Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Une saison parisienne (3) : 2011-2012 au théâtre et au concert


A la veille de septembre, voici donc le plan de bataille des lutins. Comme j'ai pris la peine d'éplucher jour par jour le programme d'une solide cinquantaine de salles à Paris et environs (bien au delà du contingent du néanmoins excellent Musique-Maestro), j'en fournis le résultat aux lecteurs de CSS. Bien sûr, la sélection ne reflète que mon goût personnel, mais elle est suffisamment vaste pour faire remarquer à la volée telle rareté dans telle église ou telle salle pas trop fréquentée.

J'invite vraiment les lecteurs curieux à parcourir la sélection : la saison est particulièrement riche en raretés en tout genre pour peu qu'on diversifie les salles, et fait mesurer l'étendue du privilège de ceux qui ont accès à cette offre...

Légende :
=> En gras, les concerts où les lutins veulent être absolument.
=> § et §§ indiquent aussi deux degrés de vifs souhaits.
=> ¤ précise qu'au moment même du relevé, je me doute que je ne pourrai pas m'y rendre.
=> Lorsqu'il existe trop de dates (pour le théâtre, la relâche n'étant que le lundi...), ou trop éparpillées sur un site pourri (la Comédie-Française, pour ne pas la nommer), les parenthèses ou les chevrons indiquent les bornes de la série.
=> Les "9:00" qui apparaissent quelquefois sont là par défaut et certains n'ont pas été retirés manuellement, ils n'indiquent pas l'heure.
=> La salle figure toujours en premier (et l'heure si elle est exceptionnelle).
=> En cas de problème de décryptages des abréviations, il suffit de laisser un commentaire et de demander.

Quelques choix douloureux en perspective, comme les 8 octobre ou 8 novembre...

Les concerts de lied & mélodie de 12h30 au musée d'Orsay me passionnent presque tous, mais exerçant à plusieurs dizaines de kilomètres de Paris, il est peu vraisemblable que je puisse y assister. Si je ne les ai donc pas marqués comme prioritaires, cela ne vous dispense pas de regarder de près les programmes, ils sont magnifiques (et la plupart des artistes aussi !).

--

Je n'irai peut-être pas, mais j'attire votre attention sur :
- CiMu, Zanaide de Bach. Un des meilleurs compositeurs de seria classique !
- Pleyel, Missa Solemnis, C. Davis (qui signa l'une des plus belles versions discographiques).
- Suwanai / Angelich à l'Auditorium du Louvre (Schumann / Prokofiev !). L'un des plus beaux sons de violon en exercice.
- Montansier Café Concert Grande Guerre
etc.

--

Du 1er septembre 2011 au 15 août 2012

jeu. 01 sept.  
 
ven. 02 sept.  
 
sam. 03 sept.  
 
dim. 04 sept.  
 
lun. 05 sept. (Semaine 36)  
 
mar. 06 sept.  
 
mer. 07 sept.  
Pleyel tchaï 5 Pittsburg grimaud beeth ccto 4
jeu. 08 sept.  
§ Bastille Salome DEBUT
ven. 09 sept.  
colline (( hô inutile sf lndi
sam. 10 sept.  
Garnier Clemenza DEBUT D'Oustrac Vogt A. Fischer, Decker
dim. 11 sept.  
Bastille Salome 14h30
lun. 12 sept. (Semaine 37)  
Garnier Clemenza
mar. 13 sept.  
CiMu Borgia Savall
mer. 14 sept.  
Bastille Salome
colline (( vagues woolf sf lndi
jeu. 15 sept.  
CiMu Bach Zanaïde
Garnier Clemenza
ven. 16 sept.  
¤CiMu Ménagerie Sultan
¤Pleyel Meyer ccto violon, proko 5, Mikko Franck, Hahn, Philhar
¤Péniche Anako DQ pg Le Texier / Cohen
sam. 17 sept.  
Bastille Salome
Pleyel Solemnis C. Davis LSO
richelieu palais-royal conté
dim. 18 sept.  
 
lun. 19 sept. (Semaine 38)  
 
mar. 20 sept.  
Bastille Salome FIN
Garnier Clemenza
Pleyel 4 mains Debussy Ravel Stravinsky Engerer Berezovsky
mer. 21 sept.  
garnier ballet auric franck
Louvre Suwanai Angelich Schumann 2 Proko 5 mélodies Op.35 Strauss sonate
Ste-Clo kodaly laudes organis / liszt missa choralis & b.a.c.h. ch RF
¤ Pleyel Scherzo ftstq, ccto vcl Lalo, RK Shéhé, Sado OP
¤odéon (( RJ Py
jeu. 22 sept.  
Bastille Faust DEBUT
garnier ballet auric franck
¤ châtelet appti srcier / enesco symph cctte vcl / debussy images ibéria / ravel boléro
¤ Pleyel Scherzo ftstq, ccto vcl Lalo, RK Shéhé, Sado OP
§ richelieu bérénice ((
ven. 23 sept.  
Bastille Salome
Garnier Clemenza
Pleyel Bruckner 6 / Mzt ccto htbs / Chung
sam. 24 sept.  
garnier ballet auric franck
Versailles Schneebeli motets Lalande Desmarets Minoret, et orgue Marchand, par PCA
§ pleyel mattila berg frühe brahms debussy strauss
dim. 25 sept.  
garnier ballet auric franck
lun. 26 sept. (Semaine 39)  
Bastille Salome
bouffes nd pia cage pesson etc.
Garnier Clemenza
mar. 27 sept.  
garnier ballet auric franck
Pleyel Pli selon pli par Boulez / Lucerne Festival Academy
mer. 28 sept.  
Bastille Faust
garnier ballet auric franck
Louvre Neuburger joue Ligeti Wagner Liszt Neuburger
jeu. 29 sept.  
garnier ballet auric franck
ven. 30 sept.  
Bastille Salome FIN
Garnier Clemenza
sam. 01 oct.  
Bastille Faust
garnier ballet auric franck
¤ Pleyel Wesendonck Denize Pasdeloup / Papavrami cto Mendel / Beeth symph 6
dim. 02 oct.  
garnier ballet auric franck
lun. 03 oct. (Semaine 40)  
garnier ballet auric franck
¤ Pleyel Ccgbw Harding Beeth 3 / Grieg ccto piano LL
mar. 04 oct.  
Bastille Faust
bouffes nd Mefausti (( sf lundi
CiMu Blancrocher Rousset
garnier ballet auric franck
§ Versailles Renaud Sacchini Panurge Grétry Niquet Fuchs Vellétaz
mer. 05 oct.  
Garnier Clemenza
Pleyel Ciccolini Harmonies poétiques
jeu. 06 oct.  
Bastille Tannhäuser ((
garnier ballet auric franck
ven. 07 oct.  
Bastille Faust
Montansier fleur fusil ((
¤ Pleyel Chung Mendel 4 / Berlioz R&J extts / GT Rossini ouv
§ richelieu andromaque ((
§§ 20h CiMu Rheingold Dove
§§ ch hôs estonie pärt tormis
sam. 08 oct.  
20h CiMu Siegfried Dove
CiMu Monteverdi L1 agnew
Garnier Clemenza FIN
Montansier fleur fusil
§ Versailles Dauvergne Troqueurs / Coquette par Cochard
§§ 14h CiMu Walküre Dove

09:00 colline )) hô inutile
dim. 09 oct.  
16h30 CiMu Götterdämmerung Dove
Bastille Tannhäuser
CiMu Monteverdi L1 agnew
lun. 10 oct. (Semaine 41)  
Bastille Faust
mar. 11 oct.  
11h Cluny Troubadours (scolaires, réservation néc.)
09:00 Montansier fleur fusil
mer. 12 oct.  
Bastille Tannhäuser
Louvre Gary Hoffman trio : Archiduc Schubert 1 Mozart
Pleyel Tubin 11, Rott symph, Tchaï ccto Kavakos / P. Järvi / OP
jeu. 13 oct.  
Bastille Faust
Montansier fleur fusil
§ Pleyel Tubin 11, Rott symph, Tchaï ccto Kavakos / P. Järvi / OP
ven. 14 oct.  
SQY Ring Saga 1
§ Pleyel Stravinsky scènes ballet, symph ut, widmann ccto vln : Stogårds / Philhar / Tetzlaff
09:00 Montansier fleur fusil
sam. 15 oct.  
colline )) vagues woolf
Montansier fleur fusil
SQY Ring Saga 2 & 3
¤ Pleyel Schubert Notturno, Op.100, Korngold sonate vln Capuçon Ducros
§§ Versailles Dauvergne Polyxène, Aulide Gluck, par Opera Fuoco
dim. 16 oct.  
Bastille Faust
SQY Ring Saga 4
St-Sulpice gtuit : Bonnet, Grünenwald, Roth, Liszt 16h
lun. 17 oct. (Semaine 42)  
Bastille Tannhäuser
Bffes Nd barrabé (un peu) aux révélations Adami
mar. 18 oct.  
Montansier fleur fusil
§§ Bastille Lulu ((
mer. 19 oct.  
Bastille Faust
Pleyel Rachma OP Järvi
§ athénée >23 marazzoli egisto corréas
jeu. 20 oct.  
Bastille Tannhäuser
Montansier fleur fusil ))
Pleyel Rachma OP Järvi
ville (( Sul concetto di volto nel figlio di Dio
¤châtelet stra symph 3 mvts ives 3 places barber ccto violon torke création
ven. 21 oct.  
Bastille Lulu
¤ Pleyel Schumann ccto vln, Liszt Faust-Symph / Inbal Philhar Faust
sam. 22 oct.  
Bastille Faust
Orsay heures piano sudaméricain danses
Pleyel chailly leipzig beeth 2,5 + création
dim. 23 oct.  
11h Châtelet deshayes com mus
Bastille Tannhäuser
Fleuret (CiMu) Aperghis
Orsay heures piano sudaméricain danses
Pleyel chailly leipzig beeth 1,7 + création
lun. 24 oct. (Semaine 43)  
Bastille Lulu
Pleyel bruckner messe 2 gardiner ORR / brahms begräbnisgesang / stravinsky psaumes
mar. 25 oct.  
Bastille Faust FIN
CiMu pierrot lunaire, hindemith sq 2
Pleyel Agon / Tchaï 4 / métamorphoses : Welser-Möst Cleveland
mer. 26 oct.  
Bastille Tannhäuser
¤ Pleyel Welser-Möst Cleveland Symph 3 Mendel / Adams Atomic / Boléro
jeu. 27 oct.  
§ CiMu Cassandre Jarrell
ven. 28 oct.  
Bastille Lulu
§ orsay nef gratuit cleobory chs anglais
sam. 29 oct.  
Bastille Tannhäuser ))
odéon )) RJ Py
Pleyel chailly leipzig beeth 3,8 + création
17:30 CiMu décadents sur deux pianos 1929
dim. 30 oct.  
bouffes nd Mefausti ))
Pleyel Chailly Leipzig Mantovani création + Beeth 4,6
ville )) sul concetto di volto nel figlio di Dio
lun. 31 oct. (Semaine 44)  
Pleyel chailly leipzig ChRF beeth 9 + création cerha
mar. 01 nov. Toussaint
¤ Pleyel Brahms ccto 1 Tchaï 6 / Pappano Grimaud
mer. 02 nov.  
104 Sul concetto di volto nel figlio di Dio
Bastille Lulu
oratoire louvre pärt par le ch d'estonie
jeu. 03 nov.  
104 Sul concetto di volto nel figlio di Dio
Châtelet ccrs Crespin demi-finale
ven. 04 nov.  
104 Sul concetto di volto nel figlio di Dio
colline (( je disparais
odéon estonien tbleau lièvre mrt
¤ Pleyel Britten Illuminations Saraste Philhar / Chosta 8
§ ville (( wedekind lulu alld
sam. 05 nov.  
104 Sul concetto di volto nel figlio di Dio
Bastille Lulu ))
Châtelet ccrs Crespin finale
odéon estonien tbleau lièvre mrt
dim. 06 nov.  
104 Sul concetto di volto nel figlio di Dio
odéon estonien tbleau lièvre mrt
Pleyel Fairy Queen Gens Auvity Purves Bohlin Toro Niquet
lun. 07 nov. (Semaine 45)  
Pleyel duos Tézier Popla : Vêpres, Onéguine, Boccanegra, Mazeppa, Traviata
richelieu andromaque ))
mar. 08 nov.  
odéon estonien tbleau lièvre mrt
Pleyel Müllerin Goerne Eschenbach
§§ Versailles Vénitienne Dauvergne Waas
mer. 09 nov.  
Atalante estonien la ville
¤ Järvi ftstq / offrdes messiaen / schum ccto Dang Thai Son
09:00 odéon estonien tbleau lièvre mrt
jeu. 10 nov.  
Atalante estonien la ville
odéon estonien tbleau lièvre mrt
orsay strauss mélodrame anglais avec piano enoch arden
¤ TCE daphnis complet / poulenc gloria / ONF Morlot
§ Pleyel Järvi Suwanai ftastq + Freischütz + Mendelssohn ccto 2
ven. 11 nov. Armistice 1918
Atalante estonien la ville
TCE capuletti
sam. 12 nov.  
¤ CiMu Piano Dussek Hérold mais Wanderer-Fantasie
dim. 13 nov.  
§ ville )) wedekind lulu alld
lun. 14 nov. (Semaine 46)  
Bastille Forza Alvarez ((
§ TCE solemnis herreweghe
mar. 15 nov.  
Bffes Nd nietzche dusapin, poèmes
CiMu tsfo Clorinde
mer. 16 nov.  
Bffes Nd nietzche dusapin, poèmes
clmbier noce brecht ((
jeu. 17 nov.  
Bastille Forza Alvarez
§ TCE oberto
ven. 18 nov.  
Bffes Nd nietzche dusapin, poèmes
Pleyel Brahms ccto 2 / Schumann 3 : Chung Vogt
sam. 19 nov.  
Bffes Nd nietzche dusapin, poèmes
TCE oberto
Versailles Dauvergne Hercule
dim. 20 nov.  
Bastille Forza Alvarez
lun. 21 nov. (Semaine 47)  
Audit St-Germain Grieg SQ + Berwald Quint Pia 2 / musiciens ONDIF
§ adyar gary hoffman SQ : debussy, beeth, hersant, ravel
mar. 22 nov.  
TCE EOP Escaich baroque copland theatre
§§ 12h30 Orsay Liszt Via Crucis Ave Verum : Aedes
mer. 23 nov.  
richelieu marie de fce
jeu. 24 nov.  
 
