Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Une saison (parisienne) 2009-2010

Une saison 2009-2010
 
Suite au tragique exil que l’on sait, les lutins deCarnets sur sol ont été amenés à effectuer un repérage assez vaste de la programmation culturelle locale. En excluant les expositions qui n’ont pas de dates et d’heures impératives, on s’est limité aux théâtres. Avec un assez grand nombre (une trentaine ?) de salles parcourues.
 
Etant donné que nos finances, notre temps, et peut-être plus encore notre envie limiteront considérablement les possibles, on donne ici le résultat de ce dépiotage assez conséquent... afin que ce ne soit pas tout à fait perdu.
 
=> Ont été relevés les spectacles qui nous paraissaient très vivement intéressant (sans quoi on aurait pu copier-coller l’ensemble de la production de certaines salles, si nous avions conservé nos critères bordelais plus accommodants).
=> En souligné figurent les choses particulièrement tentantes (uniquement dans notre envie à nous, ce n’est pas un conseil, et encore moins une hiérarchisation), qu’on aimerait voir.
=> En gras figurent les spectacles pour lesquels on essaiera vraiment de se forcer, voire de trouver des solutions pour les voir, ceux qu’ils ne faudrait pas manquer.
=> En gras souligné figurent les quelques incontournables de la saison, qui mériteraient le voyage à eux tout seuls.
 
En réalité, il suffirait d’une dizaine d’internautes de bonne volonté pour réaliser sans trop de fatigue une base de données annuelle sur les programmations de spectacles à Paris et environs, si on se limite à un certain type de spectacle.
 
A propos : Le pompon du site le plus lourd et le plus malcommode de tous les temps revient sans peine à la Comédie-Française – je n’ai jamais vu pire à vrai dire, l’informaticien qui a fait ça mériterait ni plus ni moins qu’être pendu. (Ce n’est qu’une suggestion : n’étant pas intolérant, je n’ai rien contre l’écartèlement.)
 
--

Non, évidemment, nous ne serons pas partout, soyez-en assurés. Voici donc le résultat de nos investigations, qui pourra sans nul doute mettre en lumière des choses que vous auriez manquées, prenons les paris.

(Bien entendu, sur demande, on fournit tous les détails nécessaires lorsque les intitulés sont trop allusifs.)

 

SEPTEMBRE
1 L’Oeuvre jour de l’italienne JUSQU’A 5 sept
9 « Théâtre 14 » Richelieu JUSQU’A 25 oct
11 Marigny Partage midi Claudel JUSQU’A 3 octobre
12 Mogador 20h30 Nègre Lumières
14 Garnier 19h30 Mireille
14 Nesle 21h Antigone Anouilh  JUSQU’A 19 oct
18 Archipel 20h30 Moulinié Lully Bacchus
19 Amphi 20h ciné-concert
19 Garnier 19h30 Mireille
22 Garnier 19h30 Mireille
24 Mairie IV Yaron Herman solo
25 Manège Versailles 21h Lully Rameau suites et Sampson
         Bernardins 20h Lassus-Gombert par les Tallis
26 Garnier 19h30 Mireille
26 Amphi 18h Rzewski
            Richelieu 20h30 Figaro divorce JUSQU’A 7 février
         21h Chapelle Versailles Motets Charpentier et Lorenzani
28 TCE CFT Pokupic version concert
29 Amphi 20h  soirée Mistral
30 Garnier 19h30 Mireille
 
 
OCTOBRE
1 Archipel 20h30 Desrochers Louis XVI
2 Garnier 19h30 Mireille
3 Marigny Partage midi Claudel DEPUIS 11 septembre
            VILLE 15h flamenco Heisser
4 Versailles Galerie des Cotelle 11h Quatuors Grétry Jadin
            12h30 Versailles par grillle de la reine, parc, Trio Boëly Jadin
         15h30 romances Boïeldieu Hérold Dauvergne Fouchécourt
3 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
            3 CM 20h Glissant Marais
5 Garnier 19h30 Mireille
6 Amphi 20h SQ Korngold et Weill
7 Garnier 19h30 Mireille
8 Châtelet Flûte Township
9 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
            Châtelet Flûte Township
10 Poissy 20h30 Diable rouge
            Châtelet Flûte Township
11 Garnier 14h30 Mireille
            Châtelet Flûte Township
13 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
14 Garnier 19h30 Mireille
            Châtelet Flûte Township
15 Châtelet Flûte Township
16 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
            Châtelet Flûte Township
17 Châtelet Flûte Township
18 Balzac Xavier Busatto
            Châtelet Flûte Township
         Archipel Consort Project
18 TCE 17h Andromaque Grétry Niquet
19 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
            19 Nesle 21h Antigone Anouilh  DERNIERE
22 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
            Archipel 20h30 Méchaly récital (trop) varié
23 TCE 20h Brahms 1 3 Dohnányi
24 TCE 20h Brahms 2 4 Dohnányi
24 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
25 TCE Cleveland Welser-Möst Chosta 5
            25 CM 16h30 Röschmann / Kirchschlager / Bostridge / Quasthoff / Drake / Deutsch !!!!
            „Théâtre 14“ Richelieu DERNIER
26 Amphi 20h Trios Korngold / SQ Eisler
27 Bastille 19h30 Die Tote Stadt
29 Châtelet Klagende Lied Gesellen Blumine Diener Werba Gatti
 
 
NOVEMBRE
5 TCE 20h Tristan II Harding
            5 Amphi 20h Korngold & Strauss sextuors
            5 Archipel 20h30 Motets Mondonville réduction
*7 TCE 20h Tristan II Harding
            *7 Bastille 20h Salome
            7 CM 20h Madrigaux livre VI Arts Flos
8 Garnier 20h! Lekeu Webern Mahler/Schnittke
9 Poissy 20h 30 Médée Euripide
10 Bastille 20h Salome
            10 CM 20h Port-Royal Lully-Charpentier
12 CM 20h Kobow Beethoven Haydn mélodies
13 Bastille 20h Salome
14 Colline 2 Ibsen JUSQU’A 20 déc
            ABBESSES 17h Beethov Proko Strauss violon piano
15 CM 15h Lunaisiens chansons nationales françaises
            15 CM 16h30 SWR Cambreling Kurtag Bartok André
16 Bastille 20h Salome
            « Silvia Montfort » Opéra chinois
17 PLEYEL 20h Religieux français par Christie
            « Silvia Montfort » Opéra chinois
            17 Amphi 20h Rihm Et Lux double quat vocal et cordes
18 TCE 20h Kozena Vivaldi
            COLOMBIER Mirbeau JUSQU’A 3 janvier
19 Bastille 20h Salome
            19 CM 20h Kurtag etc. Mälkki
20 Louvre 20h Takacs SQ Beethoven Rihm
            Colline Merlin JUSQU’A 19 déc
21 Versailles Chapelle 18h Méreaux Balbastre Corrette
            Versailles Opéra 20h30 Céphale & Procris (ballet)
            Archipel 20h30 Debussy Boulanger Durosoir violon piano
22 Bastille 14h30 Salome
23 PLEYEL 20h Meier piano Strauss Pfitzner Frauenliebe
25 Bastille 20h Salome
            Archipel 20h30 Sonates Mozart Schobert Saint-George
26 TCE 20 Goerne Brahms
28 Amphi 20h Troqueurs Corréas
            Orsay concours avant-scènes épreuve virtuosité
            ABBESSES 17h Xavier Phillips Britten Dutilleux Kodály (!)
29 CM 16h30 Savall Japon Inde
            Orsay concours avant-scènes épreuve sonate / lied / mélodie
            Châtelet matin Valentin Erben Belcea SQ Schubert Haydn
 
 
DECEMBRE
1 Bastille 20h Salome
2 Amphi 20h Troqueurs
            2 Garnier 19h30 Platée PA
            Duc des Lombards Yaron Herman Trio
3 Bastille 19h30 Chénier
            3 TCE 20h Paulus Masur Goerne
            3 Louvre 12h30 Quintettes Beethoven Hindemith Tomasi
            3 Athénée 20h savoir-vivre
4 Amphi 20h Troqueurs
            Athénée 20h savoir-vivre
5 Amphi 20h Troqueurs
            5 TCE 20h Paulus Masur Goerne
            Athénée 20h savoir-vivre
            RICHELIEU Windsor JUSQU’A 2 MAI (20h30 ou 14h)
6 Garnier 14h30 Platée
            6 Bastille 14h30 Chénier
            6 16h Athénée 20h savoir-vivre
            Châtelet matin Debussy Saint-Saëns Franck
7 TCE 20h Messie Haïm
8 Garnier 19h30 Platée PA
            8 Athénée 20h Julie Boesmans
            Athénée 19h savoir-vivre
9 Athénée 20h Julie Boesmans
            9 Bastille 19h30 Chénier
            9 CM 20h Nevski
            Athénée 20h savoir-vivre
10 Athénée 16h Julie Boesmans
            10 TCE 20h Goerne Schubert Beethoven Eisler avec ensemble
            Athénée 20h savoir-vivre
11 Garnier 19h30 Platée
            Athénée 20h savoir-vivre
12 Bastille 19h30 Chénier
            12 Athénée 19h Julie Boesmans
            Athénée 20h savoir-vivre
            Athénée 15h savoir-vivre
13 Amphi 20h Mendelssohn Motets Schumann Rose par ONP
            13 Athénée 20h Julie Boesmans
14 TCE 20h Genaux Vivaldi Biondi
            14 Garnier 19h30 Platée PA
15 Bastille 19h30 Chénier
            Châtelet matin Beethoven Brahms Schumann Dalberto Demarquette Portal
16 Bizet 13h Haller Debussy Fauré Messager (salle trop petite)
            Archipel 20h30 Trio Wiener Strauss Piazzola
17 TCE 20h Jansons Mahler 2 Ccgbw
            17 Garnier 19h30 Platée
            17 Athénée 20h Croisades
            Châtelet Gatti Goerne Symph 1 et Des Knaben
            Archipel 20h30 italiens archaïques luth théorbe clavecin
18 Bastille 19h30 Chénier
            18 Bizet 13h Haller Debussy Fauré Messager
            Athénée 20h Croisades
19 Athénée 20h Croisades
            Colline Merlin DERNIER
20 Bizet 11h Haller Debussy Fauré Messager
            Athénée 20h Croisades
            Colline 2 Ibsen DERNIER
21 Garnier 19h30 Platée PA
            21 Bastille 19h30 Chénier
21 OC 20h Lott Moretti
22 Athénée 19h Croisades
23 Athénée 20h Croisades
24 Garnier 19h30 Platée
            24 Bastille 19h30 Chénier
25 Garnier 19h30 Platée PA
26 Athénée 20h Croisades
27 Garnier 19h30 Platée
            Athénée 16h Croisades
29 Garnier 19h30 Platée
            Athénée 19h Croisades
30 Garnier 19h30 Platée
            Athénée 20h Croisades
31 Athénée 20h Croisades
 
