Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le retour des Fées : Paris-Châtelet 2009 - I - Le livret

[Lien sur la série 'lesfeesdewagner'.]


La troupe joyeuse des lutins, entre deux moments d'inconscience, a fait le déplacement dans la capitale passée et à venir du monde musical, et du monde tout court, pour l'événement : la meilleure oeuvre une très belle oeuvre négligée de Wagner dans une interprétation qui avait tout pour être réjouissante.

Elle ne fut pas déçue. Et elle ira même jusqu'à lever les préventions lues ici ou là et dont nous démontrerons, la plume hors du fourreau, qu'elles doivent plus à la méconnaissance des choses qu'aux hautes exigences de la lucidité.

Tremblez, glottophiles pénibles et wagnéropathes monomaniaquisants, le pouvoir de Gromarrec vous confondra !

--

1. L'oeuvre

Il y a déjà longtemps (trois ans et demi), alors que Minkowski tenait encore en ses petites mains potelées son biberon basson et ignorait peut-être encore tout des Fées non grimmiques, CSS attirait déjà l'attention des amis des lutins sur cet ouvrage. Nous en discutions hier en précieuse compagnie, nous ne le dirions sans doute plus en ces termes (en particulier cette médisance énigmatique sur l'ouverture), mais certains traits de l'oeuvre sont déjà esquissés. C'était l'époque bénie et reculée où une notule était quelque chose de court.

Il est temps d'ajouter quelques précisions sur ce sujet, d'autant qu'il reste encore une représentation, le 9 avril.

Les lecteurs désireront peut-être se reporter au livret ou à la partition disponible sur IMSLP au cours de notre causerie.

--

1.1. Le livret

1.1.1. Le livret et le conte

Le livret se fonde sur une juxtaposition plus ou moins heureuse de plusieurs contes-types, abordés de façon assez successive. Si nous avons une minute (ou si quelque aimable lecteur souhaite le faire), nous reprendrons notre Propp pour essayer de les identifier plus précisément à un type fermé.

Situation initiale : Le héros a enfreint une interdiction, celle du questionnement sur l'identité, le propre des êtres féériques. N'ayant pu se conformer à ce commandement temporaire ou durable, il n'est pas digne de partager la félicité d'un être de l'autre monde. Une façon de redire la condition de chacun : l'homme est un homme, et ne peut viser plus haut que ce qu'il est.

Acte II : Le héros doit résister aux apparences, une forme d'initiation par la confiance. Certes, le livret le pousse jusqu'au grotesque (Médée + Ganelon, c'est beaucoup), mais la structure est là. Et comme dans tout conte, pour que l'expérience existe, l'interdit doit être enfreint. Seulement, Wagner en fait ici un moyen de présenter un autre conte...

Acte III : Le héros doit vaincre des gardiens successifs d'un royaume fabuleux, secondé par des attributs magiques. C'est exactement ce qui se passe dans... Sigurd de Reyer !

A cela, il faut ajouter d'autres stéréotypes, comme le rappel du guerrier amoureux par la mort du père et la menace sur le royaume - Marguerite Coiffier fait exactement la même chose dans le texte qui servit de support au Prix de Rome, notamment l'Alyssa de Ravel, avec l'intrusion du Barde, porte-glaive. L'opéra exalte toujours la force de la passion amoureuse, mais elle est ici mise à l'épreuve de tout ce que la société connaît alors de plus sain : le respect filial et la défense de la patrie. Dualité insoluble puisque deux valeurs ultimes, celle de l'opéra et celles de la culture des spectateurs, s'affrontent simultanément.
La figure, à cette date, c'est cela dit pas si fréquente.

Et bien sûr la scène de folie, traitée de façon originale, mais dont l'égarement passe toujours par l'ouïe et par le lamento, dès la Nina de Paisiello (sans compter Les Puritains, puisqu'on a beaucoup parlé de l'influence - très relative - de Bellini sur les Fées).

