Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Violon, violoncelle et clavecin chez Leclair, Guignon, Forqueray et Geminiani - P. Cohën-Akenine, F. Poly, B. Martin


Programme consacré à la musique instrumentale franco-italienne de la première moitié du XVIIIe siècle. Très intéressant, il permettait de mettre en regard plusieurs écritures. D'abord celle des rivaux Guignon (Ghuignone) et Leclair, les deux de formation italienne. Leur italianisme s'entend de façon très différente. Chez Guignon, le style virtuose évoque plutôt le naturel Vivaldi et son badinage, tandis que les lignes mélodiques beaucoup plus accidentées et les expérimentations harmoniques de Leclair (surtout dans son IIIe Livre de 1733) évoquent l'italianisme au sens savant du terme, tel qu'on l'employait en France pour caractériser les influences ultramontaines.

En regard de ces sonates pour violon et basse continue, les pièces pour clavecin solo de Forqueray qui évoquent ces deux musiciens.

A l'ensemble s'ajoutait une Sonate pour violoncelle et basse continue de Geminiani (Op.5, 1746), la pièce la généreuse mélodiquement et la plus aboutie sur le plan de la poussée permanente du discours musical.

L'intérêt de la soirée était aussi, et peut-être avant tout, d'entendre les meilleurs interprètes possibles servir cette musique :

  • Patrick Cohën-Akenine au violon, d'un son toujours chaleureux et d'un phrasé raffiné, qui contrairement à beaucoup de confrères sur boyaux ne détimbre jamais dans les parties vives, où le grain sonore et la puissance conservent la même qualité.
  • François Poly, sur violoncelle à cinq cordes, remarquablement éloquent dans des parties pas toujours immédiatement valorisantes, ou très périlleuses comme la Sonate de Geminiani ou la chaconne finale de la Quatrième Sonate du Troisième Livre de Leclair (où le compositeur dédouble les parties de basse monodique et de clavecin à réaliser).
  • Béatrice Martin au clavecin. Déjà auréolée du titre de meilleure continuiste d'opéra de tous les temps, elle se révèle tout aussi inspirée ici. Capable de réaliser des contrepoints entiers (Allegro de la Septième Sonate du Troisième Livre de Leclair) comme de se contenter de simples harmonisations discrètes, elle se fond toujours avec la plus grande finesse dans le caractère des pièces. Et plus étonnant encore, dans les pièces solo, elle fait valoir une netteté d'articulation qui la place aussi parmi les meilleurs clavecinistes concertistes.
    • Au passage, le clavecin qu'elle utilise est une pure splendeur, idéal équilibre entre richesse sonore et clarté des plans, avec graves très profonds et aigus sans stridence. J'avais souvent lu que les réalisations de Marc Ducornet étaient survéaluées - c'est peut-être vrai pour l'entrée ou le milieu de gamme, mais certainement pas pour le sommet du catalogue manifestement : rarement entendu un aussi bel instrument.


Seule réserve, la souplesse du tempo, en particuler chez Leclair, qui amoindrit l'impact de la danse dans ces pièces, les rend plus abstraites - mais ce traitement est tout à fait habituel dans les différentes interprétations de ces oeuvres.

La chapelle du Lycée Henri IV n'était pas très pleine, je ne suis pas certain que le , mais le public, apparemment averti à en juger par les conversations entendues, très chaleureux. On peut espérer un peu plus de remplissage pour les éditions suivantes, en conséquence.

Considérant qu'on devait à l'origine entendre Elizabeth Wallfisch dans un programme instrumental comparable, on ne peut qu'être impressionné par la capacité à remplacer un concert annulé par un concert bien meilleur.

--

Pour davantage de précisions sur la perception et l'usage de l'italianisme dans la France baroque, voir ici.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2139

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(19/5/2006)

Chapitres

Calendrier

« novembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930