Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Pourquoi l'alto a-t-il mauvaise réputation ?

Tiré du même enregistrement, à une minute d'intervalle.

Les violons :


Les alti :


--

Comme première explication, il y a bien la nature de l'altiste, telle que perpétuée dans les impérissables (et mémorables) blagues d'altistes, qui constituent désormais un genre à part, aux côtés de la tragédie classique et du panégyrique néodadaïste.

La seconde est celle, historique, de la constitution des classes d'alto, qui du fait de l'absence de répertoire soliste et en raison des parties sensiblement plus simples dans les orchestres, se remplissaient de violonistes de niveau inférieur.

Et ici, la netteté de l'articulation des violons (malgré leur son sec typique des orchestres de radio de l'époque, et plus spécifiquement français) contraste fortement avec la petite phrase simple des alti, complètement fausse.

La preuve qu'il y a un joli fondement de vérité à cette vannerie cruelle.

--

Les extraits sont tirés de l'enregistrement du Pré aux Clercs de Ferdinand Hérold par Robert Benedetti (CD Gaîté-Lyrique épuisé). Avec notamment Berthe Monmart, Claudine Collart, Camille Maurane et Lucien Lovano. [Pour retrouver Ferdinand Hérold sur CSS : code ferdinandherold.]

Disclaimer : Il va de soi que ce qui était vrai dans pour l'Orchestre Radio-Lyrique en 1959 n'est plus exact aujourd'hui. Mais c'est drôle quand même.


N.B. : Les protestations syndicales sont à regrouper à cette adresse.

--

--

Annexe

Et comme vous avez été sages, en voici une que je traduis de l'anglais (deuxième site cité) :

L'orchestre s'accorde en coulisses lorsque soudain le chef, pris de malaise, est conduit en toute hâte à l'hôpital. Le programme de la soirée était uniquement constitué de pièces très périlleuses de Berg. Pas un chef de disponible dans un délai aussi bref, et le manager a tout a fait perdu l'esprit - il ne reste plus qu'à renvoyer le public dans ses foyers.
Soudain, il se souvient que l'un des altistes a écrit, dans ses années d'étudiant, une thèse sur Berg. Au désespoir, il le supplie d'accepter de diriger le concert. L'altiste lui répond en toute franchise qu'il n'a jamais rien dirigé de sa vie, mais accepte de tenter l'aventure.

Bref, le voilà à diriger. L'orchestre se sauve du mauvais pas, et le public est terriblement enthousiaste - assurant une délirante ovation au chef remplaçant, trépignant, hurlant debout son admiration.

A la répétition du lendemain, son voisin de siège vient le trouver.
« Hé, vieux, où t’étais passé hier ? On a donné un concert exceptionnel ! »


Original :

The orchestra is warming up backstage when suddenly the conductor is taken ill and rushed to the hospital. The scheduled program was to be all very difficult Berg pieces. No conductors are available on this short notice and the orchestra manager is at his wit's end since the alternative is to send the audience home. Suddenly he remembers that one of the viola players did a thesis on Berg in college. Desperate, he asks the man if he would be willing to conduct the program. The violist tells him frankly that he has never conducted before, but is willing to give it a try.

Sparing the details, he conducts; The orchestra comes through in the clutch, and the audience is wildly appreciative - giving the substitute conductor a long standing ovation.

The next morning, at rehearsal, the violist's stand mate turns to him and asks, "Hey ... where were you last night? We had a great concert."


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1114

Commentaires

1. Le vendredi 16 janvier 2009 à , par vartan

De la même façon, pourrais-tu nous parler de la réputation des cornistes, s'il te plaît ? :-)

2. Le vendredi 16 janvier 2009 à , par Morloch

C'est joli ces chromatismes chez Herold.

3. Le vendredi 16 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Oui, Morloch, c'est un peu comme les portamenti dans Mozart avec Mlle R***, ça change.

