Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Échapper à Georges Migot


Beaucoup de gens ordinaires ne se posent pas la question. Ils marchent dans la rue, achètent leur pain, rêvassent au boulot, élèvent leurs enfants, entretiennent leur maîtresse, noient leur chien, sans se douter de rien. Leur vie n'est pas assombrie par la conscience de ce secret effroyable.

Et puis il y a ceux, les initiés, qui ont compris la marche du monde. Ceux qui connaissent la vérité – et il faut dire la vérité – marchent courbés sous le poids de la Connaissance. Croyez- le, ce n'est pas pour rien qu'Il nous mit en garde.

Et moi, innocent, j'ai cru que la Connaissance m'apporterait un supplément.

De Georges Migot, on trouve quelques bribes au disque : surtout de la musique de chambre (une dizaine d'albums, et davantage si l'on compte les apparitions mêlées à d'autres compositeurs), mais aussi un oratorio (La Passion) et des mélodies (Chansons de bord, chantées par Daniel Marty et parues chez Malibran).

Dans les parutions récentes et les plus aisément disponibles, ATMA vient de consacrer deux volumes au compositeur, l'un contenant du trio avec piano (et une seconde pièce augmentée d'une flûte), l'autre le grand cycle pour piano consacré au Zodiaque, mentionné dans la notule consacré aux grands cycles français du premier XXe siècle (avec son complément ici). La musique de chambre est assez peu marquante ; le cycle est plus intéressant et personnel, même s'il n'est pas particulièrement marquant, a fortiori face aux autres grands noms mentionnés. Je n'ai pas pu mettre la main sur l'oratorio, le disque Arion étant épuisé depuis un moment, mais les mélodies parues chez Malibran, malgré leur thème populaire, laissent percevoir la même veine, un peu grise, mais dans l'esprit du temps (français qui ont beaucoup lu Wagner), sorte d'évocation aux moyens musicaux sophistiqués.

Aussi, lorsque l'Association des Amis de Georges Migot (présidée par un descendant Honegger) mit sur pied une soirée exclusivement constituée d'œuvres du compositeur, au lieu même (Cité Internationale des Arts, parallélépipède bétonné de l'un des plus beaux pâtés de maison de Paris) où l'on put entendre un fulgurant programme Hahn-Koechlin-Ravel-Emmanuel pendant l'hiver, et cette fois-ci en plein cœur de juillet, comment refuser de se joindre aux réjouissances ? 

Contrairement aux attentes, c'était assez plein, et de jeunes gens très attentifs (élèves des artistes ?  famille ?  membres des associations de musiciens français ?), alors que l'annonce, bien que faite sur les sites de billetterie, n'était pas particulièrement visible, ni dans un lieu très fréquenté, et en plein juillet avec un programme uniquement constitué de musique de chambre (et de mélodies) d'un compositeur parfaitement inconnu (sauf intérêt appuyé pour la musique française de la période)…

La soprano, pour des raisons de santé, ne put chanter, et lut les poèmes (exécrables : collection de clichés poétiques éculés et pas très bien dits) officiellement publiés par Migot, accompagnés de ce qui semblait être une improvisation figurative au violon (a priori pas de la main de Migot).
Pour le reste, ce fut donc du piano seul (Prélude, choral & postlude ; In memoriam Pierre Wolff) et des duos violon-piano (Madrigal ; Estampie ; Second Dialogue), le tout couvrant l'essentiel de sa carrière, de 1929 jusqu'à 1968 (sans changement notable de style).

La Connaissance du bien et du mal est, bel et bien, une malédiction. Que j'étais innocent en me disant que toute parution dans ce répertoire négligé opèrerait un tri minimal et ne laisserait affleurer, donc, que des chefs-d'œuvre, ainsi qu'il en fut jusqu'ici. À ceci près qu'il semble qu'il n'y ait à peu près rien à sauver, pardon de le dire (car je vais forcément me retrouver avec des commentaires bidons issus de la même IP indignée de ma malhonnêteté), dans le legs de Georges Migot.

Les musiciens ne sont vraiment pas en cause, que ce soit le violon charnu (un peu trop rond pour le style, à mon gré, mais excellent) de Claire Couic Le Chevalier, qui a gravé chez le confidentiel label Arti sa Sonate pour violon solo, ou le piano remarquablement articulé de Tokiko Hosoya (dont la formation de chef de chant s'entend dans le sens des masses et des strates).

