Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Al tradimento ! [le public du Met a disparu]

Petite question incidente : qu'est-ce qui peut empêcher le public du Met d'applaudir pendant la fin d'une oeuvre ?

Ah, bien sûr, vous nous direz certainement les deux dernières minutes du Götterdämmerung[1], où au terme de quinze heures de pérégrinations, l'univers ancien s'effondre pour, peut-être, laisser place au nouveau ; cette récapitulation grandiose mais pas moins sublime où s'entrelacent les leitmotivs qui courent sur plusieurs générations ; principe originel du rhin, walhalla en flammes, rédemption par l'amour s'énoncent simultanément tandis que le bûcher des époux flambe et que l'humanité bégayante contemple, stupide, sans comprendre ce qui se joue.
Et le monumental orchestre qui après avoir tant fanfaronné pendant cinq heures, s'éteint à la wagnérienne, dans la seule survivance de la résonance des bois.

Bien, trêve de rêverie. [2]

Notes

[1] Le Crépuscule des Dieux, de Richard Wagner.

[2] Kubelik le 8 mars 1974, avec Birgit Nilsson dont on reconnaît le legato admirable, la grâce infinie et surtout la diction merveilleuse. Si vous entendez les bois piano, seuls à conclure, vous pouvez vous dispenser d'un test d'audition chez un spécialiste, tout va pour le mieux chez vous. A propos, malgré la lourdeur de ces dernières mesures, l'ensemble de la soirée par Kubelik était incroyablement électrisante, d'une présence physique surprenante.

Qu'est-ce que vous croyiez ! Lorsqu'on arrive à masquer la moitié d'un interlude dans le même opéra, et à couvrir la chanteuse (pourtant bruyante) dont on ovationne l'entrée, pensez-vous qu'on soit capable de se retenir pour une bête histoire de secondes en plus ou en moins ? Naïfs que vous êtes.
Non, non, on n'exagère pas. [1]




Qu'est-ce qui pourrait donc endiguer l'enthousiasme envahissant, la joie presque salissante de ce public en délire ? Qu'est-ce qui pourrait donc le forcer, comme les esthètes autoproclamés, ou du moins comme les gens bien élevés, sans même parler d'attendre que la résonance s'éteigne paisiblement dans la salle, à patienter jusqu'à ce que la musique cesse ? A ne pas considérer un postlude génial, un monument de la musique tout court, comme l'appendice obligé, agréable mais superflu, d'une oeuvre lyrique ?

CSS a enquêté.

Et CSS a trouvé.

Si vous ménagez une fin très brève, brutale, extrêmement bruyante, avec une action finale essentielle pendant le postlude, la plus paroxystique possible, alors les applaudissements sont repoussés au delà de la musique.
Si de surcroît vous pouviez ajouter après le grand élan final une petite parole anecdotique musicalement, et même par-dessus le marché changer absolument de ton pour finir, de façon à interdire tout déchaînement prématuré, ce serait parfait.

A croire que cette clausule aurait été conçue pour dompter le redoutable public métropolitain !




Par ailleurs, dans cette soirée[2], si Valery Gergiev, tout en insufflant son énergie habituelle, ne propose pas une lecture profondément nouvelle de la partition comme il le fait assez souvent, en restant ici parfois essentiellement attaché à une véhémence presque tapageuse, le plateau offre encore plus de satisfactions. Le soin de Polenzani, impeccable comme toujours, même si à l'étroit dans ce rôle court ; la rugosité sans fard de Dohmen ; l'aisance de Jerusalem, habitué à la rigueur musicale du répertoire, et encore très en voix pour se permettre le luxe de chanter plus que de jouer, comme c'est souvent le cas (et on a raison au demeurant) ; la stature de Diadkova, son mordant reptilien, qui révèlent une fois de plus l'oubli injuste de cette chanteuse, hors du Met ; tout y est délectable, même si chacun peut faire son marché ailleurs.[3]

Quant à Karita Mattila, si l'on passe sur la beauté invraisemblable du matériau vocal, sur la musicalité profonde qui habite cette artiste[4], on s'interroge volontiers sur ses choix. Elle semble camper une jeune femme extrêmement féminine, en insistant précisément sur les instants de séduction - le chantage à Narraboth est particulièrement éloquent de ce point de vue. A ce titre, le blocage terrifiant sur l'exigence du prix acquis (ich will den Kopf des Jokanaan !) tend un peu à minauder, puisque l'enfant et la folle semblent résolument écartées de ce portrait. Au lieu d'assumer la répétition terrible, Mattila cherche à varier les effets - de façon variablement heureuse ; certaines idées d'altération de la voix vers une voix naturelle[5] sont en tout cas originales.
Sans être démesurément profonde, la vision reste cohérente. Et étrangement opaque. On ne saisit guère le cheminement, et cela ne semble pas troubler Mattila. L'opéra va ainsi, et nous le suivons.
Dans une esthétique de femme, également, Behrens semblait plus cohérente dans la mesure où elle intègre, certes à la marge, un peu d'enfance ou de folie à son portrait. Pour une lecture qui brosse parfaitement l'évolution, depuis l'enfant persécutée, puis l'adolescente désirante, jusqu'à la princesse impérieuse et au blocage terrible qui bascule dans la folie, Studer, de surcroît intégralement intelligible (de bout en bout) (et sans exception), nous paraît incontournable. Idéal pour la temporalité de l'opéra. Cependant, pour les amateurs de réalisme, il semble, de source sûre, que la composition de Welitsch, certes un peu moins passionnante théâtralement (car déjà complètement azimutée lors de son entrée), s'approche tout à fait de comportements étudiés par les spécialistes.

