Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Szymanowski & Brahms : révélations et désillusions au concert (Pleyel)


Concert très stimulant à Pleyel hier, la preuve que l'épreuve de la salle peut bouleverser radicalement la perception de certaines oeuvres. Soirée indispensable, puisqu'elle combinait les deux oeuvres symphoniques de Szymanowski qui m'avaient le plus enthousiasmé au disque et la symphonie de Brahms qui m'est la plus chère. Chacune de ces oeuvres aurait justifié de se déplacer, dans l'absolu.

Szymanowski 1

Ainsi, la Première Symphonie de Karol Szymanowski Op.15 (1906), que je mentionnais dans cette proposition de symphonies à écouter (arbitrairement, car les trois autres sont plus originales, même si elles me convainquent moins), est apparue mal orchestrée, avec une quantité d'informations phénoménale, mais installée essentiellement dans le médium, avec un contrepoint qui devient illisible.
Néanmoins, même si l'orchestration très postromantique est sans doute en cause, cela sonne très bien au disque (par exemple Karol Stryja avec le Philharmonique d'Etat Polonais, chez Naxos), et la tendance à la saturation de la salle (au parterre en l'occurrence, mais c'est pire au second balcon, surtout si la salle est peu remplie) ainsi que la direction peu tendue et peu détaillée de Gergiev sont sans doute en cause.

Malgré tout, un bon moment, en particulier dans les petits tournoiements presque parodiques du second mouvement (le mouvement lent central n'ayant jamais été composé). Et d'une manière générale, on prend plaisir à suivre l'évolution des thèmes torturés. Et puis l'amusement d'entendre l'illumination finale, de caractère très wagnérien. Une très belle oeuvre, qui aurait sans doute mérité davantage de soin - si je ne l'avais pas déjà écoutée, je n'y serai probablement pas revenu, cela sonnait presque aussi mal que Tubin.

Szymanowski 1 avec violon

Composé dix ans plus tard, le Premier Concerto pour violon Op.35 (1916) se révèle d'une tout autre trempe. Déjà impressionnant au disque, il frappe par la qualité exceptionnelle de son orchestration. L'orchestre, pourtant large (en particulier du côté percussif, avec glockenspiel, célesta, piano - et deux harpes), n'est utilisé que par touches, dans des nuances discrètes, chaque pupitre apportant, selon les besoins, sa couleur, son motif. Si bien que le violon (Janine Jansen ne dispose pas d'un son particulièrement puissant), reste toujours audible, au sein de tons et de textures sans cesse différents, et pourtant disposés avec une cohérence qui ne laisse jamais l'oreille perplexe.

L'oeuvre est totalement de son temps, elle évoque par moment (beaucoup plus audacieuse harmoniquement) les timbres L'Oiseau de feu de Stravinski (1910), et plus encore, avec ses motifs isolés et ses arrières-plans nerveux sur harmonie instable, la Symphonie de Chambre (1916-1917) de Schreker. En réalité, c'est avec le premier mouvement de la Première Symphonie (1942...) de Martinů (lien vers la chaîne de CSS) que je ressens la parenté la plus forte.


Version donnée par l'Orchestre du Centre Européen polonais (direction Nikolai Dyadiura), avec Małgorzata Wasiucionek au violon. Son beaucoup plus charnu et moins serré de la soliste, mais on entend beaucoup moins bien la répartition des timbres et la magie qui s'en dégage. A titre de découverte pour ceux qui ne l'ont jamais écouté, disons.


Mais la présence d'un violon change profondément le caractère de l'oeuvre et, pour moi qui ne goûte pas immodérément la forme concertante, améliore considérablement le résultat. D'abord, grâce à ce fil conducteur, qui n'a cependant rien de narratif, l'oeuvre bénéficie d'une logique et d'une poussée très immédiates, qu'on ne trouverait pas aussi nettement chez Martinů, et certainement pas chez Schreker, dont l'écriture de la Kammersymphonie est conçue en épisodes, comme autant de miniatures debussystes.
De prime abord, on peut s'interroger sur la nécessité de l'étalage virtuose, en particulier en ce qui concerne l'exploitation permanente de la tessiture très aiguë (pas nécessairement la plus belle ni la plus expressive du violon) ; mais d'un point de vue pratique, cela permet au timbre du soliste de se différencier et de se projeter bien plus facilement, en « survolant » les harmoniques de l'orchestre, même lorsque l'effectif devient un peu plus large. Et cela lui procure un caractère spécifique, avec son thématisme volontiers orientalisant (mais sans rien d'imitatif) et ses accents capiteux, une véritable personnalité que l'on prend à suivre.

