Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Quelles raretés manquent sur scène ?


On souhaite souvent, sur Carnets sur sol, que des raretés soient jouées. Mais de quoi parlez-vous, à la fin ?

Voici une petite liste de souhaits, limitée au domaine de l'opéra (sinon, c'était la mort du petit cheval) ; loin d'être exhaustive évidemment, mais elle peut donner une idée de certains pans totalement négligés du répertoire, alors même qu'on ne joue que quelques titres dans une période ou un style.

Les lutins locaux sont évidemment tout disposés à préciser la raison de leurs choix aux habitués comme aux visiteurs de passage.

LEGENDE :
| * : disponible au disque
| ** : il existe des enregistrements, hors commerce, auxquels j'ai eu accès
| *** : je n'ai aucun enregistrement, mais j'ai lu ou joué la partition
| **** : totalement indisponible, bandes sonores comme partitions (j'ai en revanche pu lire le livret dans certains cas)

Evidemment, il est toujours possible que la disponibilité d'enregistrements nous ait échappé... On peut opportunément nous le préciser en commentaire ou par courriel.


BAROQUE ITALIEN
=> Legrenzi, Il Giustino **
=> Quelque chose de Falvetti (hors Diluvio universale) ****


BAROQUE FRANCAIS
=> Collasse (Fontenelle), Enée & Lavinie / Polyxène **** (des extraits ont été représentés récemment, mais pas captés)
=> Lorenzani & J.L. Lully, Orontée ****
=> Charpentier, Médée *
=> Jacquet de la Guerre, Céphale & Procris *
=> Desmarest, Circé **** / Théagène & Chariclée ****
=> Bouvard, Médus roi des Mèdes ****
=> Bertin de la Doué & Bouvard, Cassandre ****
=> Gervais, Hypermnestre ****
=> Campra (Roy), Hippodamie ***
=> Mouret, Ariane & Thésée ****
=> Salomon, Médée & Jason ****
=> Matho, Arion ****
=> Destouches (Roy), Sémiramis ****
=> Royer, Pyrrhus ****
=> La Coste, Byblis ****
=> Francoeur & Rebel (La Motte & La Serre), Scanderberg ****
=> Mion, Nitétis ****
=> Boismortier, Don Quichotte chez la Duchesse *
=> Colin de Blamont, Jupiter vainqueur des Titans ****
=> Marquis de Brassac, Léandre & Héro ****
=> Dauvergne, Polyxène ****
=> Mondonville, Thésée ****


CLASSIQUE
=> Bach, Amadis de Gaule ** / Temistocle **
=> Sacchini, Chimène ou le Cid ** (extraits)
=> Salieri, Les Horaces **** / Tarare * / Les Danaïdes * / Falstaff * / Europa Riconosciuta **
=> Holzbauer, Tod der Dido **** / Günther von Schwarzburg * / Tancredi ****
=> Grétry, Les Mariages Samnites **** / Electre **** / Les Colonnes d'Alcide **** / Oedipe à Colone **** / Diogène & Alexandre **** / Lisbeth **** / Anacréon chez Polycrate **** / Zelmar ou Les Abencérages ****
=> Gossec, Thésée ** (extraits)
=> Dalayrac, Le Chêne patriotique **** (il semble de plus que la musique en soit perdue...)


ROMANTIQUE ITALIEN
=> Donizetti, Il Diluvio Universale *
=> Nini, La marescialla d'Ancre ****
=> Ricci (Luigi), Colombo **** / Crispino e la comare *
=> Ricci (Federico), Un duello sotto Richelieu **** / Luigi Rolla **** / Estella di Murcia **** / Griselda **** / Crispino e la comare * / Corrado d'Altamura *
=> Rossi (Lauro), Il domino nero **** / La contessa di Mons **** / Cleopatra ****
=> Verdi, Oberto conte di San Bonifacio *
=> Buzzolla, Amleto **** / Elisabetta di Valois **** / Mastino I della Scala ****
=> Mabellini, I Veneziani a Costantinopoli **** / Il convito di Baldassare **** / Maria di Francia **** / Il conte di Lavagna ****
=> Pedrotti, Marion de Lorme *** / Mazeppa **** / Il favorito **** / Matilde **** / Antigone ****
=> Bazzini, Turanda ****
=> Cagnoni, Claudia / Francesca da Rimini / Re Lear *
=> Platania, Spartaco **** / I misteri di Parigi **** / La vendetta slava **** / Matilde Bentivoglio **** / Piccarda Donati ****
=> Catalani, Loreley * / Edmea *


ITALIENS D'APRES LE ROMANTISME
=> Leoncavallo, I Medici * / La Bohème *
=> Gnecchi, Cassandra *
=> Montemezzi, Giovanni Gallurese ****
=> Alfano, L'ombra di Don Giovanni ****
=> Wolf-Ferrari, Sly *
=> Pizzetti, Assassinio nella cattedrale *
=> Zandonai, Giulietta e Romeo * / Francesca da Rimini *
=> Gui, Fata Malerba ****
=> Castelnuovo-Tedesco, Saul ****
=> Rota, Un capello di paglia di Firenze *


ROMANTIQUE ALLEMAND
=> Wranitzky, Oberon **
=> Weber, Oberon *
=> Schubert, Alfonso & Estrella *
=> Radziwiłł, Faust **
=> Marschner, Der Vampyr * / Der Templer und die Jüdin **
=> Wagner en français (versions Wilder, Nuitter, éventuellement Ernst) * (extraits seulement, sinon ***)


GERMANIQUES D'APRES LE ROMANTISME
=> Weingartner, Sakuntala (Op.9 et Op.94) **** / Kain und Abel **** / Orestes ****
=> D'Albert, Tiefland * / Der Golem *
=> R. Strauss, Arabella (avec Kaune ou Mattila, ou surtout SANS Fleming) * / Die Liebe der Danae * / Intermezzo * / Aegiptische Helena * / Daphne *
=> Busoni, Doktor Faust * / Turandot *
=> Reznicek, Donna Diana *
=> S. Wagner, Banadietrich *
=> Pfitzner, Der Arme Heinrich *
=> Zemlinsky, Der König Kandaules *
=> Hausegger, Helfried **** / Zinnober ****
=> Schmidt, Notre-Dame de Paris * , Fredigundis ****
=> Schönberg, Von Heute auf Morgen *
=> Wolf-Ferrari, Susannens Geheimnis *
=> Schreker, Die Gezeichneten * / Der Ferne Klang * / Christophorus * / Der Schmied von Gent ** / Der singende Teufel **
=> Braunfels, Die Vögel * / Prinzessin Brambilla *
=> Wellesz, Alkestis (Hofmannsthal) **** / Die Prinzessin Girnara ****
=> Schoeck, Penthesilea (d'après Kleist) * / Das Schloß Dürande (d'après Eichendorff) ****
=> Stephan, Die ersten Menschen *
=> Toch, Der Fächer ****
=> Gurlitt, Wozzeck * / Die Heilige (Hauptmann) **** / Nordische Ballade **** / Soldaten (Lenz) *
=> Martin, Der Sturm ****
=> Schulhoff, Flammen * / Die Mitschuldigen ****
=> Rathaus, Fremde Erde ****
=> Hindemith, Hin und zurück  * / Sancta Susanna * / Die Harmonie der Welt * / Mörder, Hoffnung der Frauen *
=> Orff, Prometheus **** / Der Mond *
=> Mitropoulos, Soeur Béatrice *
=> Hollaender, Judith und Holophernes ****
=> Korngold, Der Ring des Polykrates * / Die Kathrin *
=> Ullmann, Der zerbrochene Krug (Kleist) ****
=> Liebermann, Freispruch für Medea * / Penelope */ Die Schule der Frauen *


