Carnets sur sol

   Nouveautés disco & autres écoutes | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


mardi 23 novembre 2021

Agenda de fin d'année (bis)


Déjà mis à jour dimanche, mais j'ai pris le temps aujourd'hui de reporter toutes les dates du tableau + du nouvel agenda : l'agenda au format texte est désormais complet jusqu'au 16 janvier, plus besoin pour vous de jongler !

Il est moins joli, mais au moins il est possible de le maintenir à jour régulièrement !

Il reste disponible dans le lien en haut à gauche de toutes les pages du site.
http://carnetsol.fr/agendacss.txt

dimanche 21 novembre 2021

Agenda de fin d'année


Rapide mise à jour de l'agenda. Il est désormais disponible dans le lien en haut à gauche de toutes les pages du site, qui a été mis à jour.
http://carnetsol.fr/agendacss.txt

samedi 23 octobre 2021

Le nouvel agenda des concerts, plus rapide, plus complet… moins beau – (et aussi : pourquoi les salles sont-elles vides ?)


A. Le grand retour de l'agenda des concerts

    Après plusieurs rencontres coup sur coup au concert, ces dernières semaines, où mes voisins me confient « vous savez, je suis venu parce qu'il était mentionné sur un super agenda que j'ai trouvé en ligne, je peux vous donner le nom si vous voulez, CARNETS SUR SOL », je me sens quelque peu obligé de reprendre du service sur l'agenda de Carnets sur sol (CARNETS SUR SOL, si vous préférez).



B. Le besoin capital d'un agile agenda

    Je rencontre une difficulté pratique, figurez-vous : les meilleurs concerts, les petites mignardises extrêmement rares (le Quatuor scientifique de Rejcha, l'intégrale des trios et quatuors en quarts de tons de Wyschnegradsky, Le roi Pausole d'Honegger, Ropartz & Langlais à l'orgue, Fugue de Barber & Chaconne de Gubaidula, rien que cette semaine !) sont annoncées tardivement (une à deux semaines avant échéance), ou relevées tardivement de ma part (il n'y a pas de d'urgence de réservation).

    Aussi, quand je publie l'agenda de Carnets sur sol, vous n'avez finalement que le repérage général des grandes salles, et pas tous les petits concerts gratuits / au chapeau qui proposent en général les expériences musicales les plus intenses – être au premier rang d'un concert de quatuor, de mélodie ou même d'opéra avec des moyens de fortune n'a rien à voir avec le fait d'entendre les vedettes au fond de Bastille – ou même dans les bonnes places de la Philharmonie.
    C'est aussi un service important, à mon sens, à rendre aux bourses étroites (tout le monde n'est pas Roberto Alagna) ou à ceux qui ne peuvent pas immobiliser leurs dates trop longtemps à l'avance. Des concerts en libre accès, peu onéreux, et où l'expérience physique est immédiate et intense grâce à la proximité avec les musiciens, voilà qui n'a pas d'équivalent dans les grandes salles.

    Évidemment, si tout ce que vous désirez tient dans l'opéra décadent du XXe siècle avec grand orchestre, ne vous fatiguez pas à ouvrir l'agenda, seules deux maisons ont les moyens d'en programmer. Pour à peu près toutes les autres configurations, y compris l'opéra décadent du XXe siècle mis en scène mais arrangé pour petit ensemble, ou l'opéra mis en scène avec orchestre mais du XIXe, (etc.), vous trouverez de quoi vous égayer dans cette liste.




TCE bernheim    TCE bernheim
Le remplissage problématique du Théâtre des Champs-Élysées le 30 septembre, deux heures avant le récital Bernheim.
(explications infra)



C. Nouveau format

    Pour y remédier – et parvenir à écluser les 70 institutions de ma liste « usuelle » –, j'ai résolu de reprendre les fichiers au format texte.
    Non pas que la raison vous passionne, mais si elle pique votre curiosité :
¶ possibilité de remplir le tableau en mobilité, ou à l'instant où j'aperçois un concert sur mes radars ; pas besoin d'attendre d'être devant un clavier physique et une interface PC pour pouvoir entrer les données ;
beaucoup plus rapide (j'ai rempli 20 salles en quelques heures, là où d'ordinaire j'en fais 2 à 4…).

    Le résultat est assurément moins joli, mais ne me paraît pas moins lisible, me permet quelques petites précisions supplémentaire, et surtout me permet de remplir la liste en temps réel. Sa publication et son partage, également, sont plus aisés. Si bien que je pourrai, une ou deux fois par semaine, la mettre à jour de mes dernières trouvailles. Vous y gagnerez assurément.

