Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Menus projets

Outre les propres 'concerts commentés' de CSS, qui devraient reprendre dès le début de l'année si nos partenaires sont toujours intéressés, une activité de spectateur itinérant est à prévoir, peut-être plus nette que pour les saisons passées. (Rien du tout pendant des années, Ulysse de Rebel à la Cité de la Musique en juin 2007, et Bruckner / Herreweghe à Saintes en juillet 2008.)

Quelques spectacles ont retenu notre attention. Nos suggestions peuvent peut-être donner quelques idées aux lecteurs de CSS, qui sait.

En avant pour le prosélytisme. Tour d'horizon de quelques représentations françaises engageantes.

--

En septembre / octobre,
Salammbô de Reyer
à l'Opéra de Marseille.
Un inédit. Voir l'article d'avant-concert.

--

Peut-être en octobre,
Armide de Lully
au Théâtre des Champs-Elysées (Paris).
Une oeuvre-culte de CSS, à laquelle les lutins sont infiniment attachés.

Malheureusement, notre enthousiasme se trouve un peu tempéré par la distribution de ce chef-d'oeuvre, d'autant que le second studio de Herreweghe nous a vraiment séduit et nous est resté dans l'oreille, et que la consultation ou l'exécution régulière de la partition par nos soins (y compris lors de récentes et glorieuses Premières Rencontres Acamédiques Lullystes de Bordeaux) crée sans doute des attentes plus fortes.

William Christie est inapprochable stylistiquement dans la musique religieuse française, et exemplaire dramatiquement dans Rameau (si l'on passe sur le studio des Indes Galantes). Cependant, dans Lully, on peut redouter un peu plus de sècheresse et de tiédeur que ne le réclameraient les fastes d'une telle partition.
De la même façon, une mise en scène esthétisée mais transposée, avec les fulgurances visuelles et aussi tunnels de direction d'acteurs propres à Carsen, peut-elle réellement fonctionner ici ? En tout cas, ce n'est pas exactement ce que nous souhaiterions voir. (Carsen nous laisse très souvent sur notre faim, au pays des farfadets.) Une direction d'acteurs constante, et une transposition, s'il en faut une, adéquate et non arbitrairement "vingtième passe-partout", nous paraissent des atouts précieux ici, et dont Carsen ne dispose pas nécessairement.

La distribution aussi nous laisse dubitatif. Malgré le plaisir que ne manqueraient pas de nous apporter Anders Dahlin et Nathan Berg, on est un peu déçu de la présence du grand nom Agnew, toujours impeccable, mais on aurait rêvé à un héros doté de plus de panache, plus du côté d'Auvity ; et un peu effrayé des écarts de style potentiels d'Isabelle Druet.

Stéphanie D'Oustrac nous fait craindre aussi, mais peut-être à tort. Elle avait mieux que personne le panache de Médée. Mais dans les plaintes d'Armide, ne risquons-nous pas des remontées dangereuses d'une affectation qui paraîtrait hors de propos dans le personnage ? Si elle parvient à maîtriser ces penchants, ce devrait être grand.

Point d'interrogation, donc.

On peut se reporter à notre éloge de l'enregistrement Herreweghe II.

--

D'octobre à décembre,
ce sera Tristan und Isolde de Wagner
à Bastille (Paris).
L'occasion d'y entendre Waltraud Meier, qui ne poursuivra peut-être pas pendant des années à ce rythme, et Ekaterina Gubanova, donc on a lu le plus grand bien dans ce rôle. Alexander Marco-Buhrmester est aussi une valeur sûre, un splendide Amfortas avec Boulez à Bayreuth en 2004. Et même Bernard Richter en berger et en jeune marin !

La mise en scène de Sellars nous intrigue, mais les extraits et les descriptions de la vidéo ne nous ont pas enchanté. Le tout risque de nous paraître un peu court.

Peut-être que la présence de Semyon Bychkov, chef assez brutal et fruste, règlera le dilemme pour nous. Tristan en serait dommageablement amoindri, même si à la scène, c'est immanquable.