ROMANTIQUE FRANCAIS
=> Méhul, Sésotris **** / Valentine de Milan **** / Les Amazones ou la Fondation de Thèbes **** / Ariodant ****
=> Spontini, Agnes von Hohenstaufen (en français) **** (sinon *) / Alcidor ****
=> Kreutzer, La mort d'Abel ** (extrait)
=> Reicha, Gusman d'Alfarache **** / Sapho **** / L'Ouragan **** / Lenore *
=> Onslow, Guise ou les Etats de Blois ****
=> Hérold, Zampa ** (oui, parfaitement, j'exige une reprise !)
=> Auber, Haÿdée **
=> Meyerbeer, Les Huguenots * / Robert le Diable * / Dinorah * / Le Prophète *
=> Halévy / Bizet, Noé **
=> Liszt, Don Sanche ou le Château d'amour *
=> Donizetti, Les Martyrs *
=> Gouvy, Polyxena **** / Electre *
=> Verdi, Jérusalem * / Les Vêpres Siciliennes *
=> Massé, Une nuit de Cléopâtre **** / Paul & Virginie **** / Galathée * (extraits, sinon ***)
=> Serpette, La demoiselle du téléphone ****
=> Gounod, La Nonne Sanglante * / La Reine de Saba * / Le Tribut de Zamora ***
=> Guiraud, La Coupe du roi de Thulé **** / Frédégonde ***
=> Mermet, Roland à Roncevaux ****
=> Bizet, Les Pêcheurs de Perles *
=> Delibes, Kassya ****
=> Lalo, Fiesque **
=> Lalo / Coquard, La Jacquerie (d'après Mérimée) ****
=> Thomas, Psyché ***
=> Chabrier, Le roi malgré lui *
=> Erlanger, Saint Julien L'Hospitalier ***
=> Paladilhe, Patrie ! ***
=> A. Duvernoy, Sardanapale **** / Hellé ****
=> Dubois, Frithjof **** / Aben-Hamed ***
=> Godard, Les Guelfes **** / Pedro de Zalaméa **** / Jocelyn ***
=> Saint-Saëns, Henry VIII * / Andromaque (sur le texte de Racine !) **** / Déjanire **** / Etienne Marcel * / L'Ancêtre **** / Antigone **** / Proserpine **** / Le Timbre d'argent **** / Frédégonde ***
=> Reyer, Sigurd * / Salammbô **


FRANCAIS D'APRES LE ROMANTISME
=> Salvayre, La Dame de Monsoreau ***
=> Massenet, Panurge ** / Le Roi de Lahore * / Roma * / Don César de Bazan **** / Bacchus **** / Le Mage ****
=> Chausson, Le Roi Arthus *
=> Fauré, Prométhée **** / Masques et bergamasques ****
=> Bruneau, La faute de l'abbé Mouret ****
=> Lazzari, La Lépreuse **
=> Gunsbourg, Ivan le Terrible ***
=> Terrasse, Cartouche ****
=> Christiné, Phi-Phi *
=> Koechlin, Jacob chez Laban ****
=> Tournemire, La Légende de Tristan **** / Les Dieux sont morts **** / Nittetis ****
=> Roger-Ducasse, Orphée ****
=> Widor, Nerto **** / Les Pêcheurs de la Saint-Jean ***
=> D'Indy, L'Etranger ** / Fervaal ** / Le Chant de la cloche **** / Saint-Christophe ***
=> Pierné, Sophie Arnould * / Les Elfes **** / La Fille de Tabarin ***
=> Ropartz, Le Pays *
=> Debussy, La Chut de la Maison Usher *
=> Bachelet, Quand la cloche sonnera ***
=> Le Borne, Les Girondins ***
=> Stamboul ***
=> Emmanuel, Prométhée enchaîné **** / Salamine **
=> Bréville, Eros vainqueur ****
=> Leroux, 1814 **** / Evangéline **** / Astarté **** / William Ratcliff **** / La Plus Forte *** / Théodora ****
=> Levadé, Les Hérétiques ***
=> Büsser, Colomba **** / La Vénus d'Ille **** / Les Noces corinthiennes **** / Le Miracle de perles ****
=> Hirchmann, Hernani ***
=> Hahn, Nausicaa **** / Malvina ** / La Carmélite ****
=> Nouguès, La Mort de Tintagiles (Maeterlinck) **** / La Vendetta **** / L'Auberge Rouge **** / Jean de France **** / L'Aigle *** / Quo vadis ? **** / La Danseuse de Pompéi ****
=> Février, La Damnation de Blanchefleur ***
=> Louis Aubert, La Forêt Bleue ****
=> Laparra, La Habanera ***
=> Dupont, La Cabrera * / La Farce du Cuvier **** / La Glu ****
=> Cras, Polyphème *
=> Bloch, Macbeth *
=> Inghelbrecht, La Nuit Vénitienne ****
=> Wolff, Soeur Béatrice (Maeterlinck) ****
=> Le Flem, La Magicienne de la Mer **** / La Clairière des Fées ****
=> Delvincourt, Lucifer ou Le Mystère de Caïn ****
=> Martinů, Juliette ou la Clef des songes * / Ariadne (Neveux) **** / Le jour de bonté ****
=> Ibert, L'Aiglon ** / Le roi d'Yvetot ** / Persée & Andromède *
=> Honegger, L'Aiglon ** / Judith **** / Antigone **
=> Milhaud, Le Pauvre Matelot * / L'Orestie complète * (pour extraits...) / La Mère Coupable ** / Médée **** / Les Malheurs d'Orphée ***
=> Tansman, La Nuit Kurde **** / Le Serment (d'après Balzac) ****
=> Delannoy, Puck / Le Poirier de Misère  ****
=> Sauguet, La Chartreuse de Parme **
=> Martinon, Hécube ****
=> Landowski, L'Opéra de Poussière **** / Galina ****
=> Prodromidès, Les Perses **
=> Damase, Colombe ** / Le Matin de Faust **** / Eurydice **** / L'Héritière **


RUSSES
=> Rimsky-Korsakov, Le Coq d'Or * / Kitège *
=> Moussorgsky, Salammbô *
=> Rachmaninov, Francesca da Rimini * / Aleko * / Chevalier ladre *


EUROPE DU NORD
=> Sibelius, Jungfrun i tornet *
=> Rangström, Kronbruden *
=> Madetoja, Juha *
=> Atterberg, Härvard Harpolekare **** / Fanal **** / Stormen **** / Bäckahästen **** / Aladdin ****
=> Nystroem, Herr Arnes penningar ****
=> Langgaard, Fortabelsen (Antikrist) *
=> A. Merikanto, Juha *
=> Fernström, Isissystrarnas bröllop ****


EUROPE CENTRALE
=> Moniuszko, Halka *
=> Smetana, Dálibor *
=> Dvorák, Armida * / Tvrdé palice *
=> Dohnányi, A vajda tornya ****
=> Szymanowski, Hagith *
=> Fibich, Nevĕsta messinská * / Šárka *
=> Weinberger, Valdštejn ****
=> Haas, Šarlatán *


ANGLAIS
=> Britten, Curlew River *
=> Castelnuovo-Tedesco, The Importance of Being Earnest **** / All's Well that Ends Well ****
=> Herrmann, Wuthering Heights *


CONTEMPORAIN
=> Daniel-Lesur, La Reine morte **
=> U. Zimmermann, Die Weisse Rose *
=> Constant, Teresa ****
=> Rosing-Schow, Brand ****
=> Aboulker, Douce & Barbe-Bleue *
=> Ekström, Ocean of Time **
=> Maazel, 1984 * 



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1654

Commentaires

1. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par Ouf1er

Intéressante liste. Quelques remarques, annotations, et réflexions diverses :

Il y a un peu (beaucoup) à boire et à manger dans cette liste, et manifestement des oeuvres qu'on ne verra JAMAIS, soit parce que le livret n'est plus "montable", soit que le matériel (notamment orchestral) reste introuvable et probablement perdu à tout jamais. Il manque donc sans doute à cette classification un critère "d'urgence", pour distinguer le nécessaire (voire l'indispensable) du totalement "sympathique mais probablement superflu" ;-)) Mais bien sûr, l'initiative est louable....

Par ailleurs quelle curieuse idée que de mettre Wolf-Ferrari dans les "Germaniques" alors que ses oeuvres sont toutes écrites sur des livrets italiens, avec une "italianitude" fort prononcée : on parlera ainsi plutôt du Segreto di Suzanna, que de Suzannens Geheimnis, ainsi que des Quattro Rusteghi, ou des Gioielli della Madonna...

