Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Les frontières de l'Europe, la Turquie, etc.

Je reproduis ici le commentaire que je proposais chez La Nouvelle Europe, en réaction à l'excellente synthèse de Philippe Perchoc.

Il réalise en effet un distinction utile entre critères essentialistes (géographiques, historiques et culturels) et constructivistes qu'on utilise couramment pour déterminer des frontières à l'Europe. Et il souligne à quel point ces critères sont joyeusement mélangés, quitte à se montrer soi-même contradictoire, pour imposer une vision ou l'autre.




Merci pour cette réflexion très stimulante.

Qu'ajouter ? Tout cela est très bien vu, et les critères, en effet, sont allègrement mélangés pour soutenir l'une ou l'autre position.




Petite remarque sur Averroès : cette histoire d'islam et d'Europe est véritablement problématique autour de personnalités comme la sienne. En cas de conflit entre les préceptes du Coran et la raison, Averroès préconisait de suivre la raison - ce qui n'est pas précisément conforme aux exigences très nettement formulées du Coran et de l'islam, pour le coup. En ce sens, Averroès serait plus de culture plus européenne (telle qu'on se plaît complaisamment à la définir idéalement, j'entends) qu'islamique ou arabe.
Cela dit, il est incontestable que la civilisation islamique a fécondé l'Europe, et pas seulement comme transmetteur de la culture antique et extrême-orientale.

Le judaïsme, qu'on le considère comme religion ou comme origine, me semble bien plus clairement européen, avec les personnalités citées ici, ou encore Moïse Mendelssohn pour les penseurs, Hindemith pour les compositeurs, Proust pour les littérateurs, etc.




On justifie une question de sentiments par des critères qui ne se recoupent pas et se contredisent.

C'est on ne peut plus vrai. Pour dire ma pensée, l'argument géographique est une vaste fumisterie. A partir du moment où le territoire est limitrophe (et encore, la Grèce ou Chypre en sont bien...), la question géographique est une fausse question.
En revanche, l'attitude constructiviste, qui me semble également la plus positive (et c'est comme cela que veut le présenter l'article de Philippe), ne doit pas tenir compte seulement de l'envie de bâtir un projet commun, ce serait un peu s'aveugler. Il faut qu'il y ait un minimum de valeurs communes - quand bien même, on le sait, les valeurs sont bien relatives, évoluent au fil du temps et ne sont pas des garanties véritables. Je dis cela tout simplement parce qu'il est nécessaire que l'ensemble des - disons pour faire vite - citoyens européens partagent un minimum de réflexes communs, pour que le dialogue et la négociation soient possibles sur des fondements stables.




A présent, sur la Turquie, puisque c'est toujours l'idée qu'on a derrière la tête - et le moindre mérite de la note de Philippe n'est pas de se hisser au-dessus de cette seule perspective.

La suite.

A priori, sur le papier, je suis tout à fait sensible à l'idée qu'on puisse intégrer la Turquie si elle le souhaite - l'argument géographique étant très fallacieux, et contredit, par ailleurs, par l'argument historique.

Néanmoins, plusieurs problèmes se posent et font qu'à mon grand regret, si le référendum était organisé demain, j'irais voter Non, la mort dans l'âme, avec les nonistes de feu le TECE. Ils ne sont pas essentiels dans le sens où ils peuvent tous être levés, mais sont impérativement à régler :

  • La population turque. Dans les traités actuels, le fonctionnement des institutions serait totalement déséquilibré. Il faut donc, auparavant, proposer une réforme. Qu'on nous redonne donc le TECE ou quelque diable qui lui ressemble, sans le nom de Constitution, et sans la partie III qui a tant posé problème (on fera avec les dossiers touffus existants qu'on refondra petit à petit, tant pis). En tout cas, il faudra un nouveau traité. Vu que celui-ci est tout prêt, et plaisait relativement bien, n'était la partie III (bien pratique mais saugrenue sur le plan constitutionnel et communicationnel), pourquoi ne pas s'éviter une renégociation ?
  • La politique turque. Vrai problème, lorsqu'on voit les impossibilités à dialoguer sur des points d'histoire. La reconnaissance de Chypre, le génocide arménien ? Qu'il y ait divergence, ce n'est pas forcément grave, mais l'impossibilité absolue d'aborder le sujet est réellement préoccupante, en l'état.
  • La culture turque. Pour partie musulmane, certes, mais il n'y a pas que cela. Force est de constater que les usages et les modes de pensée sont fort divergents sur certains points. Il faut bien s'assurer que l'essentiel est là, fixer quelques points de repères partagés et vérifier leur existence. La motivation à entrer dans un espace dynamique ne suffit pas, il faut en partager un minimum l'esprit pour assurer un fonctionnement aussi fluide que possible. J'ignore si ce sera le plus facile ou le plus difficile à obtenir, nous verrons.