Le problème se lit très bien dans l'excellent programme – et, encore une fois, je salue le beau travail de l'association, monter ainsi un programme patrimonial aussi rare et remplir une salle en plein juillet ! – qui expose la doctrine compositionnelle de Migot. Celui-ci, formé par Maurice Emmanuel (lui-même assez tourné vers une linéarité assez prononcée et cependant complexe), admirait beaucoup la musique du Moyen-Âge et de la Renaissance (d'où certains mélismes et une gestion moins hiérarchisée des accords), et voulait écrire dans une sorte de permodalité, c'est à dire emprunter à différentes gammes, en travaillant à partir d'intervalles donnés, sans s'arrêter sur des pôles. Et, de fait, c'est exactement ce que l'on entend : une écriture complètement linéaire, impossible à anticiper ou à suivre, qui semble errer de façon harmoniquement très complexe sans jamais se poser, et qui ne révèle jamais une mélodie, plutôt des progressions qui semblent assez théoriques, le tout sans qu'on puisse repérer une grande forme qui enchâsse le tout. Et cela pose un petit problème : s'il n'y a pas de mélodies (intervalles autonomes, et traversant plusieurs gammes), une harmonie en mutation qui ne fait pas sentir de tension ou de détente (ni même de couleur fixe, à part une sorte de grisaille permanente), pas de forme générale pour organiser le tout, pas de pulsation (la mesure est remarquablement élusive), et que la puissance d'évocation est en outre particulièrement courte… on crève, mais alors presque littéralement, d'ennui.

paul féval poisson d'or

Au bout d'une centaine de concerts cette saison, on peut supposer que j'ai l'habitude, y compris des mauvaises surprises, mais je me suis en un instant retrouvé dans la peau de l'adolescent traîné au concert de musique classique, qui ne comprend rien à ce qui se passe, et qui subit cette musique morne et triste, tandis qu'autour de lui s'affichent des mines béates qu'il peine à croire sincères. En plus, les morceaux durent trois quarts d'heure chacun ! Quel intérêt, franchement ?
Et de commencer à gigoter, me recaler dans mon siège, sentir un bout de menton qui me gratte, une petite tension dans la cuisse… J'ai dû sortir discrètement de la lecture pour cesser mon agitation, je n'y tenais plus – du Paul Féval, pas Le Bossu ni Le Loup blanc, mais le grand cycle des Habits noirs, très bonne lecture dont j'ai retiré quelques pépites pour CSS.

C'est honteux, et je ne le confesse pas à la légère ; honnêtement, alors qu'on se situait dans le parfait cœur de cible de CSS, cette musique insupportablement morne, gratuite et vaine (une suite d'intervalles arbitraires, pas dissonants, mais qui ne disent rien à part une indicible inutilité de vivre) m'a physiquement fait souffrir comme je ne l'ai pas vécu au concert depuis Wozzeck (ado, justement). Et l'impression que le Dialogue final durait quarante minutes, alors qu'il en faisait sans doute, vu l'heure de sortie, plutôt vingt.

Passé un certain nombre de concerts, passé une certaine habitude du répertoire, on pourrait se croire à l'abri de grandes surprises dans ce genre – en tout cas de ces surprises qui vous cueillent à ce point dans votre chair et vous plongent soudain dans la peau du cancre en mathématiques que vous n'avez pas forcément été… Expérience troublante (et pas très agréable), d'autant que c'était le concert que j'attendais le plus de tout juillet.

(En revanche, à l'Hôtel de Soubise, le Spanisches Liederspiel de Schumann avec Marie Perbost et Eva Zaïcik, ou le Troisième Quatuor avec piano de Brahms, par le Trio Karénine et Sarah Chenaf, étaient des merveilles à des degrés inattendus, des références absolues, même. On croit cultiver une certaine intimité avec l'art, mais non, il tient farouchement à sa liberté.)

C'était le 100e concert de la saison de CSS, l'un des plus alléchants et sans nul doute le plus héroïque ; le bilan de la saison est en cours de rédaction.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2832

Commentaires

1. Le samedi 16 juillet 2016 à , par Faust

Bonjour

Ayant partagé avec le maître des lieux ce concert, je serais tenté d'y apporter quelques nuances ...

D'abord, l'indisposition de Martine Midoux a sans doute complètement modifié le programme et je pense que les organisateurs ont dû improviser rapidement quelque chose de différent.

Ensuite, la souffrance - si souffrance il y a ! - fut d'assez courte durée : une grosse heure au total sans entracte (et sans bis ...).

Disons que ce que ce n'était pas très varié et donc à la longue un peu ennuyeux, même le Second dialogue (1929) qui clôturait le programme. Personnellement, je me serais volontiers passé des poèmes de Migot (la moitié du programme, je pense !).

