Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

mardi 13 juin 2006

Le théâtre chanté chinois et l'opéra occidental - IV - le drame et sa place

Au delà de ces divergences et convergences sur leur organisation, l’usage même des moyens pas si éloignés de ces deux théâtres mérite commentaire.


Susan Neves dans la mort d'Abigaille.

Suite de la notule.

Déformation [Lakmé]

Une question fondamentale qui m'a toujours chiffonné à l'écoute de Lakmé. Comment Lakmé fait-elle pour parler si bien l'anglais ?


Rappel de l'intrigue en deux mots : Un jeune officier britannique, déjà fiancé, rencontre la fille d'un brahmane en guerre contre les Anglais. Ils s'aiment jusqu'à ce que Gérald la quitte pour rejoindre l'armée. Je vous passe les subtilités qui dépassent mon propos.


La convention permet sans trop de peine d'imaginer que le français est une traduction pour la langue des personnages, ce qui donne au compositeur et au librettiste le pouvoir de présenter un drame compréhensible pour le spectateur ou à tout le moins (lorsqu'il s'agit d'une langue étrangère au public, ou qu'elle est mal prononcée) pour eux.

Mais comment le délicat badinage du couple de jeunes premiers, avec ses préciosités déjà seulement rendues vraisemblables par l'artifice du français, peut-il être crédible dans cette configuration ? Gérald, tout fraîchement arrivé, ne peut parler le dialecte précisément employé par Lakmé. Et inversement, je doute que les filles de brahmanes orthodoxes aient reçu pour première consigne de soigner leur anglais.

Bref, le fondement même de l'argument du livret (le dialogue amoureux, très bavard ici) s'effondre avant d'avoir commencé. J'ai toujours été très perplexe là-dessus. Est-ce une déformation, ou ai-je des semblables qui en souffrent semblablement ? La question est ouverte.


Entendons-nous bien : il ne s'agit pas de lister les invraisemblances lourdes de la littérature théâtrale. Tout est possible avec la convention (résurrection de Castor, invocations des enfers, un roi dans une armoire, chanter ou déclamer à pleins poumons un quart d'heure après avoir été frappé en plein coeur, etc.). Sauf qu'ici, la convention ne donne pas les clefs pour oublier cette invraisemblance, avec une action qui se veut relativement réaliste [1]. Rien n'est prévu pour oublier ce vice de construction.

Notes

[1] Pas de philtre comme par exemple le sang du dragon qui donne le pouvoir à Siegfried de comprendre le chant des oiseaux.

David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(8/2/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juin 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930