ven. 25 nov.  
bastille cendrillon
§ Pleyel Bruck 4 / Meier VLL, Chung
sam. 26 nov.  
Bastille Forza Alvarez
dim. 27 nov. Avent
bastille cendrillon
richelieu bérénice ))
lun. 28 nov. (Semaine 48)  
gaveau winterreise padmore
¤ TCE Chamayou années pélerinage tt
09:00 bastille cendrillon
mar. 29 nov.  
Bastille Forza Alvarez
mer. 30 nov.  
TCE temirkanov Proko 1, tchaï suite 3
09:00 bastille cendrillon
jeu. 01 déc.  
Châtelet Mahler 10 Gatti
§ Pleyel Wang Copland / Brahms Op.116 / Brahms sonate 1 / Miroirs / Rachma (cher)
09:00 bastille cendrillon
ven. 02 déc.  
Bastille Forza Alvarez
§ billettes lefilliâtre monteverdi
sam. 03 déc.  
09:00 bastille cendrillon
dim. 04 déc.  
09:00 bastille cendrillon
lun. 05 déc. (Semaine 49)  
 
mar. 06 déc.  
Gaveau Aubin / Tchaï 1 / mezzo tchaï verdi donizetti
09:00 bastille cendrillon
mer. 07 déc.  
châtelet (( sound music sf lndi
09:00 bastille cendrillon
jeu. 08 déc.  
Bastille Forza Alvarez
Orsay piano hgrois de liszt à eötvös
ven. 09 déc.  
billettes heinrich isaac
colline )) je disparais
¤ CiMu belcanto peretyatko schumann 4 Krivine
§ garnier cranko
09:00 bastille cendrillon
sam. 10 déc.  
CiMu libor wesseling schumann ultimes
versailles amadis bach
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
dim. 11 déc.  
Bastille Forza Alvarez ))
09:00 § garnier cranko
lun. 12 déc. (Semaine 50)  
Bffes Nd leonhardt alld et fr
versailles amadis bach
09:00 bastille cendrillon
mar. 13 déc.  
adyar vio pia franck vxtps ss ysaÿe
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
mer. 14 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
jeu. 15 déc.  
orsay walton rvw ensemble et récitant
ven. 16 déc.  
CiMu Agnew monteverdi livre II
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
sam. 17 déc.  
CiMu Agnew livre II
Pleyel tchaï r&j / mouss Chts Dses / Brahms 1 sokhiev Borodina
dim. 18 déc.  
 
lun. 19 déc. (Semaine 51)  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
mar. 20 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
mer. 21 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
jeu. 22 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
ven. 23 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
sam. 24 déc.  
09:00 § garnier cranko
dim. 25 déc. Noël
09:00 bastille cendrillon
lun. 26 déc. (Semaine 52)  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
mar. 27 déc.  
09:00 § garnier cranko
mer. 28 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
jeu. 29 déc.  
09:00 § garnier cranko
ven. 30 déc.  
09:00 bastille cendrillon
09:00 § garnier cranko
sam. 31 déc.  
 
dim. 01 janv. Nouvel An
châtelet sound music ))
clmbier brecht noces ))
lun. 02 janv. (Semaine 01)  
OC Amadis
mar. 03 janv.  
 
mer. 04 janv.  
 
jeu. 05 janv.  
OC naissance symphonie
ven. 06 janv.  
clmbier proust
09:00 OC Amadis
sam. 07 janv.  
15h ville htbs vcl solos schumann kodaly etc.
09:00 clmbier proust
dim. 08 janv. Epiphanie
CiMu Avant-scènes 16h30
clmbier proust
§§ OC 11h Quat Cambini David Gounod Gouvy Jadin
lun. 09 janv. (Semaine 02)  
 
mar. 10 janv.  
clmbier proust
TCE Farnace Fasolis
mer. 11 janv.  
CiMu Jardin Voix Blow Adonis Charpentier Orphée
richelieu goldoni ((
jeu. 12 janv.  
 
ven. 13 janv.  
Châtelet Strasnoy le bal opéra court
sam. 14 janv.  
Châtelet Pierrot + Strasnoy Naipes
CiMu Voce SQ, deux Rihm, Ravel
Cortot : Schoenberg symph chb 1, Weber, et puis Escaich, Connesson, Campo
ville alld (( Bernhard Peymann
§ Châtelet Cht Rossignol Stra + Strasnoy + Paganini Caprices trscrits pour orch
dim. 15 janv.  
Châtelet Ciné-Concert Strasnoy
§ CiMu Zemlinsky SQ 3, Rihm 10, Beeth 6
09:00 Châtelet opérette Strasnoy
lun. 16 janv. (Semaine 03)  
 
mar. 17 janv.  
12h30 Orsay trios debussy
Bffes Nd Kabanova réduite
mer. 18 janv.  
CiMu Chosta 9, Schubert 8, Rihm / Casals SQ
Louvre Mullova Nielsen Schubert
Pleyel Alpestre Beeth ccto vln / Khatchatryan OP Nelsons
jeu. 19 janv.  
Bastille >> Tchaïkovsky Dame Pique
Bffes Nd Kabanova réduite
CiMu SQ Tchaï 1 Schub 13 Rihm 13 : arditti / ébène
clmbier (( gogol mariage
Louvre violon piano proko debussy schittke sarasate
Pleyel Alpestre Beeth ccto vln / Khatchatryan OP Nelsons
ven. 20 janv.  
CiMu Borodine SQ, Razu 2&3, Rihm Kakuska
sam. 21 janv.  
Bffes Nd Kabanova réduite
Châtelet Strasnoy Chants + Erde Schönberg
Châtelet Strasnoy DidondePurcell + Retour
Cortot quats pia Enescu Fauré
gaveau dido suhubiette
ville alld )) bernhard peymann
dim. 22 janv.  
Chatelet Prégardien Schellenberger Strasnoy Heine + Dichterliebe
Châtelet Stranoy opéra Instant + Stra
CiMu Debussy Quartettsatz Rihm Schumann 2 Capuçon SQ
CiMu SQ Weithaas-Zimmermann-Queyras Kunst + Beeth 16 +Schub 15
§ TCE schéhérazade daphnis antonacci rotterdam nézet
lun. 23 janv. (Semaine 04)  
Bastille Tchaï Pikovaya
TCE Argerich Rachma, Luto, Schubert, Mozart...
mar. 24 janv.  
Bffes Nd Kabanova réduite
mer. 25 janv.  
 
jeu. 26 janv.  
Bastille Pikovaya
TCE Schubert 8 reconstitution,Pâtre, Lulu Suite / Gatti
ven. 27 janv.  
Bffes Nd Kabanova réduite
Garnier >> Fénelon Cerisaie
§ CiMu Debussy Mer, Rhapso clar, Boulez Dialogue, Notations / Csvtoire Paris, Deroyer
§ oratoire louvre Reuss : schütz, motets bach
sam. 28 janv.  
 
dim. 29 janv.  
Bastille Pikovaya
Bffes Nd Kabanova réduite
Châtelet CMIREB + CF
CiMu Debussy sonate vcl, sonate en trio, TTT, Louvier / intercontempo
TCE Rachma symph 2, Proko ccto 2, Chosta ouv fstive / Orch Lamoureux
lun. 30 janv. (Semaine 05)  
Garnier Cerisaie
mar. 31 janv.  
Bastille Pikovaya
Bffes Nd Kabanova réduite
CiMu st séb Tabachnik
mer. 01 févr.  
 
jeu. 02 févr.  
Garnier Cerisaie
¤ CiMu Faune + Première suite orchestration Deb création
ven. 03 févr.  
Bastille Pikovaya
OC Egisto
Pleyel Kitajenko dse symphs rachma + ccto violon 1 Chosta
sam. 04 févr.  
¤ OC Antonacci
dim. 05 févr.  
Garnier Cerisaie
OC PM colloque
lun. 06 févr. (Semaine 06)  
Bastille Pikovaya
mar. 07 févr.  
12H30 Orsay chs frçs... jne ch paris
Garnier Cerisaie
Pleyel NYPO Lindberg Feria + Proko 5 + Bartok ccto piano 2
mer. 08 févr.  
Gaveau Bizet ut, HVL, Milhaud, Fauré, ONIDF
Odéon néerlandais Bloed & rozen
§ colline tage hunter braunschweig
jeu. 09 févr.  
12h30 Louvre flûte / piano : Yun étude, Schubert vars trockne, poulenc, dutilleux
colline tage hunter
Odéon néerlandais Bloed & rozen
orsay isokoski merikanto kuula kilpinen sibelius
ven. 10 févr.  
berthier (( eschyle py prométhée
billettes labert charpentier van dyck
colline tage hunter
Garnier Cerisaie
Odéon néerlandais Bloed & rozen
Pleyel Chosta chant forêts, proko extraits R&J
sam. 11 févr.  
CiMu musique de tables
colline tage hunter braunschweig
Cortot sextuors Françaix Poulenc Escaich
Odéon néerlandais Bloed & rozen
§§ >17 Athénée winterreise boisvert henry
09:00 17h abbesses lislevand
dim. 12 févr.  
Châletet John Williams
colline tage hunter
Odéon néerlandais Bloed & rozen
TCE Mosaïques Schub 14, Mzt
lun. 13 févr. (Semaine 07)  
AudStGermain Schmitt suite rocaille, Debussy quat, Gounod symph vents / musiciens ONDIF
Garnier Cerisaie
mar. 14 févr.  
12h30 orsay nordiqueries chambristes philhar
TCE EOP Weill Symph 2
¤ CiMu Quasthoff Loewe Mahler Strauss
mer. 15 févr.  
10h CiMu Masterclass Quasthoff
oratoire louvre la rue ockeghem busnoys desprez
Pleyel Mendel 3 / Beeth ccto 5 / OP, Valcuha
jeu. 16 févr.  
10h CiMu Masterclass Quasthoff
orsay deux pianos debussy chabrier ravel
Pleyel Mendel 3 / Beeth ccto 5 / OP, Valcuha
ven. 17 févr.  
10h CiMu Masterclass Quasthoff
sam. 18 févr.  
Pleyel Jordan ONP Mahler 1, Mantovani ccto violon
dim. 19 févr.  
Berthier )) eschyle py
lun. 20 févr. (Semaine 08)  
TCE kaufmann schubert strauss
mar. 21 févr. Mardi Gras
CiMu Platée Rousset
mer. 22 févr. Cendres
Pleyel Chailly OP Daphnis entier, ccto en sol, Debussy orchestré par Ravel
jeu. 23 févr.  
Pleyel Chailly OP Daphnis entier, ccto en sol, Debussy orchestré par Ravel
ven. 24 févr.  
CiMu Giustino
sam. 25 févr.  
CiMu Bestiaire Hists nats, Buet / Léger
§ TCE Titus Hartelius Garanca Langrée Brême
dim. 26 févr. Carême
clmbier )) gogol mariage
TCE R&J Berlioz Enlightment
lun. 27 févr. (Semaine 09)  
 
mar. 28 févr.  
Bastille >> Pelléas
Bffes Nd Ibsen La Dame de la Mer
Pleyel Goerne Winterreise
mer. 29 févr.  
Bffes Nd Ibsen la Dame de la mer
CiMu Dubois Dixtuor, cnvl ss
jeu. 01 mars  
 
ven. 02 mars  
Bastille Pelléas
sam. 03 mars  
¤ Pleyel COE Haitink Beeth : Egmont, 4, 7
dim. 04 mars  
 
lun. 05 mars (Semaine 10)  
Bastille Pelléas
Bffes Nd Diotima fauré lenot quintettes
mar. 06 mars  
colline (( pirandello nordey
Pleyel Berlin RSO Janowski, Tod Veklarung, Webern Six pièces, Wesendonck Stemme, T&I
TCE parsifal gatti fujimura
mer. 07 mars  
Noces ru & Oedipus Rex fr Gergiev Mariinski
jeu. 08 mars  
Bastille Pelléas
Pleyel Debussy mélodies Dessay Cassard
vourc'h vwagner : sibelius melartin hahn madetoja debussy chausson grieg
§ >11 Athénée Pagliardi caligula dumestre
§ orsay sibelius sallinen sonates et trio gothoni pasquier
ven. 09 mars  
OC mystères didon
TCE parsifal gatti fujimura
14:30 OC labo arts flo
sam. 10 mars  
 
