Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Carnet d'écoutes n°102] – Sur les Contes d'Hoffmann qu'on joue à Paris


  « Monsieur, quelle mouche vous pique ?
     Vous n'aimez donc pas la musique ? »
Ainsi dit ma voisine aux murmures charmants.
Madame, si vers vous je tourne, interloqué,
     C'est que « Scintille diamant »
     N'est pas noté karaoké.

Oui, je vous présente ma voisine quasi-immédiate, qui après avoir commenté les entrées et les voix tout fort pendant deux actes, s'est mise à chanter l'air de Dapertutto… Il a fallu non pas un, mais deux petits signes élégants (incluant ou n'incluant pas le majeur dressé, cela, vous ne le saurez jamais) pour y mettre un terme relatif.

Encore une fois, une brassée de remarques générales plus qu'une description du spectacle (multi-repris et vidéodiffusé…).


Télévision et spectacle vivant

Un certain nombre d'éléments sont difficiles à transmettre par-delà un écran, plus pour le théâtre que pour la musique, et cette production est encore un magnifique exemple de mise en scène de Carsen (comme Rusalka) qui paraît terne à la télévision, et impressionne très vivement en salle.
A fortiori comme, lorsqu'ici, le metteur en scène donne à voir pour tous les coins de la salle : en hauteur, on aperçoit des figurants qui continuent de jouer dans la coulisse ; de côté, on voit les personnages aller et venir aux bouts du plateau, pour que tout le monde puisse les voir lors de leurs interventions.

Le phénomène tient aussi au fait que les réalisateurs des captations de théâtre ou d'opéra sont pour la plupart des gougnafiers qui se prennent pour Hitchcock et font du gros plan sur des visages emplâtrés et éructants alors qu'une mise en scène d'opéra réussie inclut au contraire, surtout dans les grandes salles, une animation générale du plateau. Faire du gros plan sur une production de Carsen ou Herheim, c'est jouer Elektra avec deux violons seuls.


Les visages de l'opéra au hangar Bastille

J'ai profité de l'effet Kaufmannlos pour tester plusieurs placements. Et en effet, quel contraste entre le grand spectacle un peu lointain et global du second balcon, et l'impact beaucoup plus direct (sans parler du fait de distinguer des traits…) du parterre !  On retrouve alors l'émotion beaucoup plus directe de l'opéra, avec le grain des voix, un texte un minimum défini. Et ce, même si beaucoup de mises en scène de Bastille sont conçues pour être appréciées de loin, à commencer par celle-ci.

L'orchestre, en revanche, est bien plus prégnant en haut, ce qui est complètement logique. De partout, la réverbération un peu étrange de la salle (on entend ponctuellement des retours de voix, sans arriver à déterminer s'ils sont liés à la technique du chant, à l'angle, à la quantité d'instruments qui l'accompagnent…).


Pourquoi les chanteurs sont-ils célèbres ?  Pourquoi sont-ils embauchés ?

De même que les fables du Grand Siècle, les ténors ne sont pas ce qu'ils nous semblent être.

Je dois admettre avoir été très agréablement impressionné par Ermonela Jaho, que je ne prisais guère ces dernières années ; mais en Antonia, elle évite ses travers tubants pour retrouver une forme de légèreté relative, où elle peut dispenser les mêmes somptueux artifices techniques sans dénaturer le timbre (ni la diction, assez bonne d'ailleurs, alors que ses rôles « élargis » en italien étaient assez terribles).

Ravi d'entendre Ramón Vargas enfin en vrai, mon ténor verdien chouchou lorsque j'ai découvert ce répertoire… Je vois enfin d'où vient le beau timbre et le côté couvé, un peu contraint, de la tierce aiguë : il maîtrise sans cesse le timbre par l'impédance, en laissant le son à l'intérieur des résonateurs, pour conserver toujours la rondeur, fût-ce au détriment de la facilité et de la puissance. Il y parvient fort bien, mais je m'explique pourquoi il n'a jamais déclenché l'hystérie d'autres ténors à l'émission plus franche (donc ressentie de façon plus physique) ou au volume plus impressionnant.
J'aurais été assez curieux de voir ce qu'aurait donné Cyrille Lovighi (Nathanaël) dans le rôle : sa clarté et son émission très directe (antériorité très faciale et faible impédance) le rendaient beaucoup plus présent d'un point de vue sonore et expressif (plus sonore que Kaufmann aussi). Bien sûr, Hoffmann réserve sur la longueur d'autres difficultés, mais j'aurais été intéressé – on imagine le scandale néanmoins, s'il avait remplacé Kaufmann…

Dans le même registre, Spalanzani limpide (un peu à la façon de Francis Dudziak) par Rodolphe Briand, il y a donc bien des francophones capables de servir ce répertoire (François Lis superbe aussi en Schlemil, l'Opéra de Paris est rarement inspiré sur les petits rôles, mais ici, c'est une grande fête !).

