Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Magie du verbe

La parole a ceci de fabuleux qu'elle crée le réel. C'est pourquoi la découverte du pouvoir du mensonge par les enfants est toujours une grande expérience : ce qui n'est pas vrai peut être tout aussi convaincant que le vrai, et pas seulement dans le domaine de la narration fictionnelle[1].

Or, les capacités cognitives limitées de l'être humain lui demandent, afin d'être informé de la marche du monde, de recourir à une médiation, que ce soit via le bouche à oreille ou les médias. Ces médiateurs, même en les supposant à la fois fiables et de bonne foi - ce qui n'est pas nécessairement évident -, créent de la vérité à partir de leur seule parole : si on leur accorde crédit, ils créent ce qu'ils énoncent, démiurges nouveaux.

On l'avait déjà relevé lors d'une réalisation particulièrement audacieuse de ce nouveau paradoxe du menteur, dont les implications sont tout à fait maîtrisées par le personnel politique : ce que je dis est vrai du fait même que je l'énonce, même si c'est faux.
Plus récemment, nous revenions aussi sur plusieurs de ces usages, notamment autour du changement et de la fiction institutionnelle.

A présent, un petit exercice très simple sur l'actualité.

Suite de la notule.

Notes

[1] Comme on l'apprend depuis pas mal d'années, via Maupassant "l'illusionniste", aux collégiens.


Hier, entendu un brouhaha autour des manifestations d'après élection. Casseurs et manifestants mis dans le même sac par la justice de Lyon, pouvait-on lire par exemple dans le nouveau média fondé notamment par Pierre Haski et Pascal Riché (et que nous ne placerons peut-être pas longtemps en lien, vu une ligne éditoriale assez sensationnaliste), et un écho du même tonneau ailleurs.
Un manifestant, a priori, désigne le participant à une protestation[1] publique. En dépit des impératifs liés à l'ordre public, cette pratique est tout à fait licite[2], liée qu'elle est à la liberté de réunion.
Si c'est bien le cas, un étudiant de Sciences Po sans passé judiciaire condamné à de la prison ferme pour avoir crié son désamour de l'élu tout frais, voire provoqué par des grimaces et des slogans vieillis la rancoeur des compagnies républicaines de sécurité, il y a là un complot inique contre les libertés, et on se demande presque pourquoi les médias sans doute déjà asservis à l'ami des patrons de presse en font état.

Un peu curieux de cette étrange chose, à savoir une bien prompte mise au pas de la justice, on va alors jeter un oeil (tout en conservant le second solidement attaché) de plus près.
Il apparaît alors que la distinction n'était pas celle que nous pensions.




Redéfinissons nos termes. Car CSS, comme nous le rappelions hier même, aime les définitions.

Le casseur, c'est aisé, il s'agit de l'agitateur qui se joint à une manifestation pour en découdre, qui en profite pour agresser des manifestants, des passants, des agents, pour brûler des voitures, fracturer des magasins, saccager les bâtiments publics. Une graine d'Antéchrist, en somme.[3]
Pour le manifestant, il s'agit ici d'affiner notre définition. Il semble exister une sous-catégorie de manifestant, qui serait le manifestant interpellé, sous-entendut un manifestant destiné à être interpellé, puisqu'il n'a pas exactement le comportement du manifestant standard.

Ce manifestant interpellé est un être hybride, qui joint à la détermination idéologique la plus sincère une forme plus énergique de protestation d'affection, à savoir le lancer de projectiles, mais de bonne foi.
Car, après vérification, les étudiants de Lyon on été condamnés pour avoir roué de coups un serviteur de l'ordre public, et ceux de Paris pour avoir lancé des pavés en direction d'escadrons en uniforme, certes sans avoir atteint leur cible. On notera la mansuétude du ministère public qui n'a pas relevé la détérioration de matériel public et les injures envers fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions, sinon on ne serait pas couché.
La différence subtile est qu'ils ne l'avaient manifestement pas prévu, ou du moins qu'il ne s'agissait pas du but premier de leur présence.

Tout de suite, l'injustice devient moins criante.