dim. 11 mars  
Bastille Pelléas
TCE tristan stotijn VC
lun. 12 mars (Semaine 11)  
richelieu goldoni ))
¤ OC Palmer Brahms Purcell Sondheim Tchaï
§ TCE Fahrenden Strauss Kaufmann Sibe 2 Nelsons Birmingham
mar. 13 mars  
12h30 Orsay piano sibelius et Grieg
mer. 14 mars  
Bastille Pelléas
jeu. 15 mars  
Bastille >> DG
Louvre vln pia : Grieg Ravel Say
ven. 16 mars  
Bastille Pelléas
CiMu Mendel Walpurgis Songe Equilbey Boisvert
09:00 Pleyel oiseau feu chung + mer + faune
sam. 17 mars  
Pleyel Proko 5, Métaboles, Sibé ccto, Gergiev Ccgbw Kavakos
¤ CiMu King Arthur Pickett
dim. 18 mars Mi-Carême
Bastille DG
garnier chb poulenc martinu
¤Pleyel Mahler 2 Donostiarra Sokhiev
lun. 19 mars (Semaine 12)  
ville pahud le sage Reinecke schumann brahms
mar. 20 mars  
 
mer. 21 mars  
Bastille DG
¤ste-clo duruflé requ, pater, poulenc litanies, dukas orgue, ch R-F
jeu. 22 mars  
 
ven. 23 mars  
Bastille DG
sam. 24 mars  
Cortot : quatuors avec flûte, Gossec, Copland, Martin, Pleyel
¤Pleyel Sauguet Tistou et les pouces verts
§§ Orsay Prix de Rome JChP Debussy & Ravel
dim. 25 mars  
15h Orsay Prix de Rome JChP Debussy & Ravel
Bastille DG
lun. 26 mars (Semaine 13)  
§ Bffes Nd vanités lazar vourc'h Toro cris paris : selva, bossuet, luigi rossi
§ Pleyel, Glazounov 6, Prélude suite M-â, Prokosymph ccte, Russe NO, G.Capuçon
mar. 27 mars  
berthier alld misanthrope
§ Pleyel Shéhérazade Escaich, Schumann 2 par Vourc'h et Colonne
mer. 28 mars  
berthier alld misanthrope
Pleyel Bruck 6, Webern Passacaille, Berg ccto Eschenbach Shaham
jeu. 29 mars  
berthier alld misanthrope
orsay Debussy oustrac et tscrptions 2 pias cassard chaplin
ven. 30 mars  
berthier alld misanthrope
st-roch brüggen st jean
sam. 31 mars  
berthier alld misanthrope
Cortot trios : Escaich, Neuburger, Fauré, 2 sonates Debussy / Nemtanu, Neuburger
dim. 01 avr.  
11H TCE brahms qtte clar dvorak quat ma portal Haas SQ
15h CiMu jnes solistes CRR
16h30 CiMu petrouchka + hist sldt avec dse et Ardant
berthier alld misanthrope
lun. 02 avr. (Semaine 14)  
adyar match impro beffa avec ciné
gaveau larmore haendel gluck strauss rossini bizet sondheim avec quintette à cordes
Pleyel Schöpfung Equilbey Alte Musik Berlin
TCE Matthäus Cao Talens Arsys
ville (( suréna corneille cie pandora
mar. 03 avr.  
OC colloque GO
§ 12h30 Trio Euterpe : Roussel, Ropartz, Cras
§§ Bffes Nd Brook The Suit (( sf lndi et dmche
09:00 Bastille DG
mer. 04 avr.  
Louvre Bellucci rhaps liszt 1
OC colloque GO
odéon alld mesure for mesure ostermeier
Pleyel Järvi Brahms 4 ccto 1 Haydn 85 Lupu
jeu. 05 avr.  
12h30 Louvre Bellucci Liszt rhaps 2
orsay ravel miroirs debussy martyre, alice ader
Pleyel Järvi Brahms 4 ccto 1 Haydn 85 Lupu
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
ven. 06 avr.  
§ CiMu Christie Smne Ste : Carissimi / Charpentier / DuMont
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
sam. 07 avr.  
17h30 CiMu Bach St-Marc CNSM + conf
20h CiMu Prégardien St Jean Concert Lorrain
ville )) suréna corneille cie pandora
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
dim. 08 avr. Pâques
16h Pleyel Minko Matthäus-Passion
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
lun. 09 avr. (Semaine 15) Lundi de Pâques
 
mar. 10 avr.  
OC Gens Tragédiennes

Pleyel Freire HVL debussy brahms
§ 12h30 orsay piano nordiques rares : sibelius, madetoja, palmgren, melarten
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
mer. 11 avr.  
CiMu bestiaire chst hespérion figueras
järvi schumann + strauss et schubert avec goerne
Ste Clo Jnes filles mtrise : caccini, campra, carissimi, charpentier, luzzaschi, nivers, strozzi
TCE malgoire St Jean
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
jeu. 12 avr.  
12h30 violon-piano : jana, szyma, previn, corelli
järvi schumann + strauss et schubert avec goerne
OC dans les rues de naples beasley
¤ billettes poul lied haydn mozart schubert
§§ orsay wagner debussy nietzsche bizet schoenberg bruno taddia
09:00 odéon alld mesure for mesure ostermeier
ven. 13 avr.  
Louvre solistes atelier lyrique : britten, debussy, ravel...
OC portici
Pleyel dudamel Philhar brahms 1 & 3
sam. 14 avr.  
17h abbesses beyer sonates partitas bach
colline )) pirandello nordey
DG bastille
dim. 15 avr.  
17h TCE Ibert Bostoniana et Escales, Dutilleux tt mde ltn, Falla suites tricorne, ONF Queyras
lun. 16 avr. (Semaine 16)  
bastille DG
mar. 17 avr.  
 
mer. 18 avr.  
 
jeu. 19 avr.  
Pleyel bruck 7 sk berlin barenboim
09:00 bastille DG
ven. 20 avr.  
Pleyel Dudamel brahms 2 4
sam. 21 avr.  
 
dim. 22 avr.  
 
lun. 23 avr. (Semaine 17)  
TCE schumann 1 4 ftsie violon thielemann vienne
mar. 24 avr.  
TCE walküre nagano stemme kampe ryan uusitalo
mer. 25 avr.  
CiMu Interctpo Mallarmé Ravel Gubish, et Stra, et contemporain
ste-clo RF debussy hindemith poulenc hersant
jeu. 26 avr.  
 
ven. 27 avr.  
 
sam. 28 avr.  
 
dim. 29 avr.  
 
lun. 30 avr. (Semaine 18)  
 
mar. 01 mai Fête du travail
¤ Pleyel Boulez LSO : nocts debussy, ccto szyma, extase
mer. 02 mai  
§ >12 Athénée Ring Nietzsche-Wagner
jeu. 03 mai  
Gaveau netrebko mélodies russes
ven. 04 mai  
¤ TCE schubert 5 Pinnock Bremen beeth ccto 3
¤colline (( brecht
sam. 05 mai  
Bffes Nd Brook The Suit ))
dim. 06 mai  
 
lun. 07 mai (Semaine 19)  
§§ bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
mar. 08 mai Victoire 1945
 
mer. 09 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
clmbier (( molière amphitryon
richelieu badine ((
jeu. 10 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
orsay debussy caplet chb divers
Pleyel violon-piano bell : Franck Grieg 2 Schubert sntine
ven. 11 mai  
CiMu Intercp BBC singers : Schumann Vier Doppelchöre Gesange op. 141 et deux Kyburz
Pleyel Schwanengesang Goerne
sam. 12 mai  
15h CiMu schum snte vl 2, ftsistü clar, lieder, et kyburz
20h CiMu Rose Pilgerfahrt Schum Tabachnik
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
§§ gd palais Peer Gynt ((
dim. 13 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
lun. 14 mai (Semaine 20)  
¤ Bffes Nd Diabelli divers Staier
mar. 15 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
§ 12h30 orsay mauillon debussy duparc pfitz,er schoenberg
§ adyar petits ensbles franck lekeu chausson jongen
mer. 16 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
CiMu Schmitt Salomé, Espana, SS ccto 2 ; OP Altinoglu
colline (( bernhard
jeu. 17 mai Ascension
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
ven. 18 mai  
§ odéon (( julie
§ richelieu hist comédie fçse ((
sam. 19 mai  
 
dim. 20 mai  
bastille ballet Berlioz R&J beuron oustrac cavallier
15:00 OC massenet
lun. 21 mai (Semaine 21)  
Châtelet Hvorostovsky pour ?
mar. 22 mai  
orsay nef faune mer tonuela
TCE CFT Rhorer Génovèse Tilling Grevelius Debono Richter Spagnoli
mer. 23 mai  
berthier (( cercles pommerat
§ Pleyel Järvi Gynt long + Maskarade ov + Chosta ccto 2
jeu. 24 mai  
Pleyel Järvi Gynt long + Maskarade ov + Chosta ccto 2
TCE CFT Rhorer Génovèse Tilling Grevelius Debono Richter Spagnoli
§ Ste Clo Hillborg, Daniel-Lesur, Martin, Jennefelt : St Jacob's Chamber choir, Maîtrise de Radio France
ven. 25 mai  
 
sam. 26 mai  
CiMu Monteverdi Madrigaux Agnew Livre III
TCE CFT Rhorer
§ 17h ville tharaud MNL : pesson campo pécou... et la chanson
dim. 27 mai Pentecôte
 
lun. 28 mai (Semaine 22) Lundi de Pentecôte
 
mar. 29 mai  
TCE CFT Rhorer
¤châtelet pop'pea
§ 12h30 Orsay plléas, ptps p trio boula,ger mlodies, rvel trio par le trio sand
mer. 30 mai  
¤châtelet pop'pea
jeu. 31 mai  
TCE CFT Rhorer
¤châtelet pop'pea
ven. 01 juin  
Pleyel Ligeti Lontano Atmosphères Metzmacher OP manoury ccto piano, mahler 10
sam. 02 juin  
¤châtelet pop'pea
dim. 03 juin Trinité
Fête des Mères
berthier )) cercles pommerat
TCE Brahms 2 Webern Op.10 Brahms ccto 1 YNS Rotterdam Angelich
09:00 ¤châtelet pop'pea
lun. 04 juin (Semaine 23)  
Pleyel Messe en si Suzuki
TCE Enlightenment Mer Faune ravel m gche, fauré pelléas
mar. 05 juin  
TCE Malgoire mzt religieux
mer. 06 juin  
 
jeu. 07 juin Fête-Dieu
berthier (( pommerat chb frde
¤châtelet pop'pea
¤colline )) brecht
ven. 08 juin  
 
sam. 09 juin  
Garnier Aricie ((
dim. 10 juin  
 
lun. 11 juin (Semaine 24)  
¤ TCE Jurowski LPO Mörk Dvorak ccto vcl, Bruck 1
mar. 12 juin  
 
mer. 13 juin  
Garnier Aricie
TCE italiens archaïques jaroussky lemieux
§ Bffes Nd Clèves Bozonnet solo
jeu. 14 juin  
Bastille Arabella ((
Bffes Nd Clèves Bozonnet solo
§§ gd palais peer gynt
ven. 15 juin  
Bffes Nd Clèves Bozonnet solo
CiMu Carte blanche aux jeunes solistes du Conservatoire de Paris
colline )) bernhard
sam. 16 juin  
15h CiMu Carte blanche aux jeunes solistes du Conservatoire de Paris
Bffes Nd Clèves Bozonnet solo
dim. 17 juin Fête des Pères
15h CiMu Carte blanche aux jeunes solistes du Conservatoire de Paris
Bastille Arabella
Garnier Aricie
Pleyel Bruck 7, Mzt 20, Purcell Queen Mary, Haitink LSO
richelieu badine ))
lun. 18 juin (Semaine 25)  
OC Perles
TCE Artemis SQ Haydn Op.76 n°5, Ravel, Schubert 13
§§ garnier (( fille mal gardée ashton
mar. 19 juin  
Garnier Aricie
OC arlésienne, duparc
TCE vienne rattle brahms 3 schumann 3 Webern 6
mer. 20 juin  
Bastille Arabella
garnier fille mal gardée ashton
Pleyel Chavez 2 K. Järvi OP
jeu. 21 juin  
09:00 garnier fille mal gardée ashton
ven. 22 juin  
CiMu Chappuis, Weisser, Rappresentazione Alte Musik Berlin Jacobs
Garnier Aricie
OC Perles
TCE orfeo hengelbrock zomer
sam. 23 juin  
TCE Proko 1, Beeth 7, Mzt 21, Zaccharias ChbO Lausanne
§ Bastille (( 3 oranges
§ CiMu gtuit prix direction CRR
09:00 garnier fille mal gardée ashton
dim. 24 juin  
Bastille Arabella
berthier )) pommerat chb frde
clmbier )) molière amphitryon
Garnier Aricie
odéon )) julie
lun. 25 juin (Semaine 26)  
garnier fille mal gardée ashton
§ richelieu hist comédie fçse ))
mar. 26 juin  
Bastille oranges
garnier fille mal gardée ashton
OC Perles
mer. 27 juin  
Bastille Arabella
Garnier Aricie
09:00 Bffes Nd IRCAM comédiens
jeu. 28 juin  
garnier fille mal gardée ashton
TCE danse fokine oiseau
09:00 Bffes Nd IRCAM comédiens
ven. 29 juin  
Bastille oranges
Garnier Aricie
TCE danse fokine oiseau
09:00 Bffes Nd IRCAM comédiens
sam. 30 juin  
bastille Arabella
garnier fille mal gardée ashton
TCE danse fokine oiseau
dim. 01 juil.  
Garnier Aricie
TCE danse fokine oiseau
lun. 02 juil. (Semaine 27)  
 
mar. 03 juil.  
Bastille oranges
garnier fille mal gardée ashton
mer. 04 juil.  
Bastille Arabella
Garnier Aricie
jeu. 05 juil.  
garnier fille mal gardée ashton
ven. 06 juil.  
Bastille oranges
garnier fille mal gardée ashton
sam. 07 juil.  
Garnier Aricie
dim. 08 juil.  
 