 
JANVIER
2 Athénée 20h Croisades
3 Athénée 16h Croisades
            Orsay 11h30 Beffa impro
            Orsay 15h Beffa impro
            COLOMBIER Mirbeau DEPUIS 18 novembre
7 „Théâtre 13“ Calderón Vie Songe JUSQU’A 14 février (sauf lundis)
14 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            14 Louvre 12h30 hautbois piano varié
15 CM 20h30 Tokyo SQ Tumyakatatam Barber 1
16 OC 20h Fairy Queen
17 Bastille 14h30 Werther Kaufmann
            17 CM 17h Quat Hagen Debussy Zimmermann Schubert Quintette
            17 CM 20h30 Quat Prazak Schubert 15, Nuit Transfigurée
18 OC 20h Fairy Queen
19 OC 20h Fairy Queen
20 OC 20h Holzmair / Wanderer Haydn et Beethoven britanniques
            20 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            20 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
            20 CM 20h extts Heures Persanes
            Théâtre 13” 14h30 Soldat Aboulker et Stravinsky
21 OC 20h Fairy Queen
            “Théâtre 13” 14h30 Soldat Aboulker et Stravinsky
22 OC 20h Fairy Queen
            Théâtre 13” 14h30 Soldat Aboulker et Stravinsky
23 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            23 CM 11h Abramaderna
            23 CM 20h Sette Chiese / Rituel (!!)
            VILLE 17h Takacs Beethov 3 époques
24 OC 15h Fairy Queen
            Châtelet matin Schumann Bartok Enesco Kavakos Angelich
25 PLEYEL 20h Tchaï 1 & 4 Gergiev
            25 OC Combattimento Fiera di Farfa Dumestre
            25 Bouffes du Nord 20h30 Greilsammer
26 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            26 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
27 ABBESSES Amphitryon Molière actualisé JUSQU’A 12 février
29 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            29 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
            20h Bernardins Martinu Janacek Mokranjac pour choeur a cappella
 
 
FEVRIER
1 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            1 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
2 CM 20h Mendelssohn Schubert Schumann Bär (mais aussi du piano solo)
3 CM 20h Paris Istaboul Savall
4 Bastille 19h30 Werther Kaufmann
            4 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
            4 PLEYEL 20h Dalbavie Anderson Scriabine Jaroussky
            4 CM 20h cordes F1 Soliman
            Châtelet Gatti Mahler 2 Lemieux ONF
5 CM 20h von Otter Chung Shéhérazade
6 Massy Amadis
7 TCE 17h Henschel Cygne et Schubert
            7 Garnier 14h30 Idomeneo Workman
            7 CM 16h30 Paradis Péri Equilbey
            7 Massy Amadis
            7 RICHELIEU Figaro divorce DERNIERE
            Orsay 15h Hugo et ses acteurs
9 CM 20h Takemistu Chant Terre de Schönberg Mälkki Paasikivi
10 TCE 20h Say;;;;;;
            10 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
12 Garnier 20h Keenlyside
            ABBESSES Amphitryon Molière actualisé DEPUIS 27 janvier
13 Garnier 19h30 Idomeneo Workman
            13 Dario Fo JUSQU’A 19 juin
14 „Théâtre 13“ Calderón Vie Songe DEPUIS 7 janvier (sauf lundis)
            Châtelet matin Quat Arcanto (Queyras, Weithaas, Zimmermann !) Haydn Dutilleux Ravel
15 Châtelet Sondheim
16 Th Madeleine Maison de Poupées Ibsen Fau Tautou
            Orsay 20h Haller Thymos SQ Schubert Berg
            „Théâtre 13“ Fado z
            Châtelet Sondheim
17 Louvre 20h Moulinié Schneebeli
            17 „Théâtre 13“ Fado z
            Châtelet Sondheim
18 „Théâtre 13“ Fado z
            Châtelet Sondheim
19 Colline 20h30 Hauptmann (alld !)
            „Théâtre 13“ Fado z
            Châtelet Sondheim
            RICHELIEU Fantasio JUSQU’A 2 mai
20 Colline 20h30 Hauptmann (alld !)
            „Théâtre 13“ Fado z
            Châtelet Sondheim
21 Colline 15h Hauptmann (alld !)
            Colline 20h Hauptmann (alld !)
            „Théâtre 13“ Fado z
22 (pas) Odéon début suppliantes Eschyle / Py
24 TCE 19h30 Falstaff Gatti MM Aatonacci
            24 Louvre 20h Du Mont Lully Les Agréments
26 TCE 19h30 Falstaff Gatti MM Aatonacci
            26 Bizet 13h Druet mélodies rondes
28 TCE 17h Falstaff Gatti MM Aatonacci
 
 
MARS
2 TCE 19h30 Falstaff Gatti MM Aatonacci
            2 Bizet 13h Druet mélodies rondes
            RICHELIEU Illusion comique JUSQU’A 31 mai
3 OC 20h Choeurs RVW, Britten sur Shakespeare
4 Bizet 13h Druet mélodies rondes
5 Saint-Eustache 20h Vierne Reger Kodaly choeur et orgue
7 Garnier 20h Chausson Vierne chb et vocal
            Orsay 15h Arlésienne récitante et piano
12 CM 20h Boulez IC Schönberg Dérive Cummings Birtwistle
13 CM 20h Les Siècles Rebel Lully, Frühe-Lieder (Bonney)
            Orsay 20h Berliner Ardant Hindemith Démon... et Histoire du Soldat Stra
14 Orsay 15h Octuor Schubert Quintette clar Brahms Berliner
15 TCE 20h Damrau Deutsch Strauss Liszt
            15 OC 20h Amant jaloux Grétry
16 Orsay 12h30 TinAlley SQ Mendelssohn 80 et contempo
17 TCE 20h Hendricks Winterreise
            17 Garnier 19h30 Fénelon
            17 OC 20h Amant jaloux Grétry
            Mouffetard Zweig Confusion JUSQU’A 30 avril
19 Bastille 19h30 Rheingold Silins
            19 OC 20h Amant jaloux Grétry
            19 Bizet 13h Fontaine Clérambault (trop petit, toujours pareil)
            19 Colline Justes Camus JUSQU’A 23
20 Garnier 19h30 Fénelon
20 OC 20h Sancho Philidor
21 OC 15h Amant jaloux Grétry
            31 Bizet 11h Fontaine Clérambault (trop petit, toujours pareil)
            Châtelet matin Zehetmair SQ Bruckner Beethoven
22 Bouffes du Nord 20h30 Leonhardt Froberger
23 TCE 20h Kaufmann Müllerin
            23 Garnier 19h30 Fénelon
            Orsay 12h30 Masset Tillard et instruments popus pour chansons du terroir
25 STUDIO Banquet JUSQU’A 9 mai
26 PLEYEL 20h Niquet Messie
            26 TCE Choéphores Milhaud
            26 Orsay 12h30 Martinu Janacek Schulhoff par membres de l’OP
27 Orsay 20h Naouri Der Tod
            VILLE 17h Bavouzet Ravel Proko Beethov
28 PLEYEL 20h Trio Tchaï
28 Bastille 14h30 Rheingold Silins
29 Garnier 19h30 Fénelon
            29 Bouffes du Nord 20h30 turquie XVIIe
30 RF 20h Alfvén Peterson-Berger, etc. Par soprane et choeur.
31 Garnier 19h30 Fénelon
 
 
AVRIL
7 TCE 20h Tharaud Chopin Schubert
8 (pas) Odéon FIN suppliantes Eschyle / Py
            VILLE Richard II alld Berliner Ensemble
9 VILLE Richard II alld Berliner Ensemble
10 Louvre 20h30 Ottoman
            10 Massy Hindemith Nouvelles du jour
            VILLE Richard II alld Berliner Ensemble
            RICHELIEU Les Oiseaux Aristophane (attention, Ronconi...) JUSQU’A juillet
11 Louvre 17h Ottoman autre
            11 Massy Hindemith Nouvelles du jour
            Châtelet matin Ebene Mozart Mendelssohn fa mineur
            VILLE Richard II alld Berliner Ensemble
12 Bastille 20h Boulez dirige Messiaen (Diener)
13 Amphi 20h Taipei
            13 OC 20h Mouret / Duni
14 Amphi 20h Taipei
            14 Bizet 13h Félicien David Coin
15 Bizet 13h Félicien David Coin
15 CM 20h Boulez Répons
16 Bizet 13h Félicien David Coin        
18 TCE 20h Villazon Grimaud Duparc
            18 Bizet 11h Félicien David Coin
            Châtelet matin Sokolov Kosenko Schubert Proko
20 Amphi 20h Atelier lyrique Schumann
23 Camus Justes FIN
25 Garnier 20h Britten, Bridge etc. Diotima SQ
26 Amphi 20h Britten Diotima SQ
29 Châtelet Mahler 3 Gatti
30 Mouffetard Zweig Confusion DERNIERE
 
MAI
2 Garnier 20h Isokoski
            RICHELIEU Windsor DEPUIS 5 décembre
            Orsay 15h Cendrillon répét publique
            Châtelet matin vcl pia Beethoven
4 Orsay 20h Cendrillon Viardot par CNSM
            « Théâtre 13 » Songe Nuit été Shakespeare avec de la musique JUSQU’A 13 juin
5 CM 20h Stutzmann Müllerin
6 TCE 20h Demarquette Beethoven Debussy Franck
            Athénée 20h Poupées
            Orsay 20h Cendrillon Viardot par CNSM
7 Athénée 20h Poupées
8 Athénée 20h Poupées
            Orsay 20h Cendrillon Viardot par CNSM
9 Orsay 15h Cendrillon Viardot par CNSM
            Châtelet matin Jerusalem SQ Schubert ut mineur Janacek 2 Mozart Hoffmeister
            STUDIO Banquet DEPUIS 25 mars
10 Bouffes du Nord 20h30 Mosaïques Schubert Brahms Beethoven
11 Athénée 19h Poupées
            Orsay 12h30 Crossley-Mercer Winterreise
12 Athénée 20h Poupées
13 Athénée 20h Poupées
14 Athénée 20h Poupées
15 Athénée 20h Poupées
16 Athénée 16h Poupées
18 Athénée 19h Poupées
17 TCE 20h Luisi Dresde Strauss
18 Châtelet Magdalena Villa-Lobos
19 Athénée 20h Poupées
            Châtelet Magdalena Villa-Lobos
20 Athénée 20h Poupées
            Châtelet Magdalena Villa-Lobos
21 PLEYEL 20h Francesca Rachma
            Athénée 20h Poupées
            Châtelet Magdalena Villa-Lobos
22 Athénée 20h Poupées
            Athénée 15h Poupées
            Châtelet Magdalena Villa-Lobos
            RICHELIEU 3 soeurs JUSQU’A juillet
            ABBESSES 17h Güra Vondung Italienisches Wolf
26 TCE 20h Lully Akénine
            Châtelet Les Misérables JUSQU’A 4 juillet (tous les jours)
25 TCE 19h30 NOZZE Malgoire Rivenq
            25 CM 20h lieder et choeurs de Schubert, avec orch : Pokupic, Güra
27 TCE 20h Gatti Tchaï 5
            *27 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            27 CM 20h Planès Schumann Sibelius
28 TCE 19h30 NOZZE Malgoire Rivenq
            28 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            COLOMBIER Folie Héraklès JUSQU’A 30 juin
29 TCE 19h30 NOZZE Malgoire Rivenq
            29 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            VILLE 17h FP Zimmermann tt Schumann et Hindemith !
30 Orsay 11h30 Géant Proko
            Orsay 15h Géant Proko
31 RICHELIEU Illusion comique DEPUIS 2 mars
 
