le concours de la musique.

Ca ne vous rappelle rien ?




Oui, en somme, ce génial cinéaste vient d'inventer la tragédie grecque.

Toutes mes félicitations.

jeudi 17 mai 2007

Carnet d'écoutes - BACH, Messe en si - Marc Minkowski, Les Musiciens du Louvre

Plus de précisions par le riche compte-rendu de Sylvie Eusèbe et les discussions subséquentes.

Joanne Lunn, Blandine Staskiewicz, Judith Gauthier, Claire Delgado Boge (Dessus) ; Philippe Jaroussky, Nathalie Stutzmann (Alti) ; Emiliano Gonzalez Toro, Markus Brutscher (Ténors) ; João Fernandes, Alan Ewing (Basses).




En ce moment même, la Messe en si par Minkowski sur Radio Classique. CSS s’avoue frappé comme la foudre. La lisibilité enfin sensible par le un par partie, qui, musicologiquement fondé ou pas (querelle éternelle), permet de saisir pleinement la profondeur des plans de cette pièce.
Et tout autant ce son et ce sens de la danse tous deux extrêmement français. Sans parler du galbe de trilles fort peu germaniques.
Résultat très impressionnant, qui pourra pour pas mal de monde se placer d’emblée en référence. Alors même que la sècheresse des instruments d’époque m’avait convaincu dans cette œuvre précise d’en rester à Jochum et Scherchen, il faut bien avouer que la conversion est aujourd’hui inévitable.
L’évidence des lignes, cette danse irrésistible qu’il manque si souvent dans les interprétations de Bach, ces respirations formidables… l’œuvre en sort réellement magnifiée, en une belle épiphanie hors saison.




La seule chose qu’on puisse regretter est le contraste entre parties dévolues aux chœurs et aux solistes, mais pour ma part, je m’avoue ravi de la disparition de cette frontière.

mercredi 16 mai 2007

Gustav MAHLER, une présentation - I - Caractéristiques générales

Notre rédaction a eu l'occasion de préparer une introduction à l'ensemble de l'oeuvre de M. Mahler. Pas sûr que ce soit très utile aux brillants lecteurs assidus de CSS, mais sait-on jamais, des visiteurs égarés.

Pour plus de lisibilité, on classera par genres. Lied, symphonie, oeuvres de jeunesse ou inachevées.

Description, commentaire, suggestions discographiques pour chaque oeuvre.

Suite de la notule.

lundi 14 mai 2007

Les disques du jour - XVIII - Franz SCHMIDT, Symphonies 3 & 4

Deux disques aujourd'hui.

Issues d'un calme romantisme tardif, ces deux symphonies présentent un déploiement sous forme de long serpentement, autour de motifs sans cesse réutilisés, comme chez Felix Weingartner, mais avec sans doute plus de subtilité.

Suite de la notule.

François-Joseph GOSSEC, Le Triomphe de la République

Je n'y avais pas fait attention, mais Radio-Classique doit voter à droite (sans blague, me direz-vous).

Parce que programmer Le Triomphe de la République à une semaine des élections, alors même qu'on n'y passe plus que des oeuvres très célèbres, ce ne peut être innocent !

C'est une idée franchement rigolote, qui met très bien en regard la propagande électorale avec le texte totalement emphatique et creux du divertissement. (Ah, finalement, ce n'est peut-être pas si favorable à la droite que ça.)

Oui, j'en viens à la musique, un peu de patience, on clique ci-dessous et tout ira bien.

Suite de la notule.

dimanche 13 mai 2007

Semaine lyrique : Scarlatti, Gossec, Petitgirard, Piccinni

Outre la Santissima Annunziata d'Alessandro Scarlatti diffusée hier soir sur France Musique[s], quelques rendez-vous parfois cachés qui s'annoncent très intéressants cette semaine.

Le Triomphe de la République de Gossec, une oeuvre importante dans le tournant politique que prend l'opéra comique si naïf à la Révolution - Richard Coeur de Lion de Grétry devenant pour longtemps le symbole de ralliement des légitimistes et Le roi et le fermier de Monsigny apparaissant comme la relique d'un temps révolu.
Dans le même temps, des oeuvres flattant le pouvoir se développent, avec spécialisation politique des théâtres qui se partagent ainsi des publics bien différents, jusqu'à la censure provisoire (puis définitive par le décret de 1794). Le Théâtre Feydeau, l'ancien Théâtre de Monsieur (dirigé par Viotti et secondé par Cherubini), regroupe les royalistes, tandis que la salle Favart programme des oeuvres favorables à la Révolution dès 1790.
On trouve ainsi Les Rigueurs du cloître d'Henri-Montan Berton (sur la pièce de Joseph Fiévée), où une jeune religieuse est sauvée de ses voeux par son amant à la tête de la Garde Républicaine, avec final obligé façon hymne à la liberté. Quelques titres amusants :

Suite de la notule.

samedi 12 mai 2007

"Le plus haut de tous les temps"

Horreur et consternation ! CSS verse dans le sensationnalisme.