lun. 09 juil. (Semaine 28)  
Bastille oranges
Garnier Aricie
mar. 10 juil.  
Bastille Arabella
09:00 garnier fille mal gardée ashton
mer. 11 juil.  
Bastille oranges
09:00 garnier fille mal gardée ashton
jeu. 12 juil.  
09:00 garnier fille mal gardée ashton
ven. 13 juil.  
Bastille oranges
09:00 garnier fille mal gardée ashton
sam. 14 juil. Fête nationale
09:00 garnier fille mal gardée ashton
dim. 15 juil.  
garnier fille mal gardée ashton
lun. 16 juil. (Semaine 29)  
 
mar. 17 juil.  
 
mer. 18 juil.  
 
jeu. 19 juil.  
 
ven. 20 juil.  
 
sam. 21 juil.  
Bffes Nd Bgs gtilhmme )) Podalydès Coin Ruf ... commençait le 19 juin
dim. 22 juil.  
 
lun. 23 juil. (Semaine 30)  
 
mar. 24 juil.  
 
mer. 25 juil.  
 
jeu. 26 juil.  
 
ven. 27 juil.  
 
sam. 28 juil.  
 
dim. 29 juil.  
 
lun. 30 juil. (Semaine 31)  
 
mar. 31 juil.  
 
mer. 01 août  
 
jeu. 02 août  
 
ven. 03 août  
 
sam. 04 août  
 
dim. 05 août  
 
lun. 06 août (Semaine 32)  
 
mar. 07 août  
 
mer. 08 août  
 
jeu. 09 août  
 
ven. 10 août  
 
sam. 11 août  
 
dim. 12 août  
 
lun. 13 août (Semaine 33)  
 
mar. 14 août  
 
mer. 15 août Assomption
 



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1818

Commentaires

1. Le mercredi 31 août 2011 à , par Guillaume

Ah, tu ne vas pas aller voir Amadis à l'OC ?

2. Le jeudi 1 septembre 2011 à , par T-A-M de Glédel

Merci beaucoup pour ce travail colossal de fouine... J'en ai rajouté à ma liste grâce à toi.

Il me semble, à mon plus grand désarroi, que les lais de Marie de France sont annulés... As-tu des informations ?

3. Le jeudi 1 septembre 2011 à , par T-A-M de Glédel

Au fait, tu n'as pas noté le Stravinski (« Histoire d'un soldat ») à l'Athénée. Ce compositeur sur du Ramuz, ça pourrait être sympathique, n'est-il pas ?

4. Le vendredi 2 septembre 2011 à , par Ugolino le Profond

Quelle saison consternante quand même... En sortant des sentiers battus on trouve de belles choses, mais les lieux consacrés s'enferment dans un ultra-conservatisme de plus en plus pitoyable.

5. Le vendredi 2 septembre 2011 à , par phc :: site

C'est vrai que les salles de concert nous redonnent toujours les mêmes oeuvres, c'en devient lassant. Malgré tout, comme nous l'a fait remarqué Ugolino le Profond, on trouve quand même quelques trucs intéressants.
J'aimerais bien aller, par exemple, à Pleyel le 27 septembre prochain, pour entendre un peu de Boulez ; cela ne fait pas de mal de temps en temps...
Toujours en septembre, à propos de Salomé de Richard Strauss, je sais que Bastille l'a déjà produit l'année dernière, j'étais aller voir ; j'imagine que pour cette année la distribution est différente.

6. Le samedi 3 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir à tous quatre !

Et merci pour vos réactions... je pressentais bien que je touchais à un marronnier, mais je ne m'attendais pas à être lu avec autant de soin !

--

@ Guillaume :

Bien sûr que si, je te rassure, je compte bien m'y rendre. J'ai essayé d'échelonner des priorités (de temps, d'argent) : si j'étais lassé de tant de concerts, ou trop occupé, je pourrais m'en passer. En principe, j'irai, oui. Et toi, tu as tout intérêt à le faire comme tu as prévu, quoi qu'il en soit. ;)

--

@ T-A-M :

My pleasure. (ça c'est pour nourrir ton tropisme ultramanchot)

Pas d'infos sur les Lais, qui sont toujours annoncés sur le site de la Comédie-Française.

Concernant l'Histoire du Soldat, ce n'est pas une oeuvre si rare, je l'ai déjà vu programmée, et puis cette veine grotesque dans le genre décadent-de-cabaret, si elle a incontestablement ses richesses (de Schulhoff à Rorem...), n'est pas celle qui touche le plus directement ma sensibilité.
Pour le rattacher à la France, c'est plus ou moins l'équivalent de la Jeanne d'Arc au Bûcher, avec son grotesque un peu complaisant - mais sans le côté un peu prétentieux du texte de Claudel, la tradition du cabaret est beaucoup plus canaille.

--

@ Ugolino :

Tout dépend ce que l'on attend d'une saison.

=> De façon tout à fait égoïste, j'attends de trouver des raretés pas faciles à écouter au disque, ou avec une plus-value ou concert, ou tout simplement à mon goût.
A ce titre, je trouve amplement plus que nécessaire sur mon calendrier (mon rythme idéal de concert pour mon confort personnel, ce serait deux par mois, et je vais vraisemblablement en faire au moins un par semaine...).

=> Dans l'absolu, il y a rareté et rareté, cette saison-ci ne me paraît pas plus conservatrice qu'une autre, voire moins. (Par rapport à l'accumulation Beethoven / Mahler de la saison passée, c'est un tout petit peu plus calme, au moins sur le front Mahler.)
Je crois de toute façon qu'on se scandalise aussi toujours un peu de façon idéologique : moi le premier, je ne suis jamais scandalisé quand je vois le Faune ou l'Oiseau de feu au programme, au contraire je trouve ça judicieux. Alors que ce sont des scies (au moins le premier, le second étant très rare en province, surtout dans sa forme complète de 1910).

=> Enfin et surtout, 90% du public ne va pas très souvent au concert et a donc très légitimement envie d'y entendre des oeuvres qu'il a aimées au disque, et sans prendre le risque de l'incertitude.
La programmation est en conséquence.
Quand on programme Don Giovanni ou une soirée Premier Concerto de Chopin, 41 de Mozart et Cinquième de Beethoven, on a la salle pleine systématiquement, quel que soit l'interprète. Ca répond aussi à un besoin, et on ne peut pas programmer que des compositeurs rarissimes parce que ça émeut quelques geeks... qui parfois occupés ailleurs ne viennent pas.
Le nombre de fois où j'ai eu honte ces deux dernières années de ne pas être allé à un concert dont je trouvais la programmation audacieuse et passionnante...

Donc non, je ne vois pas matière à indignation. (Surtout si on a le choix avec de petites salles comme à Paris.)

En revanche, on ferait quelques expériences quelquefois en nous remplaçant un Mahler par un Sibelius ou un Nielsen, pour rester dans le genre "fondements-de-la-culture-orchestrale", ce serait sympa. Et puis on pourrait aussi remplacer un Beethoven, Schumann ou Mendelssohn par une petite Première de Czerny, ça aurait un succès énorme en plus.
Là-dessus, je suis évidemment d'accord. Mais va faire déplacer le public sur le nom de Nielsen (je ne parle même pas de Czerny avec sa réputation de pédagogue-tortionnaire...).

--

@ PHC :

Amusant, je découvrais justement votre carnet en début de semaine !

Oui, Pli selon pli, ce doit être sympa en vrai. Un peu long tout de même, parce que la musique de Boulez se fondant surtout, pour le commun des mortels (auquel j'ai l'honneur d'appartenir) sur des qualités d'orchestration et des densités de timbre, on ressent facilement un peu de lassitude au bout de vingt minutes / une demi-heure, faute de pénétrer totalement la logique progressive de la chose.

Ce que j'aimerais beaucoup entendre en vrai, en revanche, c'est Dialogue de l'ombre double, ce doit être assez sympathique, de pouvoir enfin différencier les "deux" clarinettes et de bénéficier de la spatialisation.
Ou Le soleil des eaux, avec son côté cantate un peu plus ludique (et plus bref aussi !).
Ou bien sûr les Notations, ce doit être assez jouissif avec grand orchestre.

Pour le reste, je suis moins tenté après l'expérience douloureuse de Rituel que j'aimais beaucoup avant le concert et plus guère après. :)

La Salomé qui sera donnée n'est bien sûr pas avec la même distribution (Angela Denoke en Salomé, en particulier), mais également avec l'ancienne production d'André Engel et non plus celle de Lev Dodin donnée lors de la première saison de Joel.
Astucieux, d'ailleurs, si les décors n'ont pas été détruits puis reconstruits comme pour ceux de Strehler (vraiment une dépense discutable), de faire alterner deux productions pour ne pas lasser le public tout en jouant régulièrement les piliers du répertoire.

--

Bonne fin de soirée !

7. Le dimanche 4 septembre 2011 à , par Ugolino le Profond

L'histoire du soldat, c'est joué au moins une fois par an à Paris.

Évidemment que mon "scandale" est tout à fait idéologique : c'est un banal état de sclérose générale, où tout confine à la mise au musée, à la redondance, au discours imbécile et à la réduction du réel à quelques machins prémachés. Evidemment, c'est "en conséquence de", la dure loi de logique économique et commerciale. On est en droit de trouver cela éthiquement consternant.
Mais le pire, c'est que les concerts sont nuls, à force de routine et de superficialité, de musiciens qui jouent pour remplir la salle et de chef-star qui ont bien compris que pour se faire applaudir il fallait faire beaucoup de bruit et très peu de musique.
Après, on a remplacé Mahler par Prokofiev (combien de cinquième symphonie cette année?).

Et je crois que le programme ne compte pas autant que tu le dis : beaucoup de concerts dans les salles de luxe sont remplis avant tout sur le nom d'un soliste, d'un chef ou d'un orchestre, et en second lieu sur les oeuvres.

Remarque : le Faune, on le joue très peu à Paris! J'ai dû l'entendre une fois sur les 200 derniers concerts vus, je crois. Par contre, l'Oiseau de feu...
Et le programme Sibelius/Elgar/Nielsen de Vanska avec l'OP en juin 2010 était complet, pour citer le dernier Nielsen que j'ai vu.

Pour Boulez en concert, je conseille le Marteau sans maître : envie de suicide assurée.

(et je rappelle que je fais entre 2 et 5 concerts par semaine)

8. Le dimanche 4 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Ugolino :
Évidemment que mon "scandale" est tout à fait idéologique : c'est un banal état de sclérose générale, où tout confine à la mise au musée, à la redondance, au discours imbécile et à la réduction du réel à quelques machins prémachés. Evidemment, c'est "en conséquence de", la dure loi de logique économique et commerciale. On est en droit de trouver cela éthiquement consternant.
Mais le pire, c'est que les concerts sont nuls, à force de routine et de superficialité, de musiciens qui jouent pour remplir la salle et de chef-star qui ont bien compris que pour se faire applaudir il fallait faire beaucoup de bruit et très peu de musique.

Le problème est qu'en fixant un idéal qui n'a jamais existé et qui n'est même simplement pas possible, tu te condamnes à la frustration.

[Je ne veux pas te vexer, j'ai toujours beaucoup de difficulté à répondre de façon adéquate à ce genre de rejet globalisant vis-à-vis des interprètes... et je n'ai pas encore trouvé de formulations satisfaisantes. Néanmoins je te réponds, mais c'est sans hostilité bien sûr.]

=> Quand on compare aux programmes passés, l'offre est plutôt plus diverse aujourd'hui, avec un goût pour les exhumations (pas ce que tu désignes par "musée", je crois) de pans rares du répertoire qui n'existait pas forcément auparavant. Il y a bien sûr tout le baroque et la musique ancienne qui n'étaient pas représentés il y a quarante ans (ou alors joués n'importe comment), mais aussi des pans entiers qui se révèlent dans d'autres périodes (souvent des concerts isolés, mais en assez grand nombre à Paris).

=> Ce n'est même pas une question économique, c'est simplement qu'on fait un concert avec cent musiciens pour un peu plus de vingt personnes, et peu de gens ont ton rythme de concerts - rythme qui explique sans doute aussi pourquoi tu en as assez d'entendre les mêmes titres, la programmation n'est pas prévue pour ton "profil".

=> L'idéal que tu recherches me paraît impossible à atteindre. Les musiciens n'ont jamais été aussi aguerris techniquement d'aujourd'hui, tu as à ta disposition les plus célèbres (dont, pour un certain nombre, on peut admettre qu'ils sont effectivement parmi les "meilleurs", si le mot a un sens)... Tu peux trouver qu'ils ne sont pas à la hauteur de la musique qu'ils jouent, mais où trouveras-tu mieux ? Oui, sans doute, une fois sur mille, un concert particulièrement gigantesque.
Il me semble, à moi, que rien qu'entendre une oeuvre qu'on aime moyennement jouée est une grâce rare, parce qu'on entend cette musique. En plus, vu le niveau des professionnels, on est généralement très au-dessus de l'honnête. Mais tu exiges de l'exceptionnel, de l'historique cinq fois par semaine ! :)

En conséquence, je vois difficilement comment tu peux être satisfait. Mais franchement, installe-toi à Bordeaux pendant dix ans. Non seulement tu ne trouveras pas cinq concerts par semaine (sauf à tout faire, même les répertoires qui ne t'intéressent pas, et de toute façon il n'y a presque rien pendant les vacances scolaires), mais en plus tu auras tout le loisir d'avoir un seul orchestre, pas intrinsèquement mauvais, mais limité et surtout très irrégulier selon ses chefs et sa bonne volonté... et dans des conditions acoustiques abominables pour les concerts symphoniques au Palais des Sports.

