Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[concert] Romances Louis XVI à l'Archipel : Isabelle Desrochers et Pierre Trocellier


Il aurait peut-être fallu prêter plus ample attention au titre, que les lutins avaient pu croire uniquement promotionnel :

Musique au temps de Marie-Antoinette

Car il ne s'agissait pas d'une simple coquetterie, mais bien du sens de tout le programme.




--

1. Programme

Jeudi 1er octobre 2009 à L'Archipel (20h30-21h45)

Duphly : La Pothouin (clavecin). Comme souvent chez Duphly, on reconnaît d'où vient "l'inspiration". Ici, les doubles rappellent furieusement ceux de la Gavotte de la Suite en la de Rameau. Très belle musique au demeurant.
Marie-Antoinette : C'est mon ami
(François) Couperin : Musette (clavecin)
Hinner : Aurore renaissante (le professeur de harpe de Marie-Antoinette, mais moins bon compositeur qu'elle)
Francoeur : Loin de vos coeurs (Francoeur était considéré comme le spécialiste des airs tendres dans son duo avec François Rebel)
Dandrieu : Muette (clavecin)
Exaudet : Cet étang qui s'étend
Pergolèse : Que ne suis-je la fougère
Rameau : La Livri, rondeau (clavecin)
Garat : Le souvenir
Garat : Il était là
Gounod : O ma belle rebelle
Pancrace Royer : La Sensible (clavecin)
Monsigny : O ma tendre musette
Dauvergne : Sicilienne
Martini : Plaisir d'amour

Isabelle Desrochers, soprano
Pierre Trocellier, clavecin

--

2. Interprètes

On commence par l'exécution. Isabelle Desrochers se montre exemplaire à son habitude : délicate, sobre, elle allège au maximum sa voix pour éviter de saturer la toute petite salle avec des moyens d'opéra. Pierre Trocellier nous a moins séduit - indépendamment de petites erreurs çà et là, l'invention des phrasés a pu paraître limitée à une inégalité un peu systématique, qui ménageait relativement peu de surprises. Un sentiment en tout cas, mais il faut bien dire que le répertoire était en lui-même périlleux, non pas techniquement, mais pour le styliste et l'interprète.

--

3. Principe

Le concert partait en réalité d'un concept qui nous aurait sans doute, si nous l'avions sçeü [1], tenus écartés, mon compère korriganisant et moi-même, de l'Archipel ce soir-là.

Il s'agissait en effet de produire une série de romances, toutes sur le même patron strictement strophique, toutes sur le même thème de l'élégie palote (pour ne pas dire blafarde), par des compositeurs très divers, mais à chaque fois considérés sous ce même angle. Le clavecin, lui, alignait imperturbablement les musettes des meilleurs compositeurs du temps (mais quel besoin d'aller réveiller anachroniquement Couperin pour une Musette ?).

Sur l'heure et quart de concert sans entracte, qui est un point fort de l'Archipel, un sentiment de lassitude naît assez vite : la musique très nue, voire délibérément banale, ajoutée aux textes stéréotypés et faibles sur l'amour pastoral déçu, mais sans la moindre profondeur psychologique ni le moindre effet verbal, finissait par paraître tirée du même robinet insipide.

Non pas que je n'aime pas la musique Louis XVI (en dépit de son classicisme parfois inoffensif), ni même les bluettes de salon, mais aligner pendant plus d'une heure une seule couleur à la fois musicale, stylistique et poétique, qui plus est dans un genre pas très riche ni surprenant, c'était assurément risquer l'indigestion. Oh, sympathique indigestion au demeurant, rien qui ne fatigue pour le reste de la soirée, assurément.

Mais introduire des airs d'opéras, même galants, ou bien des romances sur un autre sujet, un peu de clavecin plus mélancolique ou plus brillant, cela aurait indubitablement assuré une moins grande uniformité à la soirée.

--

4. Reliefs

Dans le programme lui-même, se distinguent essentiellement, sans surprise, François Francoeur, Antoine Dauvergne et Pierre-Alexandre Monsigny, connus pour leurs ouvrages lyriques scéniques de belle facture (Pyrame et Thisbé, Les Troqueurs, Le Déserteur...).

