Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Lyrique et raffiné



Réponse plus bas, en commentaire. Et un mot sur l'oeuvre intégrale (avec le même extrait en contexte) se trouve ici.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1441

Commentaires

1. Le vendredi 25 décembre 2009 à , par Ouf1er

[réponse]... (mais sans doute pas la partie la plus lyrique ni la plus raffinée...) ;-)

2. Le vendredi 25 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec

En réalité, je suis frappé du décalage entre l'idée qu'on se fait du compositeur et ce passage, que je trouve extrêmement jubilatoire au demeurant (surtout en contexte bien entendu). A l'aveugle, il faut vraiment avoir déjà écouté l'oeuvre pour identifier l'auteur.

J'ai masqué ta réponse, c'était trop facile pour toi bien entendu, je laisse les autres chercher. <;o)

Bon, c'est pas très en saison tout ça, mais justement, ça fait du bien. Et puis CSS est indémodable, qu'on se le dise.

3. Le samedi 26 décembre 2009 à , par Morloch

Coucou ! Joyeux Noel ! Bonne nouvelle, il semble que ces lieux ne soient plus inqccessibles d ici. Sinon, aucune idee, je suis a peu pres categorique : ce n est ni Monteverdi ni Stockhausen.

4. Le samedi 26 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah, quel plaisir de voir ton méchant visage de subversif dangereux par ici !

Bien, tu as décroché le gros lot, n'est pas du Stockhausen arrangé par Monteverdi (pas plus que ton clavier n'est azerty).

Et comment on peut te joindre ? Le courriel habituel fonctionne ?

5. Le samedi 26 décembre 2009 à , par Ouf1er

Avec tes explications complémentaires, je comprends mieux le libellé "Lyrique et raffiné", en forme d'antithèse en quelque sorte.
Oui, il est vrai qu'il y a fort peu d'indices, ni dans le fond ni dans la forme, pour identifier le compositeur sans connaitre l'oeuvre. Idem pour le final de l'oeuvre, qui risquerait dans laisser plus d'un dans un grand point d'interrogation.

Pas trés en saison ? C'est sûr que ca change des Christmas Carols, et pourtant "l'esprit" n'est pas si éloigné, non ?

6. Le samedi 26 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, tu as raison, 'l'esprit' est là. Je songeais plus à l'ambiance marche militaire, en fait. Une fois qu'on connaît le contexte, on s'aperçoit que Strauss, en 1936, croyait encore au Père Noël. \:o| P

uisque personne d'autre ne s'est prononcé, on peut dire que tu as immédiatement identifié Friedenstag. C'est un bref moment instrumental qui marche marque l'entrée des ennemis réconciliés, une sorte d'exultation brutale, qui succède à celle plus suave du bourgmestre, après trois quarts d'heure de sombres méditations... et trente années de guerre !

Sans autre contexte, c'est indécelable (mais aussi inoubliable une fois l'oeuvre entendue, une bonne façon de repérer les imposteurs ! :-) ). Ca montre tout simplement la virtuosité de Strauss dans la maîtrise de tout type d'écriture. Et effectivement, mon titre n'avait rien de moqueur en réalité, on est juste frappé du contraste avec 'notre' Strauss, et je suis très séduit tout de même. D'autant plus d'ailleurs que ça n'a rien à voir avec tout le reste de l'oeuvre.

Enfin, le final, oui, également, mais on pourrait tout de même songer à Mahler, il y a des tournures harmoniques et des 'tuilages' très similaires. Un espèce de Fidelio postromantique, un truc assez improbable. C'est rare, finalement, qu'un compositeur arrive si bien à tenir un quart d'heure de jubilation débridée, ce devrait être une épreuve imposée pour la remise des médailles en composition. :-)

7. Le samedi 26 décembre 2009 à , par vartan

J'avais fantasmé sur un croisement entre Haendel (le goût pour la fanfare) et Berlioz (quelques tournures modulatrices originales).

8. Le samedi 26 décembre 2009 à , par Ouf1er

Oui, pour le finale, c'est exactement ça : un final Fidélien, imaginé par un Mahler de la 8me....

Et c'est tout de même une marque de génie assez singulier de pouvoir rendre aussi jouissif un tel final, malgré les doses de kitsch et de pompier mélangées....

Pour l'esprit de Noël, je pensais plutôt à "Peace on Earth"..... ;-))

9. Le samedi 26 décembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, effectivement, Vartan, mais dans un syncrétisme plus tardif. Effectivement, l'air de rien, il y a un ou deux accords un peu surprenants qui rehaussent la fanfare bête et méchante. Et puis c'est super bien orchestré.

@ Ouf : Tout à fait d'accord pour l'inspiration du final, et encore, ce n'est même pas dans la veine du meilleur Strauss ! S'il nous avait fait quelque chose dans la veine des ariosos de Chryso ou du premier interlude de la Femme sans ombre, je n'ose imaginer...

Sinon, concernant la saison, je pensais bien à cela, mais je n'ai pas résisté à l'envie de dire une bêtise. :-(

10. Le vendredi 1 janvier 2010 à , par Guillaume

Superbe ! Il va falloir que je me procure d'urgence la version Sinopoli. J'ai déja Intermezzo et Arabella (oui, je suis complètement lobotomisé par CSS) qui arrivent, donc ça va faire beaucoup de Strauss d'un coup, mébon...

11. Le samedi 2 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, c'est Sinopoli que j'ai mis, et comme la version Krauss / Ursuleac / Hotter n'est pas toujours aisée à se procurer, c'est le meilleur choix possible (un des très rares enregistrements décevants de Sawallisch, avec Capriccio justement...).

En plus, c'est court.

J'aime beaucoup ce passage aussi, mais attention, ça n'a quand même rien à voir en dehors de ces quelques secondes. Le final est délirant, et le reste beaucoup plus sombre.

12. Le dimanche 3 janvier 2010 à , par Era

Tiens, alors c'est du Strauss, amusant :) J'étais moi aussi du côté du goût de Berlioz pour les fanfares (si, si!) et modulations brusques, mais comme chez lui ce n'aurait pas été si surprenant que ça... (quoi que ce soit tout de même gratiné)
;)

13. Le dimanche 3 janvier 2010 à , par DavidLeMarrec :: site

C'est du Strauss d'une durée très éphémère, mais c'est bien du Strauss ! Et même pas du Johann...

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(7/9/2016)

Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031