Et plus que tout, ce que je n'avais peut-être pas autant remarqué les autres fois, la pièce, en un seul mouvement au tempo mouvant, ne révèle aucune baisse de tension, bien au contraire : alors que Szymanowski souffre souvent, précisément, d'une profusion qui rend son discours peu intelligible, ou trop dispersé pour en ressentir la direction, ce concerto semble suivre un cours profondément logique malgré son caractère puissamment onirique et évocateur. Pour couronner le tout, l'oeuvre maintient durant ces vingt-cinq minutes un équilibre paradoxal entre une tension musicale constante et une expression affective davantage rêveuse et apaisante.

Un concerto sans aucun "dialogisme", un sommet d'orchestration, un bijou de couleurs et de climat. J'aimais déjà beaucoup l'oeuvre, mais en l'entendant fonctionner en vrai, je suis désormais persuadé qu'on tient là un des chefs-d'oeuvre de la musique symphonique du vingtième siècle - car il s'agit davantage d'un poème symphonique avec violon solo leader, un peu à la manière de la Shéhérazade de Rimski-Korsakov.

Il s'agissait de la pièce travaillée de la soirée, manifestement (déjà préparée par le LSO, car donnée l'an passé avec Péter Eötvös), et la beauté des timbres, la netteté des phrasés étaient sans comparaison avec le reste du concert. A cela s'ajoutait Janine Jansen, la violoniste à la mode - à juste titre. Non contente d'enregistrer, par exemple, des Quatre Saisons au sommet d'une discographie saturée (à placer aux côtés du Giardino Armonico ou de Kevin Mallon), elle brille dans à peu près tous les répertoires à un degré assez suprême. Pour Szymanowski, elle fait valoir un son simple et gracieux, qui ne généralise pas le vibrato (de toute façon peu flatteur sur un timbre mince), et offre (pardon pour la banalité, mais la chose est difficile à définir sans sortir la partition et faire une vraie notule sur la question) des phrasés inspirés pendant toute la durée d'un concerto particulièrement périlleux et singulier.

Cadeau

Pour couronner le tout, un bis. Tout le monde frémit : aura-t-on la 278926382639201e excellente version des sarabandes solos de Bach ? Eh non, un bis vraiment inhabituel, et très sympathique, puisqu'il met à contribution le concertmaster dans le premier mouvement de la Sonate pour deux violons de Prokofiev (en soi déjà une oeuvre extrêmement rare au concert !). Ce n'est pas le chef-d'oeuvre insurpassé du compositeur, mais dans cette circonstance, cela ne manque pas de charme, d'autant plus que la soliste tient ici le second violon - ce qui donne l'occasion de l'admirer dans le médium et le grave, peu sollicités par le concerto. Par ailleurs, l'alliance impromptue de deux timbres très contrastés se révèle particulièrement intéressante, Roman Simović disposant d'un son beaucoup plus acidulé et projeté, très différent du tissu discret de Jansen.

Et du point de vue humain, à en juger par ses gestes de collégien amoureux se recoiffant sans objet tout en regardant les étoiles, il semblerait que ça fasse plaisir.

Brahms 1

Je n'ai pas lieu d'employer longuement l'espace de Carnets sur sol et le temps de ses lecteurs pour parler de la Première Symphonie de Brahms qui servait (astucieusement, de façon à ne pas permettre les départs anticipés) de seconde partie.

Pour ceux que ma vie intéresse, je me suis aperçu que j'entendais pour la première fois une symphonie de Brahms en concert, alors que je révère pourtant au plus au point ce compositeur et ce corpus. A force de courir l'interlope, je finirai ma vie sans avoir entendu la Cinquième de Beethoven en concert ! Pis, il est des oeuvres dont je peux d'ores et déjà deviner que je ne les verrai jamais, sauf concours de circonstances, comme celles qui durent trop longtemps pour êtres données en couplage, que j'ai déjà beaucoup entendues et dont l'empire n'est pas assez important sur moi pour que je leur consacre une soirée au détriment de choses plus inhabituelles : la Neuvième de Beethoven, la Première de Mahler...