L'Orphée de Roger-Ducasse, sous-titré "Mimodrame Lyrique" est plutôt un ballet qu'un opéra à proprement parler, avec quelques rares scènes où des solistes (et surtout des choeurs, à la manière du Daphnis et Chloé ravélien) interviennent. Dans le même ordre d'idée, les "Masques et Bergamasques" de Fauré ne sont pas à proprement une oeuvre lyrique, mais plutot un divertissement chorégraphié...

Euh, le Phi-Phi de Christiné est joué assez régulièrement sur nos scènes, et pas plus tard qu'en ce moment même à Paris.... Et quitte à y introduire du répertoire lyrique léger, il y a sans doute une flopée d'oeuvres qui, plus encore que Phi-Phi, mériteraient des résurrections (et quitte aussi à faire mourir le petit cheval... quelle cruauté !)

Il y manque aussi A MON GOUT quelques oeuvres, dont certaines majeures, qui devraient pouvoir accéder aux scènes françaises -- puisque je suppose, sauf erreur, que c'est bien de celles-ci qu'on cause -- avec une garantie de succès plus que probable, pour peu, évidemment qu'elles soient montées avec le soin adéquat (ce dernier point parait une évidence, mais certaines évidences peuvent être utilement réaffirmées). Il n'y a dans cette liste complémentaire finalement que peu de "raretés absolues", mais des oeuvres dont je trouve scandaleuse l'absence (à peu prés totale -- une production tous les 15 ans étant assimilée à une absence totale) sur nos scènes françaises :

(dans un ordre qui me vient à l'esprit, mais sans caractère prioritaire)

-- MAGNARD : Guercoeur (le grand absent de ta liste, et selon moi un oubli MAJEUR des programmateurs !)
-- CHABRIER : Gwendoline
-- ROGER-DUCASSE : Cantegril (cette trés exigente partition vaut bien mieux que le traitement indigne de l'ORTF qui a massacré les pages de la partition qu'il n'avait pas coupées...)
-- SULLIVAN : The Mikado (une version française existe); The Pirates of Penzance (une version française reste à créer de toute urgence !), Iolanthe (idem)? Tres "british" sans doute, mais ça nous changerait des inévitables offenbachiades de fin d'année...
-- OFFENBACH : Robinson Crusoé; Vert-Vert (c'est prévu !), Die Rheinnixen
-- HONEGGER : Les Aventures du Roi Pausole, Les Petites Cardinal (avec Ibert)
-- NICOLAI : Die Lustigen Weiber von Windsor (là aussi, un oubli MAJEUR !)
-- BUSONI : Die Brautwahl
-- WOLF : Der Corregidor
-- Kirke MECHEM : Tartuffe (d'aprés la pièce de Molière; un petit bijou contemporain (1980))
-- PFITZNER : Palestrina
-- PIERNÉ : Fragonard
-- BACHELET : Un Jardin sur l'Oronte (difficile de se faire une idée précise de la qualité réelle de ce pavé à la lecture du piano-chant seul, mais c'est trés prometteur...)
-- D'INDY : Le Rêve de Cinyras (je n'ai pu me faire une excellente idée de la musique, mais le livret, dans le genre Belle Hélène anti-militariste, vaut son pesant de cacahuètes.... Etonnant que ca n'ait pas inspiré un Koering !)
-- BRUNEAU : L'Attaque du Moulin (Bruneau vaudrait quand même qu'on tente de lui redonner sa chance, vu l'importance qu'il a tenu dans l'histoire de l'opéra français).
-- HAHN : Le Marchand de Venise (une reprise s'impose, aprés la scandaleuse reprise de l'opéra-comique en 78 (79?) qui dénaturait complètement l'oeuvre avec ses coupures insensées !)
-- NIELSEN : Maskarade (quasiment l'opéra national Danois, dont je doute même qu'il ait jamais été joué en France)
-- MONIUSZKO : Le Manoir Hanté
-- FRANCAIX : La Princesse de Clèves; Paris, à nous deux !
-- BEYDTS : Moineau
-- MESSAGER : La Basoche (là aussi une des plus belles partitions du répertoire française en demi-teinte !)
-- GANNE : Hans, le joueur de Flûte
-- DANIEL-LESUR : Andrea del Sarto (voilà encore un compositeur français bien trop "discret")
-- CORNELIUS : Le Barbier de Bagdad
-- KUNNEKE : Der Vetter von Dingsda, Die Lockende Flamme (Kunneke est un peu aux allemands ce que Yvain est aux français. Des petites choses fort interessantes à explorer !)
-- PENELLA : El Gato Montes
-- ROUSSEL ; Padmavati (qui mérite plus qu'une reprise à Paris tous les 30 ans !); Le Testament de la Tante Caroline
-- TERRASSE : Le Sire de Vergy (un petit bijou d'humour offenbachien)
-- RABAUD : L'Appel de la Mer (couplé avec les RIDERS TO THE SEA de Vaughan-Williams... Qui osera ???)
-- FIORAVANTI : I Virtuosi Ambulanti (l'extrait dans la série des 100 ans d'Opéra Italien chez Opera Rara donne envie d'en entendre plus...)
-- GERSHWIN : Of Thee I Sing / Let'em Eat Cake (Chef-d'oeuvre classé "musical", mais dans un esprit finalement trés proche de l'operette européenne. D'ailleurs 1er du genre à avoir obtenu le prestigieux Pulitzer Prize). Voilà bien une chose qui s'inscrirait parfaitement dans la programmation actuelle du Châtelet.
-- GRANADOS : Goyescas
-- LEONI : L'Oracolo
-- DELIUS : A Village Romeo and Juliet (sublime partition !); Koanga, Fennimore and Gerda

Comme quoi, il n'y a même pas forcément besoin de fouiller les tréfonds des bibliothèques. Il suffirait parfois de regarder un peu ce qui se donne à l'étranger avec un constant succès...

Voilà ma petite pierre à l'édifice.

2. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par Gilles :: site

On peut rajouter des Mascagni : Parisina, Guglielmo Ratcliff, Isabeau, Il Piccolo Marat... et même Iris, qui est plus connu que les autres, mais pas forcément plus joué sur nos scènes.

Plus toute une série d'oeuvres étatsuniennes :
GLASS : Akhnaten, Einstein On The Beach...
MENOTTI : Amahl And The Night Visitors, The Old Maid And The Thief (qui va être donné prochainement, les 21 et 22 janvier à l'église américaine) ;
ADAMS : Nixon In China, The Death Of Klinghoffer...
CORIGLIANO : The Ghosts Of Versailles.
En particulier, je rêverais que l'on monte régulièrement des Carlisle FLOYD : Susannah, Of Mice And Men...

Dans votre liste, vous mentionnez la Francesca da Rimini de Zandonai, qui ne sera bientôt plus une rareté à la fin du mois, quand l'Opéra Bastille s'en emparera.
Le magnifique Wuthering Heights de Bernard Herrmann a donné lieu à une très belle version de concert à Montpellier l'an dernier dirigée par Alain Altinoglu et dont l'enregistrement devrait paraître cette année. Espérons que cela suscite l'envie d'en faire une production mise en scène.

3. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par Tommaso

Cassandra de Gnecchi vient d'être représentée à Catane: http://www.teatromassimobellini.it/dettopera.asp?id=509

4. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonjour à tous les trois, et d'abord merci pour ces commentaires fournis !

@ Ouf1er :

Il y a un peu (beaucoup) à boire et à manger dans cette liste, et manifestement des oeuvres qu'on ne verra JAMAIS, soit parce que le livret n'est plus "montable", soit que le matériel (notamment orchestral) reste introuvable et probablement perdu à tout jamais. Il manque donc sans doute à cette classification un critère "d'urgence", pour distinguer le nécessaire (voire l'indispensable) du totalement "sympathique mais probablement superflu" ;-)) Mais bien sûr, l'initiative est louable....

C'est mon choix de départ : je ne me suis pas limité aux oeuvres que j'aime déjà (celles-là, j'ai l'occasion d'en parler sur CSS !), mais j'ai étendu mes suggestions aux oeuvres qu'on n'entend jamais, et dont pour certaines je n'ai accès ni au son, ni aux partitions, ni même au livret.
D'où le critère de la rareté et non de l'urgence.

