Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Richard Wagner - Die Walküre (La Walkyrie) - Jordan / Krämer (Paris Bastille, 26 juin 2010)


Malgré toutes les tiédeurs plus ou moins complaisantes qu'on a pu lire ici ou là, on avait affaire à des soirées pleinement exceptionnelles.

Je commence tout de suite par la concession, à savoir la mise en scène du premier acte, assez statique et bien peu poétique, avec de surcroît le choix cohérent mais appauvrissant pour l'intensité dramatique de placer sur le plateau la troupe que commande Hunding. Cela dit, il est très difficile à réussir, et mis à part Stéphane Braunschweig, je ne crois pas avoir été déjà enthousiasmé par quelque mise en scène que ce soit ici. Cet acte semblait également assez mou (et pas très bien en place côté vents) pour l'orchestre.

Chose intéressante d'ailleurs, je n'ai pas adoré la direction de Phlippe Jordan, pas très précise, pas très expressive, marquée par quelques problèmes de gestion des blocs de l'orchestre (avec des départs de groupes trop audibles) - néanmoins amplement satisfaisant. Or, lors de la radiodiffusion de la représentation, j'ai au contraire été émerveillé par la justesse de l'expression, la puissance émotive et la finesse de l'agencement des timbres.
Il est probable que dans cette grande salle, ce travail trop fin (et très attentif à ne pas couvrir les chanteurs) se soit perdu, et qu'il y ait, à côté d'une très grande hauteur de vue, un petit manque de technique qui empêche le chef de faire pleinement communiquer ses intentions à la salle.
Bref, une grande leçon de prudence et d'humilité pour qui voudrait s'arroger la posture du juge. (Il existe aussi des choses similaires avec les voix, plus ou moins phonogéniques, et même des chanteurs qui peuvent sembler chanter faux selon l'endroit du théâtre, parce que les partiels harmoniques du son qui parviennent au spectateur diffèrent... )

J'ai beaucoup aimé la mise en scène de Günter Krämer, particulièrement les deux scènes de l'acte II. Dans la première, on se retrouve du côté opposé de la forteresse bâtie lors de Rheingold, et avec un miroir qui permet pleinement de profiler du dénivellement spectaculaire. Le renversement d'une partie du plateau par Wotan lors de sa fureur désespérée est particulièrement inattendu et grandiose : la tentation de destruction du monde qu'il évoque à l'acte III devient pleinement crédible grâce à ce bref saccage du Walhalla.
La seconde scène en a laissé perplexe plus d'un, à cause des pommes que Brünnhilde aligne en cercle pendant l'Annonce de la mort. J'y vois au contraire un réseau symbolique assez dense, et bien trouvé :

  • Elles sont la charge de Freia, déesse de la jeunesse, et leur consommation maintient les dieux jeunes : il s'agit donc d'une métaphore de la vie.
  • Au début de l'acte, les walkyries jouent avec les pommes, elles symbolisent à la fois leur jeunesse éternelle, la vie des héros qu'elles protègent puis ramènent au Walhall, et aussi les jeux de leur enfance.
  • Le retour de ces pommes alignées en cercle pour circonscrire Siegmund marque bien évidemment le terme de son destin, le souvenir des jeux des soeurs de Brünnhilde au moment où celle-ci va se séparer de son sort de walkyrie, la fin aussi de l'innocence de Brünnhilde.
  • ... et à plus forte raison que dans l'imaginaire collectif, la pomme est aussi le fruit de la tentation, lié, pour des raisons d'interprétation très discutables et néanmoins ancrées dans la culture populaire, à la consommation du péché charnel. Autrement dit, ce fruit-là laisse aussi planer une fragrance, ou plutôt une saveur amoureuse ; sans rien expliciter, il renforce les indices de l'admiration amoureuse de Brünnhilde pour Siegmund, l'insolent généreux.


