Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Sélection lutins] Les plus beaux chœurs profanes a cappella


Toujours sur le même modèle que les autres remises des putti d'incarnat : sélection tout à fait subjective, mais qui peut servir à signaler des œuvres assez peu diffusées, et largement dignes d'être fréquentées.

Dans le domaine des chœurs profanes a cappella, les hiérarchies évidentes dans d'autres genres (quelques figures sont bel et bien incontournables dans la symphonie ou le quatuor) s'effacent largement, aussi j'espère qu'il y aura quelques découvertes à faire dans la liste.

Mes excuses par avance pour le nombre élevé d'incontournables (et la liste n'est pas complète, loin s'en faut) : c'est l'un des genres les plus propices à l'excellence qui soient, et les romantiques germaniques et suédois, ainsi que les nordiques du XXe siècle, ont livré une quantité assez effarante de bijoux.

J'y ai conservé quelques titres déjà mentionnés en musique sacrée, mais dont le propos me semble plus esthétique que liturgique.

Deux catégories :
¶ Œuvres originales ;
¶ Transcriptions.

Le classement s'opère par ordre chronologique approximatif (date de naissance des compositeurs).

J'ai volontairement abandonné le madrigal (et d'une manière plus générale le répertoire antérieur à 1800) pour ne pas surcharger une short-list déjà assez étendue (alors qu'incomplète).


1. Œuvres originales

Kuhlau - Majsång (hommes, Voss)
Schubert - O Teures Vaterland (hommes, aus Fierrabras)
Schubert - 3 Quartette D.825
Schubert - Die Nacht D.983
Schubert - Gesang der Geister über den Wassern D.714
Schubert - Der Friede sei mit euch
Lindblad - Längtan till landet (hommes, Sätherberg)
Lindblad - Liten Fågel (hommes, Atterbom)
Mendelssohn - 4 Lieder Op.41
Mendelssohn - 6 Lieder Op.48
Mendelssohn - 6 Lieder Op.50 (hommes, cors)
Mendelssohn - 6 Lieder Op.59
Mendelssohn - 4 Lieder Op.75 (hommes)
Mendelssohn - 6 Lieder Op.88
Mendelssohn - 4 Lieder Op.100
Schumann - Der König von Thule (Goethe)
Schumann - 4 Gesänge Op.59 (Lappe, Platen, Mörike, Rückert)
Schumann - Doppelchörige Gesänge Op.141 (Rückert, Zedlitz, Goethe)
Macfarren - Now the Sun Has Mounted High (in Robin Hood, Oxenford)
Macfarren - It Was a Lover and His Lass (Shakespeare)
Macfarren - Hark, Hark, the Lark (Shakespeare)
Macfarren - Take, O Take Those Lips Away (Shakespeare)
Macfarren - Orpheus with His Lute (Shakespeare)
Josephson - Vårsång (hommes, Grafström)
Josephson - Serenad (hommes, Josephson)
Jahnke (arrangeur) - Vårvindar friska (hommes, Nyberg)
Béen - Majsång (hommes, Runeberg)
Prins Gustaf - Vårsång (hommes, Sätherberg)
Prins Gustaf - Studentsången (hommes, Sätherberg)
Brahms - Dem dunkeln Schoss der heilgen Erde, WoO 20 (Schiller)
Brahms - 4 Gesänge Op.17 (femmes, cors, harpe)
Brahms - 7 Marienlieder Op.22
Brahms - 5 Lieder Op.41 (hommes)
Brahms - 3 Gesänge Op.42
Brahms - 12 Lieder und Romanzen Op.44 (femmes)
Brahms - Volkslieder Op.62
Brahms - 6 Lieder und Romanzen Op. 93a
Brahms - 3 Gesänge Op.104
Brahms - Fest- und Gedenkspruche Op.109
Brahms - 13 Canons Op.113
Tchaïkovski - Liturgie de saint Jean Chrysostome Op.41
Saint-Saëns - 2 Choeurs Op.68
Elgar - As Torrents in Summer (Scenes from the Saga of King Olaf, Op.30)
Elgar - Go, Song of Mine, Op.57
Wolf - 6 Geistliche Lieder (Eichendorff)
Wolf - Grablied (Lenz Lorenzi)
Wolf - An Himmelshöhn die Sterne gehn
R. Strauss - 2 Gesänge Op.34 (Schiller, Rückert)
R. Strauss - Deutsche Motette Op.62 (Rückert)
R. Strauss - 3 Männerchöre, TrV 270 (Rückert)
R. Strauss - Die Göttin im Putzzimmer Op.120 (Rückert)
R. Strauss - An den Baum Daphne (Gregor)
Debussy - 3 Chansons de Charles d'Orléans
Palm - Under rönn och syrén (hommes, Topelius)
Sibelius - 6 Choeurs Op.18 (Lönnrot / Kivi)
Nielsen - Aftenstemning (hommes, Claudius)
Nielsen - De gamle (hommes, Bernsten)
Kuula - 7 Choeurs Op.11
Alfvén - Glädjens blomster (hommes, trad. de Gotland)
Alfvén - Uti vår hage (hommes, trad. de Gotland)
Alfvén - Aftonen (hommes, Sätherberg)
Reger - 8 Geistliche Gesänge Op.138
Schönberg - Friede auf Erden Op.13
Ravel - Trois chansons (Ravel)
Schreker - Auf dem Gottesacker
Schreker - Schlehenblüte (hommes)
Webern - Entflieht auf leichte Kähnen (S. George)
Toch - Fugue de la Géographie
Wikander - Kung Liljekonvalje (hommes, Fröding)
O. Lindberg - Stjärntandningen (hommes, Heidenstam)
Håkanson - 4 Madrigaux Op.36
Lourié - Dans le sanctuaire d'un rêve doré, 3 chœoeurs (Akhmatova)
Hindemith - 6 Chansons en français (Rilke)
Poulenc - Figure humaine (Eluard)
Poulenc - Chanson à boire (trad.)
Egk - Trois poèmes de Charles d'Orléans tirés du ballet Joan von Zarissa
Françaix - 3 Poèmes de Paul Valéry
S.-E. Johanson - Psaltare och lyra (Karlfeldt)
Lidholm - Trois Chants arrangés pour choeur ("Saga", "Jungfrulin", "Madonnans vaggvisa")
Hervelius - Sången om våren (hommes, Törnlund)
Kalniņš - Mostieties, stabules un kokles (Psaume, femmes)
Xenakis - À Hélène (Euripide, femmes)
Rautavaara - Sommarnatten (Knape)
Tormis - Muistse mere laulud / Chants de l'ancienne mer (trad.)
Tormis - Incantatio maris aestuosi
Tormis - Chansons lettonnes à bourdon / Latvian Burdon Songs
Nørholm - Offer Op.34
Tôn-Thất - Les Sourires de Bouddha (à vingt voix)
Pärt - Morning Star
S.-D. Sandström - Etude n°4 comme en mi mineur (Berggren)
Hansson - Som när handen
J. Sandström - 2 poèmes de Harry Martinson (en suédois)
Vasks - 3 poèmes de Czesław Miłosz
Vasks - Zīles ziņa (Bērziņš)
Maskats - Jāņu dziesma (avec percussions, trad.)
Puce - Gaismeņa ausa (avec percussions, trad.)
Dubra - Prélude pour choeur (femmes)
Dubra - Bērna lūgšana (femmes)
Hillborg - Muoayiyoum
Ešenvalds - A Drop in the Ocean (François d'Assise)
Dzenītis - 4 Madrigals by E.E. Cummings
Zaļupe - Two Rain Forest Songs (femmes)