C'est cela dit sans doute une décision raisonnable, à en juger par cette soirée. Eu égard au nombre de versions superlatives entendues, je souhaitais surtout l'écouter pour l'oeuvre, de façon ingénue. Malheureusement, j'ai été surtout frappé, peut-être par contraste avec Szymanowski, par l'opacité de l'orchestration, dont émergent seulement les solos déjà audibles au disque. Pas de plus-value sur les détails de la partition.
Et malgré toute ma bonne volonté, l'exécution m'a empêché, chose rare, d'entrer dans l'oeuvre, pourtant un réservoir inépuisable de grands moments.

A titre d'exemple, le solo de l'adagio du dernier mouvement joué comme un concert pour cor n'était pas forcément opportun, mais défendable, alors que j'ai vraiment eu quelque peine à comprendre l'intérêt de jouer très fort tout le mouvement lent, dépourvu de grâce et de mystère.

Dédicace à Klari : je n'ai pas pu m'empêcher de songer que la resucée qu'en faisait Rott est infiniment plus opérante, en fait.

Interprètes

Pour cette seconde rencontre avec Valery Gergiev, je remarque à nouveau l'écart incroyable avec le disque et les retransmissions. Alors que je l'entends toujours très engagé, voire un peu échevelé au détriment de la netteté du son et de la propreté de l'exécution, voilà deux fois qu'il me paraît comme terne, lissant à l'extrême les lignes. Pour Chtchédrine, j'avais mis cela avant tout sur le compte de la partition, elle même assez étale.

Néanmoins, dans le Brahms, c'était flagrant : à l'exception du milieu du final, tout est propre, mais rien ne relance le discours, il semble en particulier qu'aucun accent ne vienne marquer les étapes des progressions rhétoriques, l'impression bien connue que les musiciens ne font que « jouer les notes », un grief qui me fait horreur d'habitude, et que j'ai cependant fortement ressenti. Venant étayer cette suspiscion d'une absence de répétition entre le directeur musical et son orchestre, tous deux familiers de la partitions, certains effets de tempo, de détachés, de surarticulation viennent çà et là nous sortir de la routine, et quelques sections paraissent, elles, beaucoup plus intensément habitées. Je ne suis pas dans le secret des dieux, mais j'ai vraiment eu l'impression de quelques petites heures de répétitions opérées sur quelques points précis pour "personnaliser" ce qui restait globalement tout à fait standard.
Et même vu comme cela, je trouve décevant, pour un orchestre de la classe du London Symphony Orchestra, de ne pas faire mieux, même sans chef ! Je n'y pas retrouvé non plus la beauté de timbre entendue lors de la Missa Solemnis pourtant mitigée de Colin Davis, un coloriste d'une tout autre dimension. Les cuivres ont même surpassé leur réputation de clinquant, en particulier dans la symphonie de Szymanowski.
Sinon, toujours civils, les membres du LSO restent debout pendant les saluts, petite politesse très sympathique - voilà qui change des chefs de pupitre qui agressent leur public.

La Première Symphonie de Szymanowski, qui n'est pas l'oeuvre-phare de la série, semblait aussi manquer de travail de détail, vu l'opacité générale, mais sa difficulté technique (parfaitement surmontée individuellement), sa rareté, l'ambition de l'intégrale en quelques mois rendent cette négligence très pardonnable.

De toute façon, je suis très content que le reste du programme ait été un peu négligé, si c'était pour donner un Concerto de cette trempe, impérissable !

Bilan laconique

Beaucoup de révélations sur l'impact singulier des oeuvres en salle, pour un seul concert !

Malgré ces étranges disparités, donc, une soirée exceptionnelle, vingt-cinq minutes de jubilation ininterrompue, et de la meilleure farine possible.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2093

Commentaires

1. Le dimanche 7 octobre 2012 à , par Ugolino le Profond

Pour le Brahms, des amis qui entendent tous les Brahms qui passent ont trouvé ça très bien, beaucoup mieux que ce qui est habituellement fait dans cette musique. Pour l'absence de beauté de timbre et de relance par des "accents", c'est très certainement volontaire. Le "tout joué fort" sans climat ni relance rhétorique habituelle, c'est la "personnalisation". Après, j'ai trouvé ca chiant, mais Brahms et moi c'est définitivement terminé, je trouve que c'est de l'affreuse musique. Je ne suis pas sûr que Brahms aille très bien à Gergiev de toute façon.
Je ne crois pas que ça soit un problème de répétition, ils ont déjà joué le programme en août dernier.

