Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Into the Woods de Sondheim & Lapine (Blakeley, Abell, Châtelet)


Un mot, tiré du fil de la saison en cours d'actualisation :

Soirée 41 : Into the Woods de Sondheim & Lapine

(Théâtre du Châtelet, samedi 12 avril.)

Les amateurs d'opéra râlent beaucoup après le virage Choplin de la maison, à présent largement dédié au musical. Mais quel plaisir de disposer d'une nouvelle offre musicale qui n'existait que par rares touches à Paris, d'autant qu'on y joue essentiellement des classiques éprouvés du répertoire. Personnellement, j'aimerais, plutôt que les pâles Rodgers & Hammerstein, qu'on nous montre un peu ce qui se joue dans le monde en ce moment, même ceux qui s'adressent à d'autres publics – pourquoi pas Wicked de Schwartz (plutôt conçu pour des adolescentes, mais fascinant) ou, plus grand public encore (et assez inégal), Rebecca Levay & Kunze. Ou bien, plus dans la veine « intellectuelle » ou « de bon goût » du Châtelet (qui conserve pour partie son public issu du classique), Next to Normal de Yorkey & Kitt.
L'œuvre, bien que peu prodigue en tubes, est particulièrement jubilatoire dans sa relecture de contes populaires entrelacés, avec une réelle richesse, d'autant qu'il ne s'agit pas tant de les tourner en ridicule que d'en mettre à jour les tensions et contradictions – notamment tous ces petits choix individuels qui se justifient dans la logique narrative, mais qui se demeurent hautement discutables moralement. Exactement comme pour Sunday in the Park with George, la pièce de James Lapine exploite à son maximum la structure en deux actes – la norme actuelle du musical –, en ménageant une fin stable à la fin du premier acte, puis en explorant ce qui se passe après la fin heureuse.
Les contraintes de ramener tout le monde indemne à la situation de départ étant désormais inutiles, il s'en donne à cœur joie dans la profanation et l'élimination arbitraires des personnages.

Parmi les grands moments, la présentation du loup très typé Bettelheim (même s'il semble que ce n'en soit la source exacte), sur un élégant jazz lascif, le grand « air » introspectif du Chaperon, les deux finals. Il faut signaler en particulier les décors d'Alex Eales, d'une beauté, d'une variété (et d'une fonctionnalité) exemplaires. Côté chanteurs, on retrouve les mêmes artistes d'opéra (Kimy Mc Laren, encore une fois !), soucieux d'un style spécifique, en privilégiant la franchise et en évitant la boursouflure – Damian Thantrey (le loup solo, aux appuis irrésistibles), déjà grandement avancé dans la double carrière, et surtout Francesca Jackson (l'une des rares voix au matériau non issu du lyrique sur ce plateau), tranchante et spirituelle, se distinguent particulièrement.

Roboratif (et assez fin).

--

On peut voir aussi ces quelques commentaires plus développés que je partage assez largement : chez L'Audience du Temps, chez Paris-Broadway – excellentes fréquentations par ailleurs.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2457

Commentaires

1. Le mercredi 30 avril 2014 à , par malko

Très spirituel et comme tu l'écrit, des décors superbes.

Le nec plus ultra du genre, comme souvent avec Sondheim.

Cela éclipse bien des productions lyriques...

J'espère que cela continuera (on parle de Passion...)

2. Le jeudi 1 mai 2014 à , par DavidLeMarrec

Le nec plus ultra dans la veine « littéraire » du genre, oui, sûrement. Ensuite, pour la veine mélodique, lyrique et glottophilique, il faut plutôt aller voir ailleurs, vers des spectacles plus grand public.

Mais justement, le Châtelet offre quelque chose d'encore plus introuvable que les quelques comédies musicales très grand public qui sont quelquefois jouées en France : le répertoire classique du genre. Je prendrais bien une cuillerée d'entreprises actuelles, mais on ne peut pas tout faire, et cette identité forte lui assure un public régulier.