Ca, c'est la réalité de toutes les villes du monde bien lotties en classique, à l'exception de Paris, Londres, et les pays germaniques et nordiques.



Et je crois que le programme ne compte pas autant que tu le dis : beaucoup de concerts dans les salles de luxe sont remplis avant tout sur le nom d'un soliste, d'un chef ou d'un orchestre, et en second lieu sur les oeuvres.
Oui, du moins pour les grands noms. C'est amusant, là aussi la différence avec la province (où on ne fait pas venir de grands noms en dehors de récitals, souvent des tournées d'ensembles baroques d'ailleurs) est que le public se déplace beaucoup pour les interprètes. Il suffit de voir le site de la salle Pleyel, particulièrement agaçant puisqu'il n'indique que les noms des solistes / chefs et jamais ceux des oeuvres - il faut cliquer pour voir le programme.


Remarque : le Faune, on le joue très peu à Paris! J'ai dû l'entendre une fois sur les 200 derniers concerts vus, je crois.

Je l'ai vu assez souvent dans les programmes. Evidemment souvent en couplage avec des programmes un peu tubesques d'orchestres pas forcément de premier plan (un couplage avec Nuit dans les Jardins d'Espagne et la Cinquième de Beethoven par l'Orchestre Colonne ne fait pas forcément déplacer). Au moins vu deux fois dans les programmes de cette saison.

Par contre, l'Oiseau de feu...

Oui, et c'est typique du luxe parisien : en version complète ! Je l'ai vu mentionné trois ou quatre fois en trois saisons !


Et le programme Sibelius/Elgar/Nielsen de Vanska avec l'OP en juin 2010 était complet, pour citer le dernier Nielsen que j'ai vu.

Plus pour le Concerto pour violoncelle d'Elgar que pour Nielsen ou Vänskä, non ? :)


Pour Boulez en concert, je conseille le Marteau sans maître : envie de suicide assurée.

Non mais là, même au disque c'est pas possible (super moche, en fait). J'écouterais plutôt l'intégrale des Sonates par Yundi Li.

9. Le dimanche 4 septembre 2011 à , par Ugolino le Profond

"Le problème est qu'en fixant un idéal qui n'a jamais existé et qui n'est même simplement pas possible, tu te condamnes à la frustration."
Mais je ne suis pas frustré... Je trouve ca consternant, ce n'est pas pareil.

"=> Quand on compare aux programmes passés, l'offre est plutôt plus diverse aujourd'hui, avec un goût pour les exhumations (pas ce que tu désignes par "musée", je crois) de pans rares du répertoire qui n'existait pas forcément auparavant."
Exhumations qui restent très locales, et n'ont aucun effet à long terme.

"(souvent des concerts isolés, mais en assez grand nombre à Paris)."
Cette année, je trouve qu'il y en a peu.

"Ce n'est même pas une question économique."
C'est le fait que ce que l'on présente comme la culture est essentiellement un mensonge.

"L'idéal que tu recherches me paraît impossible à atteindre."
Je ne demande pas de l'atteindre : je demande qu'on cherche à y tendre, ce qui n'est aujourd'hui absolument pas le cas. Un cas isolé dans les institutions, c'est l'auditorium d'Orsay : oui c'est petit, oui c'est un public de geeks (et encore?), mais sa saison est exceptionnelle, autant sur le plan du choix des interprètes (dont certains devraient être en haut de l'affiche) que de la programmation, et le résultat d'une vraie réflexion.
Le problème des institutions à Paris, c'est la conjugaison d'un luxe sur le plan des orchestres invités incomparable à ailleurs et d'une banalité totale de ce qu'ils proposent. La somme des moyens (humains, financiers, musicaux) engagés est énorme, pour un résultat la plupart du temps médiocre, et à peu près sans intérêt autre que financier. Les 3/4 des concerts de luxe (aux billets hors de prix, faut-il le rappeler), ce sont des montagnes qui accouchent d'une souris.
Tout ça, c'est une pub pour Rolex.

Je regarde un peu les saisons ailleurs, et je ne suis pas certain que dans les grandes villes européennes équivalentes (Londres et Berlin, principalement), la configuration soit la même (même si en partie oui, forcément).

"Les musiciens n'ont jamais été aussi aguerris techniquement d'aujourd'hui, tu as à ta disposition les plus célèbres (dont, pour un certain nombre, on peut admettre qu'ils sont effectivement parmi les "meilleurs", si le mot a un sens)... Tu peux trouver qu'ils ne sont pas à la hauteur de la musique qu'ils jouent, mais où trouveras-tu mieux ?"
"Les plus célèbres" est de moins en moins équivalent à "les meilleurs" (même s'il y en a, effectivement). Une fois dans le registre des orchestres de première catégorie, la qualité du concert n'est pas prédéterminée par les noms sur l'affiche...

"Il me semble, à moi, que rien qu'entendre une oeuvre qu'on aime moyennement jouée est une grâce rare, parce qu'on entend cette musique."
Bien sûr, mais justement on ne la joue pas!

"Plus pour le Concerto pour violoncelle d'Elgar que pour Nielsen ou Vänskä, non ? :) "
Je ne crois pas, la soliste n'était pas particulièrement célèbre... L'OP remplit curieusement bien, quel que soit le programme, sur des programmes souvent doublés en plus.

10. Le lundi 5 septembre 2011 à , par phc :: site

@ DavidLeMarrec : à propos de Boulez, je conseille quelques oeuvres que je trouve vraiment réussies, comme :
- la version orchestre des Notations, qui est bien meilleure que la version clavier selon moi
- Explosante-Fixe
- Sur Incises ; sans conteste la pièce que je préfère du peu que j'ai entendu de Boulez.
Moi aussi, j'aimerais bien écouter Dialogue de l'ombre double.

11. Le mardi 6 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Merci Ugolino pour ces réponses intéressantes. :)

Mais je ne suis pas frustré... Je trouve ca consternant, ce n'est pas pareil.

Si tu vas deux à cinq fois par semaine au concert et que tu es mécontent, tu survis comment ? Ou alors tu fais un job tellement merveilleux que tu aimes bien te mettre un peu en colère le soir pour équilibrer. :)

Exhumations qui restent très locales, et n'ont aucun effet à long terme.

En effet, la plupart du temps. Néanmoins il se crée des courants de recréation et des titres s'imposent quelquefois (par exemple la Ville Morte qui est entrée au répertoire, ou Mireille qui est jouée partout en France ces derniers temps). Mais dans le domaine symphonique et dans le lied, le répertoire reste effectivement désespérément le même, avec des variantes mineures (plus de Mahler et moins de Mozart...). C'est pourquoi, lorsqu'on a le luxe de pouvoir sélectionner, il n'y a pas à ce plaindre.

Cela dit, au rythme où tu es, et comme tu ne consommes pas trop d'opéra et de baroque, je crois, tu dois faire les deux tiers de la programmation orchestrale... et effectivement souffrir de cette programmation redondante. Clairement, elle n'est pas conçue pour ton profil.

Cette année, je trouve qu'il y en a peu.

Dans ma sélection, il n'y a presque que cela ! Certes, pas forcément dans les domaines qui t'intéressent le plus, je n'ai pas de symphonies rares à te proposer...


"Ce n'est même pas une question économique."
C'est le fait que ce que l'on présente comme la culture est essentiellement un mensonge.

Je ne suis pas sûr de bien te suivre. Tu veux dire que le fait qu'il existe un répertoire et une forme de culture commune ne compte pas ? Que ce qui constitue la culture est justement ce qui est nouveau, rare, distinctif ?


Je ne demande pas de l'atteindre : je demande qu'on cherche à y tendre, ce qui n'est aujourd'hui absolument pas le cas. Un cas isolé dans les institutions, c'est l'auditorium d'Orsay : oui c'est petit, oui c'est un public de geeks (et encore?), mais sa saison est exceptionnelle, autant sur le plan du choix des interprètes (dont certains devraient être en haut de l'affiche) que de la programmation, et le résultat d'une vraie réflexion.

Quand même un gros défaut de conception : les concerts du midi, je fais comment moi ? :)
Sinon, je suis d'accord, je suis très admiratif de l'intérêt de la programmation. Ca reste un public d'esthètes (très sympas au demeurant, de vrais mélomanes et pas des poseurs), constitué essentiellement de spectateurs réguliers, et pour beaucoup des gens qui pratiquent eux-même la musique, en amateur ou en professionnel.

Le problème des institutions à Paris, c'est la conjugaison d'un luxe sur le plan des orchestres invités incomparable à ailleurs et d'une banalité totale de ce qu'ils proposent. La somme des moyens (humains, financiers, musicaux) engagés est énorme, pour un résultat la plupart du temps médiocre, et à peu près sans intérêt autre que financier. Les 3/4 des concerts de luxe (aux billets hors de prix, faut-il le rappeler), ce sont des montagnes qui accouchent d'une souris.
Tout ça, c'est une pub pour Rolex.

De ce point de vue-là, je serais bien en peine de te contredire, je suis effaré qu'on ne puisse pas entendre ces orchestres dans un répertoire qui soit un peu une spécialité (au moins le Philhar joue la Mer, et même quelques choses plus rares, lorsqu'il est en tournée). En deux saisons, j'avais envie pourtant d'entendre des orchestres de contrées lointaines, et je n'ai entendu que Rotterdam (parce que j'avais envie de réentendre la Deuxième de Mahler avec un bon choeur, Chapelle Royale en l'occurrence), Deutsche Sinfonie-Orchester Berlin (parce que je voulais entendre l'Oiseau intégral en salle pour la première fois) et Mariinski (qui, là, jouait Chtchédrine !). Je n'ai pas trouvé de programme stimulant chez ces orchestres prestigieux (sauf le Mariinski effectivement, avec les deux Chtchédrine).

D'un autre côté, c'est une façon de se présenter, de se comparer : chacun montre comment il joue Beethoven ou Mahler. Le monde musical se nourrit aussi beaucoup (c'est un corollaire du répertoire-musée qui est le nôtre) de comparaisons. Ca fait vendre beaucoup de billets et de disques, d'entendre Machin dans Tellepièce, plus pour tester Machin que pour entendre Tellepièce.

que dans les grandes villes européennes équivalentes (Londres et Berlin, principalement)

C'est un peu la question que je voulais soulever : à part Londres et Vienne (je mets de côté l'Allemagne qui a une tradition orchestrale exceptionnelle dans la moindre villette), il n'y a pas beaucoup de comparaison possibles pour rêver quelque chose d'équivalent.

"Les plus célèbres" est de moins en moins équivalent à "les meilleurs" (même s'il y en a, effectivement). Une fois dans le registre des orchestres de première catégorie, la qualité du concert n'est pas prédéterminée par les noms sur l'affiche...

Je veux dire par là que les plus célèbres ne sont pas des imposteurs (la plupart du temps). Après, personnellement, ce sont rarement les plus célèbres que je trouve les meilleurs, et même encore moins souvent, pour des raisons de goût personnel, ceux qui me touchent le plus. Pour les orchestres, je ne peux pas vraiment me prononcer sur le plan du concert, n'en ayant pas beaucoup entendu en salle.

"Il me semble, à moi, que rien qu'entendre une oeuvre qu'on aime moyennement jouée est une grâce rare, parce qu'on entend cette musique."
Bien sûr, mais justement on ne la joue pas!

Pourquoi, tu n'aimes pas les symphonies de Beethoven ? Moi, rien que de les entendre, je suis content. Certes, je ne les entends pas souvent à moins d'un couplage passionnant, je n'ai jamais assisté à une Neuvième par exemple. Mais le fait que ce soit joué en dessous de ce qu'on pourrait attendre d'un grand orchestre jouant une symphonie de Beethoven ne me ruine pas du tout mon plaisir.

"Plus pour le Concerto pour violoncelle d'Elgar que pour Nielsen ou Vänskä, non ? :) "
Je ne crois pas, la soliste n'était pas particulièrement célèbre... L'OP remplit curieusement bien, quel que soit le programme, sur des programmes souvent doublés en plus.

Deux hypothèses :
=> "Paris", c'est magique en communication, il suffit de le mettre dans le titre et ça marche ;
=> les tarifs sont plus bas, il me semble, donc pour le public qui ne fait pas de différence entre les interprètes, entre ça et un tarif Amsterdam où il ne restera en plus que les places les plus chères...


Bonne journée !

12. Le mardi 6 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Philippe,

DavidLeMarrec : à propos de Boulez, je conseille quelques oeuvres que je trouve vraiment réussies, comme :
- la version orchestre des Notations, qui est bien meilleure que la version clavier selon moi
- Explosante-Fixe
- Sur Incises ; sans conteste la pièce que je préfère du peu que j'ai entendu de Boulez.
Moi aussi, j'aimerais bien écouter Dialogue de l'ombre double.

