Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Gabriel DUPONT - Les Mélodies


1878-1914

Gabriel Dupont est fort mal connu, on en convient. Pourtant, il incarne, on pourrait dire, comme un idéal de la mélodie française. Ni hiératique comme Debussy, ni maussade comme Fauré , ni solipsiste comme Duparc. Et cependant, il partage beaucoup avec ceux-là.


1. Aspect des mélodies

L'intégrale tient en trente mélodies tout rond - si l'on ne tient pas compte de la chanson de Myrrha, extraite de la cantate homonyme.

Cette musique, d'un abord assez facile, est d'un aspect assez fauréen, bien que des debussysmes s'y glissent ici et là. Une musique de son temps, tout simplement. Pourtant, pas une musique banale.

Plusieurs choses frappent chez Dupont.

  1. Le piano ne cherche nullement à fusionner avec la voix en une oeuvre totale. Il s'agit bien d'un accompagnement, très présent, délicat, figuratif à l'occasion, mais pas d'un partenaire égal. Cela procure à ces mélodies un sentiment de naturel, d'évidence, assez délectable.
  2. Le soin du texte extrême se mêle avec une très belle inspiration mélodique, ni immédiate, ni tortueuse - raffinée, tout simplement. Les courbes musicales épousent avec bonheur et force la prosodie de textes originaux pourtant dotés pour beaucoup d'une personnalité très prégnante.
  3. Un sentiment constant, dans cet accompagnement, d'un potentiel dansant, quelque chose qui tient de l'intermède de tragédie lyrique, toujours disponible pour esquisser un pas - bien qu'absolument conçu en « musique pure ». Un balancement envoûtant et entraînant, assez rare dans ce genre musical. Que vous ne trouverez pas chez Fauré, Debussy ou Boulanger, par exemple.


En effet, la séduction directe de la mélodie vigoureuse s'appuie sur le flot enthousiaste du piano, souvent des formes arpégées tout à fait à la mode d'alors, mais qui profitent des propriétés rythmiques assez remarquables de l'écriture de Dupont - que nous évoquions à l'instant.

Jugez-en par vous-même :

Les Effarés, texte d'Arthur Rimbaud, 1903.

Le ton est certes à rapprocher d'un Fauré, mais sans cette morosité un peu gluante, cette amertume constante qui pèse sur "l'âge d'or" de la mélodie française. En cela, la liberté de Dupont est à rapprocher de Duparc, bien que sa tristesse soit toujours plus jubilatoire que chez son vieil aîné.

Point non plus de poses charmantes conçues pour le salon, d'affects apprêtés chez Dupont. Le texte se révèle avec une grande vigueur, et la musique épouse sans détour ses lignes de force.

L'invention, quant à elle, n'est pas absente non plus. La comparaison des donneurs de sérénades de la « Mandoline » des Festes Galantes avec ceux de Debussy et Fauré est extrêmement éloquente à ce titre. Fauré propose une lecture lanscinante, presque lascive, un érotisme adapté à la compagnie charmante des salons. Debussy, plus conscient des enjeux du texte, expose une scène virevoltante, éclairée par un sourire ironique, mordante. Dupont, en ce qui le concerne, révèle minutieusement les expressions successives du poème, avec un éparpillement qui rejoint la claudication élégante propre au cycle de Verlaine - on songe à Pantomime -, le sourire à la lèvre. Sans disposer de l'élan communicatif de Debussy dans cette pièce, il parvient, par rapport à ses collègues, à approcher le travail du poète de façon très convaincante. Et quelle féérie dans les éclats de la fête !




Ce corpus est à notre sens, dans l'esprit de Fauré ou Boulanger, plus essentiel encore dans le paysage de la mélodie française. Bien entendu, il n'est guère comparable aux autres courants majeurs (Debussy-Ravel-Cras, Poulenc-Sacre...).




2. Catalogue des mélodies

Les poèmes mis en musique par Gabriel Dupont ne sont pas, vous en jugerez, tous de troisième ordre. On échappe à quelques inspirations plus plates d'Armand Silvestre, par exemple - également car le poème choisi en est vraiment mis en valeur admirablement.

