Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Wagner avant Wagner 1/2 - Die Feen


[Lien sur la série 'lesfeesdewagner'.]

Mise à jour du 5 avril 2009 : du nouveau sur les Fées.

Die Hochzeit ("Les Noces"), partition inachevée, n'est pas disponible, même en partition, et jamais jouée.
Rienzi, qui précède le Hollandais, est mieux connu que les deux premiers opus dramatiques achevés de Wagner, négligés et pourtant très-dignes d'intérêt.

Aujourd'hui, Die Feen ("Les Fées").


Pour commencer
L'ouverture est très belle, avec un final qui n'est pas la finesse même (imitation de Mendelssohn ou Weber), mais le tout est terriblement efficace.
Pour vous donner une idée, ça ressemble à du Weber sans les mélodies weberiennes, avec déjà certains récits assez arides (qui annoncent le type d'écriture de Gurnemanz...) - mais ponctués plutôt à la manière de Weber ou même Rossini. Car Wagner, jusqu'à Tannhäuser, est largement influencé par la manière italienne.

La musique
Influencé, certes, mais que de beautés dans cette partition ! La ballade de Gernot fait penser au roi de Thulé version Schubert avec son rythme pesant et balancé, merveilleusement orchestrée. Ca a vraiment un charme fou. Et puis là on a droit à des ensembles, et les ensembles écrits par Wagner sont à mon sens les plus beaux de l'histoire de l'opéra.
Quant aux récitatifs accompagnés, ils sont remarquables ; franchement, je vendrais volontiers Euryanthe (et bien sûr Tannhäuser) pour les Fées !
Le tout se déroule avec une grande fluidité (voire un grand élan, chez Sawallisch), sans faiblesses notables. Enthousiasmant, vraiment.

Le livret
Bilingue allemand-espagnol : http://www.geocities.com/ubeda2004/hadas/hadas.htm .
L'histoire est certes mâtinée de stéréotypes médiévaux : la biche, l'interdiction du nom, la fée qui disparaît après la trangression, etc. On trouve cependant une annonce des enfants à naître d'Hofmannsthal. Et puis l'épisode comique des fausses prophéties est assez sympathique, surtout que musicalement et vocalement, c'est fort intéressant.
On a l'impression agréable qu'à l'époque Wagner se prenait moins au sérieux. Ou peut-être n'avait-il pas encore les moyens de le faire transparaître dans sa musique.

Les versions
- Downes (1976), avec Della Jones
- Sawallisch (1983)
- G.Ötvös (1999), avec l'orchestre de Cagliari

Je ne connais que Sawallisch, mais c'est de loin la version la plus appétissante : Studer, J.Anderson, J.Alexander, Rootering, Moll et la radio bavaroise, en prise de son Orfeo !!

Je pense que l'oeuvre pourrait être moyenne (contrairement à Thora) mal interprétée. Mais avec la tension et la conviction de Sawallisch et de son équipe, c'est vraiment passionnant !
Rootering tout particulièrement m'a donné l'envie d'entendre son Winterreise (quelqu'un connaît ?), quel poids il donne au mot ! Dans ce rôle barytonnant, il est splendide, une toute grand incarnation.
John Alexander est un ténor weberien sublime, Studer en 83, je vous en laisse imaginer la chatoyance et l'éclat, et même June Anderson, que je ne supporte pas d'habitude, est engagée, prononce attentivement son texte, et a la voix plus rayonnante que de coutume.



Quand je pense que certains ont x versions de Tannhäuser, opéra d'une inspiration limitée (troll inside), et qu'ils dédaignent les Fées.

Evidemment, ça ne vaut pas Thora - à part le Hollandais, qui peut rivaliser avec Thora ?

David - infâmeprosélyte


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=96

Commentaires

1. Le lundi 15 mai 2006 à , par aymeric :: site

Bon, et bien ça a l'air appétissant comme introduction à Wagner. Je vais essayer de mettre la main sur l'une de ces trois versions lors de ma prochaine tournée des médiathèques (ma vie de cadre raisonnablement dynamique et modérément pressé devrait me le permettre).

2. Le lundi 15 mai 2006 à , par DavidLeMarrec

Attention, ce n'est pas exactement du Wagner. Ca ressemble beaucoup plus à du Weber. Das Liebesverbot est peut-être encore plus accessible, mais ça ne ressemble pas à du Wagner "standard" non plus.

Tout dépend quelles sont vos habitudes d'écoute. Si c'est plutôt du coté de la musique instrumentale de Debussy, il faut commencer par Tristan. Si c'est du côté de la musique romantique ou de l'opéra, mieux vaut débuter par Der Fliegende Hollander (le Vaisseau Fantôme).

Si besoin, le syndicat d'initiative est là.