Bien sûr, on peut réfléchir à la nécessité de la prison ferme, elle se discute, vu le manque flagrant de maturité des manifestants en question, qu'on peut vérifier sur des vidéos sans montage proposées sur la Toile. Hurlant « On vous aura ! » lorsque les CRS les poussent pour faire évacuer la place, mais pleurnichant lorsque, fatigués, ils ne peuvent franchir le cordon pour rentrer chez eux. Ou des comportements paradoxaux, faisant brûler le matériel des commerçants ennemis dans un feu de joie façon Nuit de Cristal, mais scandant « Non au nazisme ! ». Ou encore cette déclaration touchante d'une jeune étudiante, pleine de sincérité : « Vous voyez, ils bloquent la place, on leur jette que des canettes, c’est pas normal. »
On sent surtout des jeunes gens en quête d'une certaine ivresse idéologique, comme un réconfort affectif, et la lourdeur de la punition peut être louée pour son caractère déclencheur ou blâmée pour les conséquences excessives qu'elles font porter sur ce qui est avant tout de l'inconséquence.

Peu importe au fond, il n'est pas notre objet de discuter de l'échelonnement des peines (qui risque être significativement réduit dans les mois à venir...) ni de contester le bien-fondé d'une protestation pour signifier l'opposition à un résultat. Cela n'avait choqué personne (peut-être à tort) pour 2002 ; la chose n'est pas plus illégitime[4] en 2007.

Tout de même, on pourra juste noter que la justification idéologique est en France perçue spontanément comme une circonstance atténuante (sauf pour l'extrême-droite) aux actes délictueux, plus que la maladie mentale par exemple. A moins de considérer que la conviction politique est une pathologie[5], c'est là une chose amusante. Comme une admiration devant l'engagement, au cas où il serait justifié.




Mais on s'avoue fasciné par le biais qu'implique ici le choix des mots. Faut-il parler de manifestants, de manifestants non pacifiques, de voyous de bonne famille ? En tout cas, la précision est nécessaire, puisque la présentation d'une dichotomie stricte manifestant/casseur, dans le cadre de ces condamnations, crée une réalité autre que celle qu'on peut vérifier. Tout tient, en somme, à la définition du manifestant.
Et CSS s'avoue, une fois de plus, admiratif devant la capacité portée par la définition d'un même mot à changer le réel. Sommes-nous déjà dans un régime autoritaire, ou dans un régime point trop sévère[6] ? C'est la définition du manifestant qui en détient le secret !

Notes

[1] Y compris au sens positif comme les protestations d'affection.

[2] Moyennant, en principe, une déclaration à la préfecture, mais les manifestations spontanées ne sont pas interdites ou réprimées.

[3] Excellent opéra de Rued Langgaard que je vous recommande.

[4] Du moins tant que le FN n'est pas interdit, comme nous l'avions souligné en décembre dernier.

[5] Un agent pathogène viral qui atteint le processus immunitaire de la tolérance et de la sociabilité, et qui se réveille tous les cinq ans, il semblerait qu'oui, vu les écharpages omniprésents ces derniers temps.

[6] Alors que le délit est censé être plus grave sur un fonctionnaire, la condamnation aurait été bien plus lourde si l'acte s'était porté sur des passants, même en les "manquant".


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=604

Commentaires

1. Le jeudi 10 mai 2007 à , par jdm

David :
ce nouveau paradoxe du menteur, dont les implications sont tout à fait maîtrisées par le personnel politique : ce que je dis est vrai du fait même que je l'énonce, même si c'est faux.