 
JUIN
1 Athénée 19h Pyrame Viau Lazar
2 TCE 19h30 CFT Malgoire Rivenq
            Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            Saint-Denis 20h30 Muti Kirchschlager Pisaroni Cherubini messe ut mineur
            RICHELIEU Fantasio DEPUIS 19 février
            RICHELIEU Ubu JUSQU’A juillet
3 TCE 19h30 CFT Malgoire Rivenq
            Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
4 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
5 TCE 19h30 CFT Malgoire Rivenq
            Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
6 Athénée 16h Pyrame Viau Lazar
            RF 17h Berlioz Chabrier Franck Fauré choeurs cappella
7 TCE 19h30 DG Malgoire Rivenq
            7 PLEYEL 20h Genoveva Goerne Schwanewilms
8 Athénée 19h Pyrame Viau Lazar
9 TCE 19h30 DG Malgoire Rivenq
            Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
10 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            Orsay 20h Lott Murray Johson crimes et chatouillements
11 TCE 19h30 DG Malgoire Rivenq
            Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
12 Athénée 20h Pyrame Viau Lazar
            Athénée 15h Pyrame Viau Lazar
            Bastille 20h Jordan ccto violon Schumann Weber passacaille
13 Bastille 14h Walküre Silins
            « Théâtre 13 » Songe Nuit été Shakespeare avec de la musique DEPUIS 4 mai
14 OC 20h Pelléas
16 OC 20h Pelléas
17 Athénée 20h Le Père Jarrell
            Mahler 4 Wunderhorn Schaefer Gatti
            RICHELIEU Cyrano Podalydès JUSQU’A 25 juillet
18 Athénée 20h Le Père Jarrell
            18 OC 20h Pelléas
            18 Bizet 13h vents Indy Gounod
19 Athénée 20h Le Père Jarrell
            19 OC 20h Antonacci lieder mélodies canzoni
            RICHELIEU Dario Fo DEPUIS 13 février
21 PLEYEL 20h choeurs nordiques a cappella
22 OC 20h Pelléas
            22 Bizet 13h Quats Debussy Ravel
23 Bastille 18h Walküre Silins
24 PLEYEL 20h Mutter Debussy Mendelssohn Brahms
            24 OC 20h Pelléas
            24 OC 13h chb Debussy Ravel
25 OC 20h Fink Maistre mélodies françaises
26 Bastille 18h Walküre Silins
27 OC 15h Pelléas
29 OC 20h Pelléas
30 COLOMBIER Folie Héraklès DEPUIS 28 mai
 
 
JUILLET
RICHELIEU Les Oiseaux Aristophane (attention, Ronconi...) DEPUIS 10 avril
RICHELIEU 3 soeurs DEPUIS 22 mai
RICHELIEU Ubu DEPUIS 2 juin
1 RICHELIEU Mariage Figaro JUSQU’A 18 juillet
3 TCE 20h Deutsches Requiem Bär Köln Arsys
4 Garnier 20h (!) Martinu Schulhoff Haas
            Châtelet Les Misérables DEPUIS 26 mai (tous les jours)
8 RF 20h choeurs a cappella Brahms Schumann Kodaly
18 RICHELIEU Mariage Figaro DEPUIS 1er juillet
25 RICHELIEU Cyrano DEPUIS 17 juin


... et n'oubliez pas d'écouter des disques !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1342

Commentaires

1. Le mercredi 26 août 2009 à , par DavidLeMarrec

Et il manque le concert Schreker du 11 octobre au TCE (immanquable évidemment).

2. Le jeudi 27 août 2009 à , par Morloch

Je crois que tu n'as pas mis un seul concert de l'Ensemble Intercontemporain, pourtant leur saison me semble assez intéressante.

Sinon, c'est pratique, tu as fait un agenda Goerne en gras, pas moyen de le louper.

Pour moi, un autre exil se précise qui bouche mon horizon le 6 octobre, je crois que je ne pourrai pas participer des masses. Bah, je trouverai bien un moyen de passer.

3. Le jeudi 27 août 2009 à , par Gilles

Il semble qu'il y ait (au moins) une coquille, puisque le 17 décembre, le TCE propose - pour mon plus grand délice ! - un récital avec orchestre d'Edita Gruberova.

4. Le jeudi 27 août 2009 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Morloch !

J'ai pas tout mis en gras de Goerne, si ? (rougit) Il faut dire que non seulement c'est un interprète invraisemblable, mais en plus il propose des choses un peu originales (le Eisler avec ensemble, Genoveva... mais même des Brahms en lied, c'est très rare de façon exclusive pour un concert).

Sisi, j'ai mis plusieurs concerts avec SuperSuzanne ou sa fine équipe, je te rassure :
- un concert avec une création de Kurtág ;
- un Takemitsu à déterminer couplé avec le Chant de la Terre version Schönberg (miam !) ;
- et surtout le concert fabuleux qui fait un couplage de deux de mes pièces orchestrales favorites du second vingtième : Rituel + Sette Chiese !!

5. Le jeudi 27 août 2009 à , par DavidLeMarrec

Je poursuis. Pour voir si tu pourras donner des nouvelles depuis ton regrettable exil (que je souhaite très enrichissant et fructueux, bien sûr), tu as tout ce qu'il faut. Mais les lutins sont déjà inconsolables...

6. Le jeudi 27 août 2009 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Gilles !

Merci pour la rectification !

Oui, il est tout à fait possible qu'il y ait des coquilles, en particulier que j'aie basculé d'un mois à l'autre. Vu la quantité de données traitées, c'est effectivement dans les probabilités.

7. Le vendredi 28 août 2009 à , par Ouf1er

"je n’ai jamais vu pire à vrai dire, l’informaticien qui a fait ça mériterait ni plus ni moins qu’être pendu. (Ce n’est qu’une suggestion : n’étant pas intolérant, je n’ai rien contre l’écartèlement.) "

Et le pal, y as-tu seulement songé ? Le pal, le pal, le pal !
("-- Ah que cela.. doit faire mal.... -- Mon cher ami, c'est un régal....")

8. Le vendredi 4 septembre 2009 à , par Sylvain

>> Et il manque le concert Schreker du 11
>> octobre au TCE

Comment avoir pu l'oublier justement !


>> (immanquable évidemment).

Je ne le manquerais pas non plus.

9. Le samedi 5 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec

Comment avoir pu l'oublier ? C'est simple, je n'avais pas ouvert sur le site les concerts Pasdeloup (pensant qu'ils jouaient du symphonique plus généraliste, et ayant au même tarif les plus grands orchestres à côté). Ce n'était pas un oubli, juste que je ne l'avais pas vu, et que m'enquérant de ce concert Schreker dont on m'avait parlé, j'ai fini par avoir l'indication. :)

"Manquerais" : est-ce vraiment un conditionnel ( :-( ) ou bien un futur ( :-D ) ? Ce sera en tout cas le grand point de rencontre d'un certain nombre de gens assez estimables, une petite fête en somme.

(J'ai aussi préparé les tomates si les cordes cachent les contrechants polytonals dans le Prélude à un Drame. Parce qu'un bon amateur doit savoir se montrer toujours déçu, ça fait plus sérieux à ce qu'on m'a dit.)

10. Le samedi 5 septembre 2009 à , par Sylvain

>> "Manquerais" : est-ce vraiment un conditionnel
>> ( :-( ) ou bien un futur ( :-D ) ?

Et moi qui aide ma fille en grammaire... la pauvre ! Donc rectification "je ne le manquerai pas".

11. Le samedi 5 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec

Un poète (sans baiser) n'écrivit-il pas :
On a toujours besoin d'un plus petit que soi.


C'est ce que j'avais initialement compris, mais je craignais de me réjouir trop tôt. :) Il faudra aussi que je songe à prendre ma place, parce qu'avec tout le monde qui y va...

12. Le dimanche 6 septembre 2009 à , par Era

Mon Dieu, en faisant ma saison ces temps ci j'ai complètement oublié... le TCE... et du coup Schreker et un bon nombre de Strauss qui m'intéressaient.

On ne peut pas tout voir... mais je suis affreusement contrarié.

13. Le dimanche 6 septembre 2009 à , par Sylvain

>> Il faudra aussi que je songe à prendre ma place,
>> parce qu'avec tout le monde qui y va...

Tout le monde, tout le monde David... je suis curieux de voir justement. Et curieux d'écouter du Schreker en concert bien sur.


>> mais je suis affreusement contrarié.

Oublier Schreker encore, mais oublier le TCE ! N'est ce pas la dernière année de Dominique Meyer d'ailleurs ? Et puis c'est une contrariété qui peut se résoudre facilement car il semble leur rester encore pas mal de places.

14. Le dimanche 6 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec

Dommage, en effet, Era, parce qu'il y a pas mal de choses très appétissantes, en particulier des récitals de lieder (le provincial en est émoustillé à un point à peine concevable :-) ). Pas de tragédie lyrique, je te rassure.

Tant mieux s'il reste des places, Sylvain, ça m'arrange très égoïstement. :-) Mais du même coup, le théâtre ne va être peuplé que de gens que je connais... moi qui n'aime pas trop les grandes festivités groupées...

Je ne m'en plains pas non plus, parce qu'un certain nombre ont reçu de lâches inoculations de ma part. Les plus réticents au disque sont manifestement convaincus en salle, parce que cette musique a un impact physique (comme du Wagner, du Mahler ou du Strauss, j'imagine).

Nous verrons bien.

15. Le samedi 19 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 1 : Lully / Moulinié / Saint-Amant / La Fontaine / Scarron à L'Archipel

Commentaire par ici.

16. Le samedi 19 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Je signale une autre date importante, où des chanteurs valeureux dotés d'un français superbe interprèteront des extraits de l'Oedipe d'Enescu (on voit bien que c'est l'Institut Roumain qui organise, il n'ont pas écrit la forme moins exacte mais plus répandue Enesco).

L'oeuvre n'est pas un chef-d'oeuvre, mais enfin, dans ce contexte plus informel qu'à l'Opéra... et en réduction piano, ce devrait être très sympathique. Par ailleurs, les mélodies sont de vraies raretés (de la part de L'Oiseleur des Longchamps, ce n'est pas tout à fait une surprise).

En plus, c'est gratuit.