Pour l'instant, j'ai seulement entendu parler d'un Américain à Paris et des Parapluies de Cherbourg (deux occasions de passer mon tour). Un petit Sondheim ne ferait pas de mal effectivement, Passion est d'ailleurs plus proche de la veine lyrique dont je parlais.

3. Le samedi 3 mai 2014 à , par Gilles

Quel bonheur ça a été pour moi ! Du coup, je l'ai vu trois fois :) A chaque fois un peu plus conquis par les subtilités et l'humour du livret et la "complexe simplicité" de la musique, et étonné que la salle ne soit jamais vraiment pleine.
Quant à David Curry, que l'on va retrouver dans <i>A Flowering Tree</i>, il incarnait, comme l'indiquait le programme, à la fois le prince de Raiponce et le second loup. Ce second loup n'intervient en fait qu'à la fin et en complément du solo du premier loup (interprété par Damien Thantrey). Bref... je ne vois pas où vous voyez l'erreur dans le programme...

4. Le dimanche 4 mai 2014 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Gilles,

La salle était assez pleine le samedi quand j'y suis allé. Après, c'est une pièce très célèbre aux États-Unis, où les écoles (dispensant ou non une formation vocale) la programment en permanence, mais ce n'est pas, en France, l'une des œuvres les plus célèbres de Sondheim.

J'avais vérifié au moment de publier la notule, il y a une semaine maintenant, en confrontant des enregistrements des deux artistes, et conformément à ce que j'avais entendu le soir même, c'est la voix de David Curry que j'entends dans le premier loup. Vous entendez positivement l'inverse ? Dans ce cas, il faut que je réécoute, et que je voie comment Thantrey a pu changer son émission à ce point au cours de la même soirée.

Sinon, il faudra poser la question directement aux artistes. Ils ont des sites professionnels, et sans doute même des entrées plus directes sur la Toile...

5. Le dimanche 4 mai 2014 à , par Gilles

A vrai dire, je n'ai pas pensé un seul instant qu'ils aient pu échanger leurs loups ! J'y suis allé les 1er, 4 et 12 avril ; j'ai écouté la retransmission sur Fµ (captée le 2 avril, dit le site, mais on sait que, parfois, on triche un peu avec les dates, même quand, c'est soi-disant en direct) et j'ai même assisté à l'enregistrement de la 42e Rue où la scène des loups faisait partie des extraits donnés. Ils ont des voix distinctes et il me semble que ça aurait frappé mon oreille s'ils avaient échangé leurs parties, mais je ne suis pas infaillible. Et sur scène, physiquement, ils sont assez différenciables. Mais bon, là encore, je ne jure de rien. Ce serait simplement étonnant...

6. Le dimanche 4 mai 2014 à , par DavidLeMarrec

Est-ce qu'on trouve encore la scène des loups en entier quelque part ? La bande-annonce m'avait conforté dans mon impression, après confrontation avec plusieurs extraits de chaque artiste. En entendant les deux à la suite, il devrait être facile de trancher.

À suivre !

7. Le lundi 5 mai 2014 à , par Gilles

La retransmission de Fµ du 2 avril : http://www.francemusique.fr/emission/le-concert-du-soir/2013-2014/stephen-sondheim-woods-04-15-2014-20-00
L'émission 42e Rue : http://www.francemusique.fr/emission/42e-rue/2013-2014/en-direct-du-studio-106-de-radio-france-avec-la-troupe-de-woods-03-30-2014-11-43

8. Le mercredi 7 mai 2014 à , par DavidLeMarrec

Merci Gilles, je vais vérifier ça quand j'aurai une minute (plutôt vers la fin de la semaine, je suppose).

9. Le mardi 17 juin 2014 à , par M. le Loup 1 :: site

Thanks for your keen interest regarding M. les Loups at the Chatelet. To clarify, I was always Wolf 1/CP and the wonderful David Curry was Wolf 2/RP...we just used slightly different vocal colours for the Wolves and Princes! I hope this helps!!

Damian

10. Le mardi 17 juin 2014 à , par DavidLeMarrec

Thank you so much for your enlightenment, Mr Excellent-First-Wolf !

I will correct this in the following days !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(22/1/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930