En fin de compte, et surtout par leur traitement musical, Wagner se situe plutôt dans la frange nouvelle de la musique, en inaugurant des obsessions qui seront les siennes, que dans une répétition de stéréotypes. Mais on devait tout de même souligner cette structure étrange qui fait, en trois actes, se juxtaposer quatre intrigues assez indépendantes, closes sur elles-mêmes, autour du sujet principal de la pièce.

--

1.1.2. Le livret et Wagner

Wagner est déjà l'auteur de son livret, et on y retrouve en effet maint trait de son art à venir :
  • le récit de ce qui s'est passé, de ce qui se passe ou de ce qui va se passer est une occupation majeure des personnages, et le drame semble toujours durer sensiblement plus que ce que la substance dramatique appelait ;
  • l'homme absent qui menace le royaume d'Arindal est nommé... Murold ;
  • on nous narre des faits magiques qui ont manifestement marqué le jeune Wagner (la coupure d'un doigt pour faire reprendre forme originelle à l'être de l'Autre monde, qui est le conseil de Telramund à Elsa à propos de son mari, dans Lohengrin) ;
  • le pacte de silence sur le nom, également présent dans Lohengrin ;
  • la structure du blasphème réalisé du mauvais côté de la barrière morale, également moment de rupture au deuxième acte de Tannhäuser, avant un moment initiatique qui ne trouvera pas de résolution aussi heureuse.
Bien sûr, les épreuves et surtout la question morale, la pétrification (et le blasphème) rappellent le tandem qui encadre temporellement l'oeuvre : Die Zauberflöte et son décalque Die Frau ohne Schatten. Sans compter les Dames dangereuses ni les dangers courus par les enfants.

--

1.1.3. La langue du livret

La langue du livret est rédigée dans un vers de théâtre allemand traditionnel (le plus souvent à quatre, parfois à trois accents), qui alterne généralement rimes féminines et masculines. Wagner n'a pas encore adopté le vers allitératif rugueux de ses oeuvres de maturité.

Le vocabulaire est celui qui sert ce théâtre romantique de façon assez habituelle, loin des archaïsmes ostentatoires qui prévaudront plus tard chez le béretophore.

Au final, la langue rebondit bien, sonne agréablement, sans grande audace, mais avec un vrai savoir-faire très profitable au drame. La qualité des récitatifs s'en ressent aussi : le naturel prosodique est là.

--

1.1.4. La mission dramaturgique

[On commence par un détail qui nous a toujours diverti : celui de l'oubli dramaturgique. Les enfants d'Ada et Arindal, après le faux meurtre à l'acte II, sont remis au père, von ihrer Geburt gereinigt, c'est-à-dire, comme le proposaient joliment les surtitres, « purifiés de leur origine ». Ce qu'on comprend comme délivrés de tout lien avec leur mère, y compris l'immortalité. Or, lorsqu'Arindal est élevé au rang des immortels pour avoir ouvert trois boîtes, nulle mention de ses malheureux enfants. On imagine certes qu'il en sera de même pour eux, mais rien n'est précisé.
Ce n'est pas un exemple aussi frappant que l'oubli de Vítek ou Raimbaud (Albazar est sans doute une malice de notre part, puisque le personnage tient un rang d'observateur et de second ténor sans personnalité très traditionnel, en fait), mais tout de même, c'est à remarquer.]

L'oeuvre, cependant, malgré sa temporalité lente, évite tout ressassement démesuré. Et, chose rare (absente ?) chez Wagner après Liebesverbot, se trouve allégée par de l'humour. En particulier les fausses apparitions, totalement réjouissantes et franchement originales, des camarades d'Arindal accoutrés qui en Grand Prêtre visionnaire, qui en spectre du feu roi. Le duo comique Gernot / Drolla est par ailleurs bien intégré à l'action (en miroir du couple Lora / Moralt et surtout introduisant efficacement Arindal au I), nettement mieux que les valets de toute façon plus tendres et moins drôles du Weber d'Oberon.

