Carnets sur sol

   Nouveautés disco & autres écoutes | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


#ConcertSurSol #46 : Le soulier de satin, de Dalbavie


#ConcertSurSol #46 : Le soulier de satin de Dalbavie.

Séduit mais pas convaincu par cette création : conformément à ce que je prophétisais pour moi-même il y a une poignée de jours,
la longueur est un enjeu.

J'ai finalement plutôt entendu une belle musique de scène qu'un opéra.
¶ Essentiellement de la déclamation parlée sur tapis d'accords enrichis (et parfois animés de quelques trémolos d'alto). Le tiers de l'œuvre doit être parlé.
¶ Les lignes vocales, écrites très graves (vrai rôle d'alto que Prouhèze !), à la hauteur de la voix parlée, sont très peu mélodiques, assez égales difficile d'être captivé pour moi : on l'a comparé à Pelléas, je pense plutôt à *Saint François* ou à *Landowski*, mais sans l'intérêt orchestral du premier et sans le naturel dramatique du second.
¶ Prosodie pas toujours parfaite non plus (certains "e" abusivement coupés par le compositeur,"barr' de fer", mis en musique comme ça, ça fonctionnait pas).

Pourtant, j'ai été captivé par l'histoire racontée ainsi, par cette équipe magnifique (et cette musique sobre et agréable) : j'avais envie de m'immerger dans la pièce, mais la temporalité était trop longue (peut-être juste pour mon humeur du moment). Je l'écouterai avec grand plaisir à la radio, où j'adorerai sûrement ce rapport nu et développé au temps, sur ce texte magnifique !
¶ Je me suis demandé ce qui m'avait manqué dans la musique : de la variété, bien sûr, mais surtout, je crois, du signifiant – il n'y a que très peu de moments où la déclamation bifurque mélodiquement, ou bien où l'orchestre prend la parole. La musique reste une sorte de fond.
Les quelques rares moments qui décollent sont fondés sur un procédé simple : gamme conjointe (ascendante ou descendante) en augmentation, où l'orchestre s'élargit progressivement.
Ça fonctionne bien, mais 2x10 secondes en 2h, c'est peu.
Seule autre fantaisie notée : les emprunts baroques pour accompagner Doña Musique. [Les grands accords varésiens pour souligner les mots forts ('folie', 'désir'), ce n'était pas très subtil.]

¶ Distribution de folie, où brillaient particulièrement Beuron (même lorsqu'il parle 🤩), Huchet, et bien sûr Hubeaux, dont la versatilité d'émission sert avec éloquence le personnage des paradoxes, qui porte toute la tension dramatique sur lui. Et l'abattage dément de Yuming Hey, tellement réjouissant !

¶ Au bout du compte j'ai beaucoup aimé cette expérience différente, mais elle était difficile à supporter en salle (je vous passe le couplet sur les touristes étrangers qui papotent sans masque pendant la représentation). C'était plus facile à apprécier en marchant dans les couloirs où résonnaient les voix, pour gérer la durée – j'ai hâte de pouvoir m'immerger à loisir dedans à la radio, le pouvoir d'évocation général était fort (envie de voir toute la pièce jouée par ces gens !).
(Et j'aurais probablement davantage apprécié le tout, si l'objet avait été désigné non pas comme un opéra – où l'attention porte sur la musique stimulée par le texte – mais comme la pièce avec musique de scène – où la musique ne sert qu'à amplifier le texte.)
Expérience sonore. 



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=3211

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juin 2021 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930