--

En décembre,
Zampa de Ferdinand Hérold
à l'Opéra-Comique (Paris). Et les 10 et 11 janvier à Caen.
Le brillant couple de jeunes premiers (Patricia Petibon / Bernard Richter) est remplacé par un duo moins prestigieux, vraisemblablement un brin inférieur, mais tout à fait appétissant : Jaël Azzaretti / Colin Lee. Et toujours la même équipe fabuleuse.

On peut se reporter à nos deux notules sur l'oeuvre et l'interprétation : 1 & 2.

--

On a aussi repéré Fra Diavolo d'Auber en janvier-février par Jérémie Rhorer et le Cercle de l'Harmonie à l'Opéra-Comique, mais l'oeuvre reste d'un intérêt limité.

--

A la même époque,
Yvonne, princesse de Bourgogne de Philippe Boesmans
à Garnier (Paris).
Le très-bergien Boesmans, déjà auteur de quelques palanquées d'opéras réussis, promet fort ici, mis en scène par Bondy, dans des décors forcément travaillés de Peduzzi. Et dans les rôles principaux, notamment Paul Gay, un bon baryton-basse que nous entendions justement en récital cette saison, l'ensorceleuse Mireille Delunsch (qui fera une Reine de premier choix !) et le très-princier Yann Beuron, toujours aussi curieux de tous les répertoires.

La présence du Klangforum Wien avec lequel Cambreling a souvent travaillé (notamment pour le Winterreise version Zender) assure par avance une précision et une qualité de timbres de haut de gamme.

--

En février-mars,
Werther de Massenet
à Bastille (Paris)
sera proposé avec rien moins que Marcus Haddock, Ludovic Tézier et Alain Vernhes, ce qui met fortement en appétit.

De même que pour Ballo, pas de quoi justifier un déplacement, mais si nous sommes dans les parages...

--

En mars / avril,
Die Feen (« Les Fées ») de Wagner
au Châtelet à Paris.
Une oeuvre dans la veine du meilleur Weber, mais avec le savoir-faire pour les ensembles déjà inégalable de Wagner. Merveilleux, c'est le cas de dire.

De surcroît, la direction sera assurée par Marc Minkowski (à la tête des Musiciens de Louvre...), qui avait déjà brillé comme personne dans Oberon dudit Weber, et qu'on attend impatiemment ici. Du nerf, de l'imagination, de la poésie, il faut tout en attendre. Et pour la dimension plus évoluée de la partition, songez à ceci.

Belle distribution de surcroît.

Metteur en scène : Emilio Sagi
Décors : Daniel Bianco
Ada : Christiane Libor / Deborah Mayer
Lora : Ekaterina Lekhina
Gernot : Laurent Naouri
Morald : Laurent Alvaro
Farzana : Salomé Haller
Drolla : Judith Gauthier
Le Roi des Fées, Groma : Pas encore communiqué
Gunther : Brad Cooper

Pour une présentation de l'oeuvre et de sa discographie, on se reportera à un article de 2005 de CSS.

--

En avril-mai,
la reprise du Ballo in maschera de Verdi
à Bastille (Paris)
tente pour la présence de Ramón Vargas - qui d'autre pouvait succéder à peu près dignement à Álvarez ? Et accessoirement pour la direction de Palumbo, qui devrait être de valeur.

Cela dit, l'oeuvre est trop rebattue pour justifier un déplacement, d'autant que la mise en scène de Deflo est paraît-il totalement vide.

--

Autre friandise à laquelle il sera difficile de résister, en mai,
Le roi malgré lui de Chabrier
à l'Opéra-Comique (Paris).
Dans une distribution très prometteuse qui vaut assez, n'était l'absence de Pidò à la direction, celle de Lyon. Evidemment, nous resterons inconsolables des manières de Nicolas Rivenq, tant aimées de nos services, mais en salle, l'impact physique de Jean-Sébastien Bou est sans nul doute un atout. Distribution féminine bien plus engageante aussi. Et toujours dans la mise en scène de Pelly, qui avait fait forte impression, et on veut bien le croire !

Extrêmement tentant, et assez certain comme résultat.