"CSS SS", c'est faux du fait même que, moi, jdm, je l'énonce et que je suis connu sur CSS (et de manière un peu plus proche de David) pour ne pas proférer une telle aberation ou, en tout cas, pour ne pas m'exprimer dans ce style.
Il y a deux faautes d'orthographe (dont l'une répétée trois fois) dans l'article. C'est vrai, non pas parce que je viens d'inventer l'orthographe et la grammaire normatives mais parce que c'est dans tous les dictionaires (qui, certes sont des "médiateurs" : il y aurait alors un complot contre CSS depuis Littré).
Il y a trois fautes d'orthographe dans les deux paragraphes précédents. C'est vrai, je l'ai fait exprès.
Jdm ne fait jamais de faute involontairement. Ce n'est pas vrai, mais ce n'est pas faux, je ne sais pas : il faudrait vérifier (je rappelle, à propos d'une sombre affaire barbaresque entre David et moi, qu'on ne relève pas de faute à propos des noms propres).
David, pardonne-moi, je t'en supplie, souviens-toi du temps de ma maturité (inutile de souligner qu'il y a prescription !), c'était seulement un pavé dans ton bac à sable, pour le gardien du square, je ne savais pas qu'il jouait au sable, je t'en priiiiiiiiie.

2. Le jeudi 10 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

Dois-je vraiment répondre à ce tissu honteux de provocations déloyales ?

Ce n'est pas en affirmant qu'il y a des fautes que vous les ferez naître !
Vous ne le saviez pas, tant pis, nous allons procéder à votre interpellation.

3. Le vendredi 11 mai 2007 à , par jdm

N'empêche que tu en as corrigé une, la triple :)
Pas l'autre...
Et puis tu as dû recevoir mon courrier.
Et j'apprécie vraiment, c'est vrai puisque je le dis, ton esprit.
A bientôt, David.

4. Le vendredi 11 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

N'empêche que tu en as corrigé une, la triple :)

Je me suis dit qu'une triple, ça se trouvait aisément. Pour l'autre, je n'ai pas cherché, je me repose sur toi (ton indulgence ou ta précision, au choix). Au fait, tu sais qu'il est très vilain de relever les fautes de ses petits camarades en public, hein ? Mais on t'y reprendra avec plaisir. ;)
Eh oui, CSS n'a rien de doctement académique, même si on se pique de donner quelques conseils sur des expressions un peu torturées par l'usage. Le masque de l'imposture tombe sous l'investigation minutieuse de la Jdm Agency. Ah, la malediziooooo-o-o-ne !


Et puis tu as dû recevoir mon courrier.

Je vais partir en spéléologie, semaine très chargée, j'ai beaucoup de retard.


Et j'apprécie vraiment, c'est vrai puisque je le dis, ton esprit.

Oh, mais je ne doute pas que tu partages mon mauvais esprit. Chenapan sarcastique !
Et il n'est pas besoin de le dire pour que ce soit une vérité, car je sais que tu as la foi grosse comme une semence de moutarde.

5. Le vendredi 11 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

J'ai trouvé la faute, bien sûr ! On ne dit pas "menteur", mais "crétois".

Et vive l'Europe fraternelle.

6. Le lundi 14 mai 2007 à , par Ouf :: site

Le plus fort de ce billet, c'est quand même que David ait réussi à caser son Antéchrist ! Il est incurable, cet homme... ;-)

7. Le lundi 14 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

La propagande ne doit jamais s'arrêter.

Ai-je dit qu'il y a un très beau DVD qu'on trouve pour pas cher sur Amazon ? :-)

8. Le lundi 14 mai 2007 à , par Ouf :: site

Non, mais maintenant c'est fait...
Et vive la propagande !
;-)

9. Le mardi 15 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

Si tu as de la camelote à vendre, profites-en, c'est le moment, l'affichage est gratuit entre deux campagnes électorales. ;)

Il paraît qu'un petit Pierné est sorti il y a peu...

10. Le mardi 15 mai 2007 à , par Ouf :: site

Voui, et ca tombe bien, je VIENS à l'instant de me le procurer. Le CD (L'An Mil, Les Cathedrales, et Paysages Franciscains) tourne sur la platine, et le livret nous annonce la sortie en Janv 2008 de son opéra Sophie Arnould, toujours chez Timpani (S. Marin-Degor, S. Bou, N. Chalvin) ! Excellentissime nouvelle !

11. Le mardi 15 mai 2007 à , par DavidLeMarrec

...cette page de promotion vous était offerte par Carnets sur sol...

NEW ! Retrouvez tous les produits terroir du plus excellent des Ouf sur son site officiel.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031