Le seul texte contenant un minimum de saveur était celui employé par Favart sur l'air du "menuet d'Exaudet", le fameux Cet étang / Qui s'étend :

Cet étang,
Qui s'étend
Dans la plaine,
Répète, au sein de ses eaux,
Ces verdoyants ormeaux,
Où le pampre s'enchaîne.
Un ciel pur,
Un azur
Sans nuages
Vivement s'y réfléchit,
Le tableau s'enrichit
D'images.

Mais tandis que l'on admire
Cette onde où le ciel se mire,
Un zéphir
Vient ternir
Sa surface :

D'un souffle il confond les traits ;
L'éclat de tant d'objets
S'efface.

Un désir,
Un soupir,
O ma fille !

Peut ainsi troubler un cœur
Où règne le bonheur,
Où la sagesse brille :
Le repos,
Sur les eaux,

Peut renaître ;
Mais il s'enfuit sans retour
Dans un cœur dont l'amour
Est maître.

[J'ai conservé l'agencement de la citation de Castil-Blaze.]

Tout simplement, les mètres brefs et accidentés produisent quelque chose d'un peu plus imprévu et remarquable que le tout-venant. Il s'agit en réalité d'une parodie d'air galant, présentée dès 1769 par Charles Simon Favart à Fontainebleau devant le roi dans La Rosière de Salenci (ou Salency, comédie en trois actes mêlée d'ariettes de Blaise, Philidor, Monsigny et Duni).

Côté instrumental, Rameau ne peine à pas à soutenir plus l'intérêt que les autres. Pergolèse, lui, montre des teintes légèrement différentes, plus mélancoliques, une harmonie plus saillante (pas forcément plus raffinée). L'oeuvre de Marie-Antoinette paraît elle-même pas du tout inférieure aux autres gentilleries du programme : une jolie mélodie strophique, un peu longue peut-être par rapport à ce que font les vrais compositeurs, qui se répète agréablement à l'infini sur un texte insipide.

Le programme se concluait immanquablement par Plaisir d'amour de Martini, qui ne vaut ni plus ni moins que le reste, avec pour seule vertu que ne comportant que deux strophes et animé par un petit refrain, la concision lui procure presque quelque relief. Peut-être aussi est-ce le vers L'eau coule encore, elle a changé pourtant, la seule trouvaille poétique du texte [2] et l'une des rares du concert, qui l'ont rendu plus intéressant qu'à l'habitude.

Le concert s'achevait par un bis impromptu très à propos : Yesterday de McCartney, avec un accompagnement baroquisant délicieusement ornementé au clavecin. Une pièce simple (quoique harmoniquement la plus osée du concert...), dont la thématique reprenait tout en la mettant en distance (Yesterday - love was such an easy game to play) celle du concert.

--

5. Dispositif

La vidéo de vacances qui accompagnait le spectacle (en boucle, la fin de la soirée a revu passer le début du film) était conçue comme un contrepoint pertinent à l'esprit des pièces jouées : dans Trianon, on contemple des gens ordinaires, les animaux, le tout avec une simplicité sans fard, une naïve admiration. Peut-être aussi espérait-on rendre l'ensemble moins monotone.

En fin de compte, après avoir distrait un peu l'attention auditive au début du concert, la vidéo finit par ne plus du tout suffire à divertir l'esprit de ces schémas harmoniques et poétiques totalement clos et assez asséchés. On peut aussi s'interroger sur la qualité du parallèle : on ne regarde pas une vie simple idéalisée, mais des touristes qui vivent dans une société d'abondance dont ils se croient prisonniers et cherchent à se divertir en allant contempler les demeures des anciens rois.

--

En fin de compte, donc, une soirée avec beaucoup de raretés, très bien interprétée et donc tout à fait intéressante. Mais il s'agissait plus, au bout du compte, d'une soirée documentaire sur la romance chantée et la musette instrumentale des salons de Marie-Antoinette que d'un concert Louis XVI qu'on aurait du plaisir à écouter en tant que tel.
De quoi nourrir la réflexion, mais pas vraiment un délice de spectateur - du moins pour les représentants lutinisés qui étaient présents.