--

En juin,
même la Carmen de Bizet
à l'Opéra-Comique (Paris)
nous est appétissante, c'est dire ! Gardiner, son orchestre et son choeur devraient être tout à fait dans leur élément ici, et surtout la distribution de feu : Anna-Caterina Antonacci dans un de ses grands rôles, et Anne-Catherine Gillet - grosse tâche : même Mireille Delunsch a échoué à nous faire passionner pour cette figure, seulement écoutée pour elle...

Adrian Noble nous avait déplu dans son Retour d'Ulysse littéral et factice, mais qui sait ?

--

Eventuellement en juin / juillet,
Król Roger (« Le roi Roger ») de Karol Szymanowski
à Bastille (Paris).

L'oeuvre, explorant mille coloris orchestraux et harmoniques, est exceptionnelle, mais sa trame dramatique lâche et son climat très gris (et dépressif) ne la rendent pas très agréable à fréquenter à notre goût. A cela s'ajoute la présence de Krzysztof Warlikowski à la mise en scène, dont les goûts plastiques semblent assez opposés aux nôtres, si l'on en juge par les compte-rendus et quelques photos de son Iphigénie. Le militantisme idéologique sur une scène n'est que modérément notre tasse de thé. Il est exact que Parsifal a semblé bien plus convaincant aux spectateurs, et qu'il ne faut juger une mise en scène qu'une fois constatée la direction d'acteurs, pas sur des avis ou des photographies. Nous lui donnerons peut-être sa chance.

En tout cas, on bénéficiera de Kazushi Ono, immense chef, grand analyste capable de tout diriger (avec une petite réserve pour Mozart), aussi bien Verdi que Henze. La partition resplendira donc comme il se doit.

Autre excellent point, la distribution polonaise, au moins le texte ne sera pas débité à la louche. Même si le public ne comprend pas la langue, des chanteurs rompus à la parler apportent immanquablement une évidence et un élan qui font défaut à tous les autres.

Pour la petite histoire, on y croisera des chanteurs connus de nos services, notamment Olga Pasichnyk (Roxane) et Wojtek Smilek.

--

--

Il sera bien évidemment impossible de tout faire, et les providentielles radiodiffusions de France Musique[s] devraient faire la différence, mais voilà toujours un catalogue, à répartir selon les opportunités de notre emploi du temps. Et des suggestions pour les lecteurs.

En l'état, Zampa, Le roi malgré lui et Die Feen nous tentent très fortement, nous serions même fâché de les manquer. Mais assister à Salammbô, Yvonne, Armide, Carmen ou Le roi Roger ne serait pas non plus pour nous déplaire - CSS accepte les dons par Paypal (100€ minimum) ou en nature (pas en-dessous de deux conteneurs).


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=999

Commentaires

1. Le lundi 4 août 2008 à , par licida :: site

" CSS accepte les dons par Paypal (100€ minimum) ou en nature "

Moi aussi j'ai essayé de me faire trimbalé ("mecenner" pour les non-artistes) et je ne suis tombé que sur des vieux meussieu qui n'avaient pas que des ambitions philanthropiques alors fais gaffe :o)

Non sérieusement, je suis passé expert dans l'art de trouver les tarifs les moins chers des salles parisiennes, donc si tu as besoin d'une place à bon rapport qualité/prix même pour les pauvres, n'hésite pas à me demander ;-)

2. Le lundi 4 août 2008 à , par DavidLeMarrec

C'est très gentil à toi, merci ! Je pense que je solliciterai donc tes services, vu les prévisions plus chargées qu'à l'accoutumée... !

3. Le lundi 4 août 2008 à , par Morloch

La victime s'approche...

Je connais aussi tous les plans pour avoir de mauvaises places pas chères. Tu peux compter sur moi.

4. Le lundi 4 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Oui, j'ai vu que tu avais tous les bons tuyaux pour ça, c'est pourquoi je vais m'empresser de consulter Licida. -<]:o)

D'ailleurs il y a aussi une superbe saison sur Tours, ça tombe bien, je dois y faire un saut.