  • La Pluie (Paul Verlaine / 1895)
  • Chanson d'automne (Paul Verlaine / 1895)
  • Le Foyer (Paul Verlaine / 1901)
  • Monsieur Destin (Georges Vanor, 1901)
  • Mandoline (Paul Verlaine / 1901)
  • Le Jour des morts (Georges Vanor / 1901)
  • Annie (Leconte de Lisle / 1902)
  • À la nuit (Auguste Lacaussade / 1902)
  • Les Effarés (Arthur Rimbaud / 1903)
  • En aimant (Armand Silvestre / 1903)
  • Cycle : Poèmes d'automne (1904)
    1. Si j'ai aimé (Henri de Régnier)
    2. Ophélie (Arthur Rimbaud)
    3. Au temps de la mort des marjolaines (Suart-Merrill)
    4. La Fontaine de pitié (Henry Bataille)
    5. La Neige (Paul Verlaine)
    6. Le Silence de l'eau (Fernand Gregh)
    7. Douceur du soir (Georges Rodenbach)
    8. Sur le vieux banc (Léon Dierx)
  • Journée d'hiver (Léon Dierx)
  • Le Jardin mouillé (Henri de Régnier / 1906)
  • Les Caresses (Jean Richepin / 1908)
  • Chanson des noisettes (Tristan Klingsor / 1908)
  • Les Caresses (Jean Richepin / 1911)
    1. La rencontre
    2. Le Baiser
  • Deux mélodies (1909)
    1. Pieusement (Émile Verhaeren)
    2. Ô triste, triste... (Paul Verlaine)
  • Deux poèmes de Alfred de Musset (1910 / 1911)
    1. Chanson
    2. Sérénade à Ninon
  • Crépuscule d'été (Cécile Perin / 1912)
  • Chanson des petits oiseaux (Jean Richepin / 1912)

Par ailleurs, il existe des oeuvres pour piano, vantées par Marie-Catherine Girod (qui les a jouées en concert) et Emile Naoumoff (qui a enregistré l'intégrale et attend à ce jour un financement pour distribuer le disque...), notamment ses cycles Les Heures dolentes et La Maison dans les Dunes ; des pièces pour orgue ou piano à pédalier ; des opéras (La Cabrera sur un livret d'Henri Cain, La Glu de Cain d'après Jean Richepin, La Farce du Cuvier et Antar) ; quelques poèmes symphoniques, dont une orchestration des Heures dolentes ; deux pièces de musique de chambre : la brève Journée de Printemps pour violon et piano (deux mouvements : Au matin et Au soir), et surtout le Poème pour quatuor à cordes et piano (trois mouvements : Sombre et douloureux, Clair et calme, Joyeux et ensoleillé).

Il faut noter que Gabriel Dupont a planché en même temps que Ravel sur les cantates imposées au Prix de Rome en 1901 (Myrrha), lorsqu'André Caplet, autre grand mélodiste, l'emporta, et 1902 (Alcyone), année de la victoire du franchement oublié Aymé Kunc. Il obtint le Second Grand Prix de Rome en 1901.
Si les trois cantates de Ravel (avec Alyssa, le livret imposé en 1904) ont fait l'objet d'un très bel enregistrement (Michel Plasson chez EMI), celles de Dupont n'ont évidemment jamais été rejouées. On attend toujours un programme, discographique ou non, qui nous ferait entendre les mises en musique d'une même année. Quitte à prendre une année où Ravel se trouvait sur les rangs, manière de pouvoir vendre le concert ou le disque. 1901, avec Caplet-Dupont-Ravel, ce pourrait être probant.




3. Ecouter Gabriel Dupont

L'intégrale des mélodies a été publiée par le providentiel label Timpani, au sein d'une riche collection consacrée à la mélodie française - sur laquelle il nous faudra revenir afin de guider l'auditeur potentiel dans les nombreux noms assez inconnus qui la composent.
Seule manque la dernière, faute de place sur le disque, que Timpani propose en téléchargement. Mais elle demeure très anecdotique face au reste.