CONCERT

5 octobre 2009 à 20h30

Grand Salon de l'Hôtel des Invalides
129 rue de Grenelle 75007 Paris

oeuvres de Georges Enescu :
cycle des 14 mélodies sur les poèmes de Carmen Sylva
mélodies diverses
extraits de l'opéra : OEDIPE

Leontina VADUVA, Ruxandra CIORANU, sopranos
Viorica CORTEZ, Nathalie d'ORNANO, mezzos
L'Oiseleur des LONGCHAMPS, baryton
Alina PAVALACHE pianiste

Renseignements : www.institut-roumain.org

http://www.icr.ro/files/items/4962_1_prog%20sept-oct.pdf

entrée libre sur réservation au 01 44 42 35 07 (Invalides)
et en téléphonant à Mirella à l'institut roumain 01 47 05 15 31
pour recevoir votre carton d'invitation
sinon : entrée payante (8€ le soir du concert)

17. Le jeudi 24 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 2 : Yaron Herman à la Mairie du IVe arrondissement.

Très intéressant, commentaires à venir si possible.

18. Le samedi 26 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 3 : Lassus, Gombert, Josquin Desprez et Victoria par le Tallis Scholars

Voir commentaire ici.

19. Le samedi 3 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 4 : Romances Louis XVI par Isabelle Desrochers et Pierre Trocellier à L'Archipel

(1er octobre.)

Voir commentaire ici.

20. Le mardi 13 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec

A noter, le 23 novembre, le Faust de Murnau en ciné-concert au Balzac.

21. Le mercredi 14 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 5 : Concert Franz Schreker par l'Orchestre Pasdeloup

(dimanche 11 octobre)

On peut discuter le concept (beaucoup de répétitions de tournures dans ces pièces fonctionnelles), mais quel plaisir d'entendre un concert tout Schreker, et tout à fait bien joué !
(La réputation négative de cet orchestre est donc non seulement tout à fait excessive, mais même erronée.)

On essaiera d'en parler. En attendant, on en a un peu discuté avec Sylvain sur CSS en commentaires de l'article Bartoli...

22. Le dimanche 18 octobre 2009 à , par Pois de senteur

Que signifie le * ?

23. Le mercredi 21 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Bonjour petit Pois,

C'est simplement un reste de ma préparation, il en reste deux qui n'ont pas été effacés.

24. Le mercredi 21 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 6 : Andromaque de Grétry
par Hervé Niquet au Théâtre des Champs-Elysées


(dimanche 18 octobre 2009)

Vraiment étonnant, une découverte majeure en termes de modernité musicale - peut-être bien l'oeuvre la plus innovante du second XVIIIe siècle.

La présentation de l'oeuvre et de la soirée a déjà débuté (voir les notules de cette rubrique).

25. Le mercredi 21 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

A propos, j'ai découvert avec horreur que j'avais manqué à cause de son titre qui m'évoquait plutôt la romance (Les favoris de Marie-Antoinette) ce concert anthologique du 10 octobre à Versailles. On y entendait Caroline Mutel, Florian Laconi et Jean-Sébastien Bou (!) avec Les Nouveaux Caractères
dirigés du pianoforte par Sébastien d’Hérin, Galerie des Batailles.

Il semble que ça n'ait pas été enregistré par France Musique[s ]. Aïe.

Car en plus d'Iphigénie en Tauride de Gluck et du chef-d'oeuvre bien connu de nos services mais trop peu exécuté Les Danaïdes d'Antonio Salieri, on pouvait y entendre deux oeuvres totalement oubliées, à savoir Chimène ou Le Cid de Sacchini, une oeuvre célèbre de l'époque, et même Guillaume Tell de Grétry...


Par ailleurs, au chapitre mauvaises nouvelles, il semblerait qu'en plus d'être hors de prix, l'appétissant Céphale & Procris de Grétry (enfin, on n'y trouvera sans doute pas l'imagination et les paroxysmes d'Andromaque, mais nous avons, on l'aura compris, été mis en vif appétit - au point de presque songer à faire le déplacement pour L'Amant jaloux) soit absolument complet. Ce qui nous évitera, cela dit, de dépenser 40€ pour une place aveugle ; en attendant la retransmission de France Musique[s ] et peut-être une captation vidéo.

26. Le dimanche 25 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 7 : Die Tote Stadt de Korngold à l'Opéra Bastille

(24 octobre 2009)

Superbe spectacle, avec une très belle réalisation scénique d'un livret assez distendu (Willy Decker fait du Decker, mais de façon remarquablement adaptée à l'oeuvre), notamment tous les mécanismes de boîtes à l'arrière-scène, et d'intrusions extérieures vers ces boîtes (on a pensé aux satyres des Gezeichneten).

Robert Dean Smith (timbre clair et bleuté, caractérisation joliment pétrifiée avec ses bras prostrés), Pinchas Steinberg, les Choeurs et l'Orchestre de l'Opéra de Paris fabuleux, Riccarda Merbeth (lumineuse et incisive à son habitude) excellente, Doris Lamprecht et Stéphane Degout vraiment très bons.

L'oeuvre en elle-même souffre un peu de sa trop grande rondeur, trop confortable jusque dans les tensions, et qui sombre dans le sirop pour l'air fameux du luth, discréditant les dix minutes suivantes qui ne sont pas assez radicales pour extraire le spectateur de la noyade glucosée. Mais cela ne vaut pas pour l'acte III, qui ménage plus de variété et de modulations interrogatives, avec en particulier la très belle scène (spectaculaire) de la procession. Très réussie scéniquement, de surcroît.

27. Le jeudi 5 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Concert 8 : Liederspiele de Schumann à la Cité de la Musique

(25 octobre 2009)

Les Liederspiele étaient de petites unités de vingt à trente minutes, regroupant plusieurs lieder (et éventuellement interludes pianistiques) utilisant des associations de voix variées (de une à quatre au fil du déroulement de chaque Liederspiel). Avec, originellement, des récitatifs qui liaient les lieder entre eux.

Concert de luxe où figuraient ensemble : Dorothea Röschmann, Angelika Kirchschlager, Ian Bostridge, Thomas Quasthoff, Helmut Deutsch, Julius Drake.

Bref, la fine fleur du récital de lied contemporain concentré en une soirée.

Compte-rendu des oeuvres et de l'interprétation ici.

28. Le jeudi 5 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 9 : Das Klagende Lied et autres Mahler de jeunesse au Châtelet

Par Daniele Gatti et l'Orchestre National de France.

Un mot sur les oeuvres et le concert ici.

29. Le jeudi 12 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 10 : Acte II de Tristan und Isolde (Harding, Mahler Chamber Orchestra) au Théâtre des Champs-Elysées

(Samedi 7 novembre.)

Solistes : Waltraud Meier, Michelle Breedt, John Mac Master, Michael Vier, Franz-Josef Selig.

Commentaire de la soirée et réflexions autour de la réception des spectacles en salle : ici.

30. Le mercredi 18 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 11 : Motets baroques français (Lully, Desmarest, Campra, Rameau) par William Christie et les Arts Florissants à Pleyel

(Mardi 17 novembre.)

Solistes : Amel Brahim-Djelloul (remplaçait Patricia Petibon), Emmanuelle de Negri, Cyril Auvity, Toby Spence, Marc Mauillon, Alain Buet.

Splendide. On a un projet de commentaire, en particulier sur le programme qui mettait admirablement en valeur les spécificités de chaque époque et même de chaque compositeur. La confrontation les rendait limpides, alors qu'il s'agit toujours plus de nuances que d'oppositions entre deux compositeurs, à cette époque.

31. Le dimanche 22 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Spectacle 12 : Rosmersholm d'Henryk Ibsen, mis en scène par Stéphane Braunschweig

(Dimanche 22 novembre, Théâtre de la Colline.)

C'est une expérience dans le type de Brand, encore plus réussie s'il est possible, aussi bien pour le texte que pour la mise en scène.

Commentaire disponible sur CSS.

32. Le vendredi 27 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 13 : Salome de Richard Strauss mise en scène par Lev Dodin à Bastille

(Mercredi 25 novembre.)

Avec Alain Altinoglu et Camilla Nylund. Compte-rendu à lire ici.

33. Le vendredi 27 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 14 : Die schöne Magelone (Tieck / Brahms) par Matthias Goerne, Andreas Haefliger et Eric Génovèse

(Jeudi 26 novembre.)

Compte-rendu ici.

34. Le samedi 28 novembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Idée concert : Lundi 30, salle Cortot à 20h30, le Quatuor Danel (ancien lauréat d'Evian-Bordeaux, son magnifique) jouera Chostakovitch (Quatuors 3, 11 et Préludes extraits de la musique de film pour Les Amies et Tichtchenko (Quatuor 4 - 'Tishchenko' à l'anglaise).

Régal en perspective.

35. Le mercredi 2 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 15 : La création française du Quatrième Quatuor de Boris Tichtchenko par le Quatuor Danel à la salle Cortot

(Lundi 30 novembre 2009.)

Et aussi une création française de Chostakovitch.

Le commentaire sur les compositeurs, les oeuvres, les interprétations se trouve ici.

36. Le mardi 8 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 16 : Paulus de Mendelssohn par Kurt Masur au TCE

(Samedi 5 décembre 2009.)

Maîtrise de Radio-France, Choeur de Radio-France, Orchestre National de France.

Ruth Ziesak, Christianne Stotijn, Rainer Trost, Matthias Goerne.

Commentaire ici.

37. Le dimanche 13 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Le 8 janvier : L'Oiseleur des Longchamps dans de la mélodie (surtout française) autour des prénoms féminins, au temple du Luxembourg, ce qui promet d'être remarquable (j'ai déjà entendu des extraits de programmes similaires de sa part).

Et ceci, qui va assurément bousculer mes priorités concertantes dans les mois à venir.
J'y vois notamment une version scénique du Kaiser von Atlantis d'Ullmann !

38. Le lundi 14 décembre 2009 à , par Simon

Il y a des représentations diablement intéressantes dans le lien que tu donnes ici, du Zemlinsky, du Schreker entre autre raretés, mon agenda va se voir influencé par tout cela!

39. Le lundi 14 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, je ferai une notule dès que possible pour l'annoncer, et je pense que nous recruterons un peu, c'est quand même ébouriffant de trouver ça par hasard... :-o

40. Le lundi 21 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 17 : Concert à l'Archipel pour luth ou théorbe, et virginal

(Jeudi 17 décembre 2009.)

Rémi Cassaigne (luth et théorbe) et Jean-Luc Ho (virginal) dans un programme dédiés aux 'italiens archaïques', à la musique italienne instrumentale du XVIIe siècle (première moitié surtout).
Ce sont pour la plupart des arrangements à partir de pièces pour luth solo, deux luth, clavecin, ou deux clavecins. Soirée d'une grande poésie, même si le corpus est nécessairement assez homogène.

Des problèmes d'accord, mais surtout de timbrage dans les aigus qui ne sortaient pas pour les instruments à cordes grattées ; le luth semblait d'assez piètre qualité, mais on se l'expliquait moins sur le théorbe tout à fait honorable (où ces accidents étaient bien moins fréquent). En revanche, des phrasés avec un esprit et un sens de la danse extraordinaire chez Jean-Luc Ho.

Grand plaisir de pouvoir converser avec Rémi Cassaigne à la fin du concert - qui, lui non plus, ne voit pas bien la différence entre un théorbe et un luth théorbé, voire se méfie de ces distinctions.

41. Le lundi 21 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 18 : Une Maison de poupée d'Ibsen par Braunschweig

(Dimanche 20 décembre 2009.)

