Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Carnet d'écoutes] Nouveauté (ou presque) : encore les hits de Rameau


Avec les sites en ligne, il devient aisé de se tenir informé des nouvelles parutions, et même de les écouter. Deezer, MusicMe, Qobuz le permettent dans des conditions sonores de surcroît très valables. Coïncidence (ou conséquence de la surabondance discographique), quantité d'albums intriguants ou de première qualité viennent de paraître. Cette micro-notule est la première d'une petite série.

Rameau — THE SOUND OF LIGHT — Kermes, MusicÆterna, Currentzis
-


Un beau Rameau : le son est mince, nerveux, vraiment à la suite des versions informées. Kermes réitère sa surprenante appropriation du répertoire français — surprenante, car pas vraiment exotique.

Après ça, ça reste une nième version des plus grands hits (surtout orchestraux) de Rameau : entrée de Polymnie, contredanse en rondeau, la Poule, les Sauvages…

Le saviez-vous ?
Lorsque la harpe double le basson obligé, dans Tristes apprêts (assez réussi d'ailleurs, dans le genre murmuré-suspendu), on entend le son d'un… vibraphone.

Écouter gratuitement en ligne :



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2552

Commentaires

1. Le jeudi 6 novembre 2014 à , par Benedictus

«Simone Kermes [...] assez réussi dans le genre murmuré-suspendu»: il n’y a pas comme un pléonasme doublé d’un euphémisme?
Sinon, pas trop de contre-notes au laser, dans ce Rameau? (Parce qu’à l’inverse, c’est un aspect de son art vocal qui me trouve encore assez circonspect.)

2. Le jeudi 6 novembre 2014 à , par David Le Marrec

:)

Non, il n'y a pas d'aigus, et pas de ses belles stridences habituelles. En revanche, toujours très pur et peu vibré, comme d'habitude. Son « Tristes apprêts » est un peu dans le goût de la « Casta diva » de Bartoli (dans un genre plus froid et métallique, bien évidemment), rien à voir avec ses aigus-laser chez Vivaldi.

3. Le mercredi 17 décembre 2014 à , par Chris

J'ai été bien emballé par le mordant de l'ensemble des pièces !
Je me suis surprise à siffloter certains de ces airs ces derniers jours (« Tristes apprêts » et la plupart des extraits des Indes Galantes).

« Le saviez-vous ?
Lorsque la harpe double le basson obligé, dans Tristes apprêts (assez réussi d'ailleurs, dans le genre murmuré-suspendu), on entend le son d'un… vibraphone. »
L'effet que je ne m'explique pas est celui situé dans la première piste, une sorte de vibration à l'arrière plan.
Qu'est-ce donc ? Est-ce le même procédé ?

4. Le mercredi 17 décembre 2014 à , par DavidLeMarrec

Ah oui, ceux-là sont irrésistibles. Il faut les goûter en contexte maintenant !

Le grincement en bourdon à l'arrière, c'est en fait une musette (sorte de cornemuse, mais monodique), requise dans certaines pièces pastorales, et très à la mode dans les opéras de la première moitié du XVIIIe siècle. Elles jouent même un petit rôle dramatique dans le Prologue des Indes Galantes, lorsque la Jeunesse (Hébé) est interrompue par la Guerre (Bellone), et que les tambours font taire nos musettes. Ce qui va permettre d'énoncer le concept de cet opéra : l'Amour ayant déserté l'Europe, il faut l'aller chercher dans les Indes (au sens le plus large) galantes.

5. Le jeudi 18 décembre 2014 à , par Chris

Je te remercie pour ces précisions éclairées !

6. Le vendredi 19 décembre 2014 à , par Benedictus

Une perplexité au sujet de ce disque: aucun des sites où l'on peut l'acheter en dématérialisé ne mentionne Simone Kermes, et sur ceux où l'on peut commander le CD, c'est une autre chanteuse qui est indiquée (Nadine Koutcher). Y aurait-il eu un quiproquo chez l'éditeur?

7. Le vendredi 19 décembre 2014 à , par DavidLeMarrec

Après vérification dans la notice, c'est bien Nadine Koutcher. Vu la ressemblance (frappante) avec la technique et le timbre de Kermes, j'ai dû me laisser abuser (vu que c'était Currentzis, il n'y avait pas de raison, d'autant qu'elle a déjà chanté Rameau, dont la Folie, et que ça ressemblait pas mal à ça).

Tu as raison, ce n'est pas elle !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(29/6/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930