Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Galathée de Victor Massé par la Compagnie de L'Oiseleur


Toujours prodigue en créations et résurrections, L'Oiseleur des Longchamps organisait mercredi 18 février le retour de Galathée, Opéra-Comique de Victor Massé — encore un Prix de Rome qui se spécialisa dans la veine comique (Les Noces de Jeannette eurent une belle fortune…). Nous sommes au début de la Deuxième République, mais le langage extrêmement épuré évoque déjà l'opérette. D'ailleurs les lignes vocales ne sont pas forcément prodigues en mélodies mais servent plutôt à exprimer des caractères, tandis que l'orchestre sert quelques petits thèmes plus évocateurs.

L'intrigue a la particularité de développer les déconvenues de l'après-animation de la statue, avec un registre comique et une misogynie très caractéristiques du temps, sans trop d'imprévu.

Pas de surprise après avoir joué la partition, il y a quelques années : musique pas forcément très consistante, mais tout ça est bien plaisant, en particulier le Trio de la laideur, où le pauvre Midas se voit dire son fait par une statuette pas encore instruite des convenances.

Côté voix, tout n'était pas irréprochable, mais on aurait mauvaise grâce, pour un concert payé au chapeau, d'un titre tellement rare, par une compagnie qui n'en est pas à son coup d'essai, d'aller compter les points : ça fonctionnait, et ça fonctionnait bien !

Un salut particulier à Nicolas Chevereau au piano, très attentif aux chanteurs mais, ce qui est rare pour un chef de chant, d'une très grande beauté de son (et d'une belle musicalité) – beaucoup du spectacle repose sur lui.

Deux excellents ténors aussi :
Émilien Marion, qui serait l'exemple archétypal du chant dans le masque, jusqu'à la quasi-stridence ; intelligibilité optimale grâce à sa technique « souriante » qui amène tous les sons à l'avant… très sonore et parfaitement articulé.
Safir Belhoul, davantage versé dans les effets de voix mixte, très belle voix au grain irrégulier et aux manières souples.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2637

Commentaires

1. Le lundi 23 février 2015 à , par Faust

Bonjour

Voilà un compte-rendu qui s'arrête de manière un peu abrupte !

Ce pauvre Victor Massé n'est pas très connu. En cherchant (un peu) sur le net, on trouve une appréciation plutôt rude de Proust, Swann se plaignant que la belle Odette raffole de cette musique !

Tous les protagonistes de cette re-création ont fait cela avec beaucoup de conviction, ce qui n'est pas un mince exploit ! On ne s'ennuie pas une seconde.

Mais, au fait, pourquoi donner une oeuvre assez légère dans un temple protestant ?

2. Le lundi 23 février 2015 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Faust !

Vous y étiez ? Je ne vous ai pas aperçu !

Pas une seconde, je ne dirais pas ça, dans la mesure où, lorsque j'avais déchiffré la partition, j'avais laissé de côté les coloratures assez plates de Galathée (dont, en plus, je n'ai pas du tout aimé la voix – autre raison du semi-silence dans le commentaire)…

Mais c'est vrai, ce n'est qu'un grossier résumé, ayant d'autres choses à produire (et quelques contraintes matérielles à surmonter). En particulier une notule sur la complexité chez Donizetti, qui marquera, j'y compte bien, une véritable rupture épistémologique.

Ils donnent ces pièces au Temple du Luxembourg tout simplement parce que la salle offre un rapport qualité-prix très bon, je crois (vaste et relativement prestigieuse par rapport à une salle polyvalente). Ce n'est pas une question de conviction. Le lieu n'a de toute façon pas le même statut que dans la plupart des autres cultes, c'est vraiment une salle conçue pour être utile, et qui n'a pas un visage sacré permanent…

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2015 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728