Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le disque du jour - XXVIII - Tiefland d'Eugen d'Albert à Zürich (DVD)

L'oeuvre

Tiefland, souvent présenté - avec quelque raison vu le sujet, et même considérant la continuité du propos musical - comme un spécimen d'opéra vériste allemand, est cependant une oeuvre d'une constante inspiration musicale. Le grand interlude de la descente vers les Terres basses constitue l'une des parties instrumentales les plus jouissives de l'histoire de l'opéra.

Largement marqué par Wagner, avec un sérieux très net, légèrement éclairé par des échos discrets de foklore, le langage d'Eugen d'Albert a plus de parenté avec les raffinements des derniers lieder de Reger - rien à voir avec ses oeuvres symphoniques moins subtiles - ou avec Humperdinck et Siegfried Wagner qu'avec les chatoiements de Strauss ou l'austérité un peu sèche de Pfitzner.

Il faut dire que le ton harmonique allemand est éclairci par des touches de lyrisme assez italiennes.


L'adieu de Pedro aux Terres Hautes et le postlude de descente vers les Terres Basses. On peut penser, sans doute pour la seule fois de l'oeuvre, à Richard Strauss, et précisément à la fin du premier tableau de l'acte I avec sa descente chez les hommes. Tiefland est bien antérieur (1903 contre 1919). Et on peut aussi songer au ton populaire de Cavalleria Rusticana de Mascagni.
Vous entendez Rudolf Schasching (Nando), puis Peter Seiffert (Pedro), et l'Orchestre de l'Opéra de Zürich dirigé par Franz Welser-Möst.


CSS a prévu depuis assez longtemps de consacrer une note ou une série à cet opéra, et ce n'est pas ici le lieu.

--

Le produit

On signale simplement la parution en DVD d'une version dont nous ne connaissons que le son, en tout point extraordinaire. Et l'une des très rares captations de Matthias Goerne dans un de ses rôles scéniques.

Lire la suite.

Il s'agit de la production zürichoise [1], reprise à Barcelone à l'automne dernier. (N'étaient les dix-huit heures de train aller-retour, nous aurions fait le voyage plus volontiers encore que pour Salammbô.)

L'action semble y avoir été transposé (naturellement...) dans les bureaux de quelque régime autoritotalitaire. Le sujet s'y prête bien, même s'il est à craindre que la disparition du pittoresque soit dommageable, surtout au profit d'un déjà-vu. Cela dit, Zürich choisit souvent des metteurs en scène originaux mais modérés, avec de bonnes directions d'acteur. Ce dernier point n'était pas franchement le fort de la vision, laide sans être réellement agressive, de l'Elektra parisienne de Matthias Hartmann, mais il faut voir pour dire.

Franz Welser-Möst y confirme, si besoin était, qu'il est sans nul doute l'un des plus grands chefs vivants. Ce qu'il a fait d'un orchestre de fosse est tout bonnement un miracle, et dans tous les répertoires. Incisif, limpide, spirituel. Evidemment, la partition et son orchestration s'y prêtent moins ici, mais l'élan qu'il imprime porte totalement le son et l'action.

Et en deux mots, très grossièrement, juste manière de ne pas rester tout à fait muet sur le sujet : côté chanteurs, Peter Seiffert, dont la voix s'abîme prématurément, montre un vibrato inquiétant (et plus du tout maîtrisé, vraiment des bonds à la manière visuelle des girophares), mais l'électricité de l'interprétation balaie toute réserve. L'inséparable épouse Petra-Maria Schnitzer se montre comme toujours très solide, mais sans l'indifférence qu'on lui a beaucoup prêtée et qui est parfois plus sensible dans d'autres rôles. [Il faut à ce propos leur rendre hommage pour leur effort en vue d'imposer Tiefland sur de nombreuses scènes.] Matthias Goerne, aussi prince que brutal, réussit toutes les facettes du personnage, et fascine toujours par sa voix enveloppante. N'étant pas inconditionnels de László Polgár, les lutins ne pourront que mentionner l'excellente tenue qui sied à un chanteur de son rang. Et gros coup de coeur pour le lyrique léger d'Eva Liebau, dans le rôle ambigu de Nuri, dont elle maîtrise chaque aspect, aussi bien l'ingénuité douteuse que la séduction, et toujours un splendide lyrisme dans un timbre digne de Mimi Coertse ou de Lucia Popp.

--

Le verdict

Un excellent opéra, accessible aux décadents aussi bien qu'aux pucciniens, au livret très bien conçu, dans une version extraordinaire, avec de surcroît le visuel pour les fainéants. Immanquable.

