Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Le répertoire discographique de la tragédie lyrique (1671-1810)


1. Méthodologie

On avait déjà entrepris un projet semblable par le passé, en regroupant par compositeur et en commentant les enregistrements existants. L'écueil étant que le choix entre tragédie lyrique stricto sensu et ballets ou comédies d'importance n'était pas toujours très facile à justifier.

Episodes :


Cette fois, c'est une liste chronologique, qui indique la totalité (ou peu s'en faut) des tragédies lyriques (j'y ai inclus aussi certaines comédies ambitieuses ou ballets importants, et à la fin de la période certaines oeuvres de même style mais avec dialogues parlés) publiées au disque à ce jour. S'y trouvent aussi quelques oeuvres jamais redonnées mais importantes (comme la fondatrice Pomone, ou des succès considérables comme Issé de Destouches & La Motte, Thétis et Pélée de Collasse & Fontenelle et Les Festes Vénitiennes de Campra & Danchet), et d'autres qui sont simplement appétissantes.

Le but ? Pouvoir évaluer ce que l'on peut écouter pour ceux qui n'ont pas encore épuisé l'offre discographique ; pour les autres, mesurer l'exploration respective des différentes périodes.

Il s'avère que le résultat est moins déséquilibré en faveur du premier siècle de tragédie lyrique (avant 1780, donc) que je l'aurais cru - évidemment, il en va tout autrement si l'on compte le nombre de versions.

LÉGENDE :
|*** : commercialisé
|** : bande radio ou vidéo
|* : lu en partition

Entre parenthèses figurent le nombre d'enregistrements commerciaux, puis de représentations captées, enfin de représentations vues. Je n'ai pris en compte dans ces deux dernières catégories que ce à quoi j'ai pu accéder moi-même, sans quoi la liste serait bien plus longue sans que je puisse répondre à d'éventuelles sollicitations...