Le concerto de Szymanowski était sublime, mais c'est en grande partie grâce à Gergiev : il y avait beaucoup de choses que l'on entend pas chez les autres, la conduite tenait beaucoup de moments où habituellement la tension retombe, et la conception d'ensemble était très originale tout en étant sans doute beaucoup plus proche de la partition que celle de la plupart des autres versions. C'était mon quatrième premier de Szymanowski en 4 ans, et il était nettement au-dessus des autres.

Après, c'était surtout la soirée où tu t'es révélé au monde. Tu ne pourras plus te cacher maintenant.

2. Le dimanche 7 octobre 2012 à , par Ugolino le Profond

Ah, et le bis, Repin l'avait fait aussi avec le LSO et Gergiev, lors de leur cycle Prokofiev il y a 3 ans (c'était le deuxième mouvement). Ca doit être une coutume anglaise.

3. Le lundi 8 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Je compte sur ce que tu m'excuseras de ne pas prêter un crédit démesuré à tes amis qui ont toujours un avis opposé au mien. J'aimerais pouvoir dire que c'est une fiction commode, mais je suis persuadé, en fait, que tu ne les inventes pas ! Qu'ils aient tort ou raison, ça ne m'éclairera pas beaucoup, vu nos divergences de départ. :)
Mais c'est intéressant, puisque apparemment, tous ceux que j'ai croisés (pas possible de faire deux pas sans être assailli d'admirateurs, ma vie est un enfer) étaient assez mitigés. C'est un peu comme pour le Philhar vs. Orchestre de Paris, il semble exister des courants aussi nettement répartis qu'à l'Assemblée.

Cela dit, eût-il été catastrophique, le Brahms n'était de toute façon qu'une aimable amusette auprès d'un tel Szymanowski.


Pour l'absence de beauté de timbre et de relance par des "accents", c'est très certainement volontaire. Le "tout joué fort" sans climat ni relance rhétorique habituelle, c'est la "personnalisation". Après, j'ai trouvé ca chiant,

C'est bien le problème, j'ai trouvé ça ennuyeux. Et pour tout dire négligé, mais c'était à plus forte raison une impression, puisque tu dis qu'ils viennent de le jouer ensemble. Pourtant, à part quelques spécialistes de la pesanteur, j'ai à peu près trouvé 0 version(s), au disque ou à la radio, qui m'aient ennuyé dans cette symphonie.

Sinon, tout à fait d'accord bien sûr pour le concerto, qui était superbement réalisé, effectivement la tension demeurait plus intensément que je ne l'avais entendu au disque. Je crois cependant qu'en ce qui me concerne, l'effet de présence et la qualité de l'orchestration n'y étaient pas étrangers.

Après, c'était surtout la soirée où tu t'es révélé au monde. Tu ne pourras plus te cacher maintenant.

J'étais sûr qu'il y avait des gens peu recommandables dans les parages. Tu ne m'as pas été présenté, pourtant : c'est mal d'observer les gens en cachette.
C'était sur le trottoir que tu as eu les oreilles qui traînaient, je suppose ? :)

Tu n'auras pas d'excuses pour ne pas me présenter tes respects la prochaine fois. Pour ce qui est me présenter à tes amis, c'est peut-être moins urgent. <]:o)


Pour le bis, l'explication doit surtout être que Simović l'a à son répertoire...

4. Le lundi 8 octobre 2012 à , par Ugolino le Profond

Pour mes amis, il y a des jours où je préférerais les inventer ;-).

Pour la rencontre fortuite, c'était dans l'escalier, tu étais avec un ennemi personnel, et on ne m'a dit qu'à la fin du concert que c'était toi.

5. Le lundi 8 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Je retire ce que j'ai dit sur tes amis. Comme je ne cause pas avec n'importe qui, ce doivent être des gens bien. :)

Effectivement, j'étais dans l'escalier avec un ami personnel. :) Mais qui sont ces gens qui te renseignent sur qui est qui ? Moi, personne ne m'a dit où tu étais. :(

[Au passage, [i]un ennemi personnel, ce n'est pas un tout petit peu exagéré ? Enfin, pas plus que ton sens habituel de la mesure, qui a toujours ce qu'il faut de solennel ou de tragique. :) ]

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031