On retrouve dans la pièce aussi bien le savoir-faire scénique phénoménal de Braunschweig que les préoccupations récurrentes d'Ibsen, mais elle est plus faible de toute façon, notamment en raison des éléments de vaudeville parfois un peu trop évidents, et surtout du personnage-repoussoir du mari. Cette figure trop nettement jugée fait perdre le caractère souvent déroutant, et jusqu'à l'abîme, de la disparition des valeurs qui guidaient des personnages.

Ce n'est pas le cas par exemple dans Les Prétendants à la Couronne, Brand, Julien l'Apostat, Rosmersholm et même Hedda Gabler ; on en est plus proche dans le dénouement un peu didactique de son ultime pièce (Quand nous revenons d'entre les morts).

42. Le mercredi 13 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 19 : Loiseleur des Longchamps dans la mélodie européenne

(vendredi 8 janvier 2010)

Avec Mary Olivon, c'est la poursuite d'une (très) vaste anthologie autour du prénom féminin dans la mélodie de mainte langue européenne.

Je tâcherai de revenir sur le programme détaillé, mais il était majoritairement composé de raretés, voire de très grandes raretés (et quelques créations ou oeuvres très récentes), et excellemment interprété, avec la plus-value habituelle de cet interprète lorsque c'est en français (et alors vraiment enthousiasmant).

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore entendu, on peut établir une parenté avec la technique et le style de Lionel Peintre.

Au demeurant, le programme n'était pas que conceptuel, il réunissait aussi des mélodies de très grande qualité - et Dieu sait qu'il existe vraiment de tout dans ce répertoire...

43. Le mercredi 13 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 20 : Ullmann, Der Kaiser von Atlantis.
(Et Mahagonny Songspiel de Weill.)


(dimanche 10 janvier 2010)


Kurt Weill (1900-1950) : Mahagonny Songspiel
Viktor Ullmann (1898-1944) : Der Kaiser von Atlantis (L'Empereur d'Atlantide)

Direction musicale : Amaury du Closel
Mise en scène : Alita Baldi
Ensemble Orfeo 33

Elsa Lévy : Bubikopf
Silvia Vadimova : le Tambour
Roh Hyun Jong : Arlequin
Sébastien Obrecht : le Soldat
Lim Chae Wook : l’Empereur Overall
Sébastien Lemoine : la Mort, le Haut-parleur



Ici aussi, on aura peut-être l'occasion de revenir. En deux mots donc.

Dans le très pittoresque théâtre Déjazet (et disposant néanmoins d'un système de surtitrage), on pouvait entendre cette grande rareté, dont seul un disque Decca aujourd'hui épuisé et quelques très rares concerts dans le monde avaient rendu compte.

Dans la veine symboliste et absurde de Flammen de Schulhoff et du meilleur Weill, l'Empereur d'Atlantide était qui plus est mis en scène - très peu de moyens, mais assez habile. Il faut dire que l'oeuvre fonctionne bien visuellement.

Ce n'est pas ici que je reviendrai en détail sur l'oeuvre pour laquelle je m'étais déplacé, mais on peut simplement souligner que l'intérêt de cette chose étrange était largement renforcé par l'exécution irréprochable de l'ensemble Orfeo 33 sous la direction d'Amaury du Closel, un petit orchestre transparent et toujours précis. C'est indispensable pour jouer ces musiques (même modérément) subversives où l'oreille ne peut pas restituer les erreurs d'exécution éventuelles.

Les jeunes chanteurs aussi étaient remarquables, et en particulier le ténor limpide de Roh Hyun Jong et le superbe baryton Sébastien Lemoine doté d'un rayonnement (de type halo) généralement réservé aux basses, et superbement éloquent. Les enregistrements qui existent ne rendent pas du tout justice à cet aspect-là de sa voix, il faut vraiment l'entendre sur scène.


Je ne dirai rien en revanche du Mahagonny Songspiel, collection décousue des airs de Mahagonny, et typiquement le Weill que je n'aime pas. C'était un complément de programme adapté vu la brièveté d'Ullmann, et un produit d'appel un peu plus célèbre.

J'ai été frappé par l'excellente mise en place chez de jeunes interprètes pour un programme aussi rare, et pas évident.

44. Le mercredi 13 janvier 2010 à , par Simon

Tiens, j'avais mal regardé, si j'avais su qu'il y avait du Weill (et aussi qu'Ullmann se rapproche de Schulhoff) j'aurais sûrement fait le déplacement. :o

45. Le mercredi 13 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Il y a plein d'autres Weill dans leur programmation, et on trouve de ces cochonneries oeuvres partout.

Pour mon rapprochement, je parlais simplement de l'esthétique du livret. Côté langage musical, Ullmann est beaucoup plus traditionnel que Schulhoff, c'est même relativement sage en un certain sens.

46. Le samedi 23 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 21 : Quatuor de Tokyo (Schubert, Schumann, Barber)

(Vendredi 15 janvier 2010.)

Concert vraiment décevant : la salle de la Cité de la Musique est prise dans le sens de la largeur, si bien que malgré la proximité, le son se perd. Je me suis beaucoup demandé si l'acoustique ne m'avait pas joué des tours, parce que j'ai entendu un grand nombre de problèmes d'intonation au premier violon et à l'alto, ce qui est très étonnant de la part de cette formation. Et surtout, des décalages énormes, en partie dûs à la réverbération latérale, c'est certain, mais je m'interroge tout de même sur certains.

Le Troisième Quatuor de Schumann est très réussi, je me doutais bien que seul les Tokyo pouvaient opérer chez moi une telle conversion. Le dernier mouvement, qui imite à la mode paysanne le dernier mouvement du quatuor Op.59 n°2 de Beethoven, celui qui flatte le plus un public, est moins réussi, parce que précisément les interprètes se refusent à se laisser aller à la facilité des accents de cette musique.
On entend vraiment de très belles choses dans cette oeuvre qui n'est pourtant pas majeure.

Même chose pour le Premier Quatuor de Barber : le mouvement lent dont est tiré le fameux adagio est splendide (il sonne toujours merveilleusement au quatuor, il est vrai, surtout par rapport à la soupe orchestrale ou chorale bien connue), on entend très bien la spiralité de la progression, la tension apportée par les basses en décalage, etc. Le reste du quatuor est moins intéressante de toute façon.

Quant au Quatorzième Quatuor de Schubert, "La jeune fille et la mort", alors que leur version discographique fait partie des plus enthousiasmantes, il paraît étrangement tiède et policé.

Pourquoi une déception ? Trop entendu de concerts superlatifs ces derniers temps sans doute - et par ailleurs réellement épuisé ce jour-là. Néanmoins l'acoustique lointaine, floue, décalée ; les scories nombreuses, dans l'intonation au moins, voire dans la mise en place ; l'investissement enfin, qui semblait assez pudique, pour ne pas dire indolent ; tout cela donnait l'impression d'un grand quatuor qui se réunissait pour le première fois après des années d'interruption. Le son est toujours aussi magnifique (dans un genre assez vibré), mais la cohésion et l'esprit semblent absents, comme s'ils ne parlaient pas la même langue.

Ca restait très beau, mais pas du tout exaltant en réalité.

(En plus, les concerts de la Biennale de Quatuor sont chers, on ne m'y reprendra pas.)

47. Le samedi 23 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 22 : War Requiem de Britten (Ingo Metzmacher)

(Jeudi 21 janvier 2010.)

Salle Pleyel :

Indra Thomas, soprano
Paul Groves, ténor
Matthias Goerne, baryton

Maîtrise de Paris
Choeur de l'Orchestre de Paris
Orchestre de Paris

Ingo METZMACHER



Soirée merveilleuse. L'oeuvre est ce qu'elle est, avec sa variété, son intensité, sa grande poésie. Elle joint l'élan liturgique à une certaine dérision amère due à Owen, et surtout un grand sens de la contemplation.

Avec de telles forces, la déception n'est pas possible. Le Choeur de l'Orchestre de Paris est en particulier à louer : une netteté des attaques, jusque sur les consonnes (audibles ET ensemble !), absolument admirable. Beau son d'ensemble au demeurant, vraiment une très belle réalisation.
Les trois solistes étaient remarquables aussi, Indra Thomas impeccable en imprécatrice surpuissante, Matthias Goerne progressivement de plus en plus inspiré par la musique, avec un dernier monologue réellement bouleversant (l'anglais pâteux du début était moins touchant, surtout vu la concurrence discographique, avec le dédicataire et beaucoup d'anglophones). Et c'est Paul Groves qui bouleverse absolument, en allégeant son émission à la façon naturelle lorsque l'orchestre le laisse à découvert, usant de toutes les nuances de sa voix mixte, et avec une magnifique présence vocale cependant ; les mots sont déposés avec une justesse vraiment déconcertante.

Un des grands concerts de la saison - mais ce n'est pas une surprise pour qui aime cette musique.

48. Le dimanche 24 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 23 : Le Sette Chiese de Bruno Mantovani et Rituel de Pierre Boulez

Première oeuvre par l'Ensemble Intercontemporain, seconde par l'Orchestre du Conservatoire de Paris, le tout à la Cité de la Musique.

(Samedi 23 janvier 2010.)

Un concert dont le programme semblait conçu à mon intention, et que je ne voulais absolument pas manquer.

Dans les faits, j'y ai vu un point d'orgue à mon progressif détournement de la musique contemporaine : que de complexités, que de moyens, que d'efforts de concentration pour un résultat tellement moins exaltant qu'une danse simple, qu'un chant dépouillé.

Il n'empêche, cela dit, que c'était un très beau concert, et Le Sette Chiese valaient vraiment d'être entendues, l'exécution était vraiment aussi réussie que la création par Jonathan Nott (l'un des dédicataires de l'oeuvre) à Strasbourg en 2002. (Je n'aime pas trop la sècheresse un peu rectiligne de la version Mälkki parue au disque.)
Les notes de programme permettent de mettre un programme assez précis sur cette musique, qui ôte à sa force poétique (les embouteillages stylisés du début), mais lui donne aussi du sens et du relief.
J'ai été frappé, comme j'ai déjà pu le dire, par la qualité des transitions timbrales, et par une variété, une poésie des textures. De beaux motifs très peu mélodiques mais très mémorisables, également : en particulier pour la première moitié de la quatrième section, l'évocation de la Basilique du Sépulcre, avec ses motifs descendants à grands intervalles consonants, distribués aux pianos en antiphonie.
Mantovani tire toujours aussi de très beaux effets de l'infratonalité (quarts de ton pour la deuxième section consacrée à l'église de saint Jean-Baptiste) et de l'usage des clarinettes.

La seconde partie de l'oeuvre connaît un certain nombre de longueurs, et aussi de duretés (les tutti sont assez bruyants à cause de la générosité en percussions), mais on entend tout de même une longue cadence pour trois percussionnistes (en grande partie sur les woodblocks qu'adore Mantovani, et moi aussi) à l'aspect déhanché, frénétique et invocatoire qui fait assez penser à un final de la Quatrième Symphonie de Nielsen... à la longueur décuplée.
La récapitulation finale des idées des sections précédentes est également réussie, on senti d'ailleurs très bien venir la fin, preuve que la construction en reste relativement intelligible - et le tout s'éteint avec une pulsation décalée entre violoncelle et alto, à la façon du souvenir s'effaçant de cloches.