    La voici donc, pour l'instant sur un lien simple à télécharger : http://piloris.free.fr/agendacss.txt .

    Comme je n'ai reporté que les principales dates (celles où je pourrais aller), je vous laisse également la version tableau, les deux se complètent. (Elle a été mise à jour récemment et contient beaucoup de nouveautés.)
Format ODS (Open / Libre Office)
Format XLS (Excel)

    Je commence à avoir bien exploré l'offre des différentes sources jusqu'à début janvier – le reste viendra ensuite. La fin du monde semblant toujours au coin de la rue, je ne me hâte pas trop.



D. Légende

    La signalétique reste la même que d'ordinaire :

*** capital, immanquable
** œuvre rare (et passionnante) et/ou interprétation qui fera date
* très intéressant
¤ je n'ai pas prévu d'y aller (pas assez rare / trop cher / j'aime pas les interprètes, etc.)

Les lignes débutent soit par l'horaire, soit par un tiret, afin que vous les repériez mieux. Le format texte rend l'ensemble moins immédiat qu'un tableau, mais si vous regardez simplement les jours dont vous avez besoin, ce sera même plus pratique !



E. Les sources

    Comme je relève, dans l'immensité de l'offre, essentiellement ce qui me plaît pour moi-même, je vous fournis aussi la liste de salles dont je fais en général le tour (je ne puis le faire pour toutes à chaque fois !) avant de publier l'agenda.

Institutions lyriques :
Opéra de Paris, Opéra-Comique, Châtelet, Athénée, Opéra Royal de Versailles, Massy

Institutions symphoniques :
Philharmonie, Maison de la Radio, Théâtre des Champs-Élysées, Seine Musicale, Gaveau, Invalides, Colonne, Wagram

Institutions chambristes :
Cortot, Fondation Singher-Polignac, Auditorium du Louvre, Musée d'Orsay, La Scala Paris, Espace Bernanos, Espace Ararat (fermé pour 4 ans), Bal Blomet, Guimet (Les Pianissimes)

Conservatoires :
CNSM, CRR de Paris, PSPBB, CRR de Versailles, CRR de Cergy, Conservatoires du XVIIIe, de Choisy-le-Roi, Pantin, Saint-Maur…

Salles qui programment quelques opéras :
Bouffes du Nord, Marigny, BNF, Déjazet, Herblay, Saint-Quentin-en-Yvelines

Théâtres qui programment un peu de musique :
Théâtre Grévin, La Ferme du Buisson (Noisiel), Le Figuier Blanc (Argenteuil)

Festivals (hors été) :
Philippe Maillard, Festival Marin Marais, Jeunes Talents (Archives Nationales principalement), Concerts de la rue Bayard (fini), Forum Voix Étouffées, Les Concerts de Poche, Inventio, Les Pianissimes (Guimet principalement), Baroque de Pontoise, Royaumont, ProQuartet (Paris & 77)

Églises :
Église Américaine de Paris (chambre & vocal, souvent rare), The Scots Kirk (chambre rare, fini), Saint-Merry (symphonique, chambre, musiques du monde…), La Madeleine (concerts sacrés), Billettes, Val-de-Grâce (concerts thématiques « patriotiques »)

Orgues :
Oratoire du Louvre (avec écran !), Saint-Eustache, La Trinité, Saint-Louis de la Pitié-Salpêtrière, Temple de l'Étoile, Saint-Pierre-de-Montmartre, Saint-Gervais-Saint-Protais, La Madeleine, Saint-Sulpice, Saint-Roch, Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts, Chapelle Royale de Versailles, Houdan, Brunoy, Mantes-la-Jolie, Orgue-en-France.org

Compagnies :
La Compagnie de L'Oiseleur, Les Frivolités Parisiennes, Orchestre de Chambre de Paris, Il Festino, Ensemble Poséidon, Faenza, Les Épopées, l'Orchestre d'Éric van Lauwe, Les Talens Lyriques, La Chanson Perpétuelle, Les Monts du Reuil, Ensemble Athénaïs…

Artistes :
Dagmar Šašková, Jean-Sébastien Bou, Marc Mauillon, Gérard Théruel, Claire-Élie Tenet, Sahy Ratianarinaivo, Kaëlig Boché, Trio Zeliha, Trio Zadig, Trio Sora, Cuarteto Quiroga, Quatuor Tchalik, Quatuor Akilone, Quatuor Hanson, Quatuor Arod, Le Consort, Patrick Cohën-Akenine, Sophie de Bardonnèche, Héloïse Luzzati, Gary Hoffman, Célia Oneto-Bensaid…