Après, oui, je pourrais proposer une liste d'oeuvres que j'aime et que je voudrais voir programmées, mais c'est finalement ce que je fais, semaine après semaine, sur CSS, donc ça n'a pas le même intérêt. C'est difficile, tout de même, et ça le sera de plus en plus avec la numérisation, d'accéder à ce qui n'est pas pensé : comme on ne feuillette plus les bibliothèques mais qu'on utilise des mots-clefs dans des bases de données, on ne tombe plus aussi facilement sur des raretés et bizarreries. Cette liste veut précisément ouvrir les possibles...

Mon objet était donc surtout de faire une sorte de liste d'oeuvres que j'aimerais au minimum lire, et dans le meilleur des cas voir représentées. Une liste de souhaits et pas une liste de recommandations, en tout cas.

Le livret n'est pas un obstacle si considérable (même dans Saint Christophe de d'Indy, que j'ai survolé, c'est plus une réputation...), quant au matériel, il peut toujours s'écrire ou se restituer d'après les particelles... Franchement, dans la plupart des cas, on peut deviner pas mal d'idées d'orchestration en lisant les réductions...

Dans le lot, il est tout à fait possible qu'il y ait des oeuvres réellement perdues (j'ai essayé de les sélectionner pour que ce ne soit pas le cas, et de même de choisir des livrets intéressants, des genres lyriques féconds...). Mais si tu as des infos sur certains, ça m'intéresse tout à fait : inutile que je rêve ce qui n'existe plus, comme Oedipe et le Sphinx de Varèse...

Par ailleurs quelle curieuse idée que de mettre Wolf-Ferrari dans les "Germaniques" alors que ses oeuvres sont toutes écrites sur des livrets italiens, avec une "italianitude" fort prononcée : on parlera ainsi plutôt du Segreto di Suzanna, que de Suzannens Geheimnis, ainsi que des Quattro Rusteghi, ou des Gioielli della Madonna...

Tout est classé non par nationalité, mais par langue (il y a aussi Sly dans la catégorie italienne - qui est donné de temps à autre, d'ailleurs). J'ai dû penser qu'il s'agissait d'une version allemande.

Dans le même ordre d'idée, les "Masques et Bergamasques" de Fauré ne sont pas à proprement une oeuvre lyrique, mais plutot un divertissement chorégraphié...

Je me demandais ce que c'était, justement. Ca se trouve quelque part ?

L'Orphée de Roger-Ducasse, sous-titré "Mimodrame Lyrique" est plutôt un ballet qu'un opéra à proprement parler, avec quelques rares scènes où des solistes (et surtout des choeurs, à la manière du Daphnis et Chloé ravélien) interviennent.

C'est que je n'ai pas été convaincu par Cantegril et que je voudrais entendre autre chose... je n'ai pas trouvé d'autre oeuvre lyrique que celle-là, et en plus, étant plus ancienne d'une dizaine d'années, je me dis que son esthétique est peut-être plus marquée par Debussy, moins "aimable" que Cantegril et certaines de ses pièces orchestrales.

Euh, le Phi-Phi de Christiné est joué assez régulièrement sur nos scènes, et pas plus tard qu'en ce moment même à Paris.... Et quitte à y introduire du répertoire lyrique léger, il y a sans doute une flopée d'oeuvres qui, plus encore que Phi-Phi, mériteraient des résurrections (et quitte aussi à faire mourir le petit cheval... quelle cruauté !)

Je n'ai pas vu très souvent Phi-Phi à l'affiche, mais je suis tout à fait d'accord pour dire que c'est musicalement sans grand intérêt. C'est plus l'aspect théâtral et sa combinaison avec une ambiance musicale qui me plaît. Ca n'en demeure pas moins un ouvrage lyrique qui, monté avec des moyens plus honnêtes que ce n'est généralement le cas, m'agréerait.


Il y manque aussi A MON GOUT quelques oeuvres, dont certaines majeures, qui devraient pouvoir accéder aux scènes françaises -- puisque je suppose, sauf erreur, que c'est bien de celles-ci qu'on cause --

Pour beaucoup des titres, n'importe quelle scène pourvue d'une radio qui retransmette me suffirait ! Evidemment, j'en ai cité quelques-uns qui me paraissent séduisants pour un vaste public sans pour autant me bouleverser moi (Phi-Phi de Christiné et Francesca de Zandonai, par exemple, parmi celles citées dans les commentaires).

avec une garantie de succès plus que probable, pour peu, évidemment qu'elles soient montées avec le soin adéquat (ce dernier point parait une évidence, mais certaines évidences peuvent être utilement réaffirmées). Il n'y a dans cette liste complémentaire finalement que peu de "raretés absolues", mais des oeuvres dont je trouve scandaleuse l'absence (à peu prés totale -- une production tous les 15 ans étant assimilée à une absence totale) sur nos scènes françaises :

Ok, donc une liste plus pragmatique, puisqu'il existe une pratique et même des artistes disponibles. Ce n'était pas mon objet à moi, ça complètera donc utilement.


Je te réponds au reste dans un autre message...

5. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec

Donc, la liste d'Ouf1er :

-- MAGNARD : Guercoeur (le grand absent de ta liste, et selon moi un oubli MAJEUR des programmateurs !)

Dieu voit mon zèle à défendre l'opéra français sous toutes ses tendances, lyriques gentils, post-wagnériens, debussystes, papoteurs en musique, légers... Mais Guercoeur, c'est vraiment un nanar pour moi. Ce livret grotesque (mauvaise singerie des ressorts du Roi de Lahore), cet orchestre pompier, cette prosodie impossible... Il y a sans doute des beautés harmoniques à mettre en valeur avec un piano seul ou une réorchestration, mais en l'occurrence, il serait bien dommage de dépenser cher pour monter ça...

-- CHABRIER : Gwendoline

Bonne idée ! Tout Chabrier est bon à prendre de toute façon...

-- ROGER-DUCASSE : Cantegril (cette trés exigente partition vaut bien mieux que le traitement indigne de l'ORTF qui a massacré les pages de la partition qu'il n'avait pas coupées...)

Oui, l'enregistrement est franchement mauvais. Mais la partition ne m'a pas parue ébouriffante pour autant. Cela dit, quelquefois, c'est à tel point qu'on peut réellement se méprendre. Pour Fervaal, par exemple, je trouvais la version Le Conte / Grancher / Mollien sympathique, mais pas immense non plus. Avec un véritable orchestre à Berne (et sans couper le fabuleux prologue), c'était tout simplement fabuleux, complètement fascinant.

-- SULLIVAN : The Mikado (une version française existe); The Pirates of Penzance (une version française reste à créer de toute urgence !), Iolanthe (idem)? Tres "british" sans doute, mais ça nous changerait des inévitables offenbachiades de fin d'année...

Effectivement, ça changerait, avec de la musique assez bonne.

-- OFFENBACH : Die Rheinnixen

Oui, pourquoi pas, c'est pas, c'est vrai.

-- HONEGGER : Les Aventures du Roi Pausole, Les Petites Cardinal (avec Ibert)

Effectivement, moi j'attends d'abord du sérieux ou du semisérieux (Yvetot, pour Ibert, ça m'irait).

-- NICOLAI : Die Lustigen Weiber von Windsor (là aussi, un oubli MAJEUR !)

Effectivement, dommage qu'on ne le voie pas sur nos scènes. Même chose avec Martha de Flotow qui dispose en plus d'une version française à succès.

-- WOLF : Der Corregidor

Ce n'est pas le plus urgent, mais bien monté, j'aimerais effectivement l'entendre.

-- Kirke MECHEM : Tartuffe (d'aprés la pièce de Molière; un petit bijou contemporain (1980))

Il existe une captation ?

-- PFITZNER : Palestrina

Ah non, ah non, ah non ! Pas ce pudding atroce et son livret inepte ! Il y a de très belles choses chez Pfitzner, Das Christ-Elflein et surtout Der Arme Heinrich, pourquoi s'infliger une telle punition ?

-- PIERNÉ : Fragonard

J'avoue que je n'aime pas beaucoup cet humour ni cette musique. Mon-Pierné-à-moi, c'est Sophie Arnould, mais on pourra s'entendre sur La Fille de Tabarin, n'est-ce pas, Caius Clinius M. ? :)

-- BACHELET : Un Jardin sur l'Oronte (difficile de se faire une idée précise de la qualité réelle de ce pavé à la lecture du piano-chant seul, mais c'est trés prometteur...)

