Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Enregistrements, domaine public - XXI - Richard WAGNER, Der Fliegende Holländer (Le Vaisseau Fantôme) - Schüchter, NDR Hambourg 1951 - Werth, Hotter, Böhme, Aldenhoff

Nous poursuivons la série wagnérienne avec ce bijou.

Adresse(s) du livret bilingue :
- en italien
- en espagnol
- en anglais

Pour les râleurs (il s'en trouve toujours beaucoup dans ces cas-là), il est théoriquement possible d'obtenir copie PDF des livrets sur demande au site d'EMI. Or la version Klemperer éditée par EMI contient une version française du livret.


Senta : Helene Werth
Erik : Bernd Aldenhoff
Holländer : Hans Hotter
Daland : Kurt Böhme

Mary : Res Fischer
Steuermann : Helmut Krebs

Orchestres et choeurs de la NDR (radio de Hambourg).
Wilhelm SCHÜCHTER




A charger directement sur les serveurs de CSS :

http://piloris.free.fr/schuechter/ .







Sur l'oeuvre, postmarschnerienne, il y aurait beaucoup à dire, puisqu'elle constitue sans doute celle qui nous est la plus chère dans le corpus wagnerien. Aussi nous vous laissons partir à la découverte, en notre compagnie peut-être à un moment ou l'autre, qui sait.

On se contente donc d'un mot sur la motivation du choix de la version.




L'une des versions les plus équilibrées et les plus enthousiasmantes qu'on puisse rêver. L'ensemble est mené avec une grande alacrité par Schüchter - urgence et goût. Werth dispose toujours, comme à chacune de ses trop rares apparitions [1], d'une grande densité timbrale et émotive, difficile à décrire - combinant une très grande richesse des harmoniques à une chaleur vocale de tissu... Et toujours cette véhémence délectable. Aldenhoff, du haut de son format siegfriedien ici idéalement maîtrisé, campe avec une grande aisance un Eric d'une mâle vigueur et d'une élégance bien rares. Hotter, toujours dans la vision plus lassée que séduisante du voyageur, qui évolue sans doute modérément au cours du drame, est d'une cohérence impeccable, dans un bon soir. Böhme quant à lui échappe à son démon plébéien pour livrer une incarnation bien plus probe qu'on aurait pu le craindre.




Cette version serait, à un degré de charisme plus grand, à comparer avec celle néanmoins mieux connue de Woldemar Nelsson (Lisbeth Balslev, Simon Estes, Matti Salminen), qui se fonde elle aussi sur une lecture très cursive, mais de façon encore plus criante - le résultat sonne assez verdien !

On peut bien sûr par goût lui préférer d'autres lectures, notamment pour le rôle-titre, comme chez Knappertsbusch 1955 (libre de droits lui aussi) pour Hermann Uhde, ravageur et touchant, à condition de tolérer Astrid Varnay dans un rôle aux antipodes de ses aptitudes stylistiques (avec de surcroît des sons vraiment laids et une psychologie un peu robuste), qui s'appuie fortement sur le figuralisme de la partition [2]. Ou comme chez Karajan, malgré la section de cuivres un peu généreuse et quelques maniérismes de phrasé (notamment le ritenuto agaçant sur le motif de la rédemption), avec un trio idéal Vejzović / van Dam / Moll.
Pour CSS, qui conserve toutefois très présentes à son esprit les soirées très weberiennes de Günter Neuhold [3] (Nina Stemme / Pavlo Hunka / Hans-Peter König), Böhm remporte la palme pour sa lecture incroyablement transfigurée : le monde y vit une apocalypse, qui échappe totalement à toute pensée weberienne, marschnerienne, verdienne ou même wagnerienne. L'univers entier est convoqué pour se déchaîner, sans que l'on sache véritablement comment il serait concrètement possible de tirer cela d'une partition qui, pourtant, est tout à fait inscrite dans son temps. Que l'on ajoute à cela que Stewart et Ridderbusch n'ont guère d'égaux (disons Uhde et Moll, et n'en parlons plus) dans la beauté de leur placement vocal, la portée de leur mordant, la conviction de leur expressivité, et nous tenons là une version qui, en toute franchise, vaut mieux que la partition telle qu'écrite par Wagner.




Il n'en demeure pas moins que ce Schüchter demeure un premier choix pour la hauteur de ses qualités intrinsèques et son équilibre. Plus exaltant que Nelsson, moins hétérogène que Karajan et Knappertsbusch 55, il était le choix incontournable dans la mesure où nous ne pouvions vous proposer Böhm qui n'est pas dans le domaine public. En tout état de cause, le résultat est si dissemblable que la connaissance des deux interprétations n'est pas absolument superflue.
Schüchter s'inscrit, nous semble-t-il, dans une assez grande exactitude stylistique vis-à-vis de la partition ; on n'y entend ni l'allant simple des allemands précédents, ni l'évidence des mélodies verdiennes, ni le Wagner de Lohengrin ou encore quelque chose de plus visionnaire, mais véritablement l'esprit qui se dégage à la lecture de la partition. A tout point de vue exemplaire. Et très excitant à entendre.