Autres styles :
La Huchette (comédie musicale), Sunside (jazz), Duc des Lombards (jazz), Quai Branly (musiques du monde)

Théâtre :
Comédie-Française, Odéon, Colline, Montansier, Gérard Philippe (Saint-Denis), Les Amandiers, L'Usine, L'Apostrophe

Auteurs :
Ibsen, Maeterlinck

Ballet :
Théâtre de la Ville, Chaillot

Sources transversales complémentaires :
Cadences.fr, Offi.fr, France-Orgue.fr


    (Rien qu'écrire la liste prend une heure… d'où la nécessité pour moi d'alléger le processus et de n'effectuer qu'un relevé sur un format rapide, du moins si vous voulez en profiter un peu en amont.)



F. Le mystère du remplissage

    Puisque je tiens ici captive audience, je pose la grande question : où sont les hommes ?  Les salles sont très vides depuis la grande Fin du Monde, entre nouvelles habitudes prises pendant les interruptions du spectacle vivant, peur de la contamination, lassitude de l'inconfort du masque, refus de principe de la vaccination ou de la présentation de son certificat (et, disent les mauvaises langues, la mort d'une grande partie du public fortuné de la musique classique)… Néanmoins, même en additionnant tout cela, je ne parviens pas tout à fait à appréhender l'ampleur du phénomène : le compte n'y est pas. Peut-être que ces frustrations accumulées n'ont pas tout à fait rebuté le public habituel mais simplement espacé ses pulsions d'achat… Si au lieu de faire deux dates dans l'année, on n'en fait qu'une, le résultat cumulé peut être significatif.

    L'Opéra de Paris a même donné des places de première catégorie à ses abonnés pour remplir un tube de Donizetti (L'Elisir d'amore, dans une production tradi mais mobile aimée d'à peu près tout le monde)… Eux qui sont la seule maison de France à ne même pas donner de tarif abonné à leurs abonnés. Eux qui jouent d'ordinaire à guichet fermé quelle que soit la qualité du spectacle.

    Chose certaine, les organisateurs le disent tous : les salles se remplissent au dernier moment – ce qui constitue un grand stress pour eux. On comprend bien ce qui pousse le public à ne pas surinvestir l'avenir et à ne pas exagérer ses espoirs, après tant de déconvenues. Par ailleurs, cercle vicieux : comme ce n'est pas plein, il n'y a pas d'enjeu à réserver tôt.
    (J'avoue participer à ce phénomène, mais ce n'est pas ma fauuuuute, j'attends comme précisé supra l'apparition d'éventuelles merveilles rares à déguster qui apparaissent au dernier moment et dans les meilleures conditions possibles.)

    Mais ce qui m'a le plus frappé, et qui a peu été souligné, c'est l'opposition radicale entre les spectacles pleins et les spectacles vides. D'ordinaire, toutes les soirées parisiennes sont un minimum remplies. Ici, malgré la crise, les soirées courues sont vraiment vendues à 100% (à Radio-France, pour le Palais Hanté de Schmitt… ! – enfin, probablement plutôt pour le Concerto pour violon de Tchaïkovski), et celles qui ne trouvent pas le public se trouvent véritablement désertes. (Il y a quelquefois plus de monde sur scène que dans la salle…)

    Parmi les maisons qui continuent de bien remplir, l'Opéra-Comique, la Philharmonie. Pour celles qui sont en difficulté, l'Opéra de Paris et le Théâtre des Champs-Élysées, nettement en-dessous de leur étiage habituel. Et il y a même quelques catastrophes industrielles – au Châtelet, entre la fermeture d'un an et demi pour travaux et le changement partiel de l'identité de la programmation avec la nouvelle direction, il n'y a pas le même public fidèle, et c'est assez spectaculairement désert – même pour Man of La Mancha !
    J'ai été surpris de constater que Philippe Maillard faisait salle comble (l'Oratoire du Louvre, ce n'est pas petit !) pour des motets français inédits, ou mieux encore, le Palais-Royal (Saint-Germain-des-Prés rempli !) pour des motets italiens très polyphoniques et très rares. Sans aucune vedette.
    En revanche, concerts plus occasionnels, d'endroits ou d'ensembles qui n'ont pas de public régulier, c'est le vide intersidéral, il n'y a personne.

