Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Cycles français avec piano du premier XXe siècle : deux nouveautés inestimables de Ropartz et Mariotte


Sortent concomitamment deux nouvelles publication assez exaltantes autour du piano français du début du XXe siècle. On avait déjà dressé (et présenté) la liste des grands cycles enregistrés à ce jour, tirés des catalogues de Schmitt, Hahn, Decaux, Dupont, Debussy, Ravel, Inghelbrecht, Le Flem, Koechlin, Samazeuilh, Tournemire, Migot…

S'ajoutent deux noms que je n'avais pas cités.


(cliquez sur l'image pour ouvrir l'album sur Deezer)
dubois ardeo

Ce n'est pas la première publication de cycles pianistiques pour Joseph-Guy Ropartz (Stéphane Lemelin en a proposé d'autres, très différents, chez ATMA, dès 2002), par ailleurs grand chambriste (très beau Trio avec piano, en particulier), mais le disque de Stephanie McCallum chez Toccata Classics (aussi le premier label à enregistrer Le Rossignol éperdu de Hahn, et pour lequel elle avait déjà enregistré Alkan) constitue une remarquable porte d'entrée : on y retrouve toute la sobre pudeur de Ropartz, de pair avec un raffinement des harmonies qui ne se montre jamais spectaculairement. De la douceur subtile – comme le musique devrait toujours l'être, ne pouvais-je m'empêcher de penser tandis que j'écoutais (en boucle) l'album cette semaine. Ce serait bien sûr réducteur et peu souhaitable, mais Ropartz atteint ici une forme d'équilibre assez parfait entre la discrétion, la densité du propos, la séduction qui occupe largement l'auditeur sans l'accaparer péremptoirement. Musique de fond ou musique pure, ces cycles se parent de toutes les vertus. En particulier Un prélude dominical et six pièces à danser pour chaque jour de la semaine, pas du tout superficiel ou léger, plutôt dans le goût de L'ancienne maison de campagne de Koechlin, avec un brin d'expansion supplémentaire.
Dans l'ombre de la montagne, fort beau aussi, est également gravé pour la première fois. Et ce qu'en fait Stephanie McCallum est d'un détail et d'une justesse qui forcent l'admiration aussi de ce côté-là.


(cliquez sur l'image pour ouvrir l'album sur Deezer)
dubois ardeo

Plus surprenant, plus important à l'échelle de la modernité, l'album consacré à Antoine Mariotte par Daniel Blumenthal chez Timpani. Comme depuis longtemps chez ce label, captation très précise et physique, sans dureté et sans halo, et comme toujours une page à la fois inconnue, majeure et inattendue. De Mariotte, on ne dispose guère que de sa Salomé accusée de plagier Strauss – possiblement de façon fondée, dans la mesure où l'on a vraiment l'impression d'entendre une version française, un peu moins élancée peut-être, de Salome. Très belle œuvre, pas très bien servie dans un son opaque – et des dictions calamiteuses – lors de sa résurrection à Montpellier (disponible chez Actes Sud), mais qui convainc sans difficulté pourtant.
Les Impressions urbaines pour piano (1921) sont aussi éloignées qu'il est possible de cet univers décadent, et constituent un pendant assez imprévisible au Berlin de Meisel ; évoquant là aussi successivement, en cinq mouvements, les éclats mécaniques des usines, les encombrements des faubourgs, la lumière des guinguettes, la pesanteur croulante des décombres urbains (lieux désaffectés ?  intermède de reconstruction ?  vestiges de la guerre ?  –  la page étant dédiée à son filleul, précisant sa mort au front en 1915, et se mêlant à une sorte de marche funèbre), l'animation des gares. La richesse du langage, les nombreuses notes étrangères, les rythmes complexes et encaténés évoquent aussi bien Meisel que le Mosolov des Nocturnes, l'univers du futurisme et du mécanisme, mais sans se départir, ce qui est difficile, d'une certaine identité thématique, pour ne pas dire mélodique. Un réel chef-d'œuvre, qui se place parmi ce que cette école, pourtant pas du tout en vogue en France, a produit de plus abouti.
Kakémonos manifeste les mêmes qualités de langage (chargé, mais pas dépourvu de chant), à un degré évidemment moins spectaculaire. Sa troisième œuvre pour piano, une Sonate écrite plus tôt, est selon la notice de Michel Fleury écrite dans un style plus franckiste / d'indyste, mais je ne l'ai pas lue pour confirmer ; grand virtuose (on peut le mesurer à l'écoute de ces pièces, qu'on pourrait difficilement écrire sans une maîtrise intime des tuilages d'accords propres au piano), son legs solo se limite manifestement à cela.

Le disque est complété par le court cycle des Intimités et par Le vieux chemin, des mélodies (parfaitement) chantées par Sabine Revault d'Allonnes. De belles pièces très bien faites, touchantes, qui donnent envie d'en entendre davantage.

Un des grands chocs récents.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2754

Commentaires

1. Le dimanche 17 janvier 2016 à , par lu

au fait, tu ne parles jamais du piano de Ferroud ?

2. Le dimanche 17 janvier 2016 à , par lu

et je t’informe que la sonate de Mariotte existe en cd... par Girod. :p
(c’est même sur youtube, à vrai dire.)

3. Le dimanche 17 janvier 2016 à , par David Le Marrec

Bonsoir lu,

Oh, merci ! Exister en CD est un bien grand mot, l'immense majorité des disques de Girod sont inaccessibles désormais… je suppose que c'est aussi le cas de celui-ci ? En tout cas, vu que ça se trouve, je ne vais pas manquer d'écouter ! Je devine que ce ne doit pas être particulièrement à ton goût.
Qu'y a-t-il d'autre sur le CD ?

Ferroud, je ne crois pas avoir vu passer de cycles pour piano, c'est quoi ? sur quel disque ?

4. Le dimanche 17 janvier 2016 à , par lu

inaccessible, je ne crois pas, mais bon... c’est un des cd du festival de Hosum, avec des choses euh..., enfin, voilà : http://www.danacord.dk/frmsets/records/559-r.html
(je ne connais pas)

pour Ferroud, c’est peut-être, je ne sais pas, un cd de... Girod ? :p (chez 3D, donc.)
je ne sais pas si on peut parler de cycles — enfin, de petits cycles. j’avais emprunté ça il y a un certain temps. c’est loin d’être majeur à mon avis, mais il y a des choses sympathiques voire un peu étonnantes (Types, Au parc Monceau). sur un fond toujours impressionniste, c’est un peu plus futuriste (mais inoffensif) ou satien que l’ordinaire ; en fait ça me rappelle Lourié (pas le Lourié le plus avant-gardiste, bien sûr).

5. Le lundi 18 janvier 2016 à , par Ouf1er

Check ta Dropbox, Mr. David ! Le Père Noël est passé....
;)

6. Le lundi 18 janvier 2016 à , par David Le Marrec

Ah oui, j'ai vu passer ce CD Danacord (en faisant une recherche Chtcherbatchov, sûrement…), mais pas écouté… et manifestement pas observé assez précisément le programme, j'avais laissé passer ça. Merci !

Pour le Ferroud-Girod, je vais me mettre en quête, quand même, au moins pour voir à quoi ça ressemble, ce n'est pas comme si on croulait sous les Ferroud…

--

(Coucou Majesté, merci !)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2016 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031