Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Atys, un exemple d'improvisation-culte


Les quelques notes d'archiluth qui précèdent l'air de Sangaride au premier acte d'Atys (1676) dans la seule version disponible (Christie, baroud d'honneur pour sauver la compagnie des Arts Florissants en 1987, qui s'avéra victorieux à deux doigts d'une banqueroute certaine), sont restés dans l'imaginaire collectif de tous les amateurs de tragédie lyrique comme un moment de rare grâce, manifeste du génie de Lully.



Assez curieux de lire cela, et doutant fortement qu'on pût à cette époque noter précisément une ligne de luth solo, même épisodiquement, je désirais depuis longtemps vérifier sur la partition. Ce que je fis, grâce à une bibliothèque universitaire qui m'a galamment mis entre les mains la seconde édition (1708) de l'oeuvre, par Henri de Baussen, celle qui succède à l'originale par Christophe Ballard en 1689, et autrement plus confortable à la lecture :



On voit à merveille qu'il ne figure ici que la ligne chiffrée de basse continue, donc certes toute l'évolution harmonique très belle de ce passage, mais point de ligne de luth ou théorbe. C'est donc une invention de Christie (ou du transcripteur-arrangeur qu'il a mandaté), et cela témoigne une fois de plus que dans ce répertoire, vu la part de ce qui est noté, vu aussi l'importance de l'inégalité des notes égales, des agréments (ornementations) et ornements (variations), l'interprète est bel et bien un co-créateur, qui n'invente certes pas l'ossature de l'oeuvre, qui est réellement inspirée chez Lully, mais qui lui donne tout son vernis, qui la rend intéressante ou ennuyeuse. (Alors qu'une symphonie de Beethoven, même au quart de la vitesse, demeure cohérente et passionnante.)

Cela n'a pas à voir avec la qualité intrinsèque de l'oeuvre, comme on cherche parfois à le faire croire, mais avec un mode d'approche de la création, qui n'est pas l'apanage exclusif et jaloux du compositeur.

On pourrait développer la même argumentation pour le choix du positif nuptial à l'acte IV, très amusant.

--

Bref, ne serait-ce qu'eu égard à cette ligne de luth, dans cet Atys, lorsqu'on applaudit Quinault pour son inspiration dramatique et Lully pour sa poésie sonore, on peut aussi laisser quelques rameaux pour Christie.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1476

Commentaires

1. Le samedi 13 février 2010 à , par Era

Tiens, à propos du positif, très bonne utilisation aussi dans le continuo de l'Amadis de l'autre jour, à l'acte V, ce qui en soulignait discrètement le sujet un peu solennel des réconciliations, et aussi le décor du palais enchanté.

Tu parles d'un transcripteur-arrangeur, mais est tu sûr de son existence ? Je pense que c'est vraiment Christie qui a la plus grande part de responsabilité et de travail de style dans ces débuts de reconstitutions de tragédies lyriques. (d'après ce que j'avais lu dans l'interview qui figure dans le programme d'Armide) Je pense plutôt à une collaboration très précise de Christie et de l'effectif du continuo (ce qui donne des idées magnifiques comme ces notes d'archiluth, effectivement...!)

2. Le samedi 13 février 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, très bien intégré pour Amadis, j'avais trouvé aussi.

Je pense aussi que c'est Christie, mais pour l'Amadis de la semaine passée, justement, le travail s'est fait en amont au CMBV. Qui était créé tout juste à l'époque d'Atys, donc je pense que c'est Christie qui l'a fait, mais je ne me suis pas documenté sur ce point précis et je ne voudrais pas lui attribuer le travail d'un autre sans vérification, c'est tout ce que je veux dire. :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728