Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Rémanence des suggeritori


En 1978 à La Scala, le souffleur de Tristan und Isolde sous la direction de Carlos Kleiber. (On entend également Piero de Palma et l'inégalable Siegmund Nimsgern. Puis, dans le second extrait, le grand Tristan Spas Wenkoff.)


Le souffleur n'a pas disparu.

A La Scala, il en demeure quatre.

On se demande souvent à quoi sert le souffleur, considérant qu'à l'opéra, la musique permet la mémorisation du texte, et que l'un ne va pas véritablement sans l'autre.


En réalité, sa formation est toute différente - le souffleur n'a pas de rôle primordial dans la mémorisation. A l'Opéra, il donne les départs, arrête aussi les phrases des chanteurs.

Dès les répétitions, il est le relais du chef d'orchestre, tourné exclusivement vers les chanteurs. Ce qui suppose, on le devine, une grande compétence solfégique - il faut même mémoriser très exactement les tempi ; et là où le chef, en les changeant, agit sur l'orchestre, le suggeritore ne ferait que créer des décalages proprement tragiques.

Enfin, troisième mission : sans connaître forcément le sens du texte, il doit être capable de prononcer avec justesse (on peut témoigner que les souffleurs de La Scala des grandes années ont un accent à couper au couteau cependant...).

Evidemment, ils sont un peu mal aimés, et n'étant pas investis de la légitimité du chef, ils sont parfois un peu ignorés des chanteurs. A tort cependant, car il s'agit d'un grand confort pour les musiques un peu touffues (où l'on ne peut qu'admirer la capacité de synchronisation entre plateau et fosse) : Richard Strauss, Janáček...

Le plus admirable de l'affaire est que le souffleur est une institution dans les théâtres spécialistes de musique italienne... Tandis qu'en d'autres contrées où le fonds de répertoire nécessite pourtant d'autres exigences solfégiques...


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1266

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(15/2/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031