2. Liste

1671 - Pomone - Cambert & Perrin
1671 - Psyché I - Lully & Molière-Corneille **
1673 - Cadmus et Hermione - Lully & Quinault *** (2+1)
1674 - Alceste - Lully & Quinault *** (2+1)
1676 - Atys - Lully & Quinault *** (3+1)
1677 - Thésée - Lully & Quinault *** (1+2)
1677 - Isis - Lully & Quinault *** (1)
1678 - Psyché II - Lully & Molière-Corneille *** (1)
1679 - Bellérophon - Lully & Th. Corneille **
1680 - Proserpine - Lully & Quinault *** (1+1)
1682 - Persée - Lully & Quinault *** (2)
1683 - Phaëton - Lully & Quinault *** (1)
1684 - Amadis - Lully & Quinault *** (1+2+1)
1685 - Roland - Lully & Quinault *** (1+1)
1686 - Armide - Lully & Quinault *** (4+1)
1688 - David et Jonathas - Charpentier & Bretonneau *** (2)
1687 - La Descente d'Orphée aux Enfers - Charpentier ***
1687 - Achille et Polyxène - Lully-Collasse & Quinault *
1689 - Thétis et Pélée - Collasse & Fontenelle
1690 - Enée et Lavinie - Collasse & Fontenelle
1691 - Astrée - Collasse & La Fontaine
--
1693 - Alcide - Louis Lully, Marais & Campistron **
1693 - Didon - Desmarest & Saintonge **
1693 - Médée - Charpentier & Th. Corneille *** (3)
1694 - Céphale et Procris - Jacquet de La Guerre ***
1694 - Circé - Desmarest & Saintonge
1695 - Théagène et Chariclée - Desmarest & Vancy
1696 - Amphion - Gillier
1696 - Bacchus et Ariane - Marais & Saint-Jean
1697 - Issé - Destouches & La Motte
1697 - Vénus et Adonis - Desmarest & J.B. Rousseau *** (1+1)
1697 - L'Europe Galante - Campra & La Motte *** (1+1)
1699 - Le Carnaval de Venise - Campra & Renard *** (1+1)
1699 - Amadis de Grèce - Destouches & La Motte
1700 - Canente - Collasse & La Motte
1701 - Omphale - Destouches & La Motte *
1702 - Tancrède - Campra & Danchet *** (1)
1703 - Le Carnaval et la Folie - Destouches & La Motte **
1703 - Ulysse - J.F. Rebel & Guichard *** (1+1)
1704 - Iphigénie en Tauride - Desmarest-Campra & Vancy-Danchet
1705 - Philomèle - La Coste & Roy *
1705 - La Vénitienne I - La Barre & La Motte
1706 - Alcyone - Marais & La Motte *** (1)
1706 - Cassandre - Bertin de la Doué, Bouvard & La Grange-Chancel
1708 - Hippodamie - Campra & Roy *
1709 - Sémélé - Marais & La Motte *** (1+1+1)
1710 - Les Festes Vénitiennes - Campra & Danchet
1712 - Idoménée - Campra / Danchet *** (1+1)
1712 - Callirhoé I - Destouches / Roy *
1716 - Ajax - Bertin de la Doué & Ménesson
1718 - Sémiramis - Destouches & Roy
1721 - Les Eléments - Destouches, Lalande & Roy
1726 - Pyrame et Thisbé I - Rebel & Francoeur
--
1732 - Jephté - Montéclair & Pellegrin *** (1)
1733 - Hippolyte et Aricie - Rameau & Pellegrin ***
1735 - Scanderberg - Rebel-Francoeur & La Motte
1735 - Les Indes Galantes - Rameau & Fuzelier ***
1737 - Castor et Pollux I - Rameau & Gentil-Bernard *** (2)
1739 - Les Festes d'Hébé - Rameau & Mondorge ***
1739 - Dardanus - Rameau & Le Clerc de la Bruère ***
1739 - Zaïde, Reine de Grenade - Royer & La Marre *** (1)
1743 - Don Quichotte chez la Duchesse - Boismortier & Favart ***
1743 - Le Pouvoir de l'Amour - Royer & Fusée de Voisenon *** (1+2)
1743 - Callirhoé II - Destouches / Roy *** (1+1)
1745 - Zélindor, Roi des Sylphes - Francoeur, Rebel & Paradis de Moncrif *** (2+1)
1745 - La Princesse de Navarre - Rameau & Voltaire ***
1745 - Platée - Rameau & Autreau-Le Valois d'Orville *** (3+1+1)
1749 - Zoroastre - Rameau & Cahusac *** (3)
1754 - Castor et Pollux II - Rameau & Gentil-Bernard *** (5+2)
1758 - Les Festes de Paphos - Mondonville & Clerc de la Bruère, Collet de Messine, Fusée de Voisenon ***
1759 - Pyrame et Thisbé II - Rebel & Francoeur *** (1+1)
1760 - Les Paladins - Rameau & Duplat de Monticourt *** (2)
1761 - Hercule mourant - Dauvergne & Marmontel **
1763 - Ismène et Isménias - Laborde & Laujon **
1763 - Les Boréades - Rameau & anonyme ***
1768 - La Vénitienne II - Dauvergne & La Motte **
--
1773 - Céphale et Procris - Grétry & Marmontel *** (1+1)
1774 - Iphigénie en Aulide - Gluck & Gand-Leblanc du Roullet *** (1)
1774 - Orphée et Euridice - Gluck & Moline-Calzabigi ***
1776 - Alceste - Gluck & Gand-Leblanc du Roullet-Calzabigi ***
1777 - Armide - Gluck & Quinault ***
1779 - Iphigénie en Tauride - Gluck, Guillard & Gand-Leblanc du Roullet ***
1780 - Andromaque - Grétry & Pitra-Racine *** (1+1+1)
1781 - Iphigénie en Tauride - Piccinni & Congé Dubreuil **
1783 - Renaud - Sacchini & Pellegrin ***
1783 - Chimène ou Le Cid - Sacchini & Guillard **
1784 - Les Danaïdes - Salieri, du Roullet & Baron Tschudi ***
1786 - Oedipe à Colone - Sacchini & Guillard ***
1787 - Tarare - Salieri & Beaumarchais *** (1)
--
1791 - Lodoïska - Cherubini & Fillette-Loraux *** (1)
1792 - Stratonice - Méhul & F.B. Hoffman *** (1)
1793 - La Caverne - Lesueur & Dercy
1794 - Paul & Virginie ou le Triomphe de la Vertu - Lesueur & du Congé Dubreuil **
1797 - Médée I - Cherubini & F.B. Hoffman *** (2+1)
1799 - Ariodant - Méhul & F.B. Hoffman
1802 - Sémiramis - Catel & Desriaux **
1807 - Joseph en Egypte - Méhul & Pineux-Duval *** (1+1)
1807 - La Vestale - Spontini & Jouy ***
1809 - Fernand Cortez ou la Conquête du Mexique - Spontini, Jouy & Esménard *** (2)
1810 - Les Bayadères - Catel & Jouy *
1810 - La Mort d'Abel I - Kreutzer **

