Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Edmund MEISEL : Berlin, Die Sinfonie der Großstadt — emblème mécaniste et décadent


Voilà des années qu'une notule était prévue ; je croyais même l'avoir écrite. Apparemment, il n'en est rien. La voici.


Le premier acte, version pour grand orchestre tirée du disque Capriccio.


1. Meisel, pierre angulaire

Très peu connu des mélomanes (et encore moins des autres), Edmund Meisel (1894-1930) fut pourtant une institution en son temps, sorte de Korngold, Herrmann ou Williams des années 20, admiré par ses contemporains, écrivant des articles de référence sur la composition de musiques de film… Né à Vienne, écrivant très tôt des musiques de scène (notamment pour des pièces de Brecht), c'est avec sa musique (écrite en 12 jours, à ce qu'il paraît) que Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein fit sa percée triomphale en Europe.

Pour le film de Walter Ruttmann Berlin, La Symphonie de la Métropole (1927), Meisel avait collaboré très étroitement avec le réalisateur, de façon à synchroniser au maximum les plans (à cadence très soutenue) et les motifs musicaux. De fait, toute l'œuvre fonctionne sur ce principe.

Meisel Berlin heure Wagner
La dernière image de l'acte III.


Il s'agissait d'un projet ambitieux, écrit pour 75 musiciens (donc beaucoup de lignes différentes) – l'instrumentation n'était néanmoins pas de son fait, mais déléguée, comme cela se fait encore dans le domaine de la musique de film –, sur un tempo très allant (donc plus de notes) et abordant des styles très différents.

2. Berlin

Le film montre la ville en cinq actes, comme autant de portions d'une journée active.

  • Acte I : Berlin est silencieuse. Réveil progressif : les chemins de fer, les usines.
  • Acte II : La ville active, dans les bureaux, les magasins, etc.
  • Acte III : Le trafic dans les rues.
  • Acte IV : Les pauses : repas, jeux d'enfants, loisirs…
  • Acte V : Berlin nocturne (les clubs).


La partiton de Meisel est très peu mélodique, tout entière fondée sur des motifs, voire des fragments, qui imitent, voire réutilisent les bruits de la ville. Le langage est particulièrement audacieux, fondé sur des frottements, des accords chargés et tendus, mais dont les pôles sont très audibles, et qui fonctionnent souvent en binôme (tension-petite détente) ou par paliers (marches harmoniques fréquentes). On demeure dans de la musique tonale, et il y a bel et bien une progression, mais on peut avoir l'impression que cette musique qui ne s'arrête jamais obéit déjà à une autre logique, celle de la masse, de la cinétique plus que du langage à proprement parler. On y rencontre même des harmonies étonnantes, comme cet arpège sur Berlin déserte (acte I) qui évoque très exactement Takemitsu.

Dans ce cadre qui pourrait être déstabilisant, Meisel joue de motifs simples qui courent de pupitre en pupitre, et sont même développés de façon contrapuntique (plusieurs fugatos) ; et utilise surtout un langage extrêmement pulsé (que des mesures binaires, très souvent à deux temps), qui recourt très fréquemment aux marches – trains, machines, foules… –, parfois obstinées, parfois progressant de façon régulière (marche harmonique) ou plus cabossée et incertaine…

À cela s'ajoutent des effets impressionnants : bruits bruts (véritables sifflets de train), percussions seules, piano en quarts de ton (était-ce dans l'original, ou simplement dans la reconstruction de Bernd Thewes ? – puisque seule la version pour piano seul nous est parvenue directement), nombreux imports de jazz…
L'aspect motorique et l'explosion des motifs, leur écho successivement à travers les scènes ou simultanément en contrepoint, ont quelque chose de particulièrement jubilatoire ; tandis que l'accumulation des marches effrénées et des sons concrets deviennent tout à fait menaçants, en particulier les courses folles de trains dévorateurs.

En somme, un bijou très intense qu'il faut absolument découvrir, même sans les images – le disque, chez Capriccio, de Frank Strobel avec la Radio de Berlin (Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, ex-Radio-Est) en rend remarquablement compte.
Attention, la plupart des copies du film utilisent au contraire un pot-pourri très paisible de musiques classiques (dont, ironie suprême, la Symphonie Pastorale de Beethoven !), qui n'a non seulement pas le même intérêt musical, mais dénature assez le projet sans concession d'un documentaire brut sur la vie des gens, qui ne fait pas dans l'aimable ou le gracieux.

