Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Enregistrements, domaine public - XXVII - Antonín DVOŘÁK, Concerto pour violoncelle (Leonard Rose, Artur Rodziński, NYPO)

CSS imagine à présent qu'ayant digéré l'ensemble des oeuvres de Mahler et Wagner proposées à l'écoute, on trouvera nos lecteurs tout disposés à souffrir quelques nouvelles friandises.

--

Le concerto pour violoncelle de Dvořák représente un petit bijou rhapsodique, dont les mérites sont bien connus, pilier incontournable du répertoire de l'instrument.

Des thématiques folkloriques s'y enfilent, s'y prolongent, tout à tour sur le mode lyrique, le mode dansant, le mode élégiaque.

De ce point de vue, le premier et le troisième mouvement semblent se répondre - ce dernier semblant un écho animé et dansant de l'esprit plus mélancoliquement contemplatif d'un premier mouvement comme abîmé dans la contemplation de paysages démesurés et inviolés.

La richesse de la section initiale est sans doute supérieure aux deux autres, par sa variété de ton, qui produit avec un sens stupéfiant de la transition les mutations du thème, exposé sans ostentation au travers d'un grand nombre d'affects différents. On ne s'étend pas sur le dernier mouvement qui est son pendant évident, en légèrement plus bref (hélas) et plus vif.
Le deuxième mouvement se montre, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, d'une grande pudeur de ton, malgré les épanchements écrits. Son discours si modeste semblerait même, lors de l'écoute rapide, étonnamment discret, presque insaisissable thématiquement - ce que l'écoute attentive dément vigoureusement, bien entendu. Sans doute sera-ce en raison du partage très généreux avec l'orchestre - le soliste s'y trouve constamment soutenu par des contrechants très audibles, notamment aux bois. Ou peut-être également par contraste avec l'expansivité exceptionnelle des deux autres parties - ce qui semblerait un mouvement lent éloquent ou émouvant dans un autre concerto pourrait alors paraître dans celui-ci comme doté d'une honnête réserve.

Chef-d'oeuvre, donc. Que les lutins de CSS livreront ainsi avant Noël.

--

D'un point de vue technique, l'oeuvre présente de grandes difficultés ; outre la grande virtuosité qu'on devine très vite à l'agilité des traits, ce concerto réclame plusieurs vertus essentielles, comme la beauté de l'aigu, la qualité du legato [1] (avec de pair, d'un point de vue stylistique, la pertinence des détachés) ou la projection du son. Bien entendu, un sens de la danse aiguisé n'est pas superflu - ainsi, les meilleurs interprètes des suites de Bach pourront se tirer avec succès de l'exercice.

Les écueils qu'on rencontre régulièrement dans la discographie sont donc, fort logiquement :

  • chez le soliste, un aigu parfois tiré, ou terriblement sec, ou trop peu sonore (souvent happé par la richesse orchestrale) ;
  • un traitement trop « germanique » de cette écriture, qui peut devenir opaque à force de fondu et pesante à force d'exactitude métronomique.

Le contre-exemple type de ce qu'on peut faire dans ce concerto se trouvera par exemple chez Decroos / Zinman (vinyle EMI), avec une masse un peu hédoniste et paresseuse côté orchestre (prélude splendide au demeurant), et un peu d'esprit de sérieux chez le soliste.

Nos références sont plutôt à chercher du côté de Queyras pour l'invention, ou de Fournier / Szell pour le superbe lyrisme élégiaque. Et, en dehors du disque, pour le Symphonique de Prague avec Gaetano Delogu en 1997 - le son corsé et ample, la présence des bois, la clarté de l'ensemble, la souplesse du mouvement de danse... en somme les qualités bien connues des orchestres pragois. [2]

--

La version proposée par CSS réunit donc, le 7 janvier 1945 au Carnegie Hall de New York :

  • Leonard Rose au violoncelle ;
  • le Philharmonique de la même ville ;
  • Artur Rodziński comme chef.

La voici sur nos serveurs.

Version très séduisante et réussie. Leonard Rose ne s'y montre pas aussi discret que dans ses collaborations en musique de chambre avec Stern et Istomin, où le violoncelle est structurellement désavantagé et où le son doux de Rose peine souvent à dominer. Ici, le son s'épanouit pleinement, sans être couvert par l'orchestre, et l'aigu se montre d'une sûreté irréprochable.
Côté interprétation, c'est le choix d'une lecture qui privilégie le lyrisme, avec un legato très développé, très enveloppant - mais avec des phrasés très déterminés cependant. Un panache très admirable aussi dans l'abord des difficultés.

Bien que la restauration de très bonne qualité autorise une audition tout à fait confortable, le son de l'orchestre reste un peu dur et compact, il faut bien le reconnaître - le niveau de qualité sonore se révèle assez comparable aux enregistrements américains de Toscanini : clairs, mais un peu raides.
Rodziński y met toujours en valeur les qualités qu'on lui connaît [3], pour une lecture cursive, très allante. Si le détail de l'orchestre n'est pas toujours sensible, on ne peut guère en imputer la faute qu'à la prise de son.

En somme, une véritable réussite d'une oeuvre majeure parmi les concertos, que CSS se félicite d'être autorisé à placer à disposition.

--

CSS dispose également, côté libre de droits, de la version Tortelier / Ackermann de 1948. [Le son y est plus sec, le propos âpre, sans concession. Une version qui reflète une esthétique qu'on ne chercherait plus de cette façon aujourd'hui.] Si d'aventure un lecteur se trouve intéressé, on peut la proposer aussi.

Notes

[1] C'est-à-dire du caractère lié des phrasés.

[2] A ce propos, il faut absolument entendre le son de l'Orchestre du Théâtre National de Prague, qui a largement progressé depuis les années cinquante et hérité du son magique de la radio tchèque.

[3] Pour cela, il faut goûter les élans constants, les bois, la légèreté du ton de son Tannhäuser, de son Tristan und Isolde, de son Elektra.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=802

Commentaires

1. Le jeudi 20 décembre 2007 à , par sk†ns

###

2. Le lundi 3 septembre 2012 à , par Martin

Un grand merci David d'avoir laissé à disposition ce petit trésor !

3. Le lundi 3 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

C'est un plaisir !

Je crois avoir laissé transparaître mon goût pour cette version, elle touche vraiment par d'autres voies que l'emphase (habituelle dans cette pièce).

Bonne soirée !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(22/1/2007)

Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31