Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Jedi-Symphonie



Impressionnant, n'est-ce pas ?

L'orchestre se tait quasiment, à la brucknérienne, un glissando de harpe, et puis l'explosion du thème du jedi triomphant. Il n'est vraiment pas certain, vu la confidentialité de l'oeuvre, que John Williams y ait eu accès, mais la parenté jusque dans l'orchestration est saisissante - et très amusante.

Il s'agit du début du troisième mouvement de la Natursymphonie de Siegmund von Hausegger (1911), et ce thème est repris dans le quatrième mouvement, en mineur.

Hausegger était célèbre comme chef, il est notamment le premier à avoir joué la Neuvième Symphonie de Bruckner dans sa version originale. Toutefois la prodigieuse orchestration, la virtuosité et la redoutable modernité de cette symphonie, en particulier dans ce mouvement, l'éloignent absolument des postromantiques à la façon de Franz Schmidt ou Hans Pfitzner. L'oeuvre ne pâlit pas face à Mahler ou à Schreker, loin s'en faut, et ses inventions comme son métier forcent l'admiration. On n'y trouve peut-être pas des thèmes ou des situations aussi marquantes que chez ces collègues cités, mais la qualité constante de son inspiration est assez stupéfiante.

Dans son dernier mouvement, l'oeuvre utilise (d'une façon un peu superfétatoire, vu le peu de plus-value musicale de la chose) un choeur qui chante du Goethe de façon un peu plate, mais l'essentiel ne se situe véritablement pas de ce dispositif, si bien qu'on a cité l'oeuvre parmi la sélection de symphonies chaudement recommandées par CSS.

--

L'oeuvre, bien plus rare encore que la Symphonie de Rott, n'a été enregistré qu'une seule fois, assez récemment (2008), chez CPO (a-t-elle seulement été jouée en public depuis sa création ?). On en doit l'exécution à l'admirable chef Ari Rasilainen, toujours pourvu d'un lyrisme et d'une clarté puissants, qui illuminaient déjà son excellente Première Symphonie de Nielsen et sa superlative intégrale des Symphonies de Kurt Atterberg. Ici, c'est aux côtés de l'Orchestre de la Radio Ouest-Allemande (= de Cologne).

Chaleureusement conseillé, et même assez indispensable si l'on est déjà sensible aux wagnérismes et mahlérismes.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1841

Commentaires

1. Le lundi 6 août 2012 à , par klari :: site

huhu, très rigolo, ce jedisme.

En même temps, va savoir pour John Williams. Qui sait. Il connaissait bien son Sauguet, parait-il, il se serait servi pour Harry Potter..

2. Le lundi 6 août 2012 à , par DavidLeMarrec

Je n'ai pas écouté Harry Potter, de quel Sauguet était-il censé se servir ?

Sauguet était en pleine gloire à l'époque où Williams faisait ses études, il était actif, on le jouait dans les théâtres et au concert. Il a toujours existé des partitions et des disques disponibles, des radiodiffusions... Même si ce n'est pas un compositeur de renommée interstellaire, il est tout à fait plausible que Williams l'ait écouté. Même pour quelqu'un d'un peu plus confidentiel comme Damase, ça reste de l'ordre du possible.

Mais Hausegger, il en existe un seul disque, chez CPO, paru au milieu des années 2000, et ses partitions, sauf à aller précisément les dénicher parce qu'on sait qu'elles sont intéressantes et qu'on veut les lire, on ne les trouve pas par hasard. :) Un peu comme Oskar Fried et Felix Weingartner, dont on (re)découvre seulement maintenant, en furetant dans leurs papiers, l'intérêt comme compositeur - les deux étaient célèbres surtout comme chefs. Même là, Hausegger est encore plus confidentiel, parce que vu les dates, Williams n'aurait pas pu l'entendre diriger une de ses propres oeuvres.

Et puis ça reste une coïncidence minime, pas un thème entier comme le scherzo de la symphonie de Rott. :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31