L'effectif est assez limité (un instrument de chaque, à peu près, plus six instrumentistes surélevés en arc de cercle - et les trois percussionnistes au fond), et remarquablement utilisé ; clairement, quelqu'un qui sait écrire. Je serais très curieux d'entendre ses pastiches, parce qu'avec une telle maîtrise du matériau, il pourrait peut-être bien dépasser les originaux - en tout cas en matière d'orchestration !

--

Venait ensuite Rituel de Boulez. Une oeuvre que j'avais beaucoup aimée lors de ma découverte du compositeur, parce que sa pulsation obstinée, en plus d'être évocatrice de son sujet déploratoire, rendait plus intelligibles et préhensibles les circonvolutions abstractantes de ces oeuvres à la génialité amorphe.
Néanmoins, en essayant de l'écouter attentivement dans une salle de concert, on découvre que l'oeuvre est infiniment plus répétitive que n'importe quelle oeuvre de John Adams (enfin, pas Nixon in China tout de même).
Car :
- on entend toujours le même motif, la série est très identifiable et pas franchement variée lors des innombrables réitérations ; c'est joli au hautbois au tout début, après on se lasse ;
- la pulsation à peu près régulière sur tous les temps des percussions est fatigante ;
- les percussions dans les huit groupes (avec deux percussionnistes dans le huitième, usant de force gongs et tam-tams chinois, ce qui fait un potin du diable), c'est agressif lorsque ça joue ensemble et fort ;
- les variations de tempo entre les sections 'très lentes' et 'modérées' ne sont pas audibles, ni de façon nette les transitions entre parties (on perçoit juste que l'effectif gonfle puis dégonfle) ;
- la spatialisation est une mauvaise idée lorsqu'il y a autant de groupes (ça fonctionnait très bien pour le concerto pour percussion de Toshio Hosokawa, parce qu'on avait trois trompettes aux trois points cardinaux manquants, c'était identifiable), du coup on entend des choses en décalé même lorsque c'est parfaitement en place ;
- les contrechants intérieurs sont beaucoup trop touffus, on a l'impression que la série est un spaghetto et qu'on en empile chaque exemplaire jusqu'à ce que l'oreille ne puisse plus sentir d'harmonie, mais un plat certes reconnaissable, mais emberlificoté.

La note d'intention fait sourire, avec la description d'un dispositif purement théorique reposant sur l'alternance entre section paires et impaires ainsi qu'une part relative de 'musique ouverte', avec des entrées gérées par le chef (qui ne bat pas la mesure mais indique le début des interventions pour chaque groupe). On imagine bien que les musiciens se sont entendus avant...
Il faut un tout petit peu se concentrer pour digérer le dispositif, mais c'est expliqué clairement par Dominique Jameux et pas si complexe au fond, sans mots creux et ronflants en tout cas. Juste un côté mathématicien / théoricien obsessionnel qui fait sourire.

L'oeuvre m'a en somme assez peu intéressé, une déception. Je n'ai même pas trouvé ça bien orchestré comme c'est d'habitude le cas (mais plutôt pour des oeuvres plus tardives) chez Boulez. La pièce durait 26 minutes (contre 36 pour Mantovani) et j'avais au moins l'impression de l'inverse... Il faut dire que le caractère 'minimaliste à gros moyens' avait quelque chose de long.

--

Le public était extraordinairement attentif (très peu de bruit avant le concert et à l'entracte, pas un murmure pendant le concert). Et assez tiède aussi. Plus chaleureux cependant pour la pièce de Boulez (Le Sette Chiese ont été applaudies à la limite de la froideur).

Bref, un concert tout à fait très bon. Mais heureusement que la première oeuvre était du premier choix.

49. Le mardi 26 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Je regarde le Werther de Benoît Jacquot (Bastille) sur le site d'Arte (n'y allez pas tous, vous allez faire planter ma session).

Très beau visuel (les nuages amoncelés, le portail démesuré), plutôt bonne direction d'acteurs mais en trop petit format, très statique de loin.

Musicalement, c'est grand grand. Kaufmann trouve sa pleine mesure, une incarnation à un degré rare : pas du tout le style que j'attends ici par choix personnel, mais la perfection est poussée à un tel degré, diction parfaite, legato ahurissant, pleine maîtrise de toute la tessiture, expression juste en permanence, jeu sobre et intense...

Le reste est excellent aussi, en particulier la direction lente, détaillée, profonde de Plasson. (Pas du tout française non plus, son approche.) Et Anne-Catherine Gillet avec ses mots qui tintent toujours si gracieusement.

50. Le mardi 26 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

En revanche, le documentaire d'entracte montre des erreurs scénographiques épouvantables (de débutant) dans la suite : les meubles strictement parallèles ou perpendiculaires au spectateur, et collés contre les parois, tout le monde comprendra que c'est absolument inutile... Le mobilier n'a d'intérêt que s'il donne du relief à l'espace, et on le met évidemment en biais pour ne pas donner une impression d'artificialité désagréable, c'est la première chose que l'on apprend...

Etonnant comme erreur, je suis curieux à présent de voir ce qu'il a pu en faire, vu le caractère très statique de l'acte II.

51. Le dimanche 31 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 24 : Récital de la classe de premier cycle de chant de Janie-Paule Capcarrere (Conservatoire Hector Berlioz, Xe arrondissement)

(Jeudi 28 janvier 2010.)

Des voix débutantes bien sûr, mais un grand soin apporté à la musicalité et à l'articulation qui laissent de grands espoirs au moins sur le goût des élèves. Programme varié avec son lot de tubes et de raretés.

On en tire quelques confirmations :
- il faudrait absolument dire aux élèves qu'il ne faut pas essayer de 'faire lyrique', mais de chanter le plus naturellement possible lorsqu'on débute, ça évite quantité d'erreurs assez laides ;
- quitte à bricoler des traductions et à remettre à plus tard l'apprentissage des textes originaux des grands classiques, il faut absolument faire travailler les chanteurs débutants dans leur langue maternelle, sinon ils se fourvoient résolument dans le placement, et ce n'est ni la faute de l'élève, ni celle du professeur. Lorsqu'on se cherche sur une langue, il n'est pas possible de la placer correctement, et le naturel de la langue déjà pratiquée aide à bien des choses. Plusieurs de ces élèves se révèleraient totalement, à mon avis, si on leur donnait du français à chanter (si possible proche de la langue parlée ou des ritournelles simples, pas de la mélodie française tardive, qui est quand même dure).

52. Le dimanche 31 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 25 : La vie est un songe de Calderón (Théâtre 13, William Mesguich)

(Samedi 30 septembre 2010.)

Une représentation sans originalité d'une oeuvre qui suscite l'intérêt. Commentaire dans cette notule.

53. Le vendredi 5 février 2010 à , par Sylvie Eusèbe

Bonjour David ! Un peu au hasard je place ici ce qui traduit peut-être un retour à d'anciennes manies, mais la tentation a été trop forte ;-) !

Paris, Salle Gaveau, jeudi 04 février 2010, 20h30, concert
A. Vivaldi :
Concerto en sol mineur op. 3 n° 2 RV 578
Stabat Mater RV 621
G.-F. Haendel :
Concerto grosso en fa majeur op. 3 n° 4
Air de Dardano « Pena Tiranna » extrait d’Amadigi di Gaula
Air de Rinaldo « Cara sposa » extrait de Rinaldo
Air de Bertarido « Vivi tiranno » extrait de Rodelinda

En bis :
Haendel, air de Xerxès « Ombra mai fu » extrait de Xerxès
Vivaldi, air de Marziano « Cor mio che prigion sei » extrait d’Aténaïde
Probablement Vivaldi, air d’une œuvre sacrée non identifiée…

Orfeo 55
Nathalie Stutzmann, contralto et direction


[Note des lutins : compte-rendu de Sylvie à lire ici.]

54. Le vendredi 5 février 2010 à , par DavidLeMarrec

Sylvie est de retour ! \o/ Merci beaucoup pour votre compte-rendu, j'y réponds prochainement.

55. Le dimanche 7 février 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 26 : Amadis de Quinault et LULLY à l'Opéra de Massy

(Samedi 6 février 2010.)

Commentaire à venir, possiblement demain.

56. Le lundi 8 février 2010 à , par Sylvie Eusèbe

Un mot sur le récent Werther à la Bastille. Vu également sur Arte, je n’ai eu aucune sympathie particulière pour les décors, et je n’ai rien senti d’inspiré dans la mise en scène. Jonas Kaufmann très touchant, romantique à souhait, « expression juste », « jeu sobre et intense », vous avez tout dit. J’ai été moins emballé par Sophie Koch, un peu « absente » côté jeu d’actrice à mon avis (j’ai un si bon souvenir de son compositeur), et vocalement, je n’ai pas été surprise, ni en bien, ni en « mal ». J’ai trouvé Ludovic Tézier vocalement puissant, avec une expressivité juste, mais trop statique physiquement. Quant à Anne-Catherine Gillet, je la découvrais et j’ai été charmé par son entrain et son naturel. Mais dites-moi : n’avez-vous pas remarqué comme parfois sa voix a un timbre vraiment proche de celui d’Ileana Cotrubas ?!!

57. Le lundi 8 février 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, je donne l'adresse directe du commentaire ci-dessus, peut-être perdu dans la masse.

Les décors disproportionnés au I et au II, c'était tout de même pas mal. Le reste, oui, discutable (bien belle fin scénographique tout de même).

Moi aussi, Sophie Koch, je l'ai trouvée un peu tiède, mais ça avait déjà été le cas, dans une moindre mesure vis-à-vis de son compositeur. Je l'apprécie beaucoup (très bonne chanteuse, bonne implication aussi), mais sensiblement moins que la moyenne de ses zélateurs, disons - je n'ai pas de rôle dans lequel je trouve qu'elle apporte véritablement quelque chose qui manque.

Même chose pour Tézier, qui n'évolue pas, malheureusement, dans ses caractérisations, alors qu'il a tant de qualités qui lui rendraient si facile d'interpréter de façon expressive et même fine. Je crois qu'il est vraiment tétanisé par les enjeux. Je me rappelle d'un récital de lied terne, chanté comme de l'opéra, où il s'est révélé grand diseur inspiré pour les deux bis, une fois l'épreuve passée.
Toujours excellent, mais dommage.

Oui, on peut comparer Gillet et Cotrubas, mais Gillet est plus métallique, moins ronde et fruitée... et tellement plus volubile ! Je suis extrêmement admiratif en particulier de sa Zdenka d'Arabella et de sa Colombe (ainsi que de Catherine L'Héritière) de Damase. De très grandes compositions de sa part.

58. Le dimanche 14 février 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Soirée 27 : Mystère bouffe de Dario Fo à la Comédie-Française (salle Richelieu)

Partie I.

(Samedi 13 février 2010.)

Commentaire ici.

