Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Novembre à Paris


Vu la fin de mois impossible qui s'annonce, voici dès à présent les réjouissances (presque aussi insoutenables) de novembre.

Comme toujours, octobre et novembre sont les deux mois les plus denses de la programmation musicale de l'année. Je ne m'explique pas pourquoi, mais il en va toujours ainsi, les productions de raretés (en particulier les lyriques baroques et classiques) se concentrent à ce moment.

Voici donc une vaste sélection de choses à entendre. Avec quelques renvois vers des notules connexes sur CSS.

--

Du 30 octobre au 17 novembre : Les Estivants de Gorki au Théâtre de la Bastille (programmation Festival d'Automne).

2 : Cité de la Musique. Schumann, Symphonies 1 & 4, concerto pour violoncelle (Nézet-Séguin / COE).

3 : Cité de la Musique. Schumann, Symphonie 3, Ouverture Manfred, Concerto pour violon (Nézet-Séguin / COE).
Le concert le plus attirant des trois à cause des couplages, la roborative et irrésistible Ouverture de Manfred, et le très étrange concerto aphoristique pour violon (une des oeuvres les plus personnelles de Schumann, mais aussi du genre tout entier).

4 : Cité de la Musique. Schumann, Symphonie 2, Ouverture de Genoveva, Concerto pour piano (Nézet-Séguin / COE).

8 : Cité de la Musique. Schubert, Symphonies 3 et 9 par Minkowski.

9 & 10 : Théâtre des Champs-Elysées. Medeamaterial de Dusapin.
De loin l'opéra le moins abouti de Dusapin, du fait du texte plus "expérimental", et du caractère sensiblement moins lyrique que dans ses autres opus. Néanmoins une oeuvre pas dénuée d'intérêt ; si j'avais le temps, j'irais !

10 : Amphithéâtre Bastille. Quators de Grieg et Delius, Quintette de Schumann (Quatuor Danel et Nelson Goerner).

10 : Cité de la Musique. Magnificat de Bach et Dixit Dominus de Haendel par Minkowski.
Exactement le même programme que pour le concert Niquet plus tard dans l'année. J'ai choisi Minkowski, plus aguerri techniquement, plus inventif, plus coloré, et qui a surtout fait très amplement les preuves de son envergure (voisine du génie) chez ces deux compositeurs. Couplage très traditionnel mais très séduisant.

11 : Pleyel. Yolanta de Tchaïkovski (Vuillaume, Slovène PO).
Il faut bien la présence d'une archistar internationale comme Netrebko pour faire jouer un Tchaïkovski autre que les [deux| http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2011/07/20/1785-piotr-ilitch-tchaikovsky-modeste-tchaikovski-la-dame-de-pique-ballade-du-comte-tomski-en-francais-tomsky-pikovaya-dama-the-queen-of-spades-in-french] chefs-d'oeuvre (absolus) qu'on répète partout dans le monde - surtout en France, peu aventureuse en matière de répertoire russe.
Corollaire, la salle ne sera pas totalement pleine, mais tant mieux pour ceux qui se déplacent.
On notera aussi l'économie sur l'entourage, mais vu la qualité du chef et de l'orchestre, il y a de quoi avoir très bon espoir (même si cela n'aide pas à remplir...).

13 : Versailles. Thésée de Gossec (van Waas).
Les extraits joués en concert il y a quelques années font espérer une oeuvre majeure de la tragédie en musique classique. Exactement dans la gamme de compétence des Agrémens et du Choeur de Chambre de Namur, et avec une distribution assez hallucinante : Virginie Pochon, Katia Velletaz (1,2), Jennifer Borghi (1,2, 3), Mélodie Ruvio, Frédéric Antoun, Tassis Christoyannis (1,2) !
L'une des grandes attentes de la saison.

13 : Cité de la Musique. Ouverture de Halka de Moniuszko, Second Concerto pour violon de Szymanowski, Troisième Symphonie de Górecki par Mark Minkowski et le Sinfonia Varsovia.
Une très jolie transversale polonaise, de l'opéra post-héroldien au néo-romantisme extatique, en passant par la luxuriance extraordinaire de Szymanowski, mais l'expérience doit être stimulante, et je suis très curieux d'entendre Minkowski dans les décadents.

