Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

moi aussi

Je déconseille fortement la lecture de ce billet, qui doit contenir beaucoup de bêtises. C'est juste pour m'amuser à réfléchir à la question, puisque mes députés ne le font pas.

Sur le projet de loi DADVSI, je n'ai pas de compétences, je n'ai pas d'avis, mais je m'émerveille.

Je m'émerveille de la candeur de notre gouvernement, de nos députés, de nos journalistes, des commentateurs en général.

Chronologiquement :

  • Version gouvernementale. Pour lutter contre le téléchargement sans rémunération, il suffit de brider tous les logiciels existants, c'est bien plus simple, bien moins coûteux, bien moins injuste. Et naturellement, puisque c'est interdit, les pirates n'oseront jamais transgresser la loi. Bien sûr. La dépendance aux formats propriétaires, les dommages collatéraux sur les usagers de bonne foi, le délit de bricolage ne sont que des questions secondaires.
  • Version journalistique I. Apathique. Reprise de communiqués. Le gouvernement se hâte de transposer la directive de 2002, pour lutter contre les pirates.
  • Version parlementaire. Pour éviter ça, une seule solution : la licence globale. Moyennant une taxe (déjà payée en partie par les CDs vierges, mais ça, il faudra s'asseoir dessus), le malhonnête internaute pourra continuer à télécharger, ce sera légal. Et l'honnête internaute à ne pas télécharger, pour le même surcoût, c'est légal aussi. Comment seront répartis les droits ? Eh bien, on ne va pas faire de détail, on va calquer ça sur les ventes de disques. Comme ça, on est sûr que ceux qui seront rémunérés seront ceux qui n'en ont pas besoin.
  • Version journalistique II. Les valeureux parlementaires, au risque de leur vie, on lutté contre cette loi inique pour proposer la solution à tous nos problèmes, la licence globale. Les innocents enfants seront sauvés, les auteurs rémunérés, personne n'y avait pensé avant, ô pure émotillon.


Pas très rassurant, tout ça... Personne ne regarde le problème de fond, et tout le monde s'arc-boute sur la position la plus jolie (je veux dire celle qui aide leur communication). Quant aux cris d'orfraie sur le logiciel libre, il est heureux qu'ils soient poussés, mais la loi ne pénalise pas les systèmes ouverts, tant qu'il y a bridage et qu'il n'y a pas de manuel pour débrider ni de volonté de le faire. Le code source ouvert n'est pas interdit, il me semble.

Je vois solutions :

  • Tout capote, on reste en l'état, la France paie une amende, l'industrie du disque jette l'éponge sur les secteurs les moins juteux, on fait quelques condamnations pour l'exemple, plus ou moins bien choisies. Ce n'est pas forcément la plus mauvaise solution.
  • On adopte un projet similaire à celui du gouvernement. Dépense énorme pour adapter tous les matériels. Impossibilité de changer de matériel sans changer de disques. Chute ou des ventes de matériel, ou des ventes de disques. Dommages collatéraux possibles, phagocytage par les logiciels propriétaires. Eventuellement surveillance attentatoire à la vie privée.
  • On adopte un projet similaire à celui du Parlement. Tout le monde paie encore, même les innocents. Mais la légalité n'est pas internationale, qu'advient-il alors avec les poursuites de la RIAA ? Et surtout, il faut se poser d'abord la question de l'équilibre du marché. Quel intérêt de faire des nouveautés ou des rééditions, surtout dans les secteurs les moins fréquentés, si la rémunération est globale et non à la quantité ? Le forfait est-il assez ? Trop ? Qui décidera de son évolution ? Quelle sera la possibilité de recours ? Autant de questions graves qui n'ont pas été abordées à ma connaissance.
  • On trouve une autre solution. Laquelle ? Eh, il ne faut pas pousser ! Je fais le travail de réflexion à la place des députés, je ne vais pas non plus faire des études à la place d'Universal et la Sacem, qui feraient mieux de systématiser la répression ou de cogiter sérieusement à réformer leurs modèles économiques, au lieu de geindre.


C'était le billet-détente, absolument inutile, du jour. Merci à vous de ne pas l'avoir lu.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=120

Commentaires

1. Le samedi 24 décembre 2005 à , par Inactuel :: site

Si si très utile.
J'ai bien peur que tout cela ne concerne guère l'amateur de musique (sous entendu "musique classique", comme il faut maintenant le préciser) mais, plus surement, l'amateur de chansonettes et de rengaines contemporaines (Obispo, Zazie, Jooohnny, Madonna, U2 - exemples qui me viennent à l'esprit le plus rapidement).
J'avoue ne pas m'être penché sur la question mais il m'apparait difficile de trouver en "peer-to-peer" quoique ce soit de musique savