Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Les las sacres de septembre


Septembre est inhabituellement riche cette année : ce sera votre apothéose ou votre épuisement définitif.

Encore une fois, sélection personnelle dont le ressort est souvent la rareté ou la bizarrerie. Pour une sélection plus transversale et moins triée, l'Offi et Cadences sont assez complets (tout en ratant certaines de mes propositions, néanmoins).

N'hésitez pas à réclamer plus ample information si les abréviations (tirées de mon planning personnel, destiné au maximum de compacité) ou les détails vous manquent.
(Même si j'y ai apporté un soin plus grand pour cette saison, les horaires indiqués le sont parfois par défaut par le logiciel, vérifiez toujours !)



Rétroviseur

Auparavant, quelques spectacles de l'été pour achever la saison précédente (bilan en cours).

► #135 Britannicus mis en scène par Brauschnweig, Racine sans ronronnement ni ruptures poseuses, miam.
► #136 Quatuor piano-cordes n°2 de Brahms, Mahler & Connesson par le Trio Spyniewski et Alexandre Kantorow. (en cours de rédaction)
► #137 Orgue impressionniste ibérique (et postromantique français) à la Madeleine. Quel orgue et quelle acoustique infâmes, sacrée surprise (les disques sonnent très bien).
► #138 Comédiens ! d'après Pagliacci de Leoncavallo, avec musiques d'Éric Chantelauze.


Et quelques déambulations illustrées d'août :
Blandy-les-Tours et Vaux-Le-Vicomte à pied depuis Melun (et retour)
☼ Au fond des parcs de lycées agricoles de Pierrefonds et sur les crêtes de la forêt de Complègne.
 De Belloy-en-France à Seugy : champs de la Pièce Lucifer, Bois du Tremblay…
☼ Dans la Vallée aux Loups et chez Fautrier.
☼ Chez Ninon de Lenclos et Mme Veuve Scarron.
☼ Dans les réserves interdites de la Madeleine
Paysages de Goethe chez Chateaubriand.

Vous trouverez aussi quelques clichés épars et commentés sur cette page.



Agenda

Cette fois en images. J'ai occulté certains événéments plus personnels (mes répétitions, qu'est-ce que ça peut vous faire…), et surligné quelques éléments qui avaient attiré mon attention : interprètes remarquables, œuvres appétissantes et/ou peu données.

Vous pouvez télécharger les images pour les lire à la taille de votre choix :

http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1801.png
http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1802.png
http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1803.png
http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1804.png
http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1805.png
http://operacritiques.free.fr/css/images/sept_1806.png

a
septembre 2018
b
septembre 2018
c
septembre 2018
d
septembre 2018
e
septembre 2018
f
septembre 2018

--

Constats

Vous aurez remarqué la quantité incroyable (qui se poursuit) de pièces en japonais, en lien avec la programmation du Festival d'Automne – vous les retrouverez toutes, avec la mention de la la langue (quelques-uns traduits ou écrits en français). D'ordinaire, les partenariats et saisons teintées d'une autre nation n'importent guère le théâtre en langue originale, voilà une occasion de régaler tous les amateurs de langues, d'autant que le japonais offre un réel dépaysement – c'est une langue qui impose une posture, qui agit sur les corps…

Il va être difficile d'être à la fois à la Colline, à Berthier, à l'Odéon, à la MC93 et au T2G pour voir tout ça, sans parler des programmations de Kabuki, Gagaku et autres genres musicaux spécifiques, à la Philharmonie, à Chaillot ou au Théâtre de la Ville !

Le Procès, quoique en polonais (une langue moins spectaculaire à voir en action, déjà invitée aux Ateliers Berthier pour un Dracula tout à fait raté), est apparemment tout à fait complet.

En musique, parmi les jolies choses originales, le piano de Boulez, Till pour octuor (une transcription jouée trois ou quatre fois en un an à Paris !), le Psaume 129 de Lili Boulanger, de la musique de chambre de Durosoir, du piano de Schulhoff, et un récital Schumann qui promet d'être une petite tuerie (le rare Quatuor avec piano, les deux Liederkreis – Heine & Eichendorff –, avec des solistes de très haut niveau et Gyula Orendt, un des plus remarquables spécialistes actuels du lied).

--

Je vous souhaite un excellent septembre, si vous y survivez : vous avez désormais accès à tous ces concerts que le Mossad ne voulait pas que vous voyiez.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=3038

Commentaires

1. Le mardi 4 septembre 2018 à , par Morloch François

Sacrée liste ! Il y a vraiment des lecteurs qui se plaignent de ton retard à publier ces suggestions ? Il est vrai que Pariscope a cessé d'être édité... Tout le charme vient du côté cryptique: "vx clmb marivaux hrx strtgme" et "20' T2G avdiya auberge kûro tanino"; des messages qui laissent planer un suspens insoutenable et font fantasmer sur l'identité de ces destinataires mystérieux qui possèdent les clés de lecture. Il y a même des locutions mystiques: "colline révélation" et des slogans gauchistes des années 1970 : "à vendre". Je suis resté absent trop longtemps de ce blog :)



2. Le mardi 4 septembre 2018 à , par DavidLeMarrec

(menaces)

Non, bien sûr, je plaisante. Enfin, pour le retard ; il m'est arriver de ne pas en publier pour septembre, mois traditionnellement moins riche, et j'avais eu des réactions apeurées. :)
Ça fait longtemps que je voudrais utiliser mon temps pour CSS plutôt pour finir les grosses notules qui demandent de la recherche (orchestres disparus des Pays-Bas, histoire de la contrebasse, etc.) ou de la mise en forme (la couverture vocale, les postes de chefs permanents), plutôt que pour faire du relevé… Et à chaque fois que je tente de m'abstraire de la publication de l'agenda, j'en suis dissuadé, apparemment ça intéresse pas mal de monde, même parmi ceux qui n'habitent pas la région et/ou ne vont pas au concert. ^^ Donc, puisque c'est utile, je continue, en essayant d'y passer un temps raisonnable.
Il y a aussi un plaisir à partager mes trouvailles, bien sûr, puisque le relevé prend pas mal de temps et qu'y figurent des pépites dont je n'ai pas l'occasion de parler par ailleurs.

(abréviations)
Il faut que ça entre dans la visualisation au mois des logiciels d'agenda ! Donc il faut parfois retrouver la piste, oui : « Vieux-Colombier Marivaux Heureux stratagème » pour le premier. Le second, il n'y a pas d'abréviation : « 20' (l'heure) T2G (le nom que se donne Gennevilliers) Avdiya (nom de la pièce) Kûro Tanino (nom de l'auteur / metteur en scène) auberge (sujet de la pièce) ». Pareil pour « Colline Révélation », ce n'est pas l'annonce de mon Sermon sur la Montagne, mais simplement la pièce Révélation au Théâtre de la Colline.
Si tu regardes les archives, j'ai fait beaucoup de notules-agenda au contraire très développées, classées par genre, avec plusieurs entrées par concert, une introduction à chaque œuvre, une présentation des interprètes, une hiérarchisation des conseils… mais ça prend longtemps à faire.

J'avoue que tes sarcasmes ingénus manquaient… quand redémarres-tu Nhofszandz ?

3. Le mardi 4 septembre 2018 à , par DavidLeMarrec

Et aussi :

¶ Vendredi 7 : l'Ensemble Sortilèges (trois chanteuses, dont une violoniste) chante à l'Archipel (sur les Grands Boulevards) un répertoire très vaste. Grégorien, chansons & ballades autour du Roman de Fauvel, des airs traditionnels britanniques, mais aussi de la Renaissance avec Bassano, du beau XXe avec Caplet, Holst & Bartók, et du contemporain avec Henrik Ødegaard !
Petite salle avec l'acoustique un peu sèche, mais d'une intimité formidable. Ils ne donnent plus guère de concerts dans ce cinéma où j'aimais beaucoup aller…

4. Le mardi 4 septembre 2018 à , par DavidLeMarrec

¶ Samedi 8, concours Svetlanov, épreuve finale ouvert au public à Radio-France. Il
https://www.maisondelaradio.fr/evenement/evenement/epreuve-finale-du-concours-evgeny-svetlanov

Quatre candidats de 14h à 16h30 & de 18h à 21h.

Programme :

Deux œuvres obligatoires :
1. Evgeny Svetlanov « Daugava », poème symphonique
2. Œuvre contemporaine “Svetlanov Planet” écrite par Olga Victorova (co-commande du Concours Svetlanov et de Radio France)

L’une des œuvres choisie par le candidat dans la liste suivante :
1. BALAKIREV : Symphonie n°2 en ré mineur
2. BARTÓK : Concerto pour orchestre Sz. 116
3. CHAUSSON : Symphonie en si bémol majeur opus 20
4. D’INDY : Jour d’été à la montagne, poème symphonique opus 61
5. DVORÁK : Symphonie n°7 en ré mineur opus 70
6. DVORÁK : Symphonie n°8 en sol majeur opus 88
7. DUKAS : Symphonie en ut majeur
8. FRANCK : Symphonie en ré mineur
9. MENDELSSOHN : Symphonie n°3 en la mineur opus 56 “Ecossaise”
10. MOZART : Symphonie n° 41 en ut majeur K. 551 “Jupiter”
11. REGER : Variations et fugue sur un thème de Mozart opus 132
12. RIMSKY-KORSAKOV : Symphonie n°2 opus 9 “Antar”
13. ROUSSEL : Symphonie n°1 en ré mineur opus 7 “Le Poème de la forêt”
14. SCHUBERT : Symphonie n°8 en si mineur D. 759 “Inachevée”
15. SCHUMANN : Symphonie n°3 en mi bémol majeur opus 97 “Rhénan”
16. SIBELIUS : Symphonie n°2 en ré majeur opus 43
17. SIBELIUS : Pelléas et Mélisande opus 46
18. STRAUSS : Aus Italien, poème symphonique en sol majeur opus 16
19. TCHAÏKOVSKY : Symphonie n°2 en ut mineur opus 17 “Petite Russie”

La liste des œuvres proposées est remarquablement audacieuse pour un concours de direction – autant on peut toujours juger de la virtuosité de glotte ou de crincrin avec une pièce nouvelle, autant pour un chef, il faut vraiment que le jury connaisse intimement toutes ces œuvres pour ne pas être abusé par les effets de manche !

Hélas, comme ils ont inclus quelques tubes au milieu, on va se trouver avec deux Jupiter et deux Concerto pour orchestre, ou, dans le meilleur des cas, un Dvořák 7 et un Franck.

Mais je me prends à rêver d'une finale où l'on jouerait dans le même après-midi Balakirev, Roussel, Chausson et Pelléas-de-Sibelius !

Le rêve est encore gratuit, n'est-ce pas ?

5. Le mardi 4 septembre 2018 à , par Morloch François

Hé mais je ne suis pas sarcastique, je suis admiratif de la poésie qui se dégage du tableau, et un peu envieux aussi, les programmes parisiens sont les plus variés. Cela me donne envie de retourner au spectacle, j'ai trop négligé les salles. Pour reprendre un blog, je manque un peu de matière, je vais peut-être tenter le coup, mais je me demande ce que cela pourrait donner...

6. Le mercredi 5 septembre 2018 à , par DavidLeMarrec

Poésie, si tu appelles poésie l'impression de lire le mode d'emploi d'un radar quantique (tu sais, le joli modèle dont les antennes font des boucles), sans doute. Moi j'y vois plutôt quelque chose de moche mais de fort pratique, nos attentes se complètent.

Il te reste toujours la radio et le disque, pour nous régaler de tes aventures improbables – l'acuité de ta description du pittoresque dans Zampa est resté gravée en moi, je n'ai jamais pu le réécouter sans penser à toi…

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(26/8/2012)

Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2018
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930