Plusieurs remarques sur cette liste :

¶ Elle mélange des pièces de natures très différentes, allant du quasi-folklore (beaucoup d'arrangements de thèmes populaires ou devenus tels, chez les Suédois du XIXe) à l'expérimentation sonore brute. Si vous recherchez un style précis, n'hésitez pas à poser la question dans les commentaires ; la liste est là parce que je ne peux pas, matériellement, écrire une introduction pour chacune de ces œuvres, mais il est tout à fait possible d'aménager des bouquets ou de préciser le caractère de telle ou telle œuvre.
¶ Contrairement aux listes dédiées à la musique instrumentale, un certain nombre d'œuvres ne sont pas disponibles au disque. Je les laisse néanmoins, au cas où elles le deviendraient ou seraient jouées près de chez vous.
¶ J'ai bien conscience du grand nombre de cycles très vivement recommandés (en gras), référez-vous à la micro-sélection en fin de notule.
¶ Certains grands noms ou certaines grandes pièces n'y figurent pas (chez Peterson-Berger, Stenhammar, Poulenc, Barber, Ligeti, etc.), il faut bien faire des choix. Arbitraires pour arbitraires, ils sont indexés sur mon propre goût, tout simplement.
¶ Je concocte cette liste depuis plusieurs mois, mais je n'ai pas fini de retrouver les pièces les plus marquantes chez Schubert, Liszt, Sibelius, Kuula, Palmgren, Genetz, Lechner, Nystedt, Křenek, Warlock, Britten, Tippett, Lutosławski, Henze, Górecki, Pärt et pas mal de suédois, victoriens et russes, notamment. Elle n'est donc certainement pas équilibrée ou achevée, et sera amenée à s'étoffer plus considérablement que les autres.