14 : TCE. Beethoven 6, Schubert 12, Schumann Quintette, Chosta 4 par le Quatuor de Jérusalem.
Formation exceptionnelle, programme appétissant, mais ce ne sont pas forcément les plus intéressants qui ont été choisis (pour rester dans une fourchette numérique proche, Beethoven 7, Schubert 13, Schumann Quatuor-piano et Chosta 6 auraient produit un tout autre effet !).

14 : Louvre. Schumann 3, Brahms Op.51 n°2, Chosta 12 par le Quatuor Emerson.

14 & 15 : Cité de la Musique. Standley Songbook.

15 : Louvre 12h30. Beethoven, Glinka, Hertenstein et Clarke pour alto et piano.
(Je ne serai pas disponible, mais j'étais tenté, rien que pour Clarke que j'aime beaucoup.)

15 : Musée d'Orsay. Parodie des opéras dans les salons de 1880 par les Lunaisiens.
Je n'aime pas trop leurs disques (dont les programmes intrigants ne tiennent pas tous leurs promesses), alors sans artifices de prise de son... (en fait, je cherche surtout à opérer des choix vu la période déjà trop riche...)

15 : Théâtre des Champs-Elysées. Pour ceux qui sont intéressés, un couplage de Concertante 3 de Mantovani avec une Neuvième de Beethoven assez luxueusement distribuée (Merberth / Naef / Robert Dean Smith / Zeppenfeld).

16 : TCE. I Puritani de Bellini avec Peretyatko, Korchak, Spagnoli, Pertusi, direction Pidò (Orchestre National de Lyon). Difficile de désirer mieux dans la veine "formats légers" ! Et comme cette oeuvre est chargée, chose assez rare dans l'univers du belcanto italien, d'atmosphères assez singulières, voilà qui donne plusieurs excellentes raisons de se déplacer.
Mais l'absence de figures extrêmement célèbres n'a pas permis (à ma très grande surprise) de remplir la salle... alors même que chacun est quasiment le meilleur de sa catégorie.

A partir du 16 : Ateliers Berthier. Adaptation du Dracula de Stoker au théâtre et en polonais. Le concept est assez prometteur en soi.

A partir du 16 : Bastille. Don Quichotte de Minkus.

18 : Pleyel. Chick Correa.

18 : TCE. Quatrième Symphonie de Tchaïkovski et Troisième Concerto pour piano de Prokofiev par Temirkanov et le Philharmonique de Saint-Pétersbourg. Une association oeuvres / interprètes qui devraient groover sévère.

19 : Châtelet. Symphonie en ut de Bizet, Concerto pour clarinette d'Escaich, pièces pour cordes par l'Orchestre de Chambre de Paris (Swensen).
Vu les qualités de la symphonie présentée et l'aboutissement en général d'Escaich dans la forme concerto (ailleurs, je suis beaucoup moins enthousiaste), ce peut être tentant.

20 : Pleyel. Concerto pour violoncelle de Dvořák, Oiseau de Feu de Stravinski, Fontaines des profondeurs de Visvikis.
Vu la durée du concert (qui comporte aussi Finlandia), je suppose malheureusement que l'Oiseau ne sera que sous forme de suite (où il manque les plus beaux moments, qui sont des transitions, des "récitatifs" scéniques). En revanche, les couplages sont beaux, et le style néo-Chausson de Visvikis, que je n'ai entendu qu'en musique de chambre à ce jour, pourrait être plaisant à l'orchestre.

22 (et 1er décembre) : Pleyel. Les Contes d'Hoffmann, édition Keck (par Minkowski).
L'édition Keck change tout, vraiment ; l'oeuvre ne semble plus bancale ni du texte ni de la musique, et l'ensemble fonctionne admirablement. De surcroît, Minkowski officie, et Yoncheva fera les quatre rôles, ce qui promet beaucoup. (En revanche, l'absence de Dessay est forcément un coup dur pour la billeterie.)

