Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Saison 2009-2010 : moments choisis


Après le bilan statistique, voici une ébauche de bilan subjectif.


Soirées irremplaçables, d'anthologie :
  • Spectacle 12 : Rosmersholm d'Henryk Ibsen, mis en scène par Stéphane Braunschweig
  • Soirée 40 : Les Joyeuses Commères de Windsor (Andrés Lima) à la Comédie-Française
  • Soirée 11 : Motets baroques français (Lully, Desmarest, Campra, Rameau) par William Christie et les Arts Florissants à Pleyel
  • Soirée 1 : Lully / Moulinié / Saint-Amant / La Fontaine / Scarron à L'Archipel
  • Concert 8 : Liederspiele de Schumann à la Cité de la Musique
  • Soirée 22 : War Requiem de Britten (Ingo Metzmacher)
  • Soirée 18 : Une Maison de poupée d'Ibsen par Braunschweig
  • Concert 31 : Chanson perpétuelle de Chausson à l'Opéra Garnier
  • Concert 33 : Leonida Kavakos, Ingo Metzmacher et le Deutsche Sinfonie-Orchester Berlin dans Beethoven et Stravinsky, à Pleyel
  • Soirée 45 : Italienisches Liederbusch de Hugo Wolf au Théâtre des Abbesses
  • Soirée 44 : Francesca da Rimini de Rachmaninov par Alexander Vedernikov et le Philharmonique de Radio-France


Superbes suprises et superbes soirées :
  • Soirée 6 : Andromaque de Grétry par Hervé Niquet au Théâtre des Champs-Elysées
  • Soirée 15 : La création française du Quatrième Quatuor de Boris Tichtchenko par le Quatuor Danel à la salle Cortot
  • Soirée 50 : Les Misérables de Schönberg au Théâtre du Châtelet
  • Concert 47 : Intégrale des Sonates pour violon et piano de Schumann et demi-intégrale Hindemith par Franck Peter Zimmermann et Enrico Pace
  • Soirée 17 : Concert à l'Archipel pour luth ou théorbe, et virginal
  • Soirée 23 : Le Sette Chiese de Bruno Mantovani
  • Soirée 35 : Les Choéphores de Milhaud (Casadesus / Lille)
  • Soirée 37 : Sémélé de Marin Marais par Les Goûts Réunis à la Maison de Nanterre
  • Concert 38 : Concert violon / orgue à l'église Sainte-Elisabeth (IIIe arrondissement) par l'ensemble Liberata Musica
  • Soirée 13 : Salome de Richard Strauss mise en scène par Lev Dodin à Bastille
  • Soirée 49 : Die Walküre (La Walkyrie) de Wagner à l'Opéra Bastille (Jordan / Krämer)
  • Soirée 52 : Le Mariage de Figaro de Beaumarchais salle Richelieu
  • Concert 32 : La Veuve et le Grillon à la Péniche Adélaïde (les parties musicales)


Autres très belles soirées :
  • Soirée 10 : Acte II de Tristan und Isolde (Harding, Mahler Chamber Orchestra) au Théâtre des Champs-Elysées
  • Soirée 26 : Amadis de Quinault et LULLY à l'Opéra de Massy
  • Soirée 34 : Das Rheingold à l'Opéra Bastille (Philppe Jordan / Günter Krämer)
  • Soirée 19 : Loiseleur des Longchamps dans la mélodie européenne
  • Soirée 42 : A travers Clara : Orianne Moretti dans la correspondance et les lieder de Clara Wieck-Schumann.
  • Soirée 36 : La Provençale de Mouret et sa parodie La Fille mal gardée (Duni / Favart) à l'Opéra-Comique
  • et plusieurs autres encore...