Sinon, Vartan, je crois que risquer sa vie une fois par semaine, ça suffit. D'autant que les cornistes ont déjà essayé de me faire la peau (ils ont perdu naturellement). Et que le meilleur d'entre eux est un peu coupé du monde.

4. Le samedi 17 janvier 2009 à , par lou :: site

La battle qui tue !
Voter ou ne pas voter ?
J'écoute le cd depuis quelques jours, je suis perplexe.
Pour le soliste instrumental, comme je regarde toujours avant d'écouter, mon choix est fait, d'autant mieux (moi aussi, David, je prends des risques) que si la trompette est brillante, elle fait un peu mal aux yeux et que le violoncelle susurre - on notera que je n'ai pas donné mon choix !
Pour l'artiste lyrique, la soprano, c'est non (obsédé mais objectif). Le ténor, il chante fort, oui, est-ce qu'il ne trémole pas en équilibre instable, de temps en temps ? La basse n'a pas choisi un répertoire original, les autres non plus, mais il sied d'accueillir les exclus de la poutine et puis, lui, ne passe-t-il pas bientôt à Bordeaux , dans Tosca ?
David, tes conseils éclairés te vaudront des arpèges d'indulgence.

5. Le samedi 17 janvier 2009 à , par lou

CSS a mis tout le commentaire en lien, trop fort CSS, j'le kiffe :::)))

6. Le samedi 17 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Merci pour ces commentaires détaillés et, effectivement, objectifs (surtout pour les instrumentistes).

Très honnêtement, personne ne m'a transporté. J'avais prévu d'en parler, mais à part la bonne idée de jouer la sonate de Schumann pour l'altiste que tu as appréciée, je n'ai été séduit par rien en particulier. Contraste avec l'année passée où les six nommés étaient remarquables.

7. Le samedi 17 janvier 2009 à , par lou :: site

Lou "objectif" ! je viens lire ça alors que j'ai en plan les NRJ M A à la télé !
Eh bien, tu l'auras voulu ! seule Lise m'a vraiment accroché à la première écoute et elle joue de l'alto debout.
Yuri Kissin, tu l'entendras peut-être si tu es abonné à l'Opéra de Bordeaux, tu nous diras. On peut chipoter, quand on a LA voix de Lou, mais je l'imagine bien sur scène, aujourd'hui il faut être comédien, sans simagrées à la manière d'un ténor, et la voix me plaît.
Toute manière, j'avais déjà voté :)))

8. Le samedi 17 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Je ne suis pas sûr de me déplacer pour Tosca (même si les deux distributions sont réellement excellentes !), j'ai trop écouté l'oeuvre, je crois que je trouveras le temps long. Si j'ai de bons échos, peut-être.

En revanche Vartan y va, il nous racontera.

(Oui, bien sûr que tu es objectif : la preuve, tu dis du bien des lutins et du mal de personne. Sauf NeuveOrangeLibreTélécom, peut-être.)

9. Le mercredi 28 janvier 2015 à , par Rémi

Moi je trouve cette ligne d'alto plutôt agréable. Certes c'est faux, mais ça donne une impression de flottement. Et puis tout le pupitre n'est pas à blâmer, il n'y a peut-être qu'un ou deux altistes coupables. (Ou alors je suis trop candide.)

10. Le mercredi 28 janvier 2015 à , par DavidLeMarrec

Oui, cette ligne est très bien écrite. L'impression de flottement est donnée par le rythme, qui évoque remarquablement la poussée d'une rame seule sur une barque ou une barge. Si ça sonne si bien, c'est assez involontairement de la part des altistes. :)

[Incidemment, même si on ne relègue plus les mauvais violonistes dans les classes d'alto comme il y a cinquante ans, les altistes sont généralement les moins virtuoses et les plus faux dans les quatuors amateurs que j'ai entendus. Probablement aussi parce que l'instrument est plus physique (je trouve ça beaucoup plus dur à faire sonner qu'un violon).]

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(16/1/2013)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031