Accompagnés par le piano souple de Marie-Catherine Girod - qui n'est sans doute pas étrangère à cette atmosphère de danse, par ses retenues judicieuses, sans la moindre affèterie au demeurant - Florence Katz, mezzo-soprane, et Lionel Peintre, baryton, se partagent assez également les mélodies, selon une judicieuse disposition non seulement chronologique, mais aussi distribuée par groupes, en alternance, ce qui permet tout à la fois de se familiariser avec chacun et de varier les couleurs vocales.

Lionel Peintre, pilier de l'édition mélodique de Timpani, y conserve ses caractéristiques habituelles ; voix de baryton tout à fait standard, ni claire « à la française », ni sombre à la mode d'opéra, belle, pas très personnelle, souvent « i » nasalisés à la façon de François Le Roux [1], certes mieux négociés, mais un peu esquivés sur le principe, quelques petites sensations de forçage, des harmoniques métalliques résiduelles qu'on oublie fort vite ; mais surtout une voix solide, capable d'une extension aiguë considérable sans altération du timbre, une diction parfaite, une capacité à habiter avec conviction ces textes pourtant neufs.
A défaut de posséder une personnalité vocale qui le rendrait très célèbre, un interprète qui vaut mieux que « l’excellente tenue » qu'on serait tenté de lui prêter - d'une curiosité, d'une probité extraordinaires, tout simplement.
Le suivre dans ces Dupont est un régal, qui outrepasse de beaucoup la fréquentation de spécialistes légendaires - qui ne savent pas aussi bien plier leurs moyens au style propre d'un compositeur. Et constamment engagé.

La réserve sur ce disque - relativement conséquente, eu égard au minutage concerné - proviendra de Florence Katz, une voix dont le timbre est hélas mal placé [2], ce qui cause de nombreux désagréments comme ces harmoniques désagréables (métalliques, ternes, un peu vertes), son opacité et son intelligibilité vraiment moyenne. Plus gênant, un sentiment (très probablement erroné, mais malheureusement présent à l'écoute) d'une relative indifférence aux oeuvres chantées, abordées comme une suite de contraintes, qui rappelle trop les massacres de mélodies dans les examens et concours, faute de moyens techniques et de connaissances stylistiques, voire tout simplement d'intérêt. Or, ce ne peut pas être le cas de Florence Katz, qui a également participé à ce disque si remarquable consacré à Guy Sacre.
Ce n'est en rien catastrophique, au demeurant, mais les conditions d'écoute moyennement adaptées des lutins, le contraste difficile avec l'excellence de Lionel Peintre, la déception de voir ces mélodies inégalement servies ont sans doute causé cette appréciation trop sévère de notre part. On songe à quelque chose entre Frauke May et Françoise Pollet, si vous voulez.
On regrette surtout que ces aspects un peu disgracieux ne soient pas compensés par l'engagement, que la distance demeure. Et qu'on puisse rêver à quelqu'un d'autre.

Il n'empêche, à ce qu'il nous en semble, que ce disque demeure indispensable pour connaître cette merveilleuse musique, et dans de très bonnes conditions quoi qu'il en soit.

A noter, Timpani a publié un autre disque, consacré à de la musique instrumentale : l'étonnant et charmant Poème pour quintette, ainsi que le second cycle pour piano La Maison dans les dunes, très réussi, vraiment touchant, mais plus commun en son temps.

L'opéra La Cabrera a été enregistré et publié par Bongiovanni - tremate, empi, tremate ! Au titre de son inspiration « vériste », et comme vainqueur de la dernière édition du concours Sonzogno en 1903.




Pour finir, une bonne nouvelle : l'auteur est certes mort le premier jour de la guerre de 14, mais de tuberculose, ce qui nous évite les trente années de prorogation des droits en cas de « mort pour la France ». Les partitions sont ainsi dans le domaine public, et toute exécution bénévole pourrait donc les diffuser largement - ce qui n'est pas le cas, à ce jour, de Ropartz, Cras ou Sacre, et d'une façon plus générale de cette musique française « nouvelle école ». [Le dernier de la liste étant aux dernières nouvelles suffisamment bien portant pour ne pas faire toucher ses droits par sa veuve.]

