Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Contresens

Oui, c'est presque une série.

A propos du respect tremblant de la langue française.

La maintenance des sites de Radio France m'oblige à écouter la radio au lieu de choisir mes émissions. J'allume, pour Tout arrive, et j'entends Jean Clair parler de son Journal atrabilaire.


Interrogé, il tient une position très irritante à mes oreilles. Il prétend que le mépris du langage fait que notre société se disloque, qu'il faut le respecter, le sacraliser pour nous sauver.

Voilà bien le genre d'attitude qui m'agace. Une façon de poser : « je parle un excellent français, à tel point que les approximations infinitésimales de mes contemporains me mettent à la torture ».


Car si le langage dans lequel on est élevé conditionne l'appréhension du monde, ce langage est cependant avant tout un outil conçu pour exprimer le plus efficacement possible des pensées. Dénaturer la langue dans le sens de l'appauvrissement, c'est certes se fermer à l'expression de la complexité. Mais encore faut-il déterminer l'appauvrissement - le filtre populaire n'en est pas nécessairement un. Savez-vous qu'en prenant deux jeunes lycéens de bonne famille issus d'un établissement privé, j'ai pu obtenir jusqu'à une trentaine d'équivalents lexicaux pour le fameux "joint" ? Comme quoi, l'idée que la culture populaire simplifie à l'excès est un leurre. Nous savons aussi que les tournures de la langue française sont particulièrement alambiquées - voyez ces pronoms relatifs invraisemblables, cette structure rigide, ces prépositions omniprésentes qui ont remplacé les cas. Bref, l'assouplissement n'est pas nécessairement un affaiblissement, bien au contraire.
Si l'apauvrissement n'est pas sûr, la sacralisation, elle est dépourvue de sens. Le langage est un outil, et il est heureux qu'il évolue. Conserver des tournures archaïques pour que quelques littéraires puissent briller en montrant qu'ils sont les seuls à les maîtriser, où serait l'intérêt ? C'est pourtant ce qui apparaît en creux dans ce genre de discours « respectueux de la langue ».

Si l'on y regarde de près, qui écrit un français parfait, aujourd'hui ? 1% de la population me semble déjà très optimiste. Maîtrisez-vous vraiment l'accord des verbes pronominaux, des noms composés ? N'ajoutez-vous jamais un trait d'union inutile, ou une marque de pluriel à un adverbe aux allures adjectivales, identifiez-vous bien les prédéterminants pour les traiter comme il se doit ? Ne pratiquez-vous jamais l'anacoluthe, au moins à l'oral ? Vos liaisons sont-elles en toute circonstance irréprochables ?

Bref, la langue française, un singulier mélange de déformations successives et d'institutionnalisation d'un état de la langue pas plus correct qu'un autre - en sacralisant les fautes des siècles passés -, sera forcément simplifiée, avec l'accord des élites linguistiques ou pas. C'est inévitable et nécessaire. Vouloir protéger « sa langue » est un réflexe bien naturel, et chacun est libre de le faire pour conserver son univers linquistique. Mais désirer maintenir son propre usage, supposé raffiné, comme étalon de la langue est non seulement voué à l'échec, mais dépourvu de signification.


Et qu'on ne me dise pas que je plaide pour un « tout se vaut » : rien n'empêche d'exalter des emplois riches de la langue, de ne pas l'abandonner à elle-même. En particulier maintenir le contact avec les textes classiques. Mais brandir un usage académique comme seul légitime et autorisé est le plus sûr moyen, outre de se couvrir de ridicule, de perdre tout contrôle. La langue se modifie selon les domaines où elle est employée, selon les exigences d'un milieu. Contrairement à ce que laisse penser notre tradition, deux usages ne s'excluent pas. Il faut juste veiller à ce qu'ils restent réciproquement relativement intelligibles. Ou à ce qu'une langue-pont standard perdure. Rien à voir avec ce "français noble" que Julien Clair rêve omniprésent.




La traduction SMS de ce billet est également disponible sur CSS.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=191

Commentaires

1. Le mercredi 19 avril 2006 à , par Philippe[s]

Julien Clair, éclaire nous de tes lumières de Clerc (Jean) de la langue françouaise

2. Le jeudi 20 avril 2006 à , par DavidLeMarrec

Aaaaaaaaaaaaaaamouène !

3. Le lundi 19 juin 2006 à , par aymeric :: site

"Si l'on y regarde de près, qui écrit un français parfait, aujourd'hui ? 1% de la population me semble déjà très optimiste. Maîtrisez-vous vraiment l'accord des verbes pronominaux, des noms composés ? N'ajoutez-vous jamais un trait d'union inutile, ou une marque de pluriel à un adverbe aux allures adjectivales, identifiez-vous bien les prédéterminants pour les traiter comme il se doit ? Ne pratiquez-vous jamais l'anacoluthe, au moins à l'oral ? Vos liaisons sont-elles en toute circonstance irréprochables ?"
Euh, je pense que je peux répondre non à toutes ces questions ce qui me vaudrait un bon zéro pointé.
Mais je vous assure que j'étais d'accord en tous points avec vous avant même d'avoir été mis face à mes manques.
(Compensation ? Je fais travailler mon calcul mental grace à votre antispam.)

4. Le lundi 19 juin 2006 à , par DavidLeMarrec

Euh, je pense que je peux répondre non à toutes ces questions ce qui me vaudrait un bon zéro pointé.

Zéro pointé ? Pas du tout ! Ce sont des fautes à peu près inévitables. Et parfois, tant mieux. Je suis un farouche partisan de l'anacoluthe orale et écrite. Les tournures sont tellement plus riches !


Mais je vous assure que j'étais d'accord en tous points avec
vous avant même d'avoir été mis face à mes manques.

J'espère bien que la seule force de ma démonstration vous a convaincu. :-)


(Compensation ? Je fais travailler mon calcul mental grace à votre antispam.)

Les ressources de Dotclear sont infinies. On peut prévoir par l'acceptation d'un cookie une interface personnalisée. Aussi je vais vous préparer des codes de confirmation plus propices à la gymnastique : "83293,234 x 473823,4" ou "746,8 / 0,439" par exemple.

5. Le vendredi 2 novembre 2007 à , par jdm

C'est Jean ou Julien ? Clair ou Clerc ? Ou c'est un jeu de mots, bien digne dans son mystère de l'ancien fan, aujourd'hui repenti, de Marcel - le marchand du sel, évidemment ?

6. Le vendredi 2 novembre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Appelons-le Gérard Régnier et n'en parlons plus.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(16/7/2014)

Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930