3. Le mardi 16 mai 2006 à , par aymeric :: site

Je pense que je vais opter pour Tristan.
C'est ce qui inspire le livre de Céard dont j'ai parlé.
De plus, mes goûts vont effectivement du côté de cette musique française : de Debussy à Poulenc (des murmures désapprobateurs ?), de Fauré à Milhaud.
Je connais mal la musique romantique et n’ai exploré, pour l’instant, que son versant piano (Chopin, Schubert). Quand à l'opéra, c'est quasiment l'ignorance crasse, je ne connais que Moussorgski et Tchaïkovski (encore ces murmures ?).
Vous avez une version de Tristan und Isolde qui vous est chère ?

4. Le mardi 16 mai 2006 à , par DavidLeMarrec

Si vous aimez cette musique française-là, alors assurément il faut débuter par Tristan ! Les murmures ne viendront pas de moi, en tout cas.

Ma version favorite est dirigée par Abbado à Berlin en 98 (Deborah Polaski, Marjana Lipovsek, Ben Heppner, Albert Dohmen, René Pape, Orchestre Philharmonique de Berlin), mais n'a fait l'objet que d'une diffusion radio, hélas. Si cela vous intéresse, dites-le moi.

Sinon, tout dépend de ce que vous avez l'habitude comme son. Si les enregistrements historiques ne vous font pas peur, la première version de Karajan (avec Matha Mödl, Ira Malaniuk, Ramón Vinay, Hans Hotter et Ludwig Weber, Orchestre du Festival de Bayreuth, 1952) se trouve pour très peu cher, et c'est extrêmement théâtral et brûlant.

Si vous avez plus l'habitude du confort du studio, alors je recommanderais la version studio de Carlos Kleiber (Margaret Price, Brigitte Fassbaender, René Kollo, Dietrich Fischer-Dieskau, Kurt Moll, Staatskapelle de Dresde), vous ne prenez pas de risque.

Sinon, on recommande généralement le live de Böhm à Bayreuth 66 (Birgit Nilsson, Christa Ludwig, Wolfgang Windgassen, Erberhard Wächter, Martti Talvela, Orchestre du Festival de Bayreuth 1966), très allant, très limpide, mais il faut aimer la voix de Nilsson, très métallique et peu expressive, c'est un peu pile ou face. Mais cette version a converti des générations de futurs wagnériens.


Voilà pour quelques pistes. Tenez-moi au courant du résultat !

5. Le jeudi 18 mai 2006 à , par Philippe[s]

Pourriez vous nous parler de Wagner chanté en français ?

6. Le samedi 20 mai 2006 à , par DavidLeMarrec

Très volontiers !

Je tâche, depuis mon exil, de l'achever.

7. Le lundi 5 juin 2006 à , par aymeric :: site

Comme je les enregistrements historiques ne me font pas particulièrement peur (j'écoute souvent Poulenc joué par lui même ou chanté par Pierre Bernac par exemple), j'ai opté pour la première version de Karajan.
Je n'en parlerai pas de manière très détaillée car cela nécessiterait, je pense, beaucoup plus d'heures d'écoutes que je n'y ai consacrées jusqu'à présent. Tout ce que je peux vous dire pour l'instant c'est que je trouve ça très beau, à mille lieux de ce que je pensais être l'univers wagnérien. Est-ce qu'un jour je dirai de Carl Orff qu'il peut-être un compositeur subtil ?

8. Le lundi 5 juin 2006 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Aymeric !

Ravi que la découverte ait été agréable. Avec du Debussy dans la besace, c'était assez bien parti !

A mille lieues de ce que vous imaginiez, c'est-à-dire ? Nous en avions devisé, mais par rapport à ce que vous avez entendu ? Le lyrisme, l'intimisme parfois, j'imagine ?

Pour Carl Orff, je crains que la conversion ne soit plus malaisée. L'écriture en est (très nettement) moins raffinée, et l'intérêt musical bien moindre. Il y a quelques belles choses, mais c'est réellement pompier, pour le coup.
Nous dirons donc qu'il y a plus urgent à découvrir, pour l'instant.

Merci d'être passé pour donner le résultat de l'expérience !

9. Le lundi 5 juin 2006 à , par aymeric :: site

C'est vrai, précisons un brin.
J'ai entendu de la retenue, de la finesse, une certaine fragilité ; toutes choses qui s'accordent parfaitement avec l'histoire mais qui ne cadraient pas avec l'image martiale que je me faisais de ce compositeur.

10. Le lundi 5 juin 2006 à , par DavidLeMarrec

Merci ! Ravi de vous le lire dire !

11. Le mardi 21 avril 2009 à , par Gestalt

Concernant la partition, la version Sawallisch est-elle complète ?

12. Le mardi 21 avril 2009 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Gestalt !

Sawallisch n'a à peu près rien coupé de sa vie.

Oui, en l'occurrence, je crois bien que c'est complet.

13. Le mercredi 22 avril 2009 à , par Gestalt

C'est la version qui me tente le plus mais aussi la plus onéreuse (~40 euros). Aurais-tu des pistes pour des tarifs plus abordables ?

14. Le mercredi 22 avril 2009 à , par DavidLeMarrec

Je n'avais pas vu.

Non, malheureusement. Et c'est épuisé, en plus, donc les prix ne baisseront pas...

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930