Meisel Berlin CD Strobel


Son aspect mécaniste (et ses procédés) sont vraiment à la pointe de ce qui s'écrit dans les années 20 ; j'ai mentionné le « décadentisme » dans le titre surtout à cause du langage harmonique qui devient complexe et retors, déforme le langage hérité du post-wagnérisme, mais il n'y a vraiment aucune tendance au romantisme vénéneux chez Meisel. C'est un « décadent » au sens de la famille musicale innovatrice, pas au sens propre de l'esthétique (qui est tout sauf la sienne).

3. La partition de Meisel en action

La Cité de la Musique proposait ce samedi – et j'avais déjà annoncé dans ces pages (ailleurs aussi) que ce serait pour ainsi dire l'événement de la saison – cette musique dans le cadre d'un ciné-concert…


Évidemment, la salle était très vide : le parterre et le balcon de face n'étaient pas pleins, mais alors sur les grands balcons latéraux : 9 spectateurs côté cour, 6 spectateurs côté jardin… une ouvreuse n'a même pas réussi à recevoir un spectateur – et la mienne n'a dû son salut qu'à mon replacement (en encorbellement plutôt qu'au parterre, l'orchestre n'étant pas surélevé).
Une conclusion s'impose : pas assez de monde ne lit Carnets sur sol. Et ceux qui le font pourtant – sont indignes de pardon.

C'était à nouveau Frank Strobel (spécialiste du genre) qui officiait, mais pas dans la même partition : il s'agissait d'un arrangement pour ensemble de Mark-Andreas Schlingensiepen – au lieu de l'orchestre complet (avec cordes), une version pour vents essentiellement : deux flûtes (avec deux piccolos), deux hautbois (avec un cor anglais), deux clarinettes, un basson, deux cors, une trompette, un trombone basse, deux percussionnistes (xylo- et métallophones, timbales, caisse claire, grosse caisse, cymbales, tam-tam chinois…), un piano et une contrebasse.

Le résultat est extrêmement réussi (et encore plus moderne), mais il faut admettre que la puissance univoque des vents finit par créer une petite lassitude (physique, pas musicale) pendant l'heure entière que dure le film : il n'y a pas de nuances douces dans la partition, et avec des vents, ce peut rapidement devenir violent. Néanmoins, un plaisir de redécouvrir la partition dans ce nouvel état, remarquablement agencé.

Les musiciens sont issus de l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg et se baladent avec une assurance (et un incontournable investissement) qui forcent l'admiration.

¶ Détail : Frank Strobel dirige en permanence sur le temps, ce qui est bien sûr plus lisible pour le spectateur, mais laisse moins de possibilités de réaction aux musiciens (même s'il fait bien sûr l'effort d'amplifier sa gestique de façon anticipée pour les grandes articulations). C'est assez rare – mais pas inédit non plus, cela dépend des gens, des orchestres, et bien sûr du niveau des musiciens (pour les ensembles amateurs, le chef bat en général la mesure sans anticipation). En général il existe un délai notable (quasiment un temps entier, quelquefois) entre le geste du chef et celui des musiciens ; je suppose que la simultanéité de l'image rend ce procédé plus périlleux (il faudrait que le chef anticipe non seulement la musique mais aussi l'image), et que la synchronicité rend tout plus lisible pour tout le monde.

Coproduction du Festival Musical-Strasbourg, ce sera donc redonné là-bas (si ce n'est fait). Achetez le disque !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2711

Commentaires

1. Le dimanche 27 septembre 2015 à , par Faust

Bonsoir

Cela ne va vraiment pas faire sérieux si je confesse être allé cette semaine au Café Polisson du Musée d'Orsay ... En lien direct avec l'exposition " Splendeurs et misères. Images de la prostitution. " (pas encore vue !), la partie musicale du musée a demandé à Nathalie Joly un spectacle qui évite soigneusement la grossièreté et l'ennui, ce qui n'est pas un mince exploit (1 H 30 de spectacle sans entracte) !

Cela donne ce Café Polisson où l'on entend des chansons d'Yvette Guilbert (la buveuse d'absinthe, par exemple), Léon Xanrof, Aristide Bruant ou encore Vincent Scotto. Nathalie Joly a une bien jolie voix et beaucoup de présence sur scène. Elle est aidée en cela par un pianiste (Jean-Pierre Gesbert qui chante une chanson particulièrement osée de Dranem), une joueuse de bandonéon (Louise Jallu) et une danseuse (Bénédicte Charpiat). Décors assortis et belle mise en scène ou plutôt en espace. Cela doit être redonné dans les prochaines semaines.

J'avais vu des spectacles autour du cabaret du Chat Noir à l'auditorium d'Orsay il y a plusieurs années. Mais, le spectacle de cette année est vraiment une grande réussite.