59. Le lundi 15 février 2010 à , par Sylvie Eusèbe

Paris, Salle Pleyel, vendredi 12 février 2010, 20h, concert
G.-F. Haendel :
Giulio Cesare in Egitto, opéra en 3 actes sur un livret de Nicola Francesco Haym (création le 20 février 1724 à Londres), version concert

Andreas Scholl : Giulio Cesare
Cecilia Bartoli : Cleopatra
Nathalie Stutzmann : Cornelia
Philippe Jaroussky : Sesto
Christophe Dumaux : Tolomeo
Rachid Ben Abdeslam : Nireno
Umberto Chiummo : Achilla
Andreas Wolf : Curio

Les Arts Florissants
William Christie, direction

[Note des lutins : compte-rendu de Sylvie à lire ici.]

60. Le dimanche 28 février 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 28 : Le Combattimento de Monteverdi et La Fiera di Farfa de Marazzoli à l'Opéra-Comique

(Jeudi 25 février 2010.)

Par Vincent Dumestre et le Poème Harmonique, la première mondiale (enfin, de l'ensemble de cette tournée débutée en octobre dernier à Besançon) de l'oeuvre de Marazzoli, une vraie rareté.

Commentaires détaillés ici.

61. Le jeudi 4 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 29 : Colombe de Jean Anouilh à la Comédie de Champs-Elysées

(Mercredi 3 mars 2010.)

Commentaire des représentations, de la pièce et comparaison avec l'oeuvre de Damase ici.

62. Le vendredi 5 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Sur le site de Radio-France, le concert exaltant de ce soir à Saint-Eustache (Reger, Vierne, Kodály pour choeur et orgue !) a été remplacé assez récemment par le Stabat Mater de Dvořák avec piano.

Ce sera un concert sans lut(r)ins, mais je préviens ceux par hasard alléchés par notre programme qui passeraient dans ces pages avant le concert...

63. Le mercredi 17 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 30 : Psyché (très vastes extraits) de Lully par l'ensemble amateur Les Muses d'aMusent

(Dimanche 7 mars 2010.)

Je n'ai pu assister qu'à la répétition générale juste avant le concert, devant me rendre ensuite au concert Chausson / Vierne à Garnier.

Il s'agit de l'ancien ensemble Le Point du jour, qui avait très joliment exécuté des extraits d'Armide du même Lully, il y a deux ans. A la suite d'une séparation avec son fondateur, manifestement, l'ensemble a pris un nouveau départ. La netteté n'est pas parfaite bien évidemment, mais tout est joué avec enthousiasme, avec un souci du style, et des oeuvres que personne d'autre n'offre à entendre (Psyché n'avait été joué, par Christie, que sous sa forme primitive ornée de dialogues parlés, et un disque CPO de sa refonte en tragédie lyrique a paru il y a quelque chose comme un an seulement).

Côté chant, il y avait parfois du surjeu, mais les jeunes interprètes (qui se lancent dans la carrière) avaient des voix très adéquates, et maîtrisées. Quelques stridences pas toujours utiles chez les dames.

Une belle représentation apparemment, donc, qui a le mérite à la fois d'être de bon niveau (sans prétendre à la perfection) et qui propose des raretés que les professionnels ne servent pas. Assez dans l'esprit de ce que j'aime, donc !

64. Le mercredi 17 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 31 : Quatuor et Chanson perpétuelle de Chausson, Quintette avec piano de Vierne à l'Opéra Garnier

(Dimanche 7 mars 2010.)

Commentaire des oeuvres et de la soirée ici.

65. Le mercredi 17 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 32 : La Veuve et le Grillon à la Péniche Adélaïde (annexe de la Péniche Opéra)

(Samedi 13 mars 2010.)

Très joli spectacle dans la péniche surchauffée sur des sièges pliants inconfortables. Peu de place, mais totalement plein.

La pièce de Daniel Soulier, jolie imitation de la conversation de salon (dont le ton d'acteurs avant tout chanteurs et le découpage serré donnent une image de cliché, parfois - mais la pièce par des comédiens aguerris fonctionne bien) est ici mêlée de chants, de danses, d'intermèdes musicaux. Et de vapeurs de friture ensuite distribuée au public. (Oui, singulier parfum chez Madame de Sévigné.)

La rencontre imaginaire entre Madame de Sévigné et La Fontaine, dans ce découpage, tourne à l'avantage très net du second, d'autant que Bernard Deletré, passé quelques instants d'élocution un peu tonitruante, est acteur, sinon fin, très convaincant. La voix en revanche était très fatiguée ce soir-là - mais il y a encore deux ans, il était en pleine forme pour des rôles consistants, ce n'est donc pas l'usure de cette voix à l'émission si particulière. Comme Alain Buet, vu la texture de la voix et sa carrure impressionnante, on se prend à imaginer ce qu'une technique plus orthodoxe aurait pu produire comme décibels dans le grand répertoire...

Blandine Florio-Peres et en effet plus en difficulté, avec une voix plus opératique pour ces chansons de cour, et surtout une élocution parlée qui, à cause de l'usage d'une langue qui ne lui est pas native, sonne un peu déclamatoire et tristement sérieuse. Par ailleurs, beaucoup d'efforts (un peu systématisés) pour donner du relief à son texte, mais la gêne persiste quelque peu.

Belles chorégraphies baroques et spitiruelles de __Natalie van Parys__.

Les musiques étaient admirablement choisies par le directeur musical de la soirée, Patrick Cohën-Akenine. Du Lully bien sûr, jusqu'à l'air de Charon d'Alceste, le Lully le plus connu du début du vingtième siècle - avec l'air de l'acte II d'Amadis -, où Bernard Deletré, se souvenant de sa fréquentation du rôle, explose remarquablement. Mais aussi du Lambert pour les airs les plus gracieux, et les italianités raffinées de Charpentier ou expansives de Clérambault. Et bien sûr les grivoiseries très remarquées de La Barre.

Un très grand plaisir d'entendre cette musique de cour en contexte (accompagnement de violon, viole de gambe et clavecin). Je n'avais jamais autant été ému par un violon. Ce son incisif, ces phrasés dansants et spirituels... pourquoi n'entend-on jamais cela dans les suites (Sonates & Partitas) de Bach ! En outre, sa figure me disait quelque chose.

En consultant le programme en sortant, je découvris que j'avais entendu Patrick Cohën-Akenine lui-même. Un maître, assurément.


Belle soirée, hors de toute norme et joliment réussie. Recommandé, cela se joue encore ces jours-ci.

66. Le mercredi 17 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 33 : Leonida Kavakos, Ingo Metzmacher et le Deutsche Sinfonie-Orchester Berlin dans Beethoven et Stravinsky, à Pleyel

(Lundi 15 mars 2010.)

Grâce soient rendues à A. dont la vigilance m'a permis d'assister à un tel concert que je n'osais rêver - j'avais entendu Metzmacher dans l'Oiseau de feu intégral avec l'ONF, à la radio, et j'avais été comme frappé par la foudre, un grand choc esthétique. Alors, ici, avec de surcroît son orchestre, spécialiste mondial des décadents, que faire d'autre que de s'y rendre ?

J'en profite pour ne pas remercier Simon, le pendard, qui a laissé mariner A. et moi-même pendant plusieurs jours sur la nature du bis déjà donné par Metzmacher, une marche militaire de circonstance - très bizarrement donnée après l'Oiseau, avec une différence de substance musicale assez considérable... Le seul lien qu'on pouvait y voir était avec le côté fanfare de la fin. On percevait bien qu'il s'agit d'un compositeur du vingtième, vu l'orchestration, sans doute "sérieux" vu sa très grande maîtrise, mais dans une oeuvre de circonstance, avec un marche dont le déhanchement mélodique avait quelque chose de la valse straussienne.
Trouver qui avait commis cette bluette pétaradante, c'est comme identifier Berlioz en écoutant pour la première fois la démente Marche marocaine !
A la lecture de son compte-rendu, le lecteur apprendra donc qu'il s'agissait d'un Korngold bien sautillant.

Le concert, à présent.

Retenu au travail par des portes savamment fermées, et n'ayant pas résolu à grimper les murailles comme un collégien (j'étais trop sage, je n'ai pas appris ça...), j'ai dû supplier les clefs et me hâter, mais un peu tard pour y être pour vingt heures. Ce qui me valut d'être logé dans la salle des Réprouvés, avec un joli matériel vidéo (et un son qui saute), mais avec une invitation du Service Clientèle (vu que je n'avais pas de place et qu'ils n'en vendaient plus). Hospitalité bénie ! Quoique aimant beaucoup le Concerto pour violon de Beethoven, je venais pour l'Oiseau de feu version originale de 1919, qui avait lieu en seconde partie !

J'ai donc profité tout de même du concert avec le son fruité, un peu boisé, incisif, extrêmement projeté de Leonidas Kavakos (ce dont j'ai pu juger lors du bis hors du temps, une sarabande de Bach formidable de poésie). En voilà un qui projette sans vibrer !

Et après l'entracte, l'enchantement. Cette oeuvre est une débauche de paroles musicales, en particulier les récitatifs aux bois lors du badinage entre Ivan, l'Oiseau et les Princesses. Un abîme de beautés d'orchestrations. Pas un instant d'ennui. Et même le final (qui en cela entrait bien en résonance avec le Beethoven et le Bach), qui joue sur les fausses fins grandioses, est fantastique en dépit de son raffinement tout relatif.
Ces motifs expressifs, qui se déforment, ces sections toujours inventives, mouvantes, vivantes. Une sorte de film musical, l'idéal de la musique de ballet, pour ne pas dire de la musique tout court. Ma vénération pour cette oeuvre se confirme ainsi.

Metzmacher lui-même dirigeait avec beaucoup de savoir-faire un bel orchestre, cordes un peu grises peut-être (mais d'une précision extrême, on dirait voir évoluer un corps de ballet, quel contraste avec les orchestres français !), mais des bois d'une douceur, d'une rondeur, d'une présence extraordinaires.

C'était prévisible, et ça le fut. Fantastique.

67. Le jeudi 25 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 34 : Das Rheingold à l'Opéra Bastille (Philppe Jordan / Günter Krämer)

(Vendredi 19 mars 2010.)

Voir commentaire informel ici.

68. Le jeudi 1 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 35 : Le Gloria de Poulenc et surtout Les Choéphores de Milhaud (Casadesus / Lille)

(Vendredi 26 mars 2010.)

Voir présentationd des oeuvres et compte-rendu ici.

69. Le dimanche 18 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 36 : La Provençale de Mouret et sa parodie La Fille mal gardée (Duni / Favart) à l'Opéra-Comique

(Mardi 13 avril 2010.)

Présentation pleine d'esprit du principe de la parodie, avec un Prologue en vers écrit pour l'occasion (vraiment drôle), une mise en scène ironique très bienvenue, et surtout une mise en perspective très intelligente de l'histoire de l'Opéra-Comique (conflits avec l'Opéra, présence de dialogues, pancartes...).

