Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Hans ROTT - la Symphonie en mi et son usage supposé chez Mahler

Ce n'est décidément pas un vain mot que l'inspiration de Mahler (le plagiat disent les plus féroces) par les esquisses inédites laissées par son ami. Tout le scherzo est fondé sur un motif quasiment identique aux agitations de la seconde partie de la Deuxième Symphonie (de Mahler : dans le scherzo et le final).

Cependant, la pensée est tout autre ;

Cependant la pensée est tout autre, totalement dépourvue de grotesque, et le mode de développement acharné évoque bien plus Bruckner. Le scherzo, bien que sur un motif mahlerien, évoque plutôt le ressassement de celui de la Quatrième Symphonie de Bruckner, et le quatrième mouvement laisse plus filtrer, pendant une large première moitié, un héritage simplement brahmsien qu'une vision de la "décadence classique" incarnée par Mahler. Il est exact toutefois que la fin, qui se tend longuement comme c'est ensuite l'usage chez son cadet, évoque plus les fulgurances orchestrales de Berlioz, les distributions de pupitres de Mahler ou les tempêtes du Korngold américain.

Bien sûr, dans l'ensemble, on ne peut que remarquer des aspects wagnériens, non pas sous la forme d'une orchestration mal comprise (monumentale et opaque, ce qui n'est pas tout à fait le cas de l'original), mais à travers des traits ou des choix esthétiques qui évoquent les derniers chefs-d'oeuvre (Tristan et Parsifal en particulier - il n'est que d'entendre le dernier accord...).

Il faut surtout signaler le très beau recueillement extatique du deuxième mouvement - à rapprocher des adagios de la Sixième de Bruckner et de la Quatrième de Mahler. Mais on y sentira beaucoup d'autres facettes, côté Brahms et côté Wagner, et des chorals forte et délicats de cuivres assez personnels.

En tout cas un jalon important de la symphonie germanique. Pour ceux qui redoutent le plus l'austérité, mieux vaut se tourner vers le visage avenant de ce même postromantisme - Weingartner.




Note : Hans Rott, mort prématurément, est souvent présenté comme un alter ego en puissance de Mahler. Son unique symphonie laisse à ce propos volontiers rêveurs les amateurs du corpus mahlerien. [1]

Voici ce qu'en aurait dit Mahler (extrait tiré des Mémoires de Nathalie Bauer-Lechner, qui l'a suivi de si près) :

Ce que la musique a perdu avec lui est incommensurable : son génie s'envole tellement haut, déjà dans sa première symphonie, qu'il a écrite lorsqu'il était un jeune homme de vingt ans et qui fait de lui - le mot n'est pas trop fort - le fondateur de la symphonie nouvelle, comme je la comprends. Mais ce qu'il voulait n'est pas encore atteint véritablement. C'est comme si quelqu'un lançait quelque chose de toutes ses forces mais, parce qu’il est encore maladroit, n’atteint pas vraiment son but. Mais je sais où il voulait arriver. Oui, il est si proche de ce qui m’est le plus personnel que lui et moi apparaissons comme deux fruits du même arbre, issus du même sol, nourris du même air. J’aurais pu retirer énormément de lui et peut-être aurions nous, ensemble, d’une certaine manière exploité à fond le contenu de ces temps nouveaux qui étaient en train d’éclore pour la musique.




Rappel : Pour écouter les symphonies de Mahler intégralement et légalement.

(Si la démonstration paraît trop abstraite, on ajoutera volontiers des extraits significatifs sur demande.)

Notes

[1] Dans son souci permanent d'édification, CSS fait bien remarquer qu'on a scrupuleusement employé les orthographes canoniques : wagnérien car entré dans les dictionnaires, mahlerien car simplement calqué sur l'allemand et pas suffisamment approprié pour être attesté. Il va de soi qu'en réalité, on peut en faire ce qu'on veut - et que personne n'ira chercher noise sur le sujet.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=800

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31