En tout état de cause, avec l'introduction un brin choquante (et très lâche) du veto populaire français dans la Constitution, la Turquie, même si elle remplit tous ces critères (ce qui n'est pas pour demain, je le crains), n'entrera jamais dans l'UE.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=428

Commentaires

1. Le lundi 6 novembre 2006 à , par Inactuel :: site

hum, hum, l'argument géographique ne me semble pas si fumiste que cela. Ou peut-être faudrait-il, pour plus de précision, l'appeler historico-géographique ou culturo-géographique... Renaud Camus a traité ce point de géographie - sujet complexe et sinueux - dans son livre "Du sens" (P.O.L., 2002) : " Si la Turquie fait partie, ou non, de l'Union européenne, c'est une question qui implique des dizaines d'autres, toutes de la plus haute importance. Elles ne sont pas seulement politiques, bien loin de là; certaines sont à proprement parler philosophiques, ontologiques, herméneutiques, etc."
Ceci dit, je suis d'accord avec vous: l'important est maintenant d'adopter une attitude constructiviste pour bâtir un projet commun (enfin !). D.

2. Le lundi 6 novembre 2006 à , par DavidLeMarrec

Oui, cet argument culturel est important, bien sûr, mais plutôt dans la perspective de l'harmonie une fois la Turquie intégrée que d'une appartenance ontologique ou pas - le but est que ça fonctionne, surtout.

Il est entendu pour moi depuis longtemps que l'UE n'est pas l'Europe (ne serait-ce que parce que beaucoup de pays européens ne sont pas dans l'UE). C'est une structure qui s'appuie aujourd'hui sur des pays européens. On pourrait inclure le Canada que ça me serait bien égal - pourvu que le résultat soit viable politiquement...

J'ai toujours eu du mal à suivre (et personne n'a su me l'expliquer) lorsqu'on me dit que la construction européenne est morale par essence. C'est un très joli projet, mais en quoi est-ce un impératif ?
J'y suis très favorable, mais j'avoue que l'idée d'une Europe idéologiquement définie ne me tourmente guère. D'autres le sont à ma place ! :)

3. Le mardi 21 novembre 2006 à , par philippe :: site

Retour sur commentaires.
Je crois que tu as raison David sur la question ontologique et la Turquie. Chacun construit son passé comme il l'entend et les nations ont souvent des entendements bien différents: Istanbul est l'héritière de tout ce que la théologie chrétienne a donné de plus sublime, l'Espagne celle d'une alliance des civilisations et les Prussiens se donnaient le nom du peuple qu'ils avaient exterminé pour prendre sa place... Pourtant, ces choix sont très ancrés et je ne crois pas que les Portugais aient en commun avec les Estoniens plus que les Suédois et les Turcs, si ce n'est un projet. Je crois que c'est cette dimension de projet qui est fondamentale.
Se marrier, c'est un projet, comme fonder une famille et on ne se marrie pas avec quelqu'un qui nous ressemble trait pour trait; si on peut prendre cette image.
L'UE n'est pas l'Europe, même si elle s'en rapproche (ce que Mollet appelait "l'Europe de la géographie, de la liberté et de la volonté"). Mais je crois que pour ne pas gacher ce beau projet, elle doit y trouver ses racines: pour moi une Europe transatlantique ou avec la Nouvelle Zelande n'aurait pas beaucoup de sens. L'Europe, c'est la conjugaison d'un continent et d'une volonté sachant que la seconde prime un peu le premier tout en en tirant ses racines.
La construction européenne n'est pas un impératif mais elle est souhaitable, pour assurer la paix en son sein et projetter ses valeurs au-dehors. Elle est aussi indispensable pour protéger les valeurs de Droits de l'Homme, d'importance de l'individu dans l'économie, du savoir et de la connaissance etc. dans un monde en mutations.
Voilà quelques impressions de plus...

4. Le jeudi 23 novembre 2006 à , par DavidLeMarrec

Merci encore, Philippe, pour ces précisions éclairantes sur ta position.

5. Le dimanche 16 décembre 2007 à , par COLPIN Didier


Note de la rédaction de CSS :

[Couic.]

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930