Notes

[1] François, si tu me lis, ce n'est pas à toi que je pense. On s'est compris.

[2] On ne supposera rien sur la voix elle-même avant plus ample examen, d'où cette expression que l'on confesse volontiers bizarre.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=772

Commentaires

1. Le mardi 27 novembre 2007 à , par Morloch

Mais si, ça nous intéresse même qu'on a tout lu. J'ai senti ton désespoir, j'essaierai d'écouter cela mais je connais déjà à peine les mélodies de Ravel.

Et je suis bien meilleur nasalisateur que l'autre, cet imposteur.

2. Le mercredi 28 novembre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Ton anonymat en prend un sacré coup ! Merci de ta commisération. :-)

Je crois, à bien y réfléchir, que je ne connais pas de corpus de mélodies avec piano qui m’enchante davantage. Depuis quelques jours, je me creuse la mémoire – en vain.


Sinon, concernant Ravel, comme CSS ne dispose pas, autant qu'il m'en souvienne, d'entrée le concernant expressément, je reproduis ce que je classais à côté (très schématiquement), à propos des mélodies :

Chefs-d'oeuvre absolus : Shéhérazade, Mallarmé.
Chefs-d'oeuvre : Don Quichotte, Madécasses (même si ce n'est pas la tasse de thé des lutins), Sainte, Les Grands Vents.

Le reste (plus de la moitié) sont de belles oeuvres, pas forcément indispensables. Voire assez anecdotiques comme la Vocalise, les deux chants hébraïques, et potentiellement les Chants populaires et les Mélodies populaires grecques...

Mais ce que je citais est véritablement à découvrir, sans le moindre retardement. Tu as déjà un extrait de Shéhérazade par Kožená / Rattle / Berlin au royaume des lutins.

3. Le mercredi 12 décembre 2007 à , par aymeric :: site

J'ai beaucoup aimé, merci.
(Sans nationalisme aucun, je pense avoir quelque penchant pour les "mélodies françaises". Fut un temps, j'écoutais quotidiennement Pierre Bernac chantant Poulenc.)

4. Le mercredi 12 décembre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Bonsoir Aymeric !

Ce sont de saines fréquentations. Mais par ailleurs, inutile de vous en défendre, on sait bien votre nationalisme latent et votre haine profonde des bruxelleries, on ne nous la fait pas. :)

5. Le jeudi 10 janvier 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Report depuis DSS :

sk†ns :
Par la grâce de DSS et de la mairie de Paris, j'ai dégoté le Dupont à la médiathèque municipale. Dommage que la prise de son soit à ce point catastrophique, avec pas mal de réverbération dans les voix (Timpani, bien sûr, dont tu dois être actionnaire eu égard aux nombre d'occurrences présentes sur tes SS).

Ah, tiens, d'habitude, c'est à propos de CPO qu'on me dit cela... Mais effectivement, je fais VRP pour ces maisons à mes heures perdues.

Je trouve la prise de son tout à fait bonne, en ce qui me concerne - mais je ne suis pas forcément très exigeant sur ce point. On sent que c'est fait dans un local relativement étroit, mais les timbres sont parfaitement respectés, et la clarté du discours tout à fait réelle.


J'ajoute que, bien loin d'être un spécialiste ès mezzo-soprano, je trouve Katz assez à la peine… Mais les mélodies sont belles.

J'ai essayé d'être assez équitable, au vu de la rareté de ces mélodies et du travail de défricheuse infatigable de Florence Katz. Vocalement, oui, ce n'est pas extraordinaire, la voix sonne un peu tassée et opaque, et surtout la diction est assez moyenne, ce qui est un peu incommodant ici.
Cela dit, je m'abstiendrai bien de récriminer, on est si heureux d'entendre ces choses, grâce à des chanteurs qui travaillent dur, sans repères, sur des partitions quasiment inconnues, et pour une diffusion qui restera modeste.
Evidemment, le plaisir que je prends à écouter Lionel Peintre est d'une autre dimension.