Côté chant,

Côté chant, c'était extraordinaire en tout point, excellent Hunding noir et mordant, sans caricature non plus, de Günther Groissböck, Sieglinde extrêmement présente et volontaire de Ricarda Merberth, Siegmund tout de grâce de Robert Dean Smith, Bünnhilde très éloquente de Katarina Dalayman, au médium remarquablement fruité, à la fois vaillante, juvénile et gracieuse, y compris du point de vue scénique, et par-dessus tout le Wotan de Thomas Johannes Mayer. Je souhaitais précisément le voir plutôt que Falk Struckmann que je n'aime pas beaucoup, et parce que j'avais aimé ses autres Wotan... mais la surprise fut cependant excellente. Le timbre n'est pas très beau, la puissance juste correcte, toutefois le résultat est d'une générosité verbale vraiment rare, le monologue du II étant particulièrement époustouflant. Acteur assez naturel aussi.
Il est exact que la voix claire et légèrement mixée de Robert Dean Smith n'a qu'un impact limité (et le métal de la voix passe l'orchestre alors que le timbre mixé est happé par lui dès qu'une section de musiciens un peu vaste de musiciens prend la parole), mais la qualité exceptionnelle de la musicalité et des phrasés compense amplement. Quant à Katarina Dalayman, son assurance est assez stupéfiante, à tout point de vue : voix, mots, jeu.

En somme, tout était excellent (à part l'orchestre depuis la salle, plus fébrile), et pour une oeuvre aussi difficile, c'est vraiment un exploit, et un régal. Pour ne pas être content, il faut vraiment vouloir sur scène et Hotter et Mödl et Melchior et Leider...


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1567

Commentaires

1. Le samedi 24 juillet 2010 à , par Gilles

Quel bonheur de trouver enfin quelqu'un (et pas des moindres !) qui a aimé la mise en scène de Günter Krämer. Moi qui ne suis pas un habitué du Ring, j'étais en état de choc, et, hormis quelques détails inutiles (le viol du début) ou difficilement compréhensibles (Brünnhilde se cachant sous la table) complètement transporté par cette vision.

A votre liste "côté chant", je crois qu'il ne serait pas vain d'ajouter la prestation d'Yvonne Naef, qui se rachète (à mes oreilles, du moins) des vilaines Eboli de l'an passé !

2. Le dimanche 25 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Gilles,

Et merci pour ce commentaire à la fois concordant et flatteur. :)

J'avoue que je n'ai pas autant aimé Naef que d'autres, qui était tout à fait adéquate, mais pas toujours aussi tranchante dans les mots ou aussi séduisante de timbre qu'on peut le faire dans un rôle qui est assez facile (bref, peu de concurrence avec l'orchestre, petit ambitus, expression ample et naturelle).

Pour la mise en scène, tout à fait d'accord pour la fin énigmatique, mais pas dénuée d'évocations et d'une certaine poésie - il est juste étrange de rompre la magie en laissant voir les cintres pour finalement laisser voir un décor dévasté de fantasy très premier degré... Et de même, la scène "explicative" du début était effectivement superflue.

En revanche, pour le reste, après un premier acte traînard (comme souvent), j'ai été frappé par la force de la vision. Pas vraiment d'ensemble, d'ailleurs, il reste toujours comme pour l'Or du Rhin ce caractère de bricolage scène à scène, mais quelques références resurgissent (la forteresse, les pommes...), et surtout les vignettes sont individuellement touchantes.

Bonne fin de soirée (s'il en reste) !

3. Le dimanche 25 juillet 2010 à , par DavidLeMarrec

Par ailleurs, concernant Krämer, je crois que deux facteurs sont déterminants pour la réception tiède :
- l'absence d'identité visuelle forte et continue
et surtout
- l'attente trop forte de l'"événement" (comme s'il était rare de jouer Wagner, et on nous dit que c'était qu'à l'Opéra de Paris ce n'était plus joué - comme s'il n'y avait qu'une salle à Paris...). On voulait quelque chose de très fort, et on a juste quelque chose de remarquablement habile, sans doute. C'est plus qu'il n'en faut pour me satisfaire personnellement, mais lorsqu'on est gorgé de spectacles tous plus superlatifs les uns que les autres, en DVD ou en salle, ce peut aussi tiédir la réception si ce n'est pas extraordinaire.

Par ailleurs, il y a une tradition bizarre de la critique concernant Paris et Aix, en particulier, où il semble qu'il faille que chacun prenne position sur le spectacle et se distingue en se plaçant dans un camp ou l'autre. Et on trouve parfois plus des jugements de valeur que des exégèses, ce qui est un peu dommage pour le caractère informatif de la chose.


Mais j'ai croisé pas mal de gens très contents de Krämer. :) Il ne sont pas critiques, il est vrai (mais mélomanes très avertis).

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031