--

3. Segmentation

J'ai tâché de délimiter grossièrement les différentes "écoles" qui se succèdent en laissant de l'espace :

  • la première : Lully et ses successeurs, assez dépouillée et "archaïque" ;
  • la deuxième : l'ère simultanée de la tragédie "noire" et des ballets galants, l'ère de Campra et Destouches ;
  • la troisième : triomphe de la galanterie et de la virtuosité, l'ère de Rameau et Mondonville ;
  • la quatrième : la tragédie lyrique classique, souvent le fait d'étrangers comme Gluck, Piccinni, Sacchini ou Salieri ;
  • la cinquième : la tragédie lyrique romantique, car le genre s'éteint progressivement alors que le style romantique se déploie déjà (très frappant chez Catel et Kreutzer). On pourra au passage remarquer qu'Etienne de Jouy est à la fois librettiste pour Catel (encore assez classicisant), Spontini (drame romantique mais pas encore Grand Opéra) et Rossini (Guillaume Tell, le deuxième Grand Opéra joué à Paris) !


Je le redis, ces compartiments (qui sont pure proposition personnelle) s'appliquent mal aux autres répertoires de la même époque, même à l'air de cour et à la musique vocale religieuse.

--

4. Extrémités

Il a existé d'autres tentatives avant Pomone, des adaptations de spécialités italiennes ou de véritables innovations, mais vu qu'elles ne sont pas disponibles à ce jour, je m'en suis tenu là. Il faut cependant garder à l'esprit leur existence, tout ne naît pas avec Lully - qui récupère une Académie de Musique déjà créée, et aux objectifs musicaux déjà fixés.

A partir de 1810, on ne trouve plus guère de tragédies lyriques romantiques, on se trouve face à de véritables opéras romantiques (Ali Baba de Cherubini) ou aux premiers Grands Opéras à la française (dès La Muette de Portici en 1828, puis Guillaume Tell de Rossini en 1829 et Robert le Diable de Meyerbeer en 1831), héritiers directs de la tragédie lyrique mais sensiblement différents formellement.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1957

Commentaires

1. Le lundi 16 avril 2012 à , par Guillaume

C'est un travail gigantesque, indispensable et très utile ! Merci beaucoup donc :-)
On voit que les "trous" se concentrent sur la deuxième école (peut-être parce que ses contours sont indistincts et ses compositeurs moins connus ?), c'est dommage car on y trouve un certain équilibre entre un orchestre plus riche que chez LULLY et une déclamation encore prépondérante, loin des orgies - parfois abusives - de divertissemens chez Rameau.

Mais LULLY reste le meilleur.

2. Le mardi 17 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Guillaume, merci pour cette petite visite !

Gigantesque, pas tant que cela : je me suis contenté de regarder ce que j'avais chez moi, ce n'est pas un effort bien immense. Le plus long est quasiment de choisir la forme pour le présenter - je ne trouvais pas celle que j'avais choisie auparavant tout à fait opérante. [Il n'empêche que, comme je l'ai mentionné, celle que j'ai proposée aujourd'hui est tout à fait contestable, puisque je mélange plusieurs genres qui étaient fortement distincts à l'époque, en me plaçant du point de vue du "sérieux" que lui accorde la réception de l'auditeur / lecteur / spectateur d'aujourd'hui...]

De plus, il existe, si besoin, un certain nombre de publications qui fournissent l'intégralité des titres joués à la Cour. Je ne les ai pas utilisées parce qu'il était moins amusant de recopier une liste que de la constituer moi-même, mais elles existent et sont bien utiles quand on veut voir ce qui a été produit dans une même période, ça évite de perdre beaucoup de temps en archéologie. :)

En revanche, je ne suis pas sûr que ça existe en ligne, et ça n'existe pas, il me semble, sous cette forme exclusivement discographique. Je suis donc bien content que ça t'intéresse !
Et je partage tout à fait ton avis sur la "deuxième école", qui est la plus éloquente prosodiquement. Après, selon les oeuvres, on peut passer de la tragédie la plus désespérée, percluse d'italianismes (batteries de cordes, modulations sauvages, solos instrumentaux, contrepoint...), au ballet le plus inoffensivement galant.