2. Transcriptions :

Grand admirateur de Gottwald, comme vous pouvez le voir. Auteur d'arrangements très riches et contrapuntiques, dans un style assez straussien. Et qui a le mérite d'être assez couramment enregistré... ce qui donne le luxe de sélectionner ses meilleures réalisations.

Berlioz / Gottwald - Sur les lagunes (Gautier)
Schumann / Gottwald - Waldesgespräch Op.39 n°3 (Eichendorff)
Schumann / Gottwald - Mondnacht Op.39 n°5 (Eichendorff)
Schumann / Gottwald - Wehmut Op.39 n°9 (Eichendorff)
Schumann / Gottwald - Die Rose, die Lilie Op.48 n°3 (Heine)
Chopin / Krawczyk - Lulajże Jezuniu sur le largo de la Sonate n°3 (noël traditionnel)
Wagner / Gottwald - Im Treibhaus pour choeur à 16 voix (Wesendonck)
Wagner / Gottwald - Träume pour choeur à 16 voix (Wesendonck)
Wagner / Gottwald - Liebestod
Mahler / Gottwald - Urlicht (Des Knaben Wunderhorn)
Mahler / Gottwald - Um Mitternacht pour choeur à 16 voix (Rückert)
Mahler / Gottwald - Ich bin der Welt abbhanden gekommen pour choeur à 16 voix (Rückert)
Mahler / Pesson - Kein deutscher Himmel, adagio de la Cinquième Symphonie
Debussy / Gottwald - Il pleure dans mon coeur (Verlaine)
Ravel / Pesson - La Flûte Enchantée (Klingsor)
Ravel / Pesson - L'Indifférent (Klingsor)
Ravel / Gottwald - Soupir (Mallarmé)
Alfvén / Bexelius - Saa tag mit hjerte (baryton et hommes, Ditlevsen)
Schindler / Gottwald - Die stille Stadt 1910 n°1 (Dehmel)
Schindler / Gottwald - Laue Sommernacht 1910 n°3 (Dehmel)
Schindler / Gottwald - Bei dir ist es traut 1910 n°4 (Dehmel)
Berg / Gottwald - Die Nachtigall (Storm)
Webern / Gottwald - 7 Frühe-Lieder

Franchement, quel bonheur d'entendre Eichendorff, Alma Schindler-Mahler, les Shéhérazade, les Rückert arrangés pour la plasticité infinie des meilleurs chœurs de chambre internationaux...

3. Micro-sélection:

S'il ne fallait en conserver qu'un tout petit nombre :

¶ Les folkloriques : Längtan till landet de Lindblad, Vårvindar friska par Jahnke, Mostieties, stabules un kokles de Kalniņš
¶ Les poétiques : Schubert (D.825), Mendelssohn (Op. 48 et 59), Brahms (Op.17, Op.41, Op.62, mais aussi Op.22 et Op.109)
¶ Les dramatiques : O Teures Vaterland de Schubert, Now the Sun Has Mounted High de Macfarren
¶ Les virtuoses : R. Strauss (Op. 34 et 62), Egk (Orléans), Zaļupe (Rain Forest)
¶ Les fresques : Reger (Op.138), Lourié (Akhmatova), Tôn-Thất (Bouddha)
¶ Les expérimentations : Toch (Géographie), Hillborg (Muoayiyoum), Vasks (Miłosz)

Bonnes découvertes à vous ! Et n'hésitez pas, bien sûr, à partager vos propres trouvailles.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2347

Commentaires

1. Le mercredi 6 novembre 2013 à , par Palimpseste

Bonjour David,

Une liste qui touche un domaine que je connais très mal mais qui m'intéresse beaucoup.

Comme tu le dis, il s'agit d'une sélection personnelle donc j'y ajoute d'emblée LA pièce qui manque à mes yeux: Lux Aeterna de Ligeti, une des pièces les plus fascinantes du XXème siècle à mon avis.

Pour le peu que je connais, je recommande aussi le Rautavaara que tu retiens: Sommarnatten, une belle vignette évocatrice, parfaitement en phase avec son sujet.

Pour le reste, je me pencherais volontiers sur les Brahms. J'avais fait l'impasse, cuisante erreur, sur son piano jusqu'à récemment, il n'est pas exclu que des surprises aussi merveilleuses m'attendent avec ses choeurs à cappella.

Après, un peu pêle-mêle, je jetterai une oreille aux Schubert, Schumann, Debussy, Ravel et pourquoi pas Sibelius, Tchaïkovsky, Hindemith voire même Xenakis (si c'est plus supportable que Nuits).

2. Le mercredi 6 novembre 2013 à , par DavidLeMarrec

Bonjour !