Notes

[1] Non, ce concert n'était pas en prononciation restituée 1490...

[2] Il faut tout de même préciser qu'il ne s'agit que d'un extrait de roman, et pas d'une publication poétique qui se prétendrait digne de valeur isolée. Dans la Célestine de Jean Pierre Claris de Florian, on nous introduit en effet la romance comme exprimée au moyen d'une flûte champêtre par une voix douce, mais sans culture. Sa candeur presque niaise est donc tout à fait désirée et compréhensible dans ce contexte qui n'entend pas faire oeuvre de création hautement raffinée. Jean Paul Egide Martini, musicien autrichien (il s'appelait en réalité Schwarzendorf) attaché à Stanisław Leszczyński, a ensuite fait le choix de l'isoler pour la mettre en musique.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1373

Commentaires

1. Le samedi 3 octobre 2009 à , par Algernon

Mais Gounod, qu'allait-il faire dans cette bergerie ?

2. Le samedi 3 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah, ne me parlez plus de moutons, en contempler au cinéma pendant une heure entière est un supplice dont on n'a pas idée.

C'est que O ma belle rebelle est un pastiche de romance galante, accompagné d'arpèges (que Pierre Trocellier faisait joliment inégaux). Même si le texte de Baïf n'appartient pas du tout au même univers, on peut effectivement trouver un côté dépouillé vaguement Louis XVI à la musique (en fait, ça fait plus penser à d'autres pastiches, comme on en trouve chez Fauré et bien sûr Hahn).

3. Le dimanche 4 octobre 2009 à , par Morloch-Nhofsz del 凡志

Une jolie soirée, la découverte d'une salle avec une démarche qui mérite d'être encouragée, une chanteuse inspirée, en style et attentive à sa diction, une belle voix dimensionnée avec subtilité pour l'atmosphère intimiste et un répertoire peu joué. Que demander de plus ?
Oui, c'était un brin monotone et j'aurais apprécié une pause pour souffler, ou alors c'est que j'ai la capacité de concentration d'un hamster nain parce que je crois bien avoir décroché vers les 2/3 du concert pour raccrocher à la fin, et avoir eu l'impression de ne pas avoir décroché tant tout était dans la continuité.

Autre bon point : on y croise, dans cet Archipel, de terribles lutins girondo-gonessiens avec lesquels il est agréable de deviser sur les moutons et les oies du Trianon en boucle.

En ce qui me concerne, je crois que je garderai un très bon souvenir de cette soirée.


A noter le prochain concert de piano sur " Les romantiques oubliés " avec œuvres de Herz, Heller, Field et les un peu moins oubliés : LIszt et Chopin.
http://www.larchipel.net/component/page,shop.product_details/category_id,7/flypage,flypage_concert/product_id,1052/option,com_virtuemart/Itemid,2/lang,french/

4. Le lundi 5 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, lieu très sympathique et bonne compagnie, je plussoie.

Pour ma part, ce n'était vraiment pas l'entracte qui était nécessaire mais un brin de variété. Je ne demandais pas O Richard, ô mon roi au milieu, mais rien que quelque chose d'espiègle dans le goût de l'ariette de Laurette ou bien un air un peu ornementé aurait brisé la routine qui s'est vite installé.

D'autant qu'autant on peut imaginer un concert fait de tas de choses similaires pour à peu près tous les courants musicaux, autant pour la romance Louis XVI, c'est quand même périlleux côté intérêt musical et variété...


Et une petite pensée façon poème symphonie de Mendelssohn pour toi.

5. Le mardi 6 octobre 2009 à , par WoO

En lisant le 3ème point (et la première note bien évidemment) j'ai vraiment regretté de ne pas y être allé mais je traverse une période de restriction budgétaire assez sévère. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois !

6. Le mardi 6 octobre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Bon, même avec la dose que j'ai mise, tu as des regrets ? :-(

C'est pas malin, tu nous l'aurais dit, vu les tarifs...

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031