Ce qui m'en fait venir à Roberto Tagliavini (les quatre diables). Très bon chanteur, à qui il n'y a rien à reprocher (à part des décalages récurrents, mais c'était un début de série et ça a été le cas avec tous les chanteurs, modérément bien corrigés du côté de l'accompagnement). Mais je ne peux pas m'empêcher de me poser la grave question : l'Opéra de Paris peut choisir qui il veut (à part peut-être la dizaine d'artistes assez demandés et riches pour décliner vingt représentations dans un premier rôle devant 2000 personnes, radio- et vidéo-diffusé…). Alors, pourquoi lui ?  Ni très sonore (un baryton-basse ou une basse chantante), ni très expressif (surtout dans un tel rôle), voix comme interprétation assez lissée par la langue étrangère, même si le français est bien articulé et émis…
On aurait pu choisir plus sonore (une basse plus rutilante), plus célèbre (quitte à ce que ce soit moins bien, je ne dis pas le contraire), dotée d'un français impeccable ou très agile sur scène ; un seul de ces critères supplémentaires, ça se trouve aisément sur le marché, surtout pour ce rôle qui n'est pas exactement confidentiel. Alors, pourquoi ?  Mystère des réseaux et des agents.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2873

Commentaires

1. Le vendredi 18 novembre 2016 à , par Olivier

Bonsoir (de nouveau)

incluant ou n'incluant pas le majeur dressé
Ah non!

un magnifique exemple de mise en scène de Carsen
Oh que oui! et comme d'habitude.
Comme vous l'écrivez, R.C. utilise tout l'espace; ça bouge, ça vit. j'ai bien aimé l'acte d'Antonia avec cet opéra totalement théatralisé.

Ravi d'entendre Ramón Vargas enfin en vrai
De même. R.V. a besoin de développement pour se lancer et atteindre une certaine plénitude. La voix est claire et le français est tout à fait acceptable.

Oui, un docteur Miracle plus méchant, plus sombre serait souhaitable.

Et Stéphanie? pas un mot? Fort belle muse pourtant

2. Le dimanche 20 novembre 2016 à , par DavidLeMarrec

Rebonsoir Olivier !

« Ah non! »
Je suis flatté que, par pur préjugé favorable, vous ayez choisi la bonne hypothèse. « Oh que oui! et comme d'habitude. »
C'est vrai que côté quantité / régularité / renouvellement, il ne craint personne, et c'est accessible à tous les publics – sans être forcément tout public, poupée nympho oblige. En salle, je trouve que tous les actes (sauf le Prologue, logique mais pas très beau ni intéressant à regarder) atteignent le niveau qu'on devine, à la télévision, seulement pour l'acte munichois, en effet.

« De même. R.V. a besoin de développement pour se lancer et atteindre une certaine plénitude. La voix est claire et le français est tout à fait acceptable. »
Le français m'a paru un peu moins bon que ses enregistrements d'il y a quelques années (répétiteur plus performant ? plus de rôles italiens ces dernières années) – en Fernand ou en Werther, ça se comparait vraiment aux grands francophones (il restait l'accent, mais la langue n'était nullement déformée).

« Oui, un docteur Miracle plus méchant, plus sombre serait souhaitable. »
Ou simplement plus sonore. Ou simplement meilleur acteur. Mais c'est dommage de se limiter à du très bien quand on peut choisir qui l'on veut.

« Et Stéphanie? pas un mot? Fort belle muse pourtant »
Comme ce n'est qu'un carnet d'écoutes, je n'ai mentionné que les quelques points qui m'ont le plus marqué, ou paru intéressants : l'omission était délibérée, même si injuste, en effet. En l'occurrence, d'Oustrac excellente comme toujours, mais j'ai toujours trouvé ses (nombreuses) Muse (dans de multiples éditions !) un peu épaisses, dans un français pas complètement net. Ce n'est pas son meilleur répertoire pour moi – la voix ayant peu de métal, les mots se perdent malgré sa puissance, lorsqu'elle est face à un orchestre un peu sonore ou une salle un peu vaste. [Enfin, j'étais parfaitement satisfait de ce qu'elle a fait, je dis seulement que j'aime davantage un autre type de voix et de posture là-dedans – Kirchschlager forever ! Brower l'avait fait à Paris, il me semble ?]

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2016 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930