Chez le même compositeur, qu'on passe de Didon à Vénus & Adonis, du Carnaval de Venise à Idoménée ou d'Omphale à Callirhoé est particulièrement saisissant, les deux goûts émergent simultanément à l'époque où l'on cesse de porter le deuil de LULLY et où les nouvelles oeuvres arrêtent de tomber presque systématiquement.

LULLY est peut-être le plus régulier dans l'excellence en matière de tragédie lyrique (ses ballets purs sont tout de même mortellement ennuyeux...), mais pour en juger, encore faudrait-il avoir la possibilité d'écouter toutes celles de ses successeurs. Pour ce que j'ai lu de Collasse (Achille & Polyxène) et à en juger par la lecture des livrets de Fontenelle, il y a clairement matière à faire mieux.
Desmarest ne se démarque pas complètement du modèle, Destouches est assez irrégulier et Campra manque sans doute de panache, mais il y a aussi tous ceux dont on n'a plus rien joué depuis le XVIIIe siècle, et que je n'ai pas nommés ici, mais ils sont assez nombreux : Gervais, Bertin de la Doué, Salomon...

Et le fonds de Francoeur & Rebel, aussi bien en musique qu'en livrets, semble particulièrement passionnant, avec en plus une période d'évolution très longue.

On pourrait aussi dire que les plus économes, comme Charpentier ou Jacquet de La Guerre, sont difficiles à surpasser...

Et pour finir, je trouve tout de même le style harmonique de LULLY un brin naïf, la petite augmentation qu'on trouve même chez Desmarest (pas besoin de réclamer Charpentier, ECJDLG ou les campraseries d'Idoménée !) me suffit.

Car, oui, je donne Atys pour Callirhoé ou Pyrame & Thisbé. Même si c'est mal. :)

--

Sinon, je suppose que tu iras à David & Jonathas la saison prochaine, n'est-ce pas ? N'en attends pas autant que pour Médée (même si je m'interroge sur le choix de Losier et que j'ai très peur d'Audi), la partition ne vole pas du tout sur les mêmes cîmes, à mon humble avis. C'était de toute façon une oeuvre qui n'était pas prévue pour la Cour, et cela s'entend, le style est un peu plus "droit", presque fruste par moment. Le résultat est tout à fait supérieur à sa Judith, mais on est très loin de Médée.

Je devine que tu n'es pas allé voir Véronique Gens, vu que tu n'as pas réagi deux notules plus bas. (Tu as eu raison, tu te serais évanoui de bonheur.)

3. Le mardi 17 avril 2012 à , par Guillaume

La saison prochaine, je limite mon nombre de dates, par conséquent je n'irai pas voir David & Jonathas, mais Médée, oui, en outre j'irai voir à Pleyel Phaeton (en VC) par Rousset et une assez bonne distribution.
Et puis Robert à Londres (même si je ne sais pas ce que valent Relyea en Bertram et Hymel en Robert), et puis Capriccio à l'ONP (avec Kaune), je crois que ce sera tout ensuite.

4. Le mardi 17 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

100% de choix excellents, quasiment ce que j'aurais choisi si j'avais dû me limiter à quatre. Pour ma sortie hors du périph', en revanche, je choisis Ferne Klang, sans hésiter.

Bryan Hymel, c'est un cas très intéressant : un ténor qui chante beaucoup de légers à conte-notes (Edgardo, Arturo...), mais qui devient particulièrement sombre en français, sans perdre son aigu. Ca devrait produire un Robert très inquiétant et vocal, assez proche de Blake. Pas ton (notre ?) idéal a priori, mais je ne doute pas un instant que ce soit très convaincant !
Relyea sera peut-être la seule réserve : ce sera vraisemblablement un Bertram assez peu nuancé et drôle, vraiment une voix très américaine, avec ce "twang" très homogène et opaque, habitué aux méchants pas beaux.