J'ai aussi considéré pendant des années que les Notations pour orchestre étaient meilleures pour la version pour piano, mais j'ai changé d'avis. Si on met de côté l'orchestration (extraordinaire), le plaisir musical est vraiment comparable pour les deux.
C'est l'autre oeuvre de Boulez qui me touche le plus. Une oeuvre de jeunesse qu'il n'aime plus guère, d'ailleurs.

13. Le mardi 6 septembre 2011 à , par Ugolino le Profond

"Si tu vas deux à cinq fois par semaine au concert et que tu es mécontent, tu survis comment ?"
Plusieurs cas :
- s'énerver après un concert, c'est parfois plus revigorant que le concert lui-même ;-)
- on ne sort pas mécontent de la majorité des concerts... c'est une routine. On grappille quelques bonnes minutes par-ci par-là, ca remplit l'existence, et puis parfois on tombe sur de grandes choses. Ce n'est pas en vraiment un problème.
- je vais quand même lâcher cette année les gros concerts, et vais tâcher de ne voir que des choses rares/obscures/moins courues, principalement en musique de chambre, musique contemporaine, musique d'orgue... des choses où l'intérêt est beaucoup plus soutenu que dans les grosses machines à répertoire, mais qui demandent de suivre l'actualité (beaucoup de choses dont on a connaissance au dernier moment)...

"Cela dit, au rythme où tu es, et comme tu ne consommes pas trop d'opéra et de baroque, je crois, tu dois faire les deux tiers de la programmation orchestrale... et effectivement souffrir de cette programmation redondante. Clairement, elle n'est pas conçue pour ton profil."
D'où mon abandon de cette programmation là... mais c'est embêtant, parce qu'il y a toujours le risque de rater "le" grand concert - mais je commence à douter des mélomanes sur ce point-là -, et c'est dommage de devoir laisser l'orchestre de côté.

"Dans ma sélection, il n'y a presque que cela ! Certes, pas forcément dans les domaines qui t'intéressent le plus, je n'ai pas de symphonies rares à te proposer..."
Dans ta sélection, en baroque oui j'imagine, mais sur le reste je ne vois pas grand chose, ou alors des choses qui ne m'intéressent guère...
J'ai d'ailleurs noté pas mal de concerts qui ne sont pas dans ta liste.
Un prochain que les gens ont peut être raté : Ibragimova/Tiberghien aux serres d'Auteuil ce vendredi, qui jouent Szymanowski (Mythes), Hersant et Beethoven.

"Je ne suis pas sûr de bien te suivre. Tu veux dire que le fait qu'il existe un répertoire et une forme de culture commune ne compte pas ? Que ce qui constitue la culture est justement ce qui est nouveau, rare, distinctif ?"
Non, mais m'étendre là-dessus prendrait trop de place et de temps!

"D'un autre côté, c'est une façon de se présenter, de se comparer : chacun montre comment il joue Beethoven ou Mahler."
Oui, et évidemment, sur le plan musical, ca ne peut jamais marcher...

"C'est un peu la question que je voulais soulever : à part Londres et Vienne (je mets de côté l'Allemagne qui a une tradition orchestrale exceptionnelle dans la moindre villette), il n'y a pas beaucoup de comparaison possibles pour rêver quelque chose d'équivalent."
Certes, mais je ne crois pas que ca soit une raison : les moyens existent, rien n'oblige à les utiliser de cette manière.

"Pourquoi, tu n'aimes pas les symphonies de Beethoven ?"

Non. J'ai dormi au Mozart/Beethoven de Jansons avec Amsterdam (si c'est pas le comble du snobisme, ca). C'est un répertoire mort pour mes oreilles, je pense.
Les seuls Beethoven que je peux encore entendre, ce sont ceux de Järvi qui sont merveilleux. Le reste, j'ai l'impression de visiter un tombeau, et qu'on cherche à m'enterrer dedans.

"Deux hypothèses :
=> "Paris", c'est magique en communication, il suffit de le mettre dans le titre et ça marche ;
=> les tarifs sont plus bas, il me semble, donc pour le public qui ne fait pas de différence entre les interprètes, entre ça et un tarif Amsterdam où il ne restera en plus que les places les plus chères..."

L'OP jouit d'une réputation usurpée. L'OPRF est moins cher, est un bien meilleur orchestre, et fait des concerts magnifiques devant des salles vides. Je ne cherche même plus à comprendre...

14. Le mercredi 7 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Ave,

- s'énerver après un concert, c'est parfois plus revigorant que le concert lui-même ;-)

Revigorant, peut-être, mais agréable, pas pour moi. D'ailleurs, en colère après un concert, je cherche la fois où ça me serait arrivé. Quelquefois un peu dépité pour diverses raisons, mais dans le pire des cas, ce serait plus proche du léger abattement (d'être passé à côté de l'intérêt, de m'être déplacé en vain...) que de la colère. ]:-o

on ne sort pas mécontent de la majorité des concerts... c'est une routine. On grappille quelques bonnes minutes par-ci par-là, ca remplit l'existence,

Ah oui, exactement ce que je déteste. Dès que je sens que je m'habitue au fait d'aller au concert, je réduis mes sorties. Si c'est pour ressentir la même chose qu'au disque, autant choisir moi-même mes programmes et gagner du temps.

et vais tâcher de ne voir que des choses rares/obscures/moins courues, principalement en musique de chambre, musique contemporaine, musique d'orgue... des choses où l'intérêt est beaucoup plus soutenu que dans les grosses machines à répertoire, mais qui demandent de suivre l'actualité (beaucoup de choses dont on a connaissance au dernier moment)...

Oui, c'est vrai, souvent au dernier moment. Si tu as des choses intéressantes en raretés, je serais ravi de les avoir aussi, manière de ne pas passer à côté, même si nous n'irons pas forcément voir le même type de rareté.

Dans ta sélection, en baroque oui j'imagine, mais sur le reste je ne vois pas grand chose, ou alors des choses qui ne m'intéressent guère...

Oui, je me doute bien que tu n'es pas aussi follement tenté que moi par le Dixtuor de Dubois. Mais enfin, en piano par exemple, il y a quantité de nordiqueries assez excitantes, en lied aussi d'ailleurs.

Après ça, il y a raretés et raretés. Si on cherche vraiment les oeuvres qui n'ont jamais été données en région parisienne, ça limite grandement la liste, c'est sûr.


Un prochain que les gens ont peut être raté : Ibragimova/Tiberghien aux serres d'Auteuil ce vendredi, qui jouent Szymanowski (Mythes), Hersant et Beethoven.

Je ne l'avais pas vu en effet ! Beau programme, avec un peu de Beethoven pour remplir un minimum...

Non, mais m'étendre là-dessus prendrait trop de place et de temps!

D'accord. :)

"D'un autre côté, c'est une façon de se présenter, de se comparer : chacun montre comment il joue Beethoven ou Mahler."
Oui, et évidemment, sur le plan musical, ca ne peut jamais marcher...

Je suis d'accord sur le côté contre-productif de la chose, de la même façon que s'infliger vingt fois à la suite la même oeuvre en cherchant juste à déterminer "qui est le meilleur" est la pire façon d'écouter de la musique, à la fois pour le plaisir retiré et pour l'approche de la substance musicale elle-même. En tout cas en ce qui me concerne, l'écoute en passant l'aspirateur est infiniment plus productive.

"C'est un peu la question que je voulais soulever : à part Londres et Vienne (je mets de côté l'Allemagne qui a une tradition orchestrale exceptionnelle dans la moindre villette), il n'y a pas beaucoup de comparaison possibles pour rêver quelque chose d'équivalent."
Certes, mais je ne crois pas que ca soit une raison : les moyens existent, rien n'oblige à les utiliser de cette manière.

L'exigence de remplissage : même si c'est subventionné, il faut bien qu'elle s'adresse à quelqu'un.

J'ai dormi au Mozart/Beethoven de Jansons avec Amsterdam (si c'est pas le comble du snobisme, ca).

Ou du panache, comme on veut. Ca a de l'allure en tout cas. :)

Les seuls Beethoven que je peux encore entendre, ce sont ceux de Järvi qui sont merveilleux. Le reste, j'ai l'impression de visiter un tombeau, et qu'on cherche à m'enterrer dedans.

D'accord. Cela dit, dans le genre de Järvi (je suppose que tu parles de Paavo, parce que bien qu'aimant beaucoup Neeme, dans Beethoven...), il y a quantité de baroqueux qui font ça merveilleusement, à commencer par Gardiner. Finalement, tu n'es peut-être pas perdu pour la vieille musique. :)

L'OP jouit d'une réputation usurpée. L'OPRF est moins cher, est un bien meilleur orchestre, et fait des concerts magnifiques devant des salles vides. Je ne cherche même plus à comprendre...

L'OP a pourtant très mauvaise réputation chez les mélomanes. Pour ma part, et pour m'en tenir aux concerts où j'étais présent en salle, j'ai plus été frappé de l'irrégularité que de la mauvaise qualité, mais lorsqu'ils sont bons (c'est-à-dire deux fois sur les trois où je suis allé), je les trouve beaucoup plus personnels et chaleureux que le Philhar qui reste toujours excellent mais qui a quelque chose d'un peu impersonnel dans la manière, souvent. Je me dis que ce doit aussi être une question de chefs : la seule fois où ils m'ont électrisé, c'était avec Vedernikov.

15. Le mercredi 7 septembre 2011 à , par Ugolino le Profond

Revigorant, peut-être, mais agréable, pas pour moi. D'ailleurs, en colère après un concert, je cherche la fois où ça me serait arrivé. Quelquefois un peu dépité pour diverses raisons, mais dans le pire des cas, ce serait plus proche du léger abattement (d'être passé à côté de l'intérêt, de m'être déplacé en vain...) que de la colère. ]:-o



Quand je m'énerve, ce n'est jamais très sérieux. Il n'y a que les concerts de l'IRCAM qui puissent vraiment me mettre en colère.

Si c'est pour ressentir la même chose qu'au disque, autant choisir moi-même mes programmes et gagner du temps.



Ca ne ressemble jamais vraiment au disque, néanmoins.

L'exigence de remplissage : même si c'est subventionné, il faut bien qu'elle s'adresse à quelqu'un.


Mais c'est une tautologie : on crée

D'accord. Cela dit, dans le genre de Järvi (je suppose que tu parles de Paavo, parce que bien qu'aimant beaucoup Neeme, dans Beethoven...), il y a quantité de baroqueux qui font ça merveilleusement, à commencer par Gardiner.


Non, je ne pense pas qu'ils fassent la même chose. Ca ressemble un peu à Gardiner, mais superficiellement - il faudrait entendre en salle ce que fait Gardiner néanmoins. Je n'ai jamais entendu de baroqueux faire dans Beethoven ce que j'entends chez Järvi - et là encore, je parle du concert, Järvi a affiné sa lecture par rapport aux versions qu'il avait enregistré, qui ne sont que partiellement représentatives de ce qu'il fait aujourd'hui. Après, j'ai été traumatisé par Immerseel, ses symphonies de Beethoven, que je n'aime guère au disque, sont affreuses en salle, belle preuve du mensonge que peut être le disque tant l'ensemble ne sonne absolument pas dans la réalité comme il sonne au disque.

L'OP a pourtant très mauvaise réputation chez les mélomanes. Pour ma part, et pour m'en tenir aux concerts où j'étais présent en salle, j'ai plus été frappé de l'irrégularité que de la mauvaise qualité, mais lorsqu'ils sont bons (c'est-à-dire deux fois sur les trois où je suis allé), je les trouve beaucoup plus personnels et chaleureux que le Philhar qui reste toujours excellent mais qui a quelque chose d'un peu impersonnel dans la manière, souvent. Je me dis que ce doit aussi être une question de chefs : la seule fois où ils m'ont électrisé, c'était avec Vedernikov.


L'OP est très inégal oui. On peut toujours préférer la couleur globale (oui, l'OPRF c'est un peu froid), mais en terme de niveau individuel et de discipline orchestrale, c'est le jour et la nuit. Et j'ai beau avoir une certaine pitié pour la petite harmonie de l'OP, celle de l'OPRF est un niveau auquel aucun autre pupitre d'orchestre français ne peut prétendre. Dans le genre, il ne valait mieux pas comparer les suites de Daphnis données à un ou deux mois d'intervalle par OPRF/Chung et OP/Järvi (Järvi a beau être un chef beaucoup plus grand que Chung, ça ne suffit pas...). S'il n'y avait pas Järvi, je n'irais plus entendre l'OP, même s'il y a eu deux trois concerts pas mal en dehors de ceux de Järvi (enfin, deux je crois). Le problème est que l'OPRF n'attire pas les chefs, pour des raisons politiques et relationnelle essentiellement (la direction de l'OP a un beau carnet d'adresses) - pourquoi Boulez vient-il diriger l'OP et presque jamais l'OPRF, par exemple?

16. Le samedi 10 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Pourtant, les concerts de l'IRCAM, c'est plus rigolo que méchant, non ? Je n'ai pas testé en me déplaçant, possible qu'on soit assez déçu...

Non, le disque ne ressemble jamais au concert, c'est vrai, mais je lui trouve beaucoup d'avantages, et pour que la plus-value du concert soit réelle, ça demande tout de même un certain nombre de préalables, notamment au niveau des conditions pratiques.

Concernant les Beethoven de Paavo Järvi, je parlais des vidéos avec la Philharmonie de chambre de Brême. J'ai trouvé ça vivifiant, mais finalement pas du tout nouveau par rapport à ce qu'avaient fait au moins Gardiner (voire Goodman, si j'osais ?). Et si je reviens toujours à Gardiner, je n'en éprouve pas autant le besoin pour Järvi, qui m'a paru finalement plus dans l'expérimentation-démonstration (sans aucune nuance péjorative !). Gardiner propose quelque chose de profondément équilibré et harmonieux, qui se laisse réécouter particulièrement bien. Néanmoins, les deux me paraissent vraiment proches.