Je referme cette parenthèse sans lien avec la très sérieuse note sur Edmund Meisel (qu'à défaut d'être allé voir à la " Cité ", je promets d'écouter au disque !).

2. Le mardi 29 septembre 2015 à , par Olivier

Bonsoir,

Faust,
Le Tube propose le film de W.Ruttman (environ 60 mn).
Retour ici après écoute et visionnage?

3. Le mardi 29 septembre 2015 à , par David Le Marrec

Bonsoir Faust, bonsoir Olivier !

Concernant le film de Ruttmann, il se trouve en effet en ligne (je ne suis pas sûr qu'il soit libre de droits, au passage… les droits cinématographiques sont particulièrement complexes, et si le directeur de la photographie ou l'actrice qui fait la suicidaire sont morts un peu tard, je ne suis pas sûr qu'on puisse le diffuser avant quelque temps).

Mais j'avais vérifié en préparant la notule, pour y renvoyer éventuellement : aucune version disponible sur ladite plate-forme ne propose la bande originale de Meisel – ce sont des pot-pourris de musiques symphoniques.

Ça tient de toute façon très bien la rampe au disque (et on peut superposer le disque aux versions disponibles en ligne, aussi…), vraiment de l'excellente musique.


(Merci pour ces échos sur cet intrigant Café Polisson !)

4. Le samedi 3 octobre 2015 à , par Olivier

Bonjour,

Pourquoi donc écouter E.Meisel?
Par pure curiosité, et donc merci pour cette référence, ainsi que celle du film de W.Ruttman "Berlin, die Sinfonie der großstadt"
2 impressions
* une musique d'aspérités, une musique en relief par ses plans sonores bien marqués
* Un rythme très présent,des trépidations, l'implacabilité de la mécanique.
Dans l'ensemble, une musique rugueuse (au sens peu mélodique)

J'ai commis une petite erreur en visionnant d'abord le film, et je m'interroge: cette musique très descriptive (le 1er acte est assez étonnant) possède-t-elle un sens hors du film? ou pouvons-nous imager ce qu'elle illustre hors les images?

PS: de la matière pour une musique des chemins de fer: A.Honegger, C.V.Alkan, F.Poulenc, L.Schmidt, L.Waldteufel,..

5. Le samedi 3 octobre 2015 à , par David Le Marrec

Bonjour Olivier !

Merci pour ce retour !

Oui, exactement, on est très impressionné par le machinisme « imitatif », mais cela va très au delà, avec une musique trépidante, une structure assez soignée (motifs, contrepoints…) malgré la nécessité de la forme rhapsodique.

Pour vous répondre, j'ai découvert l'œuvre sans les images, et je l'ai adulée immédiatement, parce qu'elle portait toute la saveur d'une époque. J'y entendais bien le figuralisme, mais ce n'est finalement pas ce qui dominait, surtout dans l'orchestration d'origine qui fond un peu sa radicalité dans des cordes nombreuses.

Pour se figurer au son seul ce qu'elle évoque, non, difficile en dehors des usines, des trains et du trafic (déjà une bonne partie du film, cela dit), mais ce n'est même pas nécessaire, elle s'écoute parfaitement en musique pure.


PS: de la matière pour une musique des chemins de fer: A.Honegger, C.V.Alkan, F.Poulenc, L.Schmidt, L.Waldteufel,..

… sans négliger la cantate de commande de Berlioz (assez mauvaise, mais très drôle !).

Qui est L. Schmidt, son (pré)nom ne m'évoque rien ?

6. Le samedi 3 octobre 2015 à , par Olivier

Le film: peut-être se rattache-t-il à la "fin" du courant expressionniste allemand?
Tous les plans consacrés à l'industrie, la mécanique sont percutants.

Comment ai-je pu oublier le chant des chemins de fer d' H.Berlioz?!, et j'ai pourtant relu cet été les Grotesques de la musique!

Lorentz Schmidt: un guitariste suisse, sans grand intérêt (pour mes oreilles). Son disque "Sandspurren" reprend une pièce intitulée "le petit chemin de fer". Le label Balcon est spécialisé dans la guitarre.


7. Le dimanche 4 octobre 2015 à , par David Le Marrec

D'accord, je découvre Schmidt n°728, j'irai écouter pour ne pas rester la honte au cœur et le rouge au front.

Je ne suis pas assez sûr de mes termes cinématographiques pour abonder, mais j'ai ressenti quelque chose de cet ordre-là, en effet – je me suis fait la même remarque en tout cas.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2015 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930