5. Le lundi 4 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Tant que j'y suis :

Joseph Haydn : Armida
Un bijou de Haydn, nettement supérieur à ses opéras les plus joués.
17!, 19m, 21 oct 2008
En italien, surtitré en français
Chef d'orchestre Jean-Yves Ossonce
Metteur en scène Gilles Bouillon
Dramaturge Bernard Pico
Décors Nathalie Holt
Costumes Marc Anselmi
Lumières Michel Theuil
~
Armida Daniela Bruera
Zelmira Sabine Revault d'Allonnes
Rinaldo Xavier Mas
Idreno Jean-Marie Frémeau
Ubaldo Michael Bennett
Clotardo Alexander Swan


Jacques Offenbach : Mesdames de la Halle
27, 28m, 30, 31 déc 2008
Chef d'orchestre Jean-Christophe Keck
Metteur en scène Frank T'Hézan
Décors Compagnie de la Tour Brunehaut
Costumes Pierre-Jean Larroque
Lumières Marion Jouhanneau
~
Ciboulette Marie-Eve Munger
Croûte-au-pot Anna Destraël
La Marchande de Plaisirs Isabelle Fleur
Raflafla Jean-Louis Meunier
Poiretapée Philippe Gortari
Madou Franck T'Hézan
Beurrefondu Vincent Vittoz
Le Commissaire Antoine Garcin
Un marchand Raphaël Brémard


Reynaldo Hahn : Mozart
23, 24, 25m jan 2009
Comédie musicale, 3 acts, S. Guitry. (1925)
Chef d'orchestre Emmanuel Trenque
Metteur en scène Bernard Pisani
Décors, Costumes Frédéric Pineau
~
Mozart Sophie Haudebourg
Mme d'Epinay Marie-Thérèse Keller
Melle Marie-Anne de Saint-Pons Karyn Aubé
La Guimard Orianne Moretti
Louise Mary Saint-Palais
Grimm Jean Dalric
Le marquis de Chambreuil Nicolas Djermag
Grimaud Jacques Lemaire


Gioachino Rossini : Il viaggio a Reims
Voilà un opéra (remarquable) qui revient à la mode. Ca change des Italienne d'il y a quelques années, mais si on pouvait à présent nous mettre le Turc à la place du Barbier, on serait comblés...
13, 15m fév 2009
En italien, surtitré en français
Chef d'orchestre Luciano Acoccella
Metteur en scène Nicola Berfola
Décors, Costumes Guia Buzzi
Lumières Valerio Tiberi
~
Corinna Gabrielle Philiponet
La Contessa di Folleville Elena Gorshunova
Madama Cortese Yun Jung Choi
La Marchesa Melibea Kleopatra Papatheologou
Maddalena Ekaterina Metlova
Delia Céline Kot
Modestina Rany Boechat
Il Cavalier Belfiore James Elliott
Il Conte di Libenskof Jud Perry
Lord Sidney Shadi Torbey
Don Profondo Marco di Sapia
Il Barone di Trombonok Marc Labonette
Don Alvaro Dong Il Jang
Antonio Yann Toussaint
Zefirino Baltazar Zuniga
Gelsomino Romain Pascal
Prudenzio Chul Jun Kim
Luigino Jean-Christophe Born


Richard Strauss : Ariadne auf Naxos
("Arianne à Naxos")
03, 05m, 07 avr 2009
En allemand, surtitré en français
Chef d'orchestre Jean-Yves Ossonce
Metteur en scène Mireille Larroche
Décors Nicolas de Lajartre
Costumes Danièle Barraud
~
Primadonna/Ariadne Hélène Bernardy
Zerbinetta Mélanie Boisvert
Ténor/Bacchus Jean-Francis Monvoisin
Le Compositeur Anna Destraël
Le Maître de musique Jean-Marie Frémeau
Le Maître à danser Léonard Pezzino
Arlequin Henk Neven
Scaramouche Olivier Dumait
Truffaldino Frédéric Bourreau
Brighella Raphaël Brémard
Naïade Stéphanie Loris
Driade Elodie Méchain
Echo Sabine Revault d'Allonnes


