Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

David McVicar & Miah Persson (Noces de Figaro ROH 2006)


En deux mots ; juste un constat étonné et admiratif. Dans les Noces mises en scène au Royal Opera House londonien par David McVicar, traditionnelles visuellement, mais remarquables par leurs trouvailles dans la topographie scénique, dans quelques chevauchements de temporalité, et surtout dans le fourmillement de détails qui éclairent avec précision et esprit le texte, je remarque que Suzanne semble de très loin le personnage principal - alors qu'en principe, les choses sont plus équilibrées.

david mcvicar antonio pappano dvd roh covent garden 2006 le nozze di figaro les noces miah persson roeschmann dorothea roschmann gerald finley erwin schrott mozart opus arte.jpg


Cela tient au texte, bien entendu, puisque le finaud Figaro se distingue plus par son sens exceptionnel de l'intuition et de l'improvisation que par la réussite de ses trames - qui ne sauraient être qu'affaire de femmes. Egalement aux choix de McVicar, qui rendent Susanna extrêmement active. [Le surjeu demandé aux acteurs, notamment pour le sextuor du début de l'acte III, est assez malin, parce qu'il permet de mettre en valeur des sentiments trop abstraits si on les dit simplement avec un petit geste, et donne de la profondeur humaine à la situation, alors même qu'il y a quantité de détails volontairement grotesques. Etrangement, ça ne met pas à distance, mais ça crédibilise le propos, de la très belle ouvrage.]

Et il semblerait aussi -

Et il semblerait aussi - et c'est là quelque chose dont je n'ai pas, sans doute à tort, le souvenir autre part - que Miah Persson en ait sa part. Ce n'est ni une chanteuse, ni une actrice spectaculaires, elle paraît parfois attentive, concentrée, plus qu'abandonnée dans ses rôles. Et pourtant, partout, c'est la même rondeur vocale avec de la substance jusque dans le grave, la même aisance, et malgré une couleur linguistique imparfaite en italien, un texte tout à fait habité. Sans correspondre le moins du monde à ce que l'on entend par brûleuse de planches, il y a dans la sûreté de ses expressions textuelles, faciales, gestuelles, dans son style limpide mais sans froideur une somme de petits riens qui, en plus d'attester d'un grand métier, créent un halo singulier autour de cette personnalité scénique.

Et si bien que, sans éclat de génie de sa part, il m'a semblé, comme en lisant un roman à la première personne, que toutes ces Noces étaient perçues par les yeux de Suzanne. Une impression que ne produit pas, en principe, l'admiration la plus débridée pour une prestation d'acteur ou de chanteur.

Singulier, vraiment.

Et cette présence dont on ne saurait trancher si elle est habile ou non (mais clairement l'objet d'un travail soutenu) répand sa grâce étrange dans l'ensemble de ses rôles, où sous l'apparence d'un jeu modéré, l'adhésion du spectateur - du moins en ce qui me concerne, je laisse chacun témoigner pour soi - se fait progressivement, quasiment sous forme d'identification. Impressionnant, en réalité.

--

Version chaudement recommandée de l'oeuvre, parue chez Opus Arte.

Pour plus de sujets sur Le Nozze di Figaro, on peut se reporter à la catégorie consacrée à l'opéra classique. On y trouvera en particulier quelques pistes sur l'ordre des numéros à l'acte III (et l'avis des lutins), mais aussi un extrait (pas vraiment significatif, à part pour la beauté des décors et des éclairages) de cette production McVicar, pour illustrer le coup de glotte (mozartien).


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1343

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31