Quand la cloche sonnera m'a paru bien écrit, mais je n'ai pas été saisi comme en lisant d'autres de ses contemporains. Peut-être que le Jardin est mieux, je ne l'ai pas lu pour l'heure - mais un ange tutélaire, proche de Caius Clinius, m'a donné bon espoir.

-- D'INDY : Le Rêve de Cinyras (je n'ai pu me faire une excellente idée de la musique, mais le livret, dans le genre Belle Hélène anti-militariste, vaut son pesant de cacahuètes.... Etonnant que ca n'ait pas inspiré un Koering !)

Disons que pour moi c'est moins urgent que les oeuvres sérieuses qui seront plus riches musicalement. Je suis assez curieux du Chant de la Cloche, tu as pu lire la partition ?
Parce que Saint Christophe, entre la réputation d'antisémitisme, le morcellement en saynètes et le propos prêchi-prêcha, on ne le reverra pas de sitôt. A la lecture, ça ne m'a de toute façon pas paru aussi passionnant que Fervaal et L'Etranger.

-- BRUNEAU : L'Attaque du Moulin (Bruneau vaudrait quand même qu'on tente de lui redonner sa chance, vu l'importance qu'il a tenu dans l'histoire de l'opéra français).

Ca a été redonné il n'y a pas longtemps, je dois avoir la captation quelque part, je ne l'ai pas encore écoutée. Le Rêve est l'une des très rares partitions (la seule ?) que j'aie trouvée meilleure en l'écoutant avec orchestre qu'en la jouant à mon piano. Ce n'est pas gigantesque, mais c'est pas mal du tout !
Comme on aura tôt ou tard L'Attaque du Moulin quelque part, j'étais plus ambitieux. Bien curieux d'entendre Angelo en particulier.


-- HAHN : Le Marchand de Venise (une reprise s'impose, aprés la scandaleuse reprise de l'opéra-comique en 78 (79?) qui dénaturait complètement l'oeuvre avec ses coupures insensées !)

Oui, ça je prends aussi !

-- NIELSEN : Maskarade (quasiment l'opéra national Danois, dont je doute même qu'il ait jamais été joué en France)

Etonnamment, alors que j'adore Nielsen (et que j'ai des relations privilégiées avec cette langue :-) ), je n'ai jamais été passionné par ce très bon opéra. Ca me fait penser à Berwald (que j'aurais dû citer) plus qu'à Nielsen, ce qui est tout de même troublant !

-- MONIUSZKO : Le Manoir Hanté

Je trouve Halka très supérieure, et comme les deux sont joués...

-- FRANCAIX : La Princesse de Clèves; Paris, à nous deux !

Paris étant très court, il faudrait le coupler. C'est quand même une plaisanterie sympathique, mais pas vertigineuse non plus, tu ne trouve pas ?

-- BEYDTS : Moineau

Ca ressemble à quoi ? :-)

-- MESSAGER : La Basoche (là aussi une des plus belles partitions du répertoire française en demi-teinte !)

J'aime beaucoup également, c'est très bien pour du Messager en tout cas.

-- GANNE : Hans, le joueur de Flûte

J'avoue trouver Ganne très faible...

-- DANIEL-LESUR : Andrea del Sarto (voilà encore un compositeur français bien trop "discret")

Oh oui, un autre Daniel-Lesur, s'il vous plaît ! Tu as pu lire la partition ?

-- CORNELIUS : Le Barbier de Bagdad

Moui, je suis moins pressé.

-- KUNNEKE : Der Vetter von Dingsda, Die Lockende Flamme (Kunneke est un peu aux allemands ce que Yvain est aux français. Des petites choses fort interessantes à explorer !)

Dans le genre, j'avoue mon faible pour Hollaender notamment...

-- ROUSSEL ; Padmavati (qui mérite plus qu'une reprise à Paris tous les 30 ans !)

Ouais, bof.

-- TERRASSE : Le Sire de Vergy (un petit bijou d'humour offenbachien)

C'est pas mal en effet (infiniment meilleur que son Monsieur de La Palisse en tout cas.

-- RABAUD : L'Appel de la Mer (couplé avec les RIDERS TO THE SEA de Vaughan-Williams... Qui osera ???)

Ah oui, soirée sympa !

-- GRANADOS : Goyescas

Tu trouves ça spécialement remarquable ?

-- DELIUS : A Village Romeo and Juliet (sublime partition !); Koanga, Fennimore and Gerda

Oh oui, Koanga, j'aimerais ! En plus il y a de quoi faire sur scène. Le Village, on s'en accommoderait aussi.

Comme quoi, il n'y a même pas forcément besoin de fouiller les tréfonds des bibliothèques. Il suffirait parfois de regarder un peu ce qui se donne à l'étranger avec un constant succès...

Bien sûr. Comme je le disais mon but était justement de faire une liste de choses qu'on ne donne pas, voire qu'on ne trouve pas.

Voilà ma petite pierre à l'édifice.

On n'est pas d'accord sur tout (notre tropisme est légèrement différent), mais c'est plus qu'une petite pierre, c'est déjà une belle et vigoureuse source à laquelle puiser !

6. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec :: site




@ Gilles :

On peut rajouter des Mascagni : Parisina, Guglielmo Ratcliff, Isabeau, Il Piccolo Marat... et même Iris, qui est plus connu que les autres, mais pas forcément plus joué sur nos scènes.

J'avoue (humblement) que j'attends ça moins impatiemment. Autant I Medici de Leoncavallo, avec ses debussysmes étonnants, est une partition pour laquelle je donne à peu près n'importe quelle oeuvre de la "jeune école", en y comprenant les Puccini, autant pour Mascagni, je ne suis pas spécialement frustré. Mais dans l'absolu, c'est vrai que j'aimerais qu'on monte des oeuvres moins fréquentes. Si on pouvait éviter Guglielmo Ratcliff, qui n'est quand même pas le comble du raffinement (certes, on n'est pas au point de l'Edipo de Leoncavallo qui est un sommet dans ce prosaïsme-là...).

Plus toute une série d'oeuvres étatsuniennes :
GLASS : Akhnaten, Einstein On The Beach...
MENOTTI : Amahl And The Night Visitors, The Old Maid And The Thief (qui va être donné prochainement, les 21 et 22 janvier à l'église américaine) ;
ADAMS : Nixon In China, The Death Of Klinghoffer...

Jolie liste des oeuvres que je n'aimerais pas voir programmées - ou plus exactement que je n'aimerais pas voir. :-)

Glass, c'est compliqué de l'expliquer en quelques mots, disons qu'à mon avis ça ne relève pas de la "musique classique". Ca appelle une autre mode d'écoute, plus physique, fondé sur la sensation de transe, plus proche des musiques électroniques du genre techno que de la "musique savante" au sens où on l'entend généralement. Personnellement, étant totalement imperméable à ce mode d'écoute où la musique prend possession du corps, je déteste absolument.
Par ailleurs, sur le plan analytique, sa musique est redoutable pauvre ET mal écrite.

Pour Adams, c'est différent, j'aime énormément certaines oeuvres, mais vous citez précisément les deux oeuvres lyriques que je n'aime pas. Nixon s'apparente à l'esthétique Glass. Pour Klinghoffer, j'ai même été jusqu'à jouer la partition... et j'ai été assez dépité. En revanche, El Niño ou Doctor Atomic m'enchantent, le langage y étant plus riche et aussi plus varié.

Menotti, c'est encore différent : je trouve ça souvent inoffensif, mais ce n'est pas mauvais non plus. Dans le genre opéra américain, j'irais plus voir Vanessa de Barber, le Streetcar de Previn, An American Tragedy de Picker, The Dangerous Liaisons de Susa ou Merry Mount de Hanson. Le premier et le dernier étant réellement de grandes oeuvres, à mon sens.

CORIGLIANO : The Ghosts Of Versailles.

Là, je suis plus clément : j'aime beaucoup Corigliano, je l'admets.

En particulier, je rêverais que l'on monte régulièrement des Carlisle FLOYD : Susannah, Of Mice And Men...

Effectivement, dans la veine postromantique sucrée, ce n'est pas mal.

J'aurais dû aussi citer The Thief of Love de Sheila Silver et The Emperor Jones de Gruenberg, parmi les opéras américains accessibles.