Je n'ai entendu ni l'un ni l'autre en concert dans Beethoven, donc pour ce qui est du résultat en concert (et avec quel orchestre, pour Järvi ?), je ne peux évidemment pas me prononcer. Je suis assez convaincu qu'Anima Eterna, un peu à l'image d'Hespérion XXI, doit sonner assez sèchement en salle, comparé aux luxueuses couleurs réverbérées des versions studio.
Je ne considère pas forcément cet écart comme un "mensonge", au demeurant : le disque est un produit en soi, et même s'il n'est pas naturel ou réaliste, il peut proposer de nouveaux aspects particulièrement flatteurs. Un peu comme si on jugeait sévèrement un film en disant qu'on ne pourrait pas faire ce qu'on y montre au théâtre...

Pour le cas des ensembles de Savall, que j'ai beaucoup admirés au disque et entendus à plusieurs reprise en concert, l'écart était aussi large que possible, entre les chatoyances d'Alia Vox et le son terriblement gris et étriqué de ce que l'on entendait en "vrai". Disons que la première fois qu'on se rend à un concert, oui, on peut avoir l'impression d'avoir été trompé. Après, on fait son marché et on prend ce qui est bon, même si ce n'est pas "authentique".

Enfin, concernant l'OP et l'OPRF. En termes de niveau, tout le monde le dit, et je veux bien le croire, puisque la régularité du Philhar plaide pour lui. En revanche pour la petite harmonie, où je suis en général bon client, je n'en aime vraiment pas les couleurs, et je trouve même les flûtes désagréables (je déteste entendre le souffle dans les tuyaux de façon très audible, jusqu'à altérer le son). On lit généralement le plus grand bien de la permanence d'une grande tradition des bois dans les orchestres français, et j'ai toujours trouvé ceux que j'entendais, au disque ou en salle, précisément assez limités de ce côté. Et si on remonte dans le temps, il existe quelques témoignages assez terrifiants, en termes d'acidité de timbre et de canards...

Pour les concerts récents, nous n'avons ni les mêmes attentes ni les mêmes seuils, mais les deux que j'aie vus, Metzmacher et Billy, étaient remarquables en tout point. C'étaient les deux bons que tu avais relevés ?

Quant au carnet d'adresses, les orchestres de radio n'ont jamais été très courtisés médiatiquement, il me semble. A l'exception de Berlin où l'on trouve de très beaux palmarès dans les différentes institutions. Et comme je n'aime pas du tout celui de Vienne, je ne suis pas vraiment juge de son prestige. Pour le reste, alors qu'ils sont au besoin supérieurs aux autres, j'ai l'impression qu'ils sont moins prisés.
Et puis l'Orchestre de Paris a sans doute son petit vivier grâce à la source de son histoire...

17. Le dimanche 18 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 1 : Missa Solemnis de Beethoven par Colin Davis et le LSO, salle Pleyel

(Samedi 17 septembre 2011.)

Pour une fois, une petite déception.

Un mot sur l'oeuvre et un commentaire sur l'interprétation ici.

18. Le samedi 24 septembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 2 : Salomé de R. Strauss à Bastille par Denoke, Steinberg et Engel

(Mardi 20 septembre 2011.)

Décidément, ma saison devient une auberge aux tubes.

Soirée délicieuse cela dit. Compte-rendu, en particulier sur les pistes de la mise en scène, ici.

19. Le samedi 8 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 3 : Hommage à Théophile Gautier avec Françoise Masset et Jacques Bonnaffé

(Jeudi 29 septembre 2011.)

Une soirée magnifique, avec un excellent récitant, un programme exaltant, et Françoise Masset d'une éloquence incomparable dans ce répertoire. La voix, qui a toujours sonné un peu "vieille", a conservé son éloquence fascinante, et gagné une légèreté, une couleur brillante et juvénile.

On a même eu droit à du ballet, avec le pas de deux de l'acte II de Giselle, dansé sur un arrangement pour alto et piano !

Seule réserve : le choix des textes (notamment les longs extraits pamphlétaires un peu faciles et répétitifs de la Préface de Mademoiselle de Maupin).

Un commentaire plus vaste est en préparation.

20. Le samedi 8 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 4 : Grétry rare (Panurge) et Sacchini inédit (Renaud) à l'Opéra Royal de Versailles

(Mardi 4 octobre 2011.)

Concert dirigé par Hervé Niquet.

Les oeuvres sont explorées dans cette notule, où les interprètes du concert sont également présentés.

21. Le lundi 10 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 5 : Arvo Pärt et Veljo Tormis par le Choeur d'Hommes National d'Estonie à Saint-Eustache

(Vendredi 7 octobre 2011.)

Soirée magnifique, dans l'acoustique pas trop réverbérante de Saint-Eustache. Après un très beau De Profundis de Pärt, la soirée culminait dans les deux oeuvres maritimes (Chants de l'ancienne mer et Incantation pour une mer houleuse) de Tormis (estonien, même si cité dans la notule sur la Lettonie), faisant montre d'une inventivité et d'une maîtrise de l'art choral assez sidérantes.

Usage intéressant de falsettistes pour étendre le spectre harmonique (se rapprocher des possibilités du choeur mixte), alléger et éclairer la couleur de l'ensemble - le seul choeur masculin professionnel de cette taille au monde.

Leurs disques sonnent un peu pâteux, évoquant plus la technique rugueuse finnoise (dont ils sont linguistiquement et culturellement proches, ceci expliquant sans doute cela) que les voix plus "naturelles" et "folkloriques" (sopranos cristallins sans vibrato, par exemple !) qu'on peut entendre dans le merveilleux Choeur de Chambre de la Radio Lettonne (moins de dix chanteurs), également entendu en salle.

Mais en vrai, ce choeur estonien se révèle d'un superbe équilibre, très maîtrisé, belle clarté, pas d'enflure ni d'empâtement.

Et quel programme !

22. Le lundi 17 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 6 : Eduard Tubin et Hans Rott à la Salle Pleyel

(Jeudi 13 octobre 2011.)

Onzième Symphonie d'Eduard Tubin (mouvement liminaire achevé, après sa mort).
Concerto pour violon de Tchaïkovsky avec Leonidas Kavakos.
Symphonie en mi de Hans Rott.

Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris.

Encore une fois très agréablement surpris par l'Orchestre de Paris. Sans avoir le fondu parfait des plus grands orchestres : le soyeux des cordes, la petite harmonie démentielle (rarement entendu aussi typé et incisif en concert !), et la section de cuivres très honorable, ce produisait un beau tableau, surtout que le Rott était exécuté avec beaucoup de lisibilité.
Voir ici pour une présentation de l'oeuvre

Le Tchaïkovsky était superbement accompagné. La lecture très classicisiante de Kavakos (peu de vibrato, lignes directes, son clair, tranchant mais peu puissant) produisant un résultat assez étonnant dans ce monument du sirop concertant. Merveilleuse sarabande de Bach en bis, hors du temps.

Un peu moins enthousiaste sur le Tubin, aussi bien la composition (finalement, peu de beautés supplémentaires se sont révélées en concert) que l'exécution, assez opaque, mais je crois l'orchestration (très trapue, avec des cordes graves qui babillent trop pour maintenir la clarté) et l'acoustique de la salle plus en cause que les interprètes. Le résultat n'est pas fondamentalement différent des versions discographiques de symphonies de Tubin de toute façon : la thématique et les développements sont beaux, mais l'orchestration pas spécialement brillante - ni belle, ni habile.

--

Programme (rare !) magnifique, et très belle exécution, j'étais enchanté.

23. Le mercredi 19 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 7 : Lulu de Berg à Bastille par Schønwandt et Decker

(Mardi 18 octobre 2011.)

Quelques paradoxes de l'oeuvre, quelques trouvailles de mise en scène et quelques autres commentaires afférents dans cette notule.

24. Le jeudi 27 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 8 : Messe n°2 de Bruckner et Symphonie de Psaumes à Pleyel (Gardiner)

(Lundi 24 octobre 2011.)

Compte-rendu méchant ici.

25. Le mercredi 23 novembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 9 : Die Schöne Müllerin par Goerne et Eschenbach

(Mardi 8 novembre 2011, salle Pleyel.)

Un moment hors du temps, qui appellera(it) beaucoup de commentaires de détail, à venir peut-être. Mais soirée superlative en tout cas.

26. Le mercredi 23 novembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 10 : Françoise de Rimini d'Ambroise Thomas à Metz

(Dimanche 20 novembre 2011, Opéra-Comédie de Metz.)

Une recréation mondiale de cette oeuvre très attendue par les lutins depuis leur lecture (sans avoir vu qu'elle était programmée). Précisions sur l'oeuvre et la soirée à venir.

27. Le mercredi 14 décembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Soirée 11 : Dernières Ballades de Schumann Op.139 & 140 à la Cité de la Musique (Equilbey)

(Samedi 10 décembre 2011.)

Commentaire des oeuvres et de la soirée ici.

28. Le mercredi 4 janvier 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 12 : Onéguine de John Cranko au Palais Garnier

Présentation des enjeux de l'oeuvre (et quelques mots sur la représentation).

29. Le samedi 28 janvier 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 13 : Amadis de Gaule de Jean-Chrétien Bach à l'Opéra-Comique

(Vendredi 6 janvier 2012.)

Soirée étonnamment frustrante : malgré son haut niveau, l'impression que l'oeuvre en sortait diminuée. Détails ici.

30. Le samedi 28 janvier 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 14 : Canciones Sacrae de Schütz et Motets de Bach à l'Oratoire du Louvre (Daniel Reuss / Vocalconsort Berlin)

(Vendredi 27 janvier 2012.)

Magnifique soirée pour choeur très réduit (en moyenne trois par partie), en particulier pour les Motets merveilleusement servis, peut-être la part la plus exaltante de l'oeuvre de Bach pour les lutins.

31. Le mercredi 15 février 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 15 : Soirée Verlaine à l'Amphithéâtre Bastille :
Sophie Karthaüser et Cédric Tiberghien


(Mercredi 8 février 2012)

Fauré, Debussy, Hahn, Foccroulle, Mernier.

Compte-rendu et interrogations ici.

32. Le mercredi 15 février 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 16 : Mélodies finnoises par Soile Isokoski à Orsay

(Jeudi 9 février 2012.)

O. Merikanto, Kuula, Kilpinen, Sibelius.

Bref écho ici.

33. Le mardi 21 février 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 17 : Frankenstein Junior à Déjazet

(Vendredi 10 février 2012.)

Version française de la comédie musicale de Mel Brooks, présentation et compte-rendu ici.

34. Le mardi 21 février 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 18 : Die Winterreise mis en scène à l'Athénée pour octuor et trois chanteurs

(Jeudi 16 février 2012.)

Concept, enjeux et compte-rendu ici.

35. Le samedi 3 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 19 : Die Winterreise par Goerne et Eschenbach à Pleyel

(Mardi 28 février 2012.)

Vertus, difficultés et choix des deux compères, à lire ici.

On y trouvera également le commentaire de la Meunière de novembre.

36. Le mercredi 7 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 20 : Opéras inachevés de Debussy à l'Amphi Bastille

(Samedi 3 mars 2012.)

Quelques mots sur les oeuvres et leurs diverses adaptations en plus du compte-rendu.

37. Le samedi 10 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 21 : Trilogie de la Villégiature (Goldoni) au Théâtre Éphémère de la Comédie-Française

(Mardi 6 mars 2012.)

La plus belle soirée de la saison pour l'instant. Malgré la sonorisation considérable, un très grand charme se dégage de l'ensemble (et le lieu lui-même est profondément agréable).
Commentaire plus ample prévu.

38. Le samedi 10 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 22 : Anthologie théâtrale par la Compagnie de l'Imago au Théâtre Darius Milhaud

(Vendredi 9 mars 2012.)

Sous le titre assez banal (et vendeur) Sept Péchés sans Confession, une anthologie théâtrale très plaisante (Feydeau, Courteline, Carmontelle, Roussin, Goldoni, Zola, Tchekhov). C'était un concept que j'avais envie d'essayer depuis un moment, et il fonctionne très bien ici.

Dans une salle minuscule (vingt-cinq places bien tassées, presque un placard !), une démonstration de plasticité très réussie par de jeunes comédiens.

Le résultat ne va pas plus profond que sa prétention (divertir avec légèreté, exactement le but de l'expédition), mais il est totalement atteint. On peut trouver ici ou là que les incarnations manquent de distinction (un Goldoni vraiment roturier, voire rombier), mais jamais de sel.

Le meilleur du spectacle se trouve dans les intermèdes où pendant que les comédiens changent de costume on entend, plongé dans le noir, les dialogues de spectateurs imaginaires, plus vrais que nature et très drôles.

39. Le mercredi 14 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 23 : Caligula delirante de Pagliardi à l'Athénée

(Dimanche 11 mars 2012.)

Concept amusant des pupi pour cet opéra vénitien à marionnettes, effectivement très parent de l'Incoronazione di Poppea et de Cavalli (bien que composé sensiblement plus tard, en 1672).

L'intrigue de cour "circulaire" (celui qui est aimé aime un autre qui à son tour, dans le cadre clos d'une cour hostile) est celle qui prévaudra à l'époque du seria triomphant de la première moitié du XVIIIe siècle (Giulio Cesare, La Verità in Cimento, Motezuma...). Ce n'est pas une innovation pour autant, le livret de l'Artemisia de Cavalli est déjà complètement (et de la façon la plus réussie qui soit) dans ce schéma.