Il va sans dire que nous nous sommes tout de même (!) régalés de cette soirée métropolitaine, avec en prime la jouissance - intense - de leur avoir enfin coupé le sifflet !

La vengeance de CSS fut terrible.

Notes

[1] A préciser, il s'agit de la même soirée du 8 mars 1974, et Birgit Nilsson avait chanté malgré accident à l'épaule, ce qui explique peut-être ces débordements, bien qu'on ait toujours aimé applaudir les stars et les décors au Met... En tout état de cause, cela prouve bien, s'il en était besoin, que l'opéra y est considéré par une frange conséquente du public comme un écrin à voix, et non comme un spectacle complet qui comprendrait - entre autres choses légères - du théâtre. Cet autre fait explique sans doute partiellement l'absence dramatique de renouvellement dans le choix du répertoire nord-américain, qui sert d'épreuve, de rite de passage quasiment plus que d'oeuvre elle-même, si on veut pousser un brin la caricature.

[2] Spoiler : Il s'agit de la Salome (Richard Strauss) du 27 mars 2004, dirigée par Valery Gergiev, avec Karita Mattila (Salome), Larissa Diadkova (Herodias), Siegfried Jerusalem (Herodes), Albert Dohmen (Jochanaan) et Matthew Polenzani (Narraboth).

[3] CSS reste indéfectiblement attaché à Sinopoli/Studer/Terfel pour la qualité de la diction, la finesse psychologique, la beauté des timbres et le raffinement sonore, mais on peut tout aussi bien recommander Krauss/Cebotari/Rothmüller pour un orchestre inégalé ; et même, bien sûr, les plus célèbres Karajan/Behrens/van Dam ou Reiner/Welitsch (plusieurs versions dans les deux cas). Sur scène récemment, à signaler la très belle lecture fruitée d'Evelyn Herlitzius (Marc Albrecht, Lübeck 2005).

[4] Et, si on tient absolument à être désagréable, sur la diction moyenne qui est l'apanage de ce moelleux.

[5] A propos, Antonacci assume cette option de façon totalement renversante dans l'acte II de ses Carmen.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=704

Commentaires

1. Le samedi 1 septembre 2007 à , par Philippe D :: site

Désolé d'utiliser le rétrolien non approprié. J'ai finalement écouté Vénus et Adonis d'Henry Desmarest par Ch. Rousset et ai posté une petite note. Merci de m'avoir guidé vers cette "tragédie" lyrique même si l'impression est encore loin du choc que m'a procuré Callirhoé de d'André Cardinal Destouches. Ph

2. Le samedi 1 septembre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Bonjour Philippe !

Merci pour cet écho. :)

Pourtant, c'était une mise en garde au moins autant qu'une recommandation, mais je dois avouer que j'ai moi aussi aimé, avec des réserves assez semblables au bout du compte. Très belle écriture élégante de Desmarest, mais des longueurs, particulièrement dues au manque de tension de Rousset et à un sujet plus pastoral que tragique en effet.

Quant à Anna-Maria Panzarella, elle est parfois un peu "opaque" dans les rôles trop élégiaques. C'est un tempérament qui se révèle pleinement dans la véhémence, et je ne l'ai jamais entendue plus à son aise qu'en Erinice, que ce soit avec Christie ou même Rousset (qui, pour le coup, constitue véritablement un handicap pour l'oeuvre). Il n'empêche que la distribution me satisfait tout à fait.


Au passage, l'oeuvre a bel et bien été créée comme une tragédie en musique, ho qui le prove :

.


Bon samedi !

3. Le dimanche 15 mars 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Après avoir vu la scène finale dans la mise en scène de Jürgen Flimm, une reprise l'an passé d'après les représentations de 2004 dont on parle dans la notule, on comprend très bien, de surcroît, pourquoi le public n'applaudit pas : Salomé n'est pas morte au moment où le noir se fait. Donc, visuellement, on ne pouvait qu'attendre.

On a donc surestimé la clairvoyance musicale du public du Met, à ce qu'il semble.

--

Par ailleurs, on ressort le souffle coupé, presque haletant de ce visionnage. En plus des talents d'actrice exceptionnels de Mattila, la direction de Flimm est extrêmement précise et présente.

La quadrature du cercle : très esthétique, agréablement théâtral, tout en avivant le caractère dérangeant de la scène.

Si le Met pouvait remiser ses vieilleries littérales et statiques, et miser sur ce genre de choses, ce serait merveilleux. [Mais le public verdien n'est probablement pas prêt à ce que le public de [i]Salome peut endurer.]

4. Le mardi 17 mars 2009 à , par Morloch :: site

Ménon, ce n'est pas passé inaperçu. Ralala. Tu donnes envie de voir cette mise en scène avec sa scène finale si forte que le public en est resté saisi.

Tu vois bien qu'on suit :)

5. Le mardi 17 mars 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Toi, je n'en doute pas. :-) A telle enseigne que tu a sans doute écrit plus de caractères chez moi que chez toi !

Mais un commentaire dans la barre latérale, c'est furtif, surtout lorsqu'il y a de l'activité commentatrice comme en ce moment. Alors, lorsqu'on manque de temps...

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(14/7/2008)

Chapitres

Calendrier

« août 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031