Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le disque du jour - V - Thora på Rimol de Hjalmar Borgstrøm

Thora på Rimol de Hjalmar Borgstrøm (1864-1925).



Ouverture.


Le sujet est la fin du paganisme et la christianisation de la Norvège, la chute de Håkon Jarl, protégé par son ancienne esclave abandonnée, Thora, terrassé par Olav Trygvason, assassiné par son propre écuyer Kark. Un sujet récurrent chez les dano-norvégiens. Excellent livret en bokmål de Borgstrøm.

On conserve encore une forme à numéros, mais assez libre. La déclamation est l’une des plus belles qu’on puisse trouver, et les interventions des solistes sont ponctuées, commentées par l’orchestre, laissant respirer le drame. Une œuvre incroyablement belle, à rapprocher du Hollandais Volant de Wagner (en plus appaisé, moins dramatique et plus poétique) ou du Weber d’ Euryanthe. Le final du I rappelle d’ailleurs l’ouverture des Meistersinger (Wagner). A mon sens, une œuvre lyrique majeure du répertoire "germanique".

Thora date de 1894, et Borgstrøm a écrit un autre opéra en 1905, Fiskeren, sur un sujet semblable au Hollandais Volant. Il était l’ami de Busoni, qui faisait jouer sa musique de chambre en Allemagne. Il a également écrit des lieder en norvégien bokmål, des poèmes symphoniques…
[Deux poèmes symphoniques, Hamlet et Jesus i Gethsemane, deux opéras, Thora på Rimol (1894) et Fiskeren (1905), un prélude pour le drame d'Ibsen Johan Gabriel Borkman'', deux symphonies, un concerto pour piano, un concerto pour violon, deux quatuors à cordes, des sonates pour violon et piano, des mélodies, des pièces pour piano.]

Pourquoi est-il peu connu ? Car il était critique musical (notamment pour le fameux Aftenposten qui existe toujours), et que ses opéras n’ont jamais été exécutés de son vivant. Il avait une casquette, inutile d’aller en chercher une autre. Cela n’a donc rien à voir avec l’insuccès, puisqu’il était tout bêtement inconnu.
Il y a aussi son opposition à la philosophie de l’aîné Grieg, Borgstrøm refusant le pittoresque de la musique à programme, pour défendre l’art pour l’art. Cela a contribué à le faire percevoir par ses contemporains comme un transfuge germanique (il avait étudié à Leipzig).

Voilà longtemps que je souhaitais en parler sur ces carnets (depuis leur création), mais le sujet est ample. Ce sera donc juste une petite synthèse pour aujourd'hui en forme de « disque du jour », en attendant de plus amples développements.

Incroyable interprétation, particulièrement pour Randi Stene (mezzo-soprano, voix corsée et diseuse exceptionnelle qui a été choisie pour le disque après les représentations, sans doute car plus connue à l’étranger, ayant interprété Mahler sur le « continent »), Trond Halstein Moe (baryton lyrique qui tient tous les rôles de Don Giovanni à Scarpia à l’Opéra d’Oslo, grande maison, voix protéiforme d’un charme immédiat) et le chef Terje Boye Hansen, très engagé à la tête d’un orchestre nordique de toute beauté, l’Orchestre de Trondheim.

Cette gravure, pour la redécouverte, la qualité de l’œuvre, la belle prise de son (un peu mate) et la force de l’interprétation, est une des plus grandes réussites de l’histoire du disque, de mon point de vue.



Entrée de Thora, attacca[1] avec l'Ouverture.


Référence :

Thora : Randi Stene (mezzo-soprano)
Håkon Jarl : Trond Halstein Moe (baryton lyrique)
Olav Trygvason : Harald Bjørkøy (ténor lyrique)
Kark : Oddbjørn Tennfjord (basse bouffe)
Choeurs de l'Opéra de Trondheim & Orchestre Symphonique de Trondheim
Terje Boye Hansen

Simax CD PSC 1230
Livret fourni, avec traduction anglaise en regard.
Notes du Pr Guldbrandsen, spécialiste de Carl Hjalmar Borgstrøm (traduites en français).

Notes

[1] C'est-à-dire enchaînée sans interruption.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=320

Commentaires

1. Le vendredi 28 juillet 2006 à , par Xavier :: site

Que de découvertes!!! :-)

C'est vraiment beau, poignant et en plus ça s'écoute très bien en lisant vos articles (notamment celui, très intéressant, sur lees deux langues norvégiennes!).

Je suis étonné que ce ne soit pas connu. Je ne m'y connais pas beaucoup en opéras, mais je n'en ai jamais entendu parler!

2. Le vendredi 28 juillet 2006 à , par DavidLeMarrec

Merci beaucoup. :-)

Ravi que vous y trouviez votre compte ! Oui, Borgstrøm est absolument inconnu en France. A part pour les trois esseulés qui ont acheté ce disque...

3. Le vendredi 28 juillet 2006 à , par Ouf

Tu devrais acheter des actions chez Simax, pendant qu'elles sont encore basses ! lol

4. Le vendredi 28 juillet 2006 à , par DavidLeMarrec

Le seul souci, vu que les trois pelés qui étaient intéressés ont acheté le disque, c'est que l'action risque encore baisser !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31