On remarque même des traits de pertinence par moment, comme la justesse psychologie de l'entrée joyeuse d'Arindal qui voit arriver un prince écrasé par sa faute. On ne cède ni au choeur joyeux standardisé et sans nuance (façon Schubert), ni au choeur compatissant très suiviste (façon Bellini). A cette date, ce n'est pas si banal - il faut quasiment attendre la version originale de Don Carlos (1867, contre 1833) pour en entendre un exemple plus net et plus réussi. Mais il faut dire que Wagner a toujours eu cette attention très précise pour les choeurs, dont personne à l'opéra n'a jamais égalé, à ce que l'on croit par ici, l'inspiration.

Le résultat, qu'on sera amené à évoquer à nouveau à la faveur de considérations musicales, scéniques et interprétatives, n'a pas le liant formidable du Vaisseau fantôme, assurément, mais se tient résolument éloigné de toute platitude opératique stéréotypée (les stéréotypes étant importés de l'extérieur, ou bien à venir) et de tout l'attirail à la fois nu et verbeux qui fait ensuite la spécificité de la langue wagnérienne. Déjà une lenteur de la progression, un goût des récits, un usage immodéré des accessoires, mais pas encore ce dogmatisme très pédagogique, cette philosophie ressassante, ces prétentions à l'explication du monde. Incontestablement, le résultat est de moindre portée dans Die Feen que dans Tristan, mais il ne serait pas juste, sur le plan du livret, de considérer qu'il s'y trouve une hiérarchie si évidente. L'ouvrage le plus ancien s'inscrit dans une filiation de l'opéra du temps, avec un certain nombre d'innovations ou de traits personnels, le plus récent est tout entier calibré pour le projet du Maître - avec toute sa puissance et toutes ses prétentions.

Déjà, on peut donc faire remarquer que les reproches de faiblesse au livret ne tiennent pas. Certes, il dit moins sur le monde, l'homme et l'art que celui de Tristan, il se trouve d'une certaine façon limité à sa fonction de support dramatique, mais dans cette perspective, il se révèle fonctionnel (et original). En tout état de cause, ni l'un ni l'autre ne soutiennent isolément la lecture.

--

La suite au prochain épisode.

[Ah si, les ténors sont toujours aussi idiots chez Wagner.]


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1189

Commentaires

1. Le lundi 6 avril 2009 à , par Morloch :: site

Ce petit papotage sur le livret ne me paraît pas complet si il ne dit pas que cette pièce est inspirée d'une légende indienne adaptée en Europe par Carlo Gozzi (celui de Turandot). Je ne connais pas bien cette tradition asiatique des femmes-serpents, transposée par Gozzi en femme statue. La légende chinoise du Serpent Blanc, avec sa facétieuse petite sœur Serpent Bleu-vert, m'a toujours fasciné dans les quelques versions que je connais, mais j'avoue que c'est très très superficiel.

Pour moi, Wagner montre encore une fois qu'il est un homme d'intuitions. Il ne comprend pas vraiment les choses, il n'est pas un bon analyste, mais il les sent. Dans tous ses opéras, il est un mauvais philosophe, mais il a eu l'intuition de la psychanalyse, il a senti la vision marxiste du monde. Il ne comprend jamais rien de façon intellectuelle (ou alors c'est du fatras), mais il a une compréhension sensible des choses, comme Parsifal (sauf que je n'ai jamais compris ce que Parsifal avait compris).

Ici, il a corrigé la version Gozzi qui se concluait sur l'octroi d'un statut de mortel aux deux époux. Chez Wagner, ils deviennent tous deux immortels, comme dans le conte original que Wagner ne devait pas connaître.