Musicalement, on retrouve une sècheresse semblable du récitatif, mais avec de beaux moments de lyrisme, sans qu'il soit facile, pour ce type d'oeuvre, de différencier le son de l'interprète (Vincent Dumestre et les membres du Poème Harmonique) de celui du compositeur (puisque les partitions n'indiquent qu'une basse, rarement chiffrée d'ailleurs, et quelques dessus). La comparaison avec la Poppée monteverdienne me semble tout à fait parlante.

L'oeuvre (et sa mise en scène avec marionnettes) porte une dimension assumée de stéréotype et de parodie (la résurrection de Caligula amuse beaucoup le public !), mais je m'interroge sur la durée très brève de ses actes : y a-t-il eu deux tiers de coupures sur un opéra de trois heures, ou est-ce une oeuvre volontairement "légère" et courte ?
Car Vincent Dumestre est crédité à l' "adaptation" du livret... est-ce pour l'action sur son versant parodique, ou sur sa durée ?

Quoi qu'il en soit, la redécouverte est des plus agréables, même si j'espérais initialement une oeuvre plus représentative des nouveautés du second XVIIe (la période lyrique italienne la plus féconde jusqu'au buffa de la fin du XVIIIe, à mon humble avis), davantage dans la veine de Falvetti ou Legrenzi.

Les timbres du Poème Harmonique sont superbement chaleureux, à leur habitude, et l'ensemble des chanteurs très valeureux. Jan Van Elsacker était un idéal d'équilibre de voix mixte, à l'expression presque trop délicate pour son rôle de forcené ; Luanda Siqueira ne manquait pas de grâce en princesse étrangère, une voix souple mais non dépourvue de substance. Caroline Meng surprenait par la grosseur du grain, mais balayait toutes les préventions (jusqu'à celles sur la diction floue) par un vrai tempérament, aux épaisseurs proches de Claire Lefilliâtre, mais qui remplacerait très avantageusement les deux Isabelle (Cals et Druet) très prisées dans les rôles de vengeresses, et très loin de la tenue vocale de Mlle Meng. Serge Goubioud lui-même semblait rajeuni, sa voix de ténor de caractère nettement projetée, sans laideurs superfétatoires ; et il n'y avait pas de quoi se plaindre de Jean-François Lombard si on ne l'avait entendu auparavant (la voix a considérablement blanchi, quasiment timbrée comme un falsettiste) ; Florian Götz est en réalité le seul dont je n'ai pas apprécié la sècheresse et la ligne un peu prosaïque.

Et j'ai eu l'excellente surprise de constater que Hasnaa Bennani, à peine sortie du CRR de Paris (ce qui est certes prestigieux, mais rarement suffisant pour une grande carrière), a été repérée et placée dans un premier rôle par Vincent Dumestre.
Les lutins lui avaient en effet souhaité un décollage à la mesure de son potentiel...
Elle chantait Teosena pour la première moitié de la tournée.

40. Le mercredi 21 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 25 : Karen Vourc'h et Vanessa Wagner à Orsay

Mélodies françaises (dont certaines par des compositeurs finnois) et mélodies en bokmål et nynorsk de Grieg, en suédois et en finnois de Sibelius.

Programme et commentaire de la soirée ici.

41. Le jeudi 29 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Spectacle 24 : Snow White's Hollywood Follies

(12 mars 2012.)

Salle polyvalente Jacques Brel de Gonesse - parce que l'exotisme ne fait pas peur aux lutins de Qeqertarsuaq.

Un hommage étonnant de la Compagnie Oz à l'héritage cinématographique, en forme de comédie musicale et burlesque, à travers une relecture primesautière et distanciée de Blanche-Neige et Boucle d'or, réalisée avec beaucoup d'esprit et de justesse - la parodie des films noirs avec Bogart est extrêmement amusante, même si elle a dû échapper au plus jeunes spectateurs.

De quoi justifier le voyage dans ces contrées du Septentrion parisien.

42. Le jeudi 29 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 27 : Karita Mattila dans Brahms, Debussy, R. Strauss & Berg

(Mardi 20 mars 2012.)

Concert salle Pleyel, avec des Brahms d'une ductilité extraordinaire et de très beaux Frühe-Lieder de Berg.

Présentation très joueuse des bis, paraît-il traditionnelle chez elle.

Commentaire plus développé à venir dans la mesure du possible.

43. Le jeudi 29 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 26 : La Dame de la Mer d'Ibsen aux Bouffes du Nord

(Samedi 16 mars 2012.)

Présentation des caractéristiques de l'oeuvre et compte-rendu de la soirée ici.

44. Le samedi 31 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 28 : Les Maîtres Chanteurs de Wagner dans la traduction d'Alfred Ernst

(Vendredi 30 mars 2012.)

A l'Amphi Bastille. Commentaire des enjeux de la soirée ici.

45. Le dimanche 15 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 29 : Tragédiennes III (Véronique Gens) à Favart

(Mardi 10 avril 2012.)

Très grande soirée dont les contenus palpitants sont détaillés ici.

46. Le jeudi 26 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 30 : Yann Beuron mélodiste à l'Amphi Bastille

(Mercredi 18 avril 2012.)

Compte-rendu ici.

47. Le jeudi 24 mai 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 31 : On ne badine pas avec l'amour au Théâtre Ephémère

(Vendredi 11 mai 2012.)

Vu incidemment et compte-rendu (mitigé) ici.

48. Le jeudi 24 mai 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 32 : Roméo & Juliette de Berlioz chorégraphié par Sasha Waltz

(Bastille, mardi 15 mai 2012.)

Enjeux et compte-rendu ici.

49. Le jeudi 24 mai 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 33 : Une histoire de la Comédie-Française de Christophe Barbier

(Théâtre Ephémère, vendredi 18 mai 2012.)

Titre trompeur, concept en saynètes et bonne soirée.

50. Le dimanche 3 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 34 : Peer Gynt (le vrai) au Grand-Palais

(Lundi 21 mai 2012.)

Par les comédiens-français. Très bonne représentation, mais l'oeuvre, malgré son cinquième acte plus proche des habitudes d'Ibsen, est très cursive et pas pleinement captivante en scène. Pas suffisamment en tout cas pour les cinq heures de spectacle.

Commentaire en préparation.

51. Le dimanche 3 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 35 : Vanessa de Barber à Herblay

(Samedi 26 mai 2012.)

Orchestre perdu, plateau remarquable. L'oeuvre est si belle que la soirée se révèle particulièrement prégnante.

Présentation de l'oeuvre et de la soirée ici.

52. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 36 : Amphitryon de Molière au Vieux-Colombier

(Mardi 5 juin 2012.)

Pièce jubilatoire, servie par des comédiens-français particulièrement toniques (projection !). Belle réussite.

53. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 37 : Hippolyte & Aricie à l'Opéra Garnier

(Samedi 9 juin 2012.)

Présentation de l'oeuvre, de ses enjeux esthétiques, et commentaire de la première ici.

54. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 38 : Arabella à l'Opéra Bastille

(Jeudi 14 juin 2012.)

Tout est .

55. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 39 : Récital de lieder et mélodies au CNSMDP

(Vendredi 15 juin 2012.)

Commentaire prévu. Remarquable soirée, comme l'an passé, mais cette fois dominée par l'inspiration et la personnalité exceptionnelle des trois pianistes accompagnateurs, très contrastés de surcroît.

56. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 40 : Les Pêcheurs de Perles à Favart

(Lundi 18 juin 2012.)

La version retenue de l'oeuvre est celle que j'aime le moins, avec la seconde partie moins inspirée du duo "Au fond du temple saint" (et son récitatif préliminaire moins urgent), et l'absence du thème "O lumière sainte" à la fin de l'opéra.

Très belle soirée, avec une mise en scène astucieuse (le plateau représentant à la fois le rivage et la mer où les pêcheurs plongent), mais sans réelle direction d'acteurs, comme d'habitude à l'Opéra-Comique...

Pas très enthousiaste sur le Nadir pâle (et sans voix mixte) de Dmitry Korchak, mais très agréablement surpris par André Heyboer, qui sonne avec beaucoup plus de naturel en salle (la voix est certes ancrée vers le bas, plus qu'on pourrait l'attendre pour un rôle de ce registre, mais sans que son métal ne paraisse désagréable ni son timbre tassé).

Le choeur Accentus n'est pas un choeur d'opéra, et n'a donc pas l'habitude d'articuler (à l'exception de quelques moments très bien préparés), mais la beauté du son, ainsi que sa présence physique, sont assez phénoménales.

Un peu de mollesse pour cette première (et un son très "international" / anonyme), mais les musiciens en petit comité du Philharmonique de Radio-France ne sont pas aussi perdus qu'on aurait pu le craindre.

La secousse de la soirée est Sonya Yoncheva, lauréate d'Opéralia de Domingo, membre du Jardin des Voix de Christie, partenaire d'ensembles baroques comme le Concert d'Astrée, donc bien connue... mais tellurique en salle.
La voix, de nature pourtant très légère, est pourvue d'une densité extraordinaire qui qui irradie l'espace, et la déclamation est pleine de feu.

L'oeuvre culmine très logiquement sur "Me voilà seule" au II, le final de l'acte, et le duo Leïla / Zurga au III, comme il se doit. Les grands moments de Nadir sont moins aboutis.

57. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 41 : Le choeur YL de l'Université d'Helsinki dans la nef du Musée d'Orsay

(Jeudi 21 juin 2012.)

Assurément un des plus beaux choeurs du monde : la façon dont il exploite glorieusement une acoustique difficile où le son se perd et se mélange est particulièrement impressionnante.

Superbe programme tout en finnois, avec notamment Madetoja et Kuula (Sibelius aussi, inévitablement).

La scène était astucieusement placée très en hauteur, au niveau de l'entrée du musée, si bien que les chanteurs sont visibles de partout sans difficulté.

En revanche, l'impudence du public est assez hallucinante : on pose sa tête ou son sac contre les statues, on quitte la salle pendant les saluts et sans applaudir (pour peu ou prou la moitié des présents !)...

58. Le samedi 23 juin 2012 à , par Ugolino le profond

"Un peu de mollesse pour cette première (et un son très "international" / anonyme), mais les musiciens en petit comité du Philharmonique de Radio-France ne sont pas aussi perdus qu'on aurait pu le craindre."

Elle est quand même un peu exagérée, cette phrase. Pourquoi auraient-ils été perdus ? Si tu parles de leur manque de pratique de l'opéra, c'est de très loin l'orchestre français le plus crédible dans Wagner, y compris sur la durée, alors ça va, ils sont capables de jouer un opéra de Bizet en entier...
Quant à la mollesse... j'ai trouvé la générale plus engagée que tout ce que j'ai entendu à l'OP depuis des années (surtout sous les abominables directions de Jordan), au moins dans les actes 2 et 3.

Question : le court solo de hautbois était joué de quel endroit de la salle ?

59. Le samedi 23 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Salut,

Pour éviter de surcharger le fil de la saison, je te réponds sous la notule consacrée à cette représentation.

60. Le dimanche 24 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Matinée 42 : Mademoiselle Julie au Théâtre de l'Odéon

(Dimanche 24 juin 2012.)

Commentaire ici.

61. Le mercredi 27 juin 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 43 : Les Pêcheurs de Perles à Favart (II)

(Mardi 26 juin 2012.)

Impressions assez différentes pour la dernière.

62. Le samedi 7 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 44 : Yann Beuron au Musée d'Orsay

(Jeudi 28 juin 2012.)

Programme Fauré-Ravel-Satie, avec Elsa Lambert. Commentaire (un peu perplexe) ici.

63. Le samedi 7 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 45 : Octuors et nonettes français (très) rares à l'église luthérienne Saint-Marcel

(Samedi 30 juin 2012.)

Introduction au concert et bref compte-rendu ici.

64. Le samedi 7 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 46 : La Fille mal gardée à Garnier

(Jeudi 5 juillet 2012.)

Complètement jubilatoire. Un mot ici.

65. Le dimanche 15 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 47 : Arabella à Bastille, bis

(Mardi 10 juillet 2012.)

Après la première, la dernière. Chanteurs un peu plus fatigués mais toujours très bons, et orchestre tout à fait transfiguré. Un peu plus de détails ici.

66. Le dimanche 15 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 48 : L'Amour des Trois Oranges à Bastille

(Vendredi 13 juillet 2012.)

Mise en scène de Gilbert Deflo proche de la lettre, mais qui exploite à son maximum les fantaisies du livret ; direction limpide d'Altinoglu, avec un orchestre ici aussi au sommet pour cette dernière.

Vocalement un peu plus inégal, mais globalement très tenu, avec le plaisir d'entendre pour la première fois Charles Workman en chair et en os, aussi bizarre en vrai qu'en retransmission, avec sa voix claire, engorgée (d'où les limites de l'aigu) et très bien projetée...

En revanche, je reste toujours très extérieur à cet opéra, à part peut-être dans le troisième quart ; la scène n'y a pas changé grand'chose. Mais interprété avec autant de brio, le temps ne paraît pas long.

67. Le vendredi 3 août 2012 à , par DavidLeMarrec

Soirée 48 : Raquel Camarinha à l'Hôtel de Soubise

(Mardi 24 juillet 2012.)

Un mot sur le programme et la soirée ici.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(8/12/2011)

Chapitres

Calendrier

« août 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031