Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Feuilleton] Kurtág György, épisode 4 : 'Titres'

György Kurtág se fait naturaliser hongrois en 1948, rattrapant ainsi les hasards de la politique internationale prénatale. Six années après son entrée au Conservatoire, il reçoit ses premiers diplômes : piano et musique de chambre (1951). Il est également diplômé en composition en 1955. Depuis, les postes honorifiques et les récompenses se sont succédés sans relâche à travers l'Europe. Je me suis amusé à les lister.

A notamment été :

  • Répétiteur des solistes de l'orchestre Philharmonique National


  • Professeur de piano et de musique de chambre à l'académie de Budapest


  • Membre de l'Académie des Beaux-Arts de Bavière


  • Membre de l'Académie des Arts de Berlin


  • Publié par EMB (Editions Musica de Budapest), puis par Universal


  • Compositeur à résidence du Philharmonique de Berlin (sous l'ère Abbado, durant deux saisons : 1993-1994 et 1994-1995) : écriture, alors, d'oeuvres pour effectifs plus vastes qu'il n'inclinait habituellement à le faire : Grabstein ('pierre tombale') für Stefan (1993).


  • Compositeur à résidence de la société du Konzerthaus de Vienne


  • En Hongrie : ordre de l'étoile avec la guirlande d'or


  • En France : officier des arts et des lettres


  • Prix de composition musicale du concours Prince Pierre de Monaco (1993)


  • Prix Herder (trois fois) de Hambourg (notamment en 1993)


  • Prix Feltrinell de l'academia dei Lincei, à Rome (1993)


  • Prix de musique Ernst von Siemens à Munich


  • Prix Denis de Rougemont par l'association européenne de festivals


  • Prix Kossuth (deux fois), en Hongrie, la seconde fois pour l'ensemble de son oeuvre



Les décorations ont beau ne rien signifier (non, non, nous ne citerons pas d'exemples), cette reconnaissance unanime semble plutôt significative, surtout pour un compositeur vivant. C'est aussi de ces récompenses que vivent aujourd'hui en partie les compositeurs, et sont également le symptôme d'une présence paneuropéenne du compositeur, malgré son attachement prononcé pour la terre hongroise.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=42

Commentaires

1. Le lundi 12 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

Messiaen aussi possédait toute une ribambelle de décorations en tout genre, sa carte de visite était encore plus longue à lire qu'un téléchargement d'une page html contenant plus de 500 liens :)

2. Le lundi 12 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

Au demeurant, lorsqu'on voit ceux qui sont décorés, compositeurs officiels, ou sous la Coupole, ce ne sont pas nécessairement les meilleurs.

Pas mauvais non plus, attention, qu'on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juin 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930