Mais voilà qui est amusant, et une excellente démonstration pour définir le falsetto.

Voici donc la note la plus haute jamais écrite[1] par un compositeur pour une voix d'homme "standard" (c'est-à-dire hors contre-ténors et castrats) :

Très haut.

De quoi et de qui s'agit-il ?

Notes

[1] A ce qu'on en dit, je n'ai pas pu le vérifier sur pièce. Mais il s'agit en tout cas de la plus haute réalisée, si on passe quelques exceptions historiques (un ton plus haut, dit-on).

Suite de la notule.

jeudi 10 mai 2007

Magie du verbe

La parole a ceci de fabuleux qu'elle crée le réel. C'est pourquoi la découverte du pouvoir du mensonge par les enfants est toujours une grande expérience : ce qui n'est pas vrai peut être tout aussi convaincant que le vrai, et pas seulement dans le domaine de la narration fictionnelle[1].

Or, les capacités cognitives limitées de l'être humain lui demandent, afin d'être informé de la marche du monde, de recourir à une médiation, que ce soit via le bouche à oreille ou les médias. Ces médiateurs, même en les supposant à la fois fiables et de bonne foi - ce qui n'est pas nécessairement évident -, créent de la vérité à partir de leur seule parole : si on leur accorde crédit, ils créent ce qu'ils énoncent, démiurges nouveaux.

On l'avait déjà relevé lors d'une réalisation particulièrement audacieuse de ce nouveau paradoxe du menteur, dont les implications sont tout à fait maîtrisées par le personnel politique : ce que je dis est vrai du fait même que je l'énonce, même si c'est faux.
Plus récemment, nous revenions aussi sur plusieurs de ces usages, notamment autour du changement et de la fiction institutionnelle.

A présent, un petit exercice très simple sur l'actualité.

Suite de la notule.

Notes

[1] Comme on l'apprend depuis pas mal d'années, via Maupassant "l'illusionniste", aux collégiens.

Suite de la notule.

mercredi 9 mai 2007

Bonnes nouvelles

Parce que Carnets sur sol ne souhaite pas passer son temps à récriminer gentiment, quelques occasions de se réjouir.

[Où l'on verra que CSS est manifestement le mentor du nouveau gouvernement, sans que celui-ci lui ait demandé son avis.]

Suite de la notule.

mardi 8 mai 2007

Elzbieta Szmytka dans Lucio Silla (Mozart)

Mise à jour de la brève monographie sur Elzbieta Szmytka, autour de l'écoute de son Lucio Cinna.

Confirmation de la dichotomie impressionnante de ses talents selon les langues pratiquées.

[Edit : Justement, conversation chez Bra aujourd'hui autour de Lucio Silla par Murray/Cambreling...]

dimanche 6 mai 2007

Le disque du jour - XVII - Franz SCHUBERT, Intégrale des quatuors à cordes - Leipziger Streichquartett / Quatuor à cordes de Leipzig

Il n'est pas dans notre cahier des charges de sélectionner des interprétations d'oeuvres célèbres, chacun se fraie un chemin à son goût dans ces contrées incontournables.

Toutefois, petite entorse en guise de disque du jour, tant l'entreprise force l'admiration à tout point de vue.

Bref extrait dans la note.

Suite de la notule.

samedi 5 mai 2007

Non t'accostar all'urna - traduction, partition - Jacopo Andrea VITTORELLI, Franz SCHUBERT, Giuseppe VERDI

Faute de temps, voici une traduction sur coin de table, proposée en guise de dépannage ce soir il y a quelques minutes (apparemment pas de traduction française sur la Toile). Je fournis la partition de la mélodie de Schubert correspondante, en téléchargement libre.

Suite de la notule.

jeudi 3 mai 2007

Enregistrements, domaine public - VIII - Carl Maria von WEBER, Euryanthe - Stiedry 1955, Sutherland, Schech, Vroons, O. Kraus, Böhme

Puisque nous serons assurément tous affairés à écouter Mimi ce samedi dans la Louise de Gustave Charpentier, voici un petit peu plus tôt l’opéra de la semaine.

Après Marschner et Mendelssohn, nous poursuivons notre série du premier romantisme allemand un peu négligé sur les scènes avec Euryanthe, tout de même joué tous les ans ici ou là en Europe.

Suite de la notule.

David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Calendrier

« mai 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031