Musicalement, c'est évidemment très léger, et les récitatifs de Mouret sont d'une indigence mortelle qui n'a dû être atteinte que par Donizetti et Glass dans l'histoire de l'Opéra... Mais l'exécution pleine de bonne foi par de très belles voix permettait de se prendre au jeu, vraiment (ensemble instrumental en revanche un peu prudent et rectiligne).

Peut-être pas enivrant pour les sens, mais très stimulant pour l'esprit (oui, paradoxalement vu la légèreté du propos).

70. Le mercredi 21 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 37 : Sémélé de Marin Marais par Les Goûts Réunis à la Maison de Nanterre

(Samedi 17 avril 2010.)

Voir commentaire détaillé ici.

71. Le dimanche 25 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 38 : Concert violon / orgue à l'église Sainte-Elisabeth (IIIe arrondissement) par l'ensemble Liberata Musica

(Samedi 24 avril 2010 à 16h.)

Les dépliants ayant été retirés avant que je me résolve à quitter l'église, je ne pourrai pas féliciter nommément le second organiste.

Programme assez original :

Bach - Quatrième Suite - Ouverture (arrangement pour orgue de Séverin Treille)
Dans le caractère très formel et accessible des Suites pour orchestre de Bach, mais avec une capacité au développement infini, en particulier ce fugato en principe... fugace.
L'exécution ne m'a pas semblé parfaitement nette, sans doute aussi à cause de l'acoustique (l'orgue positif était placé derrière le maître-autel) et du caractère très touffu du contrepoint, qui se mélange aisément dans la réverbération généreuse d'une église.

Bach - Sonate n°4 pour violon et clavecin - arrangement pour violon et orgue
De superbes couleurs, de superbes atmosphères. Le violon de Barbara de Saint-Louvent est vraiment magnétique : incisif, légèrement acidulé, mais timbré de façon ample, glorieux même. Plus le type Kavakos que le type Shaham - exactement ce qu'il faut dans cette musique. Et qu'on aime partout ailleurs aussi bien...
Il s'agit au demeurant d'un des corpus les plus poétiques de Bach, vraiment un enchantement dans cette formation.

Bach - Partita pour violon BWV 1006 - Prélude, Loure et Gavotte
On y retrouve, de plus près, les mêmes qualités, dans un répertoire évidemment plus concurrentiel.

Haendel - The Messiah - Ouverture
Pour orgue à quatre mains. On ne peut qu'admirer la définition et la plénitude du résultat, avec de superbes respirations. C'est de l'orgue plus homophonique que le Bach, et cela sonne beaucoup mieux, peut-être aussi rapport aux goûts des lutins. Sans doute d'ailleurs. Mais ici, l'exécution est techniquement exemplaire (notamment toute la science des détachés, beaucoup plus probante ici que dans la première pièce).

Mendelssohn, Lieder ohne Worte (Romances sans paroles)
Deux pour orgue, une troisième pour orgue et violon. Ce sont des pièces de production quotidienne de Mendelssohn, assez faible, et la transcription ne les sauve pas vraiment.

Chaque pièce est présentée par Séverin Treille, l'un des deux organistes et directeur musical de l'ensemble à géométrie variable Musica Liberata (qui produit aussi des transcriptions, etc., voyez leur site).

Une vingtaine de personnes dans la salle, beaucoup par hasard (dont moi-même, au demeurant... n'était la formation originale et la qualité remarquable de l'exécution, je serais parti plus tôt faire ma visite prévue au Louvre).

Bref, un concert gratuit de niveau professionnel, avec des originalités et une entrée libre (libre participation aux frais), peu fréquenté, dans une église passionnante dont on reparlera peut-être dans ces pages, c'est un excellent moyen d'occuper d'éventuels week-ends désoeuvrés. Cette formation mérite un vrai public en tout cas.

72. Le dimanche 25 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 39 : L'Illusion comique de Corneille par Galin Stoev, salle Richelieu

Une version actualisée, qui tranche avec l'image communiquée par les spectacles vidéodiffusés par la Comédie-Française. Sans transposition trop nette, on prouve ainsi que les costumes de ville ont leur place dans le vénérable musée du répertoire théâtral.

Pas de réelle transposition, juste un décor gris qui s'ouvre en profondeur à chaque acte, au fil des dévoilements successifs. Ce n'est pas très festif, mais le fait de tout jouer sans entracte permet de s'y plonger vraiment.

La direction d'acteurs fait le choix d'une déclamation qui joue beaucoup des énumérations hyperboliques, qui accentue certains traits comiques avec certain bonheur. C'est au prix d'une dislocation du vers, certes très intelligente (avec des comédiens de ce niveau technique, il ne peut en aller autrement !), mais souvent au prix d'une perte de vue de la beauté de la langue, de la musicalité rimique et rythmique. Il est un peu frustrant, d'une certaine façon, de sortir du théâtre sans avoir entendu la petite musique de Corneille. [Ce serait du Racine, je crierais au génie, d'avoir pu nous extraire de la prison de six pieds de long. [size=9]Oui, ce sont des syllabes, mais la plaisanterie tombe à terre sinon.]

C'est en tout cas une recréation rythmique qui a son intérêt, quoique assez prosaïque, de pair d'ailleurs avec l'esthétique générale (une pelisse permet de faire changer de grade les personnages).

Ce choix s'illustre très bien dans le Pridamant d'Alain Lenglet, père mesuré, presque neutre, et dont la présence n'est d'ailleurs guère patente ; ou bien dans l'Alcandre d'Hervé Pierre, ni grandiose, ni truculent (comme il peut l'être, avec une variété de moyens proprement confondante), une sorte de spectre à la voix un peu grasse ; ou encore dans le Matamore de Denis Podalydès, ni hurleur sublime, ni fou tempêtueux, ni froussard déguisé - plutôt un rêveur patenté, un égaré qui trouve un sens à l'existence dans son imagination.

Des personnages plus modestes, plus concrets, et même trois rôles confiés chacun à un acteur tenant également un autre personnage : une sorte de Corneille de proximité, plus familier, plus limité aussi.


Une bonne soirée quoi qu'il en soit, entendre ce degré de technique (plasticité vocale, soin des phrasés, maîtrise du vers...) chez des comédiens est de toute façon à chaque fois un émerveillement - et les vers de Corneille, une grâce.

73. Le mercredi 28 avril 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 40 : Les Joyeuses Commères de Windsor (Andrés Lima) à la Comédie-Française

(Lundi 26 avril 2010.)

Voir commentaire émerveillé : Prose contrapuntique.

74. Le dimanche 30 mai 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 41 : Billy Budd par Francesca Zambello et Jeffrey Tate à Bastille

(Jeudi 29 avril 2010.)

Voir commentaire ici.

75. Le dimanche 30 mai 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 42 : A travers Clara : Orianne Moretti dans la correspondance et les lieder de Clara Wieck-Schumann.

(Mardi 4 mai 2010.)

Voir commentaire ici.

76. Le dimanche 30 mai 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 43 : Magdalena de Villa-Lobos au Châtelet

(Mercredi 19 mai 2010.)

Compte-rendu ici.

77. Le dimanche 30 mai 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 44 : Rêverie de Scriabine, Concerto pour violoncelle de Myaskovsky et Francesca da Rimini de Rachmaninov par Alexander Vedernikov et le Philharmonique de Radio-France

(Vendredi 21 mai 2010. Salle Pleyel.)

Présentation des oeuvres et compte-rendu ici.

78. Le dimanche 30 mai 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 45 : Italienisches Liederbusch de Hugo Wolf au Théâtre des Abbesses

(Samedi 22 mai 2010.)

Avec Anke Vondung, Werner Güra et Christoph Berner.

Présentation de l'oeuvre et compte-rendu ici.

79. Le mercredi 2 juin 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 46 : Concert Lully par les 24 Violons du Roy dirigés par Patrick Cohën-Akenine

(Mercredi 26 mai 2010.)

Enjeux de la formation et déroulement du concert ici.

80. Le mercredi 2 juin 2010 à , par DavidLeMarrec

Concert 47 : Intégrale des Sonates pour violon et piano de Schumann et demi-intégrale Hindemith par Franck Peter Zimmermann et Enrico Pace

Compte-rendu rapide (et éloge du corpus) ici.

81. Le mercredi 9 juin 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 48 : Genoveva de Schumann à Pleyel par l'Orchestre National de Lyon (Märkl, Schwanewilms, Goerne)

(Lundi 7 juin 2010.)

Présentation de l'oeuvre et compte-rendu de la soirée ici.

82. Le jeudi 15 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 49 : Die Walküre (La Walkyrie) de Wagner à l'Opéra Bastille (Jordan / Krämer)

(Samedi 26 juin 2010.)

Compte-rendu (et tentative partielle d'exégèse de la mise en scène) ici.

83. Le jeudi 15 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 50 : Les Misérables de Schönberg au Théâtre du Châtelet

(Dimanche 4 juillet 2010.)

Description des enjeux structurels de l'oeuvre (et compte-rendu rapide) ici.

84. Le jeudi 15 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 51 : Romances liederisées pour choeur (Schumann, Kodály, Brahms) par le Choeur de Radio-France.

(Jeudi 8 juillet 2010.)

Description du choeur et compte-rendu succinct ici.

85. Le vendredi 16 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 52 : Le Mariage de Figaro de Beaumarchais salle Richelieu

(Dimanche 11 juillet 2010.)

Bref commentaire ici.

86. Le vendredi 16 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 53 : Les Oiseaux d'Aristophane entrent au répertoire de la Comédie-Française

(Lundi 12 juillet 2010.)

Bref commentaire ici.

87. Le dimanche 22 août 2010 à , par DavidLeMarrec

Soirée 54 : Cyrano de Bergerac salle Richelieu

(Samedi 24 juillet 2010.)

Dernière soirée de la saison. Relative déception. Il y a certes de très beaux moments (le silence presque total sous le balcon), mais Michel Vuillermoz assure un personnage un peu fanfaron, qui contraste tout de même avec ce que le texte montre de modestie et de grandes manières. Par ailleurs la voix est émise en force (peut-être fatiguée par cette fin de saison très exigeante), pas très gracieusement (et le chant est atroce).

Des actualisations discutables du texte (tout à coup surgissent des académiciens vivants), le principe n'est pas absurde, mais tellement en décalage avec tout le reste du propos qu'il attire trop, à mon sens, l'attention sur lui.
Enfin, cela prouve qu'on n'est pas fétichiste à la Comédie-Française, c'est déjà ça, et c'est peut-être nécessaire de le prouver ?

Beaucoup d'intégration de musique, et notamment un Boléro ravélien militaire très bien vu.

Lorsqu'on a lu la pièce, vu Barma / Sorano ou même entendu Coquelin, il est vrai qu'il est de toute façon très difficile de trouver une représentation à la hauteur.


Comme il s'agit du dernier commentaire de la saison, on peut renvoyer pour les curieux sur le bilan statistique et subjectif.

Devant l'abondance de biens et la volonté de moins courir les concerts, l'agenda 2010-2011 nous cause bien des tracas... D'autant que certains concerts à tarif unique(ment cher) comme Abbado / Mahler 9 ou Bellérophon imposent une limitation financière aussi bien concrète que morale.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31