Paru depuis le 26 janvier chez EMI en DVD.

--

Et au disque ?

Pour ceux qui ne voudraient pas du DVD, même simplement pour écouter, on peut recommander la version de Hans Zanotelli (Eurodisc, 1963), une superbe présence (bien secondée par la prise de son). La distribution ne paraît pas si éclatante, mais le résultat est réellement prenant : Isabel Strauss, Rudolf Schock, Gerd Feldhoff, Ivan Sardi. (Sardi est particulièrement ébouriffant.) Le disque semble difficile à trouver désormais et, l'ayant capté à la radio, les farfadets sont un peu en peine

A l'inverse, l'appétissante version Moralt de 1957 (celle parue chez Philips) est un studio de la pire tradition du Wiener Symphoniker : son de radio tout plat (ajouté au style, jamais très sensible au relief, de Moralt...), et grands noms qui chantent poliment leur partie chacun à leur tour. Oui, même avec Gré Brouwenstijn, Hans Hopf, Paul Schöffler, Oscar Czerwenka et jusqu'à Eberhard Wächter et Waldemar Kmentt dans les petits rôles, c'est assez ennuyeux et ne rend pas, en tout cas, justice à l'oeuvre - loin s'en faut.

Notes

[1] Ou alors, comme adjectif, à franciser en zurichois... Dur de se décider.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1163

Commentaires

1. Le mercredi 7 juillet 2010 à , par Guillaume

Salut David !

J'ai acquis ce DVD, et j'en suis ravi, pour l'instant (prologue et acte I)
La mise en scène bénéficie d'une bonne direction d'acteurs et d'une cohérence certaine, en plus, elle n'est pas trop moche à regarder.

Côté discographie, que penser de l'appétissante version Janowski avec Marton, Weikl et Kollo ? (malgré le fait que ces chanteurs soient irréguliers)

Zanotelli se trouve à 10€ sur le marketplace.

2. Le jeudi 8 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Guillaume,

Je n'ai pas écouté Janowski, qui me fait envie depuis longtemps, qui n'est jamais tombé entre mes mains, mais qui n'est que moyennement tentante en fin de compte, parce que le côté gracieux des chanteurs... (même si Billy, avec Botha et Struckmann, ne se place non plus du côté du raffinement)

Sinon, il y a quantité de versions pas chères avec de grandes distributions, en particulier parmi les vieilleries :
- Schröder Francfort 1953 (Joesten, Lorenz, Kronenberg, van Rohr) chez Walhall et Line. Lorenz sonne tout de même assez fatigué, mais ça reste une belle version, avec l'orchestre bien sûr un peu lointain.
- Albert Radio Bavaroise 1953 (Schech, Aldenhoff, A. Welitsch, Proebstl) chez Walhall, ça fait rêver, n'est-ce pas ?
- Moralt Vienne SO 1954 (H. Braun, Treptow, Frantz, Berry) chez Preiser réédité par Line.
- Moralt Vienne SO 1957 (Brouwenstijn, Hopf, Schöffler, Czerwenka) chez Philips. Très décevant, je te préviens, malgré l'affiche. Les chanteurs semblent ailleurs, le Symphonique de Vienne est plus aride et froid que jamais.
- Schmitz Dresde 1963 (Kuhse, Hoppe, Gutstein) chez Berlin Classics. Assez décevant en fait, tous les chanteurs sont assez transparents : Gutstein brut comme d'habitude, Kuhse plus effacée que dans ses derniers jours, et Hoppe qui manque singulièrement d'arrogance (après Seiffert, c'est dur à entendre). Un peu fade, en fait. Mais la captation de Berlin Classics fait qu'on entend plutôt bien les équilibres (pas au point de Welser-Möst bien évidemment).
- Zanotelli Berlin SO 1963 (eh oui, déjà la spécialisation du Berlin SO), avec I. Strauss, Schock, Feldhoff et Sardi (ce dernier exceptionnel). C'est une version avec beaucoup de présence et une très belle prise de son. Ca fait longtemps que je ne l'ai pas écoutée, mais j'en conserve un souvenir émerveillé.


La seule que je n'ai pas citée, en fait, c'est Adler 1952 avec le Symphonique de Vienne (Kenney, Kmentt, O. Wiener, Heppe), parce qu'il n'y a rien de très attirant...


--

Autrement dit : avec Welser-Möst, tu as déjà quelque chose d'idéal, mais Zanotelli mérite grandement l'acquisition.

Après, en complément, évite Moralt malgré les vieilles gloires, et penche-toi plutôt chez Schröder 53 ou Albert 53 pour les plaisirs nécroglottophilisants...

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(21/12/2005)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031