2. Le lundi 6 avril 2009 à , par DavidLeMarrec

Ce petit papotage sur le livret ne me paraît pas complet si il ne dit pas que cette pièce est inspirée d'une légende indienne adaptée en Europe par Carlo Gozzi (celui de Turandot). Je ne connais pas bien cette tradition asiatique des femmes-serpents, transposée par Gozzi en femme statue. La légende chinoise du Serpent Blanc, avec sa facétieuse petite sœur Serpent Bleu-vert, m'a toujours fasciné dans les quelques versions que je connais, mais j'avoue que c'est très très superficiel.

La légende de Serpent Blanc est aussi l'oeuvre la plus célèbre de l'opéra du Sichuan sur cette légende-culte, il me semble que j'en avais parlé dans la série adéquate (même si ce n'est pas du Kunqu).


Pour moi, Wagner montre encore une fois qu'il est un homme d'intuitions. Il ne comprend pas vraiment les choses, il n'est pas un bon analyste, mais il les sent. Dans tous ses opéras, il est un mauvais philosophe, mais il a eu l'intuition de la psychanalyse, il a senti la vision marxiste du monde. Il ne comprend jamais rien de façon intellectuelle (ou alors c'est du fatras), mais il a une compréhension sensible des choses, comme Parsifal (sauf que je n'ai jamais compris ce que Parsifal avait compris).

Je crois que tu touches quelque chose de très juste. Visionnaire, mais pas théoricien le moins du monde : un artiste accompli, en somme.

3. Le lundi 6 avril 2009 à , par DavidLeMarrec

Ah oui, et pour répondre plus directement, plus qu'aux sources (on trouve ça dans n'importe quelle notice), je me suis intéressé à la forme et à son inscription dans son temps.

Tu as raison de préciser l'information, elle est intéressante, elle n'y était pas et tu m'épargnes de l'y mettre. :-))

4. Le mardi 7 avril 2009 à , par Sylvain

Je ne sais pas si il est juste de qualifier Wagner d'homme d'intuition plutôt que d'intellectuel mais en tous les cas c'est vraiment bien argumenté. Avez vous déjà discuté de ce sujet ici ou quelques lectures à me conseiller pour approfondir le sujet ? Car cela éveille ma curiosité.

5. Le mercredi 8 avril 2009 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Sylvain !

Enfin, intellectuel il se voulait, mais il était finalement très médiocre philosophe et théoricien. Et même littérateur, on peut sérieusement discuter (je fais partie de ceux qui ne lui sont pas très favorables, sans nier que cela s'intègre très bien dans son projet total).
La preuve :
1) Sa philosophie fonctionne dans le meilleur des cas dans le cadre de ses oeuvres les plus abouties (Ring et Tristan, disons), mais n'a absolument pas de portée plus générale, à mon humble avis. Ou alors avec des vérités à la façon du Café du Commerce.
2) Sa prépsychanalyse demeure totalement à l'état d'intuition.
3) En politique, il était dans les coups qui ne pouvaient pas réussir.

D'une manière générale, je crois que le plus pertinent (parce qu'il est rare, finalement, que les auteurs qui apprécient Wagner soulignent à l'envi ses faiblesses - c'est souvent le fait de détracteurs encore plus monolithiques) est de lire ses écrits, pour se convaincre du caractère un peu brouillon de son travail d'intellectuel. Il aurait voulu, il l'a fait, mais ce n'est vraiment pas là où il s'est accompli.

J'avais indiqué, il y a déjà un moment, un site qui regroupait ses oeuvres (libres de droits) en anglais.

J'avais aussi souligné, il y a longtemps également, certains traits déplaisants dans l'idéologie doloriste et assez peu favorable aux femmes qui sous-tend tous ses dix opéras 'de la maturité'.


Bonne journée !

6. Le mercredi 8 avril 2009 à , par Sylvain

Bonsoir David,

Merci pour les liens et les explications. Je vais un peu travailler le sujet avant de dire des bêtises. Un grand merci pour la Wagner Library que je ne connaissais pas !

Sylvain

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930