Capriccio / Kaune, bien sûr, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'autres interprètes sur le marché capable de donner une Madeleine de très haut niveau (du moins si on refuse de prendre un format un peu léger). Sans trop chercher, je vois Leitgeb, Nylund, Isokoski, et puis pourquoi pas, un peu moins adéquates, Armstrong, Schwanewilms ou, si l'on ose descendre sous le format (théorique, parce qu'en réalité elle serait parfaite), Welschenbach.
Ca fait déjà un bon petit nombre, mais je crois qu'on a à peu près épuisé le vivier si on tient au type Chrysothemis / Arabella - dans les faits, on peut tout à fait employer un lyrique plus standard, mais ça "ne se fait pas". Et comme Kaune ne vient pas souvent à Paris et que c'est la première fois qu'elle chante à l'ONP à ce qu'il me semble...

Enfin, pour Phaëton, tu dis "assez bonne distribution", mais je ne vois pas trop (à part Isabelle Druet :) ), ce qu'on pourrait demander de mieux à l'heure actuelle que Perruche + Gonzalez-Toro + Auvity + Foster-Williams + Arnould dans ces rôles-là ! Oui, on aurait pu exiger Teitgen à place de Caton et Wanroij, Tauran ou Gabail à la place d'Arquez, mais il faut savoir rester raisonnable. :)

Bref, tu vas bien t'amuser.

5. Le mardi 17 avril 2012 à , par Guillaume

Oui j'ai vu qu'il y avait der Ferne Klang à Strasbourg : décidément, cet opéra devient excellentissime, une année Meyerbeer et l'autre Schreker, qu'exiger de plus sinon un Destouches ou Paladilhe dans deux ans ! (en plus les Huguenots étaient encore plus géniaux qu'à Bruxelles)

Mais on s'éloigne de la tragédie lyrique là...

6. Le mardi 17 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

Plutôt qu'un banal Destouches, s'ils veulent accueillir le Lutin Chamber Orchestra pour une intégrale La Coste dans quatre ans, je serai prêt ( إن شاء الله ).

En fait, à l'heure actuelle, ce sont les décadents germaniques les plus mal documentés en France parmi tout ça (ce qui est logique d'ailleurs, aussi bien du point de vue de la proximité culturelle que de la difficulté et du coût pour le monter et trouver un public), donc leur choix me ravit tout à fait. J'aurais dû choisir, j'aurais sûrement dit Ferne Klang en plus (parce que les Gezeichneten, on les aura un jour ou l'autre).

Il y a aussi Der Schatzgräber à Amsterdam en septembre, mais l'oeuvre est beaucoup moins essentielle à mon sens.

Cela dit, s'ils veulent des suggestions, ils suffit qu'ils tâtent de ma liste. Je refuserai de mourir avant d'avoir vu tout ça sur scène. C'est dit.

7. Le vendredi 20 avril 2012 à , par Jérémie

Le Phaëton de Rousset sera magnifique, et un rendez-vous à ne pas manquer. Même s'il faudra supporter Gonzalez-Toro (qui a sans doute atteint les tréfonds de son immondice avec son Arnalta chez Haïm...).

Mais Perruche + Auvity, ce sont deux chanteurs incroyablement talentueux et incroyablement gentils. J'avoue que je suis toujours complètement stupéfait de la Mélisse de Perruche (alors que c'est pourtant un rôle trivial !!).

8. Le vendredi 20 avril 2012 à , par DavidLeMarrec

Je suis plus interrogatif sur l'état de forme des musiciens ce soir-là que sur Gonzalez-Toro, que je trouve très bon, moi. Je me demande même si je ne l'avais pas entendu en salle lors de la tournée de la Capricciosa Corretta.

Parce que ce que j'ai entendu la semaine dernière, c'était un orchestre qui reproduisait les mêmes défauts techniques que dans Bellérophon, mais sans en avoir forcément le panache.

On verra bien, de toute façon j'irai forcément, le Rousset actuel m'intéresse, la distribution est très belle, et Phaëton est sans doute le Lully que j'ai le plus joué... Donc nous pourrons en reparler.

Tant que Rousset ne me vole pas La Coste comme il l'a déloyalement fait pour Bellérophn, de toute façon je lui pardonnerai tout. :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(21/9/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30