Dans votre liste, vous mentionnez la Francesca da Rimini de Zandonai, qui ne sera bientôt plus une rareté à la fin du mois, quand l'Opéra Bastille s'en emparera.

Ce n'est pas vraiment une rareté dans la mesure où il existe une discographie et où des représentations existent, mais pour plus d'équilibre, j'ai quand même cité l'ouvrage, qui est intéressant (et pas non plus superlatif, un peu comme Mathis de Hindemith, tous styles égaux par ailleurs...).
Je mettrai de toute façon à jour la liste, en retirant ce qui est joué de façon un peu prestigieuse, avec retransmissions à la clef. Il y a d'ailleurs certains titres que je n'ai pas mis parce qu'ils ont été joués il y a très peu de temps (Céphale & Procris de Grétry, par exemple).

Le magnifique Wuthering Heights de Bernard Herrmann a donné lieu à une très belle version de concert à Montpellier l'an dernier dirigée par Alain Altinoglu et dont l'enregistrement devrait paraître cette année. Espérons que cela suscite l'envie d'en faire une production mise en scène.

Il y a également eu une version de concert filmée en Amérique, et il a existé un disque réalisé à la fin de la vie ou peu après la mort de Herrmann.
Je le citais, parce que sans être dépourvu de faiblesses, l'oeuvre a suffisamment de qualités pour mériter une production scénique et mieux qu'une exhumation tous les cinquante ans. Mais vu la concomitance des projets, il est possible que ce soit réellement le salut pour cette fois.

7. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec

@ Tommaso :

Cassandra de Gnecchi vient d'être représentée à Catane: http://www.teatromassimobellini.it/dettopera.asp?id=509

Ah oui, c'est tout frais, merci ! Pas par des demi-formats, ça devait criailler un peu... Les représentations de Montpellier ne sont pas si anciennes non plus, mais c'est vraiment un ouvrage qui mériterait d'être joué souvent, certes pas autant qu'Elektra, mais . La difficulté est que c'est trop consonant pour les amateurs des Germaniques, et pas assez lyrique pour les amateurs des Italiens... donc difficile de toucher son public. Cela dit, dans l'hypothèse maximaliste, on touche les deux...

Merci pour l'info !

8. Le jeudi 20 janvier 2011 à , par Ouf1er

- MAGNARD : Guercoeur (le grand absent de ta liste, et selon moi un oubli MAJEUR des programmateurs !)

Dieu voit mon zèle à défendre l'opéra français sous toutes ses tendances, lyriques gentils, post-wagnériens, debussystes, papoteurs en musique, légers... Mais Guercoeur, c'est vraiment un nanar pour moi. Ce livret grotesque (mauvaise singerie des ressorts du Roi de Lahore), cet orchestre pompier, cette prosodie impossible... Il y a sans doute des beautés harmoniques à mettre en valeur avec un piano seul ou une réorchestration, mais en l'occurrence, il serait bien dommage de dépenser cher pour monter ça...

==> Rhoooooo, y a des fessées qui se perdent !!!!!
Et tu oses démonter Magnard ainsi sans vergogne devant moi ? Je vais bouder....

-- ROGER-DUCASSE : Cantegril (cette trés exigente partition vaut bien mieux que le traitement indigne de l'ORTF qui a massacré les pages de la partition qu'il n'avait pas coupées...)

Oui, l'enregistrement est franchement mauvais. Mais la partition ne m'a pas parue ébouriffante pour autant. Cela dit, quelquefois, c'est à tel point qu'on peut réellement se méprendre. Pour Fervaal, par exemple, je trouvais la version Le Conte / Grancher / Mollien sympathique, mais pas immense non plus. Avec un véritable orchestre à Berne (et sans couper le fabuleux prologue), c'était tout simplement fabuleux, complètement fascinant.

==> L'enregistrement est insupportable, disons-le mot, si on n'a pas la chance d'avoir la partition sous le nez.
Et de toutes façons, au piano, cette musique ne rend rien, car c'est l'orchestration qui donne toute la couleur.
Orphée ressemble plus à un mélange Ravel / Roussel qu'à Debussy. Il y a des extraits symphoniques dispo,
et une version honteusement coupée (toujours commise par l'ORTF, évidemment). J'ai relancé Timpani et Hypérion sur le sujet, mais......

-- NICOLAI : Die Lustigen Weiber von Windsor (là aussi, un oubli MAJEUR !)

Effectivement, dommage qu'on ne le voie pas sur nos scènes. Même chose avec Martha de Flotow qui dispose en plus d'une version française à succès.
==> Mais perso, je trouve Martha assez gnan-gnan... Mais il faudrait sans doute que je réécoute ça.

-- WOLF : Der Corregidor

Ce n'est pas le plus urgent, mais bien monté, j'aimerais effectivement l'entendre.
==> C'est une partition splendide, et sur scène, ce doit être assez drôle.

-- Kirke MECHEM : Tartuffe (d'aprés la pièce de Molière; un petit bijou contemporain (1980))

Il existe une captation ?
==> Voui, voui.... ;-) Caius Clinius M. doit avoir ça dans ses rouleaux...

-- PFITZNER : Palestrina

Ah non, ah non, ah non ! Pas ce pudding atroce et son livret inepte ! Il y a de très belles choses chez Pfitzner, Das Christ-Elflein et surtout Der Arme Heinrich, pourquoi s'infliger une telle punition ?

==> Oui, bon là, je te l'accorde... Je ne suis pas moi-même convaincu des "insondables beautés" de cette partition, mais il parait qu'il y en a.... Ce n'est pas de toutes façons la priorité de ma liste. A tout prendre, je préfère encore 3 Busoni à 1 Pfitzner....

-- PIERNÉ : Fragonard

J'avoue que je n'aime pas beaucoup cet humour ni cette musique. Mon-Pierné-à-moi, c'est Sophie Arnould, mais on pourra s'entendre sur La Fille de Tabarin, n'est-ce pas, Caius Clinius M. ? :)
==> Oui, un peu daté sans doute. Peut-etre cela passerait-il mieux au disque qu'à la scène.
==> En tout cas, niveau livret (et même musique), pas au niveau de cette Fille de Tabarin.
==> J'aimerais ici aussi me faire l'avocat d'une autre trés belle oeuvre de Pierné, qui déborde du domaine lyrique, mais bon : l'oratorio Saint-François d'Assise mériterait largement d'être monté plus souvent. Malheureusement dans le seul enregistrement "trouvable", est coupée toute la scène importante avec les oiseaux. Mais ceci pourrait faire l'objet d'un autre fil, sur les oeuvres chorales / non-sceniques qui manquent cruellement sur la scene du concert....

-- BACHELET : Un Jardin sur l'Oronte (difficile de se faire une idée précise de la qualité réelle de ce pavé à la lecture du piano-chant seul, mais c'est trés prometteur...)

Quand la cloche sonnera m'a paru bien écrit, mais je n'ai pas été saisi comme en lisant d'autres de ses contemporains. Peut-être que le Jardin est mieux, je ne l'ai pas lu pour l'heure - mais un ange tutélaire, proche de Caius Clinius, m'a donné bon espoir.
==> Là encore, je suis persuadé qu'une partie de l'interet de cette musique réside dans l'orchestration. Mais étonnamment, aucun enregistrement, même dans les archives de Radio-France.

-- D'INDY : Le Rêve de Cinyras (je n'ai pu me faire une excellente idée de la musique, mais le livret, dans le genre Belle Hélène anti-militariste, vaut son pesant de cacahuètes.... Etonnant que ca n'ait pas inspiré un Koering !)

Disons que pour moi c'est moins urgent que les oeuvres sérieuses qui seront plus riches musicalement. Je suis assez curieux du Chant de la Cloche, tu as pu lire la partition ?
==> Non.

Parce que Saint Christophe, entre la réputation d'antisémitisme, le morcellement en saynètes et le propos prêchi-prêcha, on ne le reverra pas de sitôt. A la lecture, ça ne m'a de toute façon pas paru aussi passionnant que Fervaal et L'Etranger.
==> On imagine mal un d'Indy léger, c'est pour cela que Cinyras m'intrigue assez....
==> Mais là aussi, aucun enregistrement.

