Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le Sigurd de Reyer (1884) - VI - Illustration musicale

Par des enregistrements historiques cette fois-ci.


Manière d'illustrer un peu le propos, j'ai ajouté des extraits dans la radio, par ordre chronologique dans l'opéra.


1 - L'entrée de Sigurd. Avec ces modulations sauvages aux cuivres qu'on entend depuis le début de l'Acte I pour évoquer la bravoure de Sigurd avant la conquête de Brunehild (ensuite, le motif change). Il faut bien voir qu'ici, l'intrigue s'est largement nouée, qu'Hilda (=Gutrune) a avoué son amour pour Sigurd, que Gunther a déjà déclaré sa volonté de conquérir Brunehild, lorsque Sigurd vient le défier.

2 et 3 - Acte II, la conquête de Brunehild. (2) On entend le motif de la conquête de Brunehild au tout début. (3) Puis Sigurd, envoûté, rêve à Hilda. Ici, il ne connaît pas encore Brunehild, qui lui est destinée, avant d'être emphiltré - ce qui pose des problèmes pour l'établissement des responsabilités, comme je l'exposais dans le premier post de ce fil.

4 - Acte IV, le second air de Brunehild (le premier est "Salut, splendeur du jour"). Marjorie Lawrence ne brille pas exactement par sa rigueur musicale, et son interprétation verse dans un désespoir très wagnérien, l'écrasement intégral, sans la grâce qui sied au rôle chez Reyer. Eh quoi ! de ma vaine parure, vous voulez encore prendre soin ! Eloignez-vous, je ne veux pour témoin de mes pleurs que cette antre où l'eau pleure et murmure. (récitatif qui précède) Vous voyez la nuance.
L'interprétation n'est pas très inspirée, mais Lawrence fait du boulot tout à fait honnête. Pour ceux qui ont été sages, j'y ajoute les interprétations d'Andrea Guiot (dir. Rosenthal) et surtout Valérie Millot (dir. Neuhold), cette dernière avec les récitatifs en plus. L'air est hélas coupé dans les trois cas.
Il faut noter que l'air est coupé à plus de moitié, il y manque la reprise de la thématique principale (de 'Quel feu' à 'implacable'), et surtout la prière centrale à Odin, qui explique tout le parcours de Brunehild, la place au centre de l'oeuvre, le dieu semblant manipuler l'ensemble de l'intrigue pour la punir ou lui pardonner. Comme je l'avais précisé, tout se dénoue à partir de cette prière. Brunehild apprend le subterfuge, désenvoûte Sigurd, ils sont réunis dans la mort, conformément au voeu d'anéantissement qu'elle formule.


Pour les volets précédents, voir ici.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=218

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(2/2/2014)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031