23 : Invalides, 12h15. Durosoir, Gouvy et Debussy par le trio Hoboken. Trois compositeurs français assez contrastés dans leurs conceptions chambristes, un régal en perspective.

23 : Saint-Sulpice. Bouzignac, Lully, Lalande, Charpentier sacrés par Reyne.

26 & 27 : Cité de la Musique. Quatrième Livre de Madrigaux de Monteverdi par Agnew.
Etant donné que même moi n'y vais pas, je me demande comment ils peuvent remplir la salle. Il me semblait d'ailleurs que, l'an passé, la vidéo avait été prise dans la grande salle. Evidemment, dans l'amphithéâtre, on doit pouvoir plus ou moins remplir avec le nom des Arts Flo et celui de Monteverdi.
En revanche je voudrais bien aller entendre le Sixième Livre, et les places ne devraient pas être trop dures à trouver contrairement au Huitième !

A partir du 28 : Vieux-Colombier. La Place Royale de Corneille.

28 : Amphi Bastille. Mélodies italiennes de Rossini, Schubert, Meyerbeer et Liszt par Pisaroni. Le concert a déjà été donné à Londres : c'est bien, mais pour des oeuvres tellement moins enthousiasmantes que des lieder, Pisaroni fait peut-être valoir une voix et une interprétation un peu sèches.

28 & 29 : Pleyel. Requiem de Dvořák par Conlon et l'Orchestre de Paris.
Un des plus beaux requiems du répertoire, et pas si souvent donné. Néanmoins, je crains beaucoup l'indolence de James Conlon, qui pourrait vraiment faire sombrer l'oeuvre dans l'apathie pâteuse, un peu comme il avait pu dénaturer rien de moins que Schreker...

29 : Amphi Bastille. Schubert, Moussorgski, Wolf par Selig et Huber. Si la voix de ce wagnérien très bon diseur parvient à se plier au lied (j'avoue avoir des doutes pour Schubert et Wolf... il aurait peut-être dû choisir des choses plus tardives et retorses), ce peut être un grand moment.

--

Estimation personnelle :

  • Billets achetés : Yolanta, Thésée, Hoffmann.
  • Décidé : Stoker, Bouzignac, Place Royale.
  • Probable : Puritani, Bach-Haendel-Minko.
  • Peut-être : Dvořák Requiem, Temirkanov.


--

Evidemment, ceux qui veulent partager leur planning ou leurs trouvailles sont les bienvenus - mais par pitié, ne me dévoilez pas trop de choses intéressantes, j'affiche déjà complet !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2103

Commentaires

1. Le samedi 20 octobre 2012 à , par Xavier

Le concert Szymanowski-Gorecki du 13, ça se passe où?
Par ailleurs, le concerto pour violon que nous avons entendu à Pleyel était le 1er, non le 2è. :) (qui est moins orientalisant)

2. Le samedi 20 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Evidemment, le seul pour lequel je n'ai pas indiqué la localisation, tu me demandes où ça se passe ! :) Cité de la Musique, pour le Domaine Privé Minko. Mais je suis étonné que tu aies envie d'entendre du Górecki seconde manière, même moi ça me fait un peu peur - agréable au disque en faisant autre chose, ou peut-être dans un concert-concept "méditation", mais assis sur un fauteuil après avoir écouté du Szyma généreux...

Evidemment, tu as raison, j'ai corrigé. J'aime beaucoup le Deuxième aussi, cela dit, même s'il est un peu moins éloquent et suggestif. (Et ça m'intrigue encore plus, car plus éloigné de ses habitudes, avec Minkowski.)

3. Le lundi 22 octobre 2012 à , par Xavier

C'était par curiosité, mais je n'irai sans doute pas, car j'ai déjà le Szymanowski à Pleyel en décembre, et un agenda suffisamment rempli en cette période effectivement riche.

4. Le mercredi 24 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Oui, c'est une période d'orgie musicale assez hors du commun, et encore tu n'es pas client pour la tragédie en musique (en ce moment, on croule littéralement sous les nouveautés passionnantes). \o/

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(11/8/2011)

Chapitres

Calendrier

« octobre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031