Et quand même, pour se crédibiliser, les quelques rares déceptions (avec leur détail pour éviter les méprises) :
  • Soirée 9 : Das Klagende Lied et autres Mahler de jeunesse au Châtelet
    • Acoustique impossible pour les voix au Châtelet (alors que c'est extraordinairement chanté). Et surtout Das Klagende Lied est toujours aussi épouvantablement choucroutesque - j'avais espéré un déblocage en m'y rendant... Au moins le diagnostic est clair, parce que le programme de salle est excellent et la direction d'orchestre exemplaire.
  • Soirée 53 : Les Oiseaux d'Aristophane entrent au répertoire de la Comédie-Française
    • Problèmes structurellement liés à la pièce, expliqués dans la notule correspondance.
  • Soirée 23 : Rituel de Pierre Boulez
    • L'oeuvre, que j'avais beaucoup aimée au disque, s'est révélée vraiment pénible à l'écoute en concert, cette répétitivité, cette impression d'aléatoire, cet anti-mélodisme... rien de tout cela n'étant compensé par le génie orchestratoire habituel de Boulez, assez absent dans cette oeuvre.
  • Soirée 21 : Quatuor de Tokyo (Schubert, Schumann, Barber)
    • Techniquement un peu décevant et surtout un Quatorzième Quatuor de Schubert très lisse, bien moins prenant qu'au disque.
  • Soirée 14 : Die schöne Magelone (Tieck / Brahms) par Matthias Goerne, Andreas Haefliger et Eric Génovèse
    • Présentation remarquable (alternance des textes parlés et chantés, vraiment l'oeuvre dans son intégrité, et remarquablement interprétée), mais toujours aussi peu convaincu par l'oeuvre, aussi bien par Tieck que par Brahms.
  • Concert 31 : Quatuor de Chausson, Quintette avec piano de Vierne à l'Opéra Garnier
    • Seulement à cause de l'interprétation un peu réservée et des oeuvres finalement très hermétiques. Mais la Chanson perpétuelle est au contraire un bijou.
  • Soirée 20 : Ullmann, Der Kaiser von Atlantis.
    • A cause de la version ramassée de Mahagonny qu'il a fallu souffrir, dans une mise en scène cheap.
  • Soirée 48 : Genoveva de Schumann à Pleyel par l'Orchestre National de Lyon (Märkl, Schwanewilms, Goerne)
    • Exécution un peu molle orchestralement, qui ne tirait pas pleinement parti de l'oeuvre. Mais c'était en réalité une excellente soirée, avec un plateau exceptionnel et de la très belle musique.


On remarque que ce sont plus les oeuvres, en règle générale, qui touchent moins ma subjectivité (et c'est parfois ce qui a motivé mon déplacement), ou qui se révèlent différentes sur scène, que la qualité de l'exécution qui est en cause. Bref, une affaire purement personnelle - je ne crois pas avoir vu beaucoup de mauvais concerts... même en cherchant bien.

--

Les autres

Ceux qui n'ont pas été cités peuvent manquer par erreur, ou se situent tout simplement dans les soirées objectivement très réussies, mais qui m'auront moins touché.

--

Pistes pour l'avenir

Parmi ce qui a plu, beaucoup de théâtre (les Ibsen de Braunschweig, et certaines soirées salle Richelieu). Très intensément aussi du lied (mais fortement lié aux interprètes) et certaines oeuvres majeures à mon sens, du point de vue orchestral. Evidemment du baroque français.

Chaque Ibsen, et plus encore chaque Ibsen de Braunschweig est un événement pour les lutins, rien d'étonnant donc. La conception musicale des Joyeuses Commères par André Lima passait l'entendement, ouvrait des possibles théâtraux extraordinaires.

Parmi les oeuvres, Andromaque de Grétry a été une révélation, à telle enseigne qu'on lui a consacré une catégorie à part entière sur CSS au même titre que Pelléas et Mélisande ou Die Gezeichneten. Non pas d'ailleurs que l'oeuvre soit la plus belle de tous les temps, mais d'une originalité et d'un modernité non seulement étonnantes en elles-mêmes, mais de surcroît absolument inattendues pour du Grétry !
Dans une moindre mesure, Francesca Da Rimini de Rachmaninov est un ensemble terriblement impressionnant, surtout en salle.

Côté interprètes, ça a été la confirmation du caractère majeur d'Anke Vondung (Italienisches Liederbuch de Wolf), et la révélation fulgurante de Christianne Stotijn (partie d'alto dans Das Klagende Lied et Paulus de Mendelssohn).

--

On précise à nouveau que la liste complète des spectacles se trouve en fin du bilan et que les compte-rendus brefs et liens vers les notules se trouvent dans les commentaires de cette page, au fil de l'année.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1578

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031