Oui, Lux Æterna est un grand jalon du XXe siècle – si tu aimes ça, essaie la pièce en glossolalies d'Anders Hillborg, très impressionnante également, un univers mouvant à peine humain. Et puis les Sourires de Bouddha de Tôn-Thất Tiêt (beaucoup plus apaisé, mais très luxuriant), et, dans le domaine tonal, les chœurs de Strauss, particulièrement virtuoses dans les entrelacs contrapuntiques.
Sinon, chez Ligeti, les Hölderlin ne sont pas mal non plus.

L'œuvre a cappella de Brahms est à mon sens plus uniformément enthousiasmante que son piano, mais c'est peut-être encore une histoire d'inclination personnelle. En tout cas, il est clairement celui, avec Mendelssohn, qui magnifie avec le plus d'évidence la tradition romantique germanique a cappella. Tu as forcément entendu certains hits comme la Grotte de Fingal dans les chants pour chœur féminin à trois voix, deux cors et harpe. Parmi les pièces très marquantes, il y a Von alten Liebesliedern Op.62 n°2 et Waldesnacht Op.62 n°3.
Un peu comme sa musique de chambre, un secteur où son excellence ne rencontre pas beaucoup d'exceptions. Sa musique sacrée a cappella est à mon sens moins personnelle et moins marquante, mais tout y est beau et s'écoute très bien.

Le Xenakis est totalement consonant, ça a été une grosse surprise pour moi : volonté d'évocation archaïsante pas forcément réussie sur le concept, mais belle à entendre.

3. Le samedi 9 novembre 2013 à , par Palimpseste

Alors, Hillborg - Muoayiyoum. Pas mal du tout en effet. Dès les premières secondes, j'ai compris pourquoi tu me l'avais conseillé dans la foulée du Ligeti: de longues tenues étranges mais moins dissonantes que chez le hongrois. J'avais un peu peur d'avoir affaire à une redite en moins bien mais ça part heureusement dans une autre direction. Le discours se pulvérise pour ainsi dire et se mue en des youyous rapides qui se chevauchent et entrent en interférence. On est pas loin de Desert Music de Reich mais c'est mieux. En tout cas, c'est plus mon univers.

Ne craignant pas le grand écart (je fus très souple dans ma jeunesse), j'ai enchainé sur les Brahms de l'opus 62. Impression de découvrir un nouveau compositeur, c'est étonnant. Première constatation: c'est un peu archaïsant. Le matériel est original ou sont-ce des harmonisations de mélodies existantes? Par ailleurs, on situe toujours Brahms dans la lignée de Beethoven mais là, c'est souvent à Bach que j'ai songé. Une première sélection: 1 Rosmarin - 3 Waldesnacht - 4 Dein Herzlein mild - 6 Es geht ein Wehen.

4. Le lundi 11 novembre 2013 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Palimpseste !

Oui, le principe est le même, l'explosion a-verbale dissonante (ce doit être horrible à mettre en place, question justesse), mais Hillborg se dirige davantage vers un poudroiement scintillant qui fait perdre de vue le temps et les hauteurs, alors que Ligeti demeure dans le chuchotement contrapuntique asphyxiant. Deux caractères sonores très différents. Un petit côté minimaliste, avec ces transformations lentes, comme tu le relèves justement.

Les œuvres a cappella sont intéressantes parce qu'elles révèlent souvent un univers sonore différent, et Brahms est loin d'être le plus spectaculaire en la matière. Oui, il y a bien un côté archaïsant dans l'opus 62, puisqu'il met en musique Arnim & Brentano et Heyse – sources folkloriques pour les uns, prétention folklorique pour l'autre. Il le revendiquait, il écrivait ceci à Clara Schumann : « Le lied fait maintenant fausse route, à tel point que l’on est obligé de se tenir fermement à un idéal. Et pour moi, cet idéal, c’est la chanson populaire. » Ce qui explique que cette part de sa production (aussi bien le lied avec piano que le lied « collectif » pour chœur) soit plus sommaire que le reste, moins dans le développement de ce qu'avait fait Schumann que dans la redite de ce que faisait Mendelssohn.

Difficile à dire pour les thèmes, il faisait déjà comme Bartók : adaptation de thèmes existants, écriture de nouveaux thèmes dans l'esprit du folklore, ou création de son propre type de folklore. « In stiller Nacht » est par exemple une harmonisation de thème préexistant. Pour l'opus 62, je parierais globalement sur les thèmes originaux, puisque les poèmes de Heyse sont des créations nouvelles, et qu'on n'a pas gardé l'essentiel des musiques du Wunderhorn. Mais il a pu aussi reprendre des mélodies entendues dans d'autres chansons, pourquoi pas, donc je ne puis en être tout à fait certain non plus.

J'ai essayé de regarder un peu ce que je trouvais (c'est pourquoi je t'ai fait un peu attendre), mais ce cycle étant loin de concentrer un grand nombre de notices, je n'ai à peu près rien trouvé de détaillé sur le sujet... et en tout cas pas de réponse à ta question.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930