Sinon, c'est étonnant la différence entre ton ami Peintre et un Souzay chez Debussy. Question d'époque, sans doute.

Quel type de différence ? Côté interprétation, oui, Souzay est plus massif, plus monolithique aussi. Ce n'est pas très expressif, au fond. Vocalement aussi, on trouve quelque chose de profondément ancré dans le sol, pas très français d'ailleurs par rapport au canon des mélodistes du type Panzera, Maurane, Bernac, ou même aux chanteurs d'opéra comme Dens ou Massard.

D'une certaine façon, Souzay est à part.


Merci pour ces réactions ! (et la confiance qu'on devine nécessaire pour se donner à un Dupont)

6. Le vendredi 11 janvier 2008 à , par sk†ns

Pour Florence Katz, j'ai bien été pris en "flag" car, à la vérité, j'avais survolé à grande vitesse la partie « réserve sur ce disque »…

7. Le vendredi 11 janvier 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Ca n'a pas d'importance, le tout est que ce soit utile, pas que ce soit lu religieusement. Et je suis ravi que tu aies pu goûter aussi les charmes de Dupont !

Tu as de toute façon été bien puni par la surprise, poverino. :)

8. Le mercredi 23 janvier 2008 à , par sk†ns

Tes efforts ne sont jamais vains puisque, dans la foulée, j'ai trouvé le très coquet « Poème » et autre « Maison dans les dunes » de Dupont (Chez qui ? chez qui ? chez Timpani) ainsi qu'un garçon que je ne connaissais pas, Le Flem (une santé à la Ernst Jünger), avec quelques piécettes pareillement très cossues : quintette, sonate pour violon et piano (chez qui ? chez qui ? etc.).

9. Le mercredi 23 janvier 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah oui, cet autre disque Dupont est adorable. Ce n'est peut-être pas très profond, il reste ce côté français charmant, surtout dans le Poème, qui rappellerait le style de Fauré avec le ton d'un Ibert. Cependant, dans la Maison, beaucoup de moments de vraie poésie. Toute simple, sans fard. Et toujours le piano fantastique de Marie-Catherine Girod.


J'ai effectivement peu parlé de Le Flem ici, faute de temps. Un centenaire qui a traversé tous les styles. On ressuscite aujourd'hui sa musique « française », grâce à Timpani, mais il a également composé avec la série dodécaphonique de Schönberg...

Parmi ces premières oeuvres, on trouve une très belle Première Symphonie (chez qui ? chez qui ?), avec ses thèmes folkloriques bretons. Très frais, mais franchement entraînant.
La sonate pour violon et piano est délicieuse, il n'est pas impossible que, par goût, elle me parle plus que celles de Fauré, mais on ne tient pas là non plus une oeuvre majeure. Dans son corpus de chambre, ce seraient plutôt (toujours Marie-Catherine Girod, mais pas chezqui) les Sept prières enfantines pour piano seul qui me raviraient, avec ce recueillement, ce langage minimal qui rappellent le dernier Liszt et plus encore le Liszt du Via Crucis. Dans un goût français évidemment.


Merci pour tous ses échos, ça fait diablement plaisir !

10. Le mercredi 23 janvier 2008 à , par sk†ns

Ah ! le Français charmant ! [Si ma mémoire est bonne, le musicien français est « aimable » (Debussy)]
Je vais voir si je trouve ça chez CPO, alors.

11. Le mercredi 23 janvier 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah ! le Français charmant ! [Si ma mémoire est bonne, le musicien français est « aimable » (Debussy)]

C'est vrai, c'est un poncif... Mais dans certains cas, soit pour Auber et Thomas, soit pour Ibert ou Poulenc, il me semble que ça décrit une réalité.

Je vais voir si je trouve ça chez CPO, alors.

Quelle réputation de vendu on me fait. b

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930