Wolfgang Amadeus Mozart : Così fan tutte
16, 17 avr 2009
En italien, surtitré en français
Chef d'orchestre François Bazola
Metteur en scène Yves Beaunesne
Décors Damien Caille-Perret
Lumières Joël Hourbeigt
Costumes Patrice Cauchetier
Chorégraphie Jean Gaudin
~
Fiordiligi Magali de Prelle
Dorabella Amaya Dominguez
Despina Melanie Gardyn
Don Alfonso Lionel Peintre / Matthieu Lécroart (qui choisir ?)
Ferrando François-Nicolas Geslot


Charles-Francois Gounod : Mireille
Un des plus beaux opéras de Gounod, joué aussi à Marseille cette année... Rien pour que la scène du Val d'Enfer, à voir !
15, 17m, 19 mai 2009 Autres représentations dans la semaine et un rayon de 125 km
Chef d'orchestre Jean-Yves Ossonce
Metteur en scène Alain Garichot
Décors Nathalie Holt
Costumes Claude Masson
Lumières Marc Delamézière
~
Mireille Barbara Ducret
Vincenette Sabine Revault d'Allonnes
Taven Michèle Lagrange
Vincent Marc Laho
Ourrias Kristian Paul
Ramon Antoine Garcin
Ambroise Frédéric Bourreau


Très jolie saison, avec de petits moyens, très bien distribuée ! La saison passée, on avait tout de même droit à Pelléas et au Pays de Ropartz, ce qui pour une petite maison est sacrément courageux. Et on trouve du léger (rare) pour rassurer le public.

Il n'y a que le baroque qui n'a jamais été à la fête à Tours, mais la saison est très équilibrée.

6. Le lundi 18 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Il faut ajouter à la liste un Vampyr de Marschner à Rennes et Tiefland (Eugen D'Albert) à Barcelone, avec le couple remarquable de Zürich : Schnitzer / Seiffert (et Titus / Reiter).

J'ai même noté, dans des contrées exotiques, un Amadis de Lully (sans un chanteur francophone) et un Céphale et Procris de Jacquet de la Guerre.

Et pêle-mêle, parmi les raretés données cette saison dans le monde : Krútňava, puis Svätopluk de Suchoń (certes, c'est assez nul), Die Rose vom Liebesgarten de Pfitzner à Chemnitz, Cardillac (Luisi / Herlitzius !) et une reprise de l'Upupa à à Dresde, Lear de Reimann à Francfort-sur-le-Main, Der Kaiser von Atlantis d'Ulmann à Fürth, Vanessa de Barber à Giessen, Das Liebesverbot de Wagner à Glimmerglass, Die Weisse Rose d'Udo Zimmermann à Goerlitz, A Streetcar named Desire de Previn en version allemande à Hagen, The good soldier Schweik de Robert Kurka en version allemande à Halle, A gentle spirit de Taverner couplé avec deux autres oeuvres, dont Savîtrî de Holst à Hambourg (je ne dis pas que je recommande !), les Bassarides de Henze à Hanovre, Phaedra de Henze, Goyescas de Granados, The Burning Fiery Furnace de Britten (en allemand) et Die drei Wünsche de Martinů à Heidelberg, le Freischütz de Weber en finnois (il faudra guetter la radiodiffusion de celui-là !), La Chasse du roi Charles de Fredrik Pacius (premier opéra finlandais, en suédois - 1852) et les Ostrobothniens de Madetoja à Helsinki, Brief Encounter de Previn à Houston et même... Jesus Christ Superstar d'Andrew Lloyd-Webber (mais là, il est fortement recommandé de s'abstenir).

Et avec tout cela aucun opéra de Schreker ne semble programmé cette saison dans le monde...

L'Allemagne emporte de très loin la palme de la quantité et de l'originalité (pas du tout Berlin, en revanche, où les nombreux opéras ne ressassent que du répertoire...).

7. Le lundi 18 août 2008 à , par DavidLeMarrec

La liste, rendue plus lisible et plus complète, figure désormais ici.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031