    Je suppose que c'est aujourd'hui que se paie la politique de fidélisation du public. Day of reckoning.




    Je vous laisse parcourir ce nouvel agenda. N'hésitez pas à communiquer vos remarques sur sa forme – en conservant à l'esprit que je ne pourrai pas forcément faire à la fois complet, régulièrement mis à jour et beau ! – ou vos propres trouvailles.
    Puissiez-vous y trouver quelques idées de sorties (ou d'écoutes, Le roi Pausole par Venzago ou le Quintette piano-cordes d'Arenski par le Trio Rachmninov de Moscou, c'est quelque chose !) avant que n'advienne la grande Fin du Temps – vu que nous avons déjà passé la petite Fin du Monde.

    Je serai quelque jour sans pouvoir publier ni répondre vos commentaires. Ne me maudissez pas, et surtout, nymphe, dans tes oraisons souviens-toi de tous mes péchés.

mardi 31 août 2021

Le grand agenda de septembre


http://operacritiques.free.fr/css/images/agenda_css_septembre_2021.png

Le 1er septembre est dans un quart d'heure.

Aussi, voici relevé l'agenda des concerts de Carnets sur sol

Les concerts franciliens continuent de proposer une débauche de richesses et de ménager grand nombre de nouveautés et surprises… Les voici présentées (jusqu'au 31 décembre, mais les relevés sont complets environ jusqu'à mi-octobre) dans un fort joli tableau qui prendra peut-être, si vous n'y prenez garde, le contrôle de votre vie de mélomane…

Format ODS (Open / Libre Office)
Format XLS (Excel)

Institutions consultées : Opéra de Paris, Philharmonie, Opéra-Comique, Théâtre des Champs-Élysées, Châtelet, Seine Musicale, Cortot, Gaveau, Conservatoire Supérieur de Paris, Saint-Quentin-en-Yvelines, Herblay, Opéra de Massy, Comédie-Française, Odéon, Festival de Pontoise, Bouffes du Nord, Théâtre de la Ville, Théâtre Montansier, Opéra Royal de Versailles, Frivolités Parisiennes, Invalides, Musée d'Orsay, Musée du Louvre, Salle Wagram, La Scala Paris, Royaumont, Saint-Gervais, La Trinité, Philippe Maillard, Festival Marin Marais, Ensemble Exit, Le Consort, Les Talens Lyriques et quelques autres…

Écoutons, chantons et dansons tandis que la Fin du Monde continue de findumonder !

jeudi 13 mai 2021

Exclusivité : saison lyrique 2021-2022 du Théâtre des Champs-Élysées


http://operacritiques.free.fr/css/images/tce_haut.jpg

Pour tous les optimistes qui y croient (ou les junkies qui sont ouverts à toutes les propositions), le Théâtre des Champs-Élysées a commencé envoyer ses brochures, une semaine avant l'annonce de la saison.

Le boss de l'excellent et incontournable forum Classik l'a entre les mains et livre la liste des titres et quelques détails très engageants.

→ Monteverdi, Il Ritorno d'Ulisse in Patria
→ Marais, Bacchus & Ariane (enfin !)
→ Haendel, Radamisto
→ Haendel, Giulio Cesare (scénique)
→ Haendel, Theodora
→ Vivaldi, L'Olimpiade
→ Mozart, Così fan tutte (scénique, Pelly).
→ Spontini, La Vestale
→ Donizetti, L'Elisir d'amore
→ Donizetti, Anna Bolena (lol)
→ Verdi, Rigoletto (scénique jeune public)
→ Wagner, Das Rheingold (Rotterdam)
→ Offenbach, La Vie parisienne (scénique)
→ Franck, Hulda
→ Tchaïkovski, Eugène Onéguine (scénique, Braunschweig)
→ Massenet, Manon
→ Massenet, Thaïs
→ Debussy, Pelléas & Mélisande (scénique, Ruf)
→ Janáček, La petite Renarde rusée

Et quelques compléments :

¶ Charpentier, Te Deum
¶ Bach, Passion selon saint Jean
¶ Haendel, The Messiah
¶ Pergolesi, Stabat Mater
¶ Verdi, Requiem
¶ Dvořák, Stabat Mater
¶ Fauré, Requiem
¶ Puccini, Messa di Gloria


Quelques précisions

Oui, Janáček est l'opéra le plus tardif de la saison apparemment. (Il faut dire que cette année, la création nous est passée sous le nez durant le printemps…)

Les distributions dont on dispose sont assez affolantes.