La Compagnie des Ferries sur sol vous souhaite une aimable traversée - aussi inspirante que la Manche pour Wagner...

Notes

[1] On peut la connaître à partir essentiellement de témoignages récemments parus, particulièrement une Leonore et une Sieglinde de la même farine.

[2] Mais pas spécifiquement selon le registre maritime, ce qui reste toujours un peu superficiel. C'est ce qui déçoit chez Clemens Krauss, par exemple.

[3] Qui a déjà dirigé Marschner. Et avec Nimsgie. Cette soirée wagnerienne, en revanche, n'a pas été captée.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=737

Commentaires

1. Le vendredi 12 octobre 2007 à , par Vartan

C'est à emporter ou bien on peut déguster sur place ?
Mon premier Vaisseau fantôme. :-)
Merci !

2. Le samedi 13 octobre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

C'est au choix, mais tu peux tout à fait le télécharger, même avec un Mac.

Pas sûr que ça t'enchante totalement cependant, c'est très romantique, vraiment extrêmement proche de Marschner, pas si loin non plus de Weber et du Verdi "médian".

Personnellement, c'est une oeuvre qui m'est extrêmement chère, presque autant que Thora, qui un demi-siècle plus tard, réemploie assez exactement la même esthétique. :) Fiskeren du même Hjalmar Borgstrøm (inutile de chercher, c'est inédit) réutilise d’ailleurs la thématique littéraire du Hollandais volant.

Le fait que ce Hollandais soit mon oeuvre favorite de Wagner me discrédite sûrement durablement. Le goût du drame, sans doute. :-) Evidemment, pour la musique, il y a plus à considérer dans Tristan, je le concède sans parlementer.

3. Le samedi 13 octobre 2007 à , par Vartan

David :
Le fait que ce Hollandais soit mon oeuvre favorite de Wagner me discrédite sûrement durablement.



Nous serons très discrets. Et en gage de bonne foi si j'avouais que j'écoute Bartoli dans les airs de la Malibran ?

Ne comprends rien à l'antispam qui semble affligé de troubles de l'élocution...

Au fait, mon ADN semble témoigner en faveur de mon humanité. Gniark !

4. Le samedi 13 octobre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Bartoli dans ces airs n'est pas du mauvais goût (sauf certains airs en propre, dont ceux de "Maria" elle-même) !

Pour reprendre ce que je disais à l'instant, son habitude de l'expression un peu affectée (avec le côté "noir et blanc", "presser le bouton pour tel affect précis") a largement disparu, la voix a encore gagné en chaleur, en stabilié et perdu en nasalité... elle poursuit ses progrès.

Et son Casta diva est clairement du jamais entendu, avec cette expression si douce et pieuse... on se rend compte alors à quel point les autres en font un tour de chant.


P.S. : Quel est le problème pour l'antispam ?

5. Le samedi 13 octobre 2007 à , par Vartan

P.S. : Quel est le problème pour l'antispam ?



Il ne veut rien entendre, il est d'intelligence avec l'ennemi sans aucun doute. Les questions avec les astérisques*. :-( Impossible de poster avec eux. Préfère nettement celles avec les _ !
On s'amuse. :-))


...huitième essai !

6. Le samedi 13 octobre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

La réponse pour cette question est tout simplement "carnets", chez moi cela fonctionne.

Si ces nouvelles questions sont vraiment problématiques, je ferai plus simple, on verra bien si le robots trouvent la faille.

Merci pour l'expertise. ;)

7. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par Rémi

Je viens de réécouter la version de Böhm 1971 avec Jones et Stewart. Décidément je l'aime beaucoup. Böhm parvient non seulement à faire comprendre le sens du livret et de la partition (selon Wagner) mais aussi à ajouter une dimension mystique ou légendaire qui me bouleverse. Mais ça n'est pas facile à expliquer... En outre c'est bien chanté : Stewart et Ridderbusch sont excellents, Jones a des moments flamboyants. Les autres chanteurs sont moins agréables, pris isolément, mais c'est la vision d'ensemble qui prime évidemment.
Ma prochaine étape : découvrir la version de Schüchter 1951 !

8. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par DavidLeMarrec

Böhm est effectivement extraordinaire, en tirant la partition non plus vers le drame weberien (Nelsson, Neuhold, voire Schüchter) ni vers la musique figuraliste (Krauss, Knappertsbusch), mais vers une musique très visionnaire, avec une ampleur formidable, des masses quasiment mahlériennes qui déferlent très au delà de ce qu'on écrivait (et ce qui est finalement explicitement écrit sur la partition) dans les années 1840. Et la distribution est formidable, en tout cas du côté de Stewart et Ridderbusch.

Dans un genre un peu similaire, il y le studio de Solti avec Bailey et Martin, redoutablement éloquents, avec un orchestre qui fouette sans chercher à mimer les éléments maritimes.

Bonne découverte de Schüchter !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031