De là à en faire le concert le pire de la saison, sans doute pas ! Le plaisir ou l'intérêt de la découverte est toujours là. Et, dans les oeuvres oubliées, tout le monde sait qu'il n'y a pas que des chefs d'oeuvre.

J'ai dû subir, il y a bien longtemps (30 ans ?) des concerts de compositeurs contemporains à la Maison Ronde assez atroces sous le regard parfois ironique des musiciens eux-mêmes. Et, toujours sans citer de noms, un concert de la saison de l'Intercontemporain il y a quelques années où l'envie de fuir a bien failli l'emporter !

2. Le dimanche 17 juillet 2016 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Faust !


D'abord, l'indisposition de Martine Midoux a sans doute complètement modifié le programme et je pense que les organisateurs ont dû improviser rapidement quelque chose de différent.

Oui, il était prévu un bouquet de mélodies, remplacé par ces improvisations violonistiques (pas déplaisantes, mais surtout des ponctuations vaguement figuratives) sur les très médiocres poèmes de Migot.


Ensuite, la souffrance - si souffrance il y a ! - fut d'assez courte durée : une grosse heure au total sans entracte (et sans bis ...).

C'est sans compter la durée subjective. Ça m'a été beacoup plus difficile à tenir que les Maîtres Chanteurs.


De là à en faire le concert le pire de la saison, sans doute pas ! Le plaisir ou l'intérêt de la découverte est toujours là.

Ce n'est pas une question de pire, simplement de sentiment bizarre de se trouver dans la peau de quelqu'un d'autre – alors que la démarche et la découverte, en elles-mêmes, sont passionnantes.


Et, dans les oeuvres oubliées, tout le monde sait qu'il n'y a pas que des chefs d'oeuvre.


Évidemment, mais en général, quand on les rejoue, sachant pertinemment qu'on ne remplira pas comme pour un Berlioz ou un Ravel, c'est justement pour mettre à l'honneur des œuvres dotées de qualités particulières (injustement négligées, ou passées de mode pour des raison d'évolution du goût).


J'ai dû subir, il y a bien longtemps (30 ans ?) des concerts de compositeurs contemporains à la Maison Ronde assez atroces sous le regard parfois ironique des musiciens eux-mêmes. Et, toujours sans citer de noms, un concert de la saison de l'Intercontemporain il y a quelques années où l'envie de fuir a bien failli l'emporter ! 

Bien sûr, mais on est alors dans l'écume de la création, pas dans un processus de remise à l'honneur patrimoniale.

Je crois que Neuwirth ou Czernowin m'auraient plus amusés dans leur vacuité complexe et leur mocheté poseuse. (Et puis, là au moins, je n'y serais pas allé ! :) )


Merci d'avoir tempéré mes imprécations.

3. Le mercredi 20 juillet 2016 à , par la souris :: site

J'ai ri, j'avoue (et lu en diagonale les passages sérieux pour arriver plus vite à vos tourments d'adolescent torturé, j'avoue aussi).
Mais je compatis pour avoir vécu cela au cinéma il y a peu…

4. Le vendredi 29 juillet 2016 à , par DavidLeMarrec

Que veux-tu, on n'attrape pas les souris avec du vinaigre !

Au cinéma, c'est pire, on ne peut rien faire d'autre en même temps – à part mâcher ostensiblement du pop-corn et envoyer des SMS, mais les deux sont assez grossiers, quand même, surtout si on va voir un truc profond branchouille sans dialogues. Il faut vraiment que le film soit totalement dans ma zone de confort, sinon c'est panique à bord. Le cinéma est une séquestration insupportable : impossible de détourner le regard, c'est ambiance Orange Mécanique.
Alors que les maisons d'Opéra ont très bien prévu la chose en nous incitant littéralement à regarder le plafond – et à Garnier, on a même les rideaux cramoisis pour faire d'autres choses, mais chut.

5. Le jeudi 4 août 2016 à , par Ouf1er

As-tu parcouru les grandes partitions chorales de Migot ? J'avoue que je serais curieux d'entendre son Saint-Germain l'Auxerrois, grande fresque pour 3 choeurs (a cappella, je crois).... qui, selon certains musicologues éminents, passe pour son chef-d'oeuvre.

6. Le jeudi 4 août 2016 à , par DavidLeMarrec

Non, je n'ai rien tenté de lui en lecture seule. L'avoir vu sur place m'a de toute façon convaincu que c'est le langage lui-même (quasiment pas pulsé, amélodique, sans appuis harmoniques, et gris…) qui empêche quoi que ce soit d'être passionnant. La seule chose que j'aie aimée à ce jour, c'est le Zodiaque, et c'est loin d'être la fulgure dans un ciel de printemps.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(12/4/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2016 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031