Così avec Santoni, Arquez, Aglatova (la Susanna de la dernière fois), Dubois, Sempey, Naouri. Sur instruments anciens, avec Le Concert d'Astrée et Haïm. Étonnant de ne pas avoir bouclé le cycle avec Rhorer, que j'avais trouvé absolument renversant, mais je serai ravi d'entendre Haïm également.

Rheingold : Nézet-Séguin vient avec Rotterdam, pour un concert qui réunit quelques-uns des meilleurs titulaires actuels : Karg (Freia), Cargill (Fricka), Graves (Erda), Siegel (Loge), Samuel Youn (Alberich), Volle (Wotan), Milling (Fasolt), Mikhaïl Petrenko (Fafner)… !

Onéguine qui semble avoir été distribué pour moi : Santoni, Kolosova, Borras, Bou… et même Delunsch en prime (qui fait toutes les scènes depuis longtemps en Larina… mais il y a de dix ans que je n'ai pas entendu sa voix !). Ils auraient presque pu prendre une traduction française vu la distribution (Kolosova a souvent invitée au TCE, à Bastille, et dans les salles de concert Philharmonie et / ou Radio-France, elle parle peut-être bien français), Michel Delines a peut-être fait cette traduction – son Boris et sa Dame de Pique sont remarquables.
Quoi qu'il en soit, extrêmement prometteur, a fortiori avec Canellakis qui avait fait de superbes Danses symphoniques de Rachmaninov avec l'Orchestre de Paris, et avec le National de France qui m'avait ébloui dans la Première de Tchaïkovski il y a quelques années – certes, c'était avant le passage à vide de l'ère Krivine, avant le renouvellement récent des premières chaises et il y avait Gardiner aux manettes !
Très intéressé aussi par la proposition de Braunschweig, qu'on peut pronostiquer davantage sensible aux idées de pression sociale, de tension infra-verbale qu'à la couleur locale ou à la subversion gratuite.

Pelléas avec Petibon, Barbeyrac, Keenlyside, reprise de l'excellente mise en scène de Ruf. Et en prime avec Les Siècles et Roth, qui ont vraiment apporté un éclairage totalement neuf, à la fois chaleureusement coloré et très cru (ces accords de cordes peu vibrés dans les ponctuations, lumineux et glaçants !), lors de leur récente production lilloise diffusée en ligne (et probablement toujours disponible.

Bacchus & Ariane de Marais, le CRR de Paris l'a donné en vidéo il y a quelques semaines (et, hélas, en prononciation restituée avec des résultats peu probants), ravi de pouvoir enfin voir en vrai le seul opéra de Marais qui restait à remettre à l'honneur (après Alcide à Versailles et Sémélé en tournée et au disque). Souvent annoncé, souvent déprogrammé, c'était devenu un serpent de mer – que nous serons fort aise, nous les LULLYstes, de pouvoir attraper !

Quant à Hulda, pour en avoir joué quelques pages par curiosité il y a quelques années, je n'ai pas conservé le souvenir d'une œuvre particulièrement audacieuse, mais au contraire, comme le Stradella du même Franck, marqué par l'influence italienne, certes moins uniment mélodique que ses confrères, mais amoindrissant ses tendances au chromatisme pour se couler dans l'esprit d'un langage opéra un peu plus « standard ». Je n'ai pas assez insisté pour déterminer s'il s'agit d'une œuvre mineure ou si de réelles fulgurances s'en dégagent. J'en serai donc.

Je vous recommande chaleureusement, également, la Messa di Gloria de Puccini, qui met essentiellement en valeur le chœur (les solistes chantent très très peau) et culmine dans ce Gloria de vingt minutes assez jubilatoire. Écriture chorale assez massive, mais l'orchestration, les doublures, les harmonies sont vraiment typiquement pucciniennes, avec un dépouillement dont nous sommes peu accoutumés. Un bijou qu'il faudra aller entendre, je vous assure.



Très varié, intriguant et assez exaltant, pour les premiers échos, donc !

Vous pouvez suivre en temps réel les nouvelles informations données par Xavier sur Classik.

Sans réel rapport, mais pour votre propre bien, je vous signale également la parution d'une liste à peu près exhaustive des expositions de France qui réouvrent dès le 19 mai, due à Guillaume Giraudon – qui l'a agencée sous forme d'un PDF très commode.

(À très bientôt pour quelques considérations un peu plus pérennes que le mois prochains, mais avec tout ce que vous avez enduré, vous méritiez de savoir, n'est-ce pas ?)

David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Calendrier

« novembre 2021
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930