-- BRUNEAU : L'Attaque du Moulin (Bruneau vaudrait quand même qu'on tente de lui redonner sa chance, vu l'importance qu'il a tenu dans l'histoire de l'opéra français).

Ca a été redonné il n'y a pas longtemps, je dois avoir la captation quelque part, je ne l'ai pas encore écoutée. Le Rêve est l'une des très rares partitions (la seule ?) que j'aie trouvée meilleure en l'écoutant avec orchestre qu'en la jouant à mon piano. Ce n'est pas gigantesque, mais c'est pas mal du tout !
Comme on aura tôt ou tard L'Attaque du Moulin quelque part, j'étais plus ambitieux. Bien curieux d'entendre Angelo en particulier.

==> Oui, l'Attaque du Moulin a été donnée en Allemagne récemment, mais pas en France à ma connaissance.

-- MONIUSZKO : Le Manoir Hanté

Je trouve Halka très supérieure, et comme les deux sont joués...
==> Je ne connais pas (encore) Halka... Les 2 sont joués ???? Pas en France, que je sache !

-- FRANCAIX : La Princesse de Clèves; Paris, à nous deux !

Paris étant très court, il faudrait le coupler. C'est quand même une plaisanterie sympathique, mais pas vertigineuse non plus, tu ne trouve pas ?

==> Ah oui, bien sûr, une pochade mais amusante, à propos, et bien écrite. A coupler avec... voyons voir.....Oh il ne manque pas de petites oeuvres chez Milhaud, Tailleferre, voire Le Gendarme Incompris de Poulenc, ou des choses de ce genre. Ou même La Poule Noire de Rosenthal... Ou des petits Offenbach réorchestrés pour la même formation (quatuor de saxophones !)

-- BEYDTS : Moineau

Ca ressemble à quoi ? :-)
==> A du Messager, un peu plus moderne, entre Hahn et Yvain...

-- GANNE : Hans, le joueur de Flûte

J'avoue trouver Ganne très faible...
==> Cette partition est pourtant un chef-d'oeuvre du genre, à classer aux cotés de la Fille Angot, ou pas loin de la Basoche.

-- DANIEL-LESUR : Andrea del Sarto (voilà encore un compositeur français bien trop "discret")

Oh oui, un autre Daniel-Lesur, s'il vous plaît ! Tu as pu lire la partition ?
==> Pas la partition, mais il existe un enregistrement d'extraits...
==> Là aussi, je ne suis pas sûr qu'au piano, cette musique donne une idée tres exacte de ce qu'elle est...
==> C.P.M. doit aussi pouvoir trouver des rouleaux de Ondine (d'aprés Giraudoux) si tu n'as pas ça....

-- ROUSSEL ; Padmavati (qui mérite plus qu'une reprise à Paris tous les 30 ans !)

Ouais, bof.
==> ;-)) Oui, bon évidemment, si t'aimes pas Guercoeur, fallait pas que je m'attende à ce que tu aimes Padmavati ! Par contre, je maintiens le Testament de la Tante Caroline, qui est un petit bijou !

-- TERRASSE : Le Sire de Vergy (un petit bijou d'humour offenbachien)

C'est pas mal en effet (infiniment meilleur que son Monsieur de La Palisse en tout cas.)
==> Exact.

-- GRANADOS : Goyescas

Tu trouves ça spécialement remarquable ?
==> Oui, j'aime assez, c'est frais, bien écrit....

9. Le vendredi 21 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec

- MAGNARD : Guercoeur (le grand absent de ta liste, et selon moi un oubli MAJEUR des programmateurs !)
==> Rhoooooo, y a des fessées qui se perdent !!!!!
Et tu oses démonter Magnard ainsi sans vergogne devant moi ? Je vais bouder....

Non, non, j'aime bien le Quatuor, les Symphonies, Bérénice... mais Guercoeur, non, c'est vraiment une caricature de Wagner mal digéré fait par un Massenet fatigué. :-s


-- ROGER-DUCASSE : Cantegril ==> L'enregistrement est insupportable, disons-le mot, si on n'a pas la chance d'avoir la partition sous le nez.
Et de toutes façons, au piano, cette musique ne rend rien, car c'est l'orchestration qui donne toute la couleur.
Orphée ressemble plus à un mélange Ravel / Roussel qu'à Debussy. Il y a des extraits symphoniques dispo,
et une version honteusement coupée (toujours commise par l'ORTF, évidemment). J'ai relancé Timpani et Hypérion sur le sujet, mais......

Peut-être, mais enfin, à part Pelléas, j'ai rencontré fort peu d'oeuvres qui soient réellement diminuées au piano seul. Au contraire, je trouve que ça met en évidence les beautés des grandes partitions (Wagner gagne tellement au piano !) et que ça évite les platitudes lorsqu'on convoque un orchestre pour peu de chose, dans les oeuvres plus faibles.

Après, je ne dis pas qu'il faille jouer R. Strauss ou Pierné au piano juste pour faire le malin, c'est sûr qu'on y perd.


==> Mais perso, je trouve Martha assez gnan-gnan... Mais il faudrait sans doute que je réécoute ça.

Ah oui, c'est clairement un peu bluette comme ton, bien moins classicisant que Nicolai. Mais enfin, c'est influencé par l'opéra-comique, ça ne devrait pas te rebuter.

-- WOLF : Der Corregidor
==> C'est une partition splendide, et sur scène, ce doit être assez drôle.


Splendide, tant que cela ? Je la trouve très belle, mais on a toujours cette grisaille très personnelle de Wolf. Effectivement, en action sur scène, ce peut être intéressant.

-- PFITZNER : Palestrina
==> Oui, bon là, je te l'accorde... Je ne suis pas moi-même convaincu des "insondables beautés" de cette partition, mais il parait qu'il y en a.... Ce n'est pas de toutes façons la priorité de ma liste. A tout prendre, je préfère encore 3 Busoni à 1 Pfitzner....

Je n'ai pas rencontré beaucoup de gens qui avaient écouté sérieusement Palestrina et qui aimaient ça... Tout au plus, quand on n'aime pas l'opéra allemand de l'époque, ça reste agréable, mais ce n'est vraiment pas un sommet...

-- PIERNÉ : Fragonard
==> J'aimerais ici aussi me faire l'avocat d'une autre trés belle oeuvre de Pierné, qui déborde du domaine lyrique, mais bon : l'oratorio Saint-François d'Assise mériterait largement d'être monté plus souvent. Malheureusement dans le seul enregistrement "trouvable", est coupée toute la scène importante avec les oiseaux. Mais ceci pourrait faire l'objet d'un autre fil, sur les oeuvres chorales / non-sceniques qui manquent cruellement sur la scene du concert....

Effectivement, mais autant avec l'opéra on a un nombre possible plus ou moins à cerner, autant si on étend à d'autres genres la quantité - ainsi que la possibilité d'obtenir des informations, sinon exhaustives, qui donnent une idée des proportions - rendent la tâche extrêmement difficile. Mais on peut toujours citer des noms !

-- D'INDY : Le Rêve de Cinyras (je n'ai pu me faire une excellente idée de la musique, mais le livret, dans le genre Belle Hélène anti-militariste, vaut son pesant de cacahuètes.... Etonnant que ca n'ait pas inspiré un Koering !)

Disons que pour moi c'est moins urgent que les oeuvres sérieuses qui seront plus riches musicalement. Je suis assez curieux du Chant de la Cloche, tu as pu lire la partition ?
==> Non.

Je l'ai donc fait ce midi pendant ma pause déjeuner, lecture de l'ouverture et des premiers numéros. C'est une musique assez directe, mais pourvue de vraies raffinements (cheminements harmoniques en particulier, vraiment riches pour une oeuvre légère). On y retrouve les couleurs de d'Indy mêlées de quelque chose de plus naïf, propre au genre.
Ca a l'air vraiment chouette, même si le texte est assez affligeant... (et que certains numéros semblent bien plats.)


-- BRUNEAU : L'Attaque du Moulin
==> Oui, l'Attaque du Moulin a été donnée en Allemagne récemment, mais pas en France à ma connaissance.


Oui, c'est ça.

Même chose d'ailleurs :

-- MONIUSZKO : Le Manoir Hanté
==> Je ne connais pas (encore) Halka... Les 2 sont joués ???? Pas en France, que je sache !

A Varsovie, on les joue plusieurs fois par saison. :-) En France, évidemment, non. Mais autant le Manoir Hanté ressemble furieusement à du Auber, autant Halka, plus sérieuse, a des touches plus slaves qui, sans faire tout à fait du Smetana, ont quand même quelque chose de plus intensément lyrique et d'un peu plus personnel.


-- FRANCAIX : La Princesse de Clèves; Paris, à nous deux !
==> Ah oui, bien sûr, une pochade mais amusante, à propos, et bien écrite. A coupler avec... voyons voir.....Oh il ne manque pas de petites oeuvres chez Milhaud, Tailleferre, voire Le Gendarme Incompris de Poulenc, ou des choses de ce genre. Ou même La Poule Noire de Rosenthal... Ou des petits Offenbach réorchestrés pour la même formation (quatuor de saxophones !)


Bonne idée, la réorchestration. Rosenthal, pas entousiaste non plus. Mais effectivement, on peut toujours coupler avec une oeuvre courte de la même mouvance. Je garde un souvenir extrêmement vif du Pauvre Matelot (vu sur scène) qui n'est pas une rareté absolue, mais que je verrais avec plaisir régulièrement dans les programmations.


-- DANIEL-LESUR : Andrea del Sarto (voilà encore un compositeur français bien trop "discret")

Oh oui, un autre Daniel-Lesur, s'il vous plaît ! Tu as pu lire la partition ?
==> Pas la partition, mais il existe un enregistrement d'extraits...
==> Là aussi, je ne suis pas sûr qu'au piano, cette musique donne une idée tres exacte de ce qu'elle est...
==> C.P.M. doit aussi pouvoir trouver des rouleaux de Ondine (d'aprés Giraudoux) si tu n'as pas ça....

Tout cela m'intéresse vivement évidemment.
Je ne suis pas sûr que l'orchestration manque tant que cela. En tout cas, pour La Reine morte, je suis certain que ça rendrait tout aussi bien au piano.


==> ;-)) Oui, bon évidemment, si t'aimes pas Guercoeur, fallait pas que je m'attende à ce que tu aimes Padmavati !

Pour des raisons très différentes. Et puis je n'ai écouté que la version "internationale", à une époque en plus où le langage troublé de ce Roussel-là me dérangeait. Aujourd'hui, dans une bonne version, je n'en dirais sûrement pas la même chose (indépendamment du livret qui reste ce qu'il est...

-- GRANADOS : Goyescas
==> Oui, j'aime assez, c'est frais, bien écrit....

Ah oui, dit comme ça, je suis d'accord. :-)

10. Le mercredi 26 janvier 2011 à , par Jérôme

Un rapide commentaire, (cette liste est très intéressante, merci!) pour signaler que les deux opéras de Martinu, Ariane et Le jour de bonté, sont bien disponibles en disque:
Ariane: http://www.supraphon.com/en/catalogue/on-line-database/detail/?idtitulu=1674347

Le jour de bonté: http://www.cdmusic.cz/inShop/scripts/detail.asp?kat=UP01212131

Je ne sais pas ce que ça vaut, pour le dernier, par contre!

11. Le mercredi 26 janvier 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Jérôme,

Merci beaucoup pour ces précisions (qui sont de très bonnes nouvelles, puisqu'elles résolvent mon problème... !).

La production de Martinů est très irrégulière, si bien que je ne suis pas assuré du tout de retrouver le miracle de Juliette, mais elle est aussi remarquablement diverse, ce qui fait que je trouverai peut-être, en échange, de bien belles surprises. Je l'espère en tout cas !

Merci ! :-)

12. Le dimanche 13 mars 2011 à , par arpegemajeur

Message corrigé par Troll Detector Premium :

le commentaire sur le Marchand de Venise, monté en 1979 à l'Opéra Comique, grâce au courage de Rolf Liebermann , Manuel Rosenthal et Marc Cheifetz, est inexact. Les coupures que vous critiquez ne correspondent pas à la partition.
Il est donc possible que vous fassiez une erreur d'appréciation.

13. Le dimanche 13 mars 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Arpègemajeur,

La première règle, lorsqu'on entre chez moi, est qu'on n'insulte pas mes hôtes.

Si vous avez des précisions ou rectifications à apporter, elles sont très bienvenues, pourvu qu'elles soient courtoises.

En l'occurrence, le commentaire ne s'adressant pas à moi et n'étant pas présent pour ce Marchand, je ne peux pas donner mon avis. Pour cette fois-ci, je me contente d'amender votre message, mais la prochaine fois, je supprimerai purement et simplement son contenu si son ton n'est pas adéquat.

14. Le mardi 11 septembre 2012 à , par David Grandis :: site

Je ne peux pas m'empêcher de dire mille fois bravo à ce blog! C'est vraiment un plaisir de lire des choses comme cela sur internet! Tout bonnement génial et d’intérêt public !

Je suis d'accord que toute l’œuvre de Chabrier vaut le détour et j'aimerai rajouter le titre de Briséis qui n'a pas été évoqué.

Bizet- Djamileh, quelle belle petite pièce !

Quant à Magnard, je suis d’accord avec DavidLeMarrec, Gercoeur est une très belle œuvre, il ne faut oublier aussi Bérénice dont j’ai un enregistrement qui ne lui rend pas vraiment justice malheureusement. Quelqu’un a-t-il des infos sur son opéra Yolande ?

Aussi, Alfred Bruneau…pourquoi est-il tombé dans cet oubli inexplicable après tant de succès en son temps ?…cela me laisse perplexe…

15. Le mercredi 12 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonjour David,

Je suis confus. J'attends de quitter ma rougeur et je vous réponds.

--

Mais, de Briséis, il n'existe aucune restitution ? Il est difficile de se contenter de ce qui est jouable, on peut difficilement arrêter un opéra à son exposition, sur scène. Mais ce qui a été écrit est sublime, j'en conviens complètement.

Je ne suis pas le responsable pour Magnard, c'était Ouf1er (les citations étaient peut-être un peu confuses) : la musique de Guercoeur est certes fort belle, mais le livret me fait trop souffrir. Bien plus d'accord pour Bérénice, qui ne tient pas complètement ses promesses (beau sens de la déclamation, mais un peu de grisaille), mais a beaucoup de charme, j'aimerais beaucoup en entendre d'autres versions que Delogu / Marseille et Le Conte / RTF.

Pour ce qui est de Yolande, j'en ai joué des parcelles, je n'avais pas été très séduit par ses glissements chromatiques pas toujours élégants : un peu l'impression d'un arrière-plan gris, comme pour Bérénice. Même si on est loin de l'abstraction formelle de son quatuor, opéra oblige, ça reste un peu dans le même esprit : ça manque peut-être un peu d'incarnation, de folie aussi. Je ne bouderais assurément pas une re-création, cela dit, surtout que les talents d'orchestrateur de Magnard ne sont pas négligeables.

Enfin, pour Bruneau, je suppose qu'il est trop "moyen terme" pour séduire massivement : pas de grands airs pour le grand public, pas le plus grand maître du théâtre, pas non plus un harmoniste ou un orchestrateur novateur qui pourrait entraîner des cohortes de musiciens à sa défense. N'était le voisinage (le compagnonnage !) de Zola, on n'aurait sans doute pas enregistré le Requiem, ni rejoué Le Rêve, Messidor et L'Attaque du Moulin ces dernières années.
C'est au demeurant un très bon compositeur, je suis particulièrement séduit par L'Attaque du Moulin, qui remporterait assurément de beaux succès en revenant sur les scènes... mais s'il faut parler de priorités et d'urgence, j'irais plutôt regarder du côté de Février et Hirschmann, beaucoup plus denses musicalement, et qui feraient entendre des oeuvres réellement singulières par rapport à celles qui sont connues actuellement.

--

Au passage, j'avais déjà eu il y a quelque temps le plaisir de passer sur votre site, et j'avais été frappé par la richesse, l'originalité et l'intérêt de votre répertoire, pour un si jeune chef de surcroît. Vu la fréquence à laquelle sont programmés ces ouvrages (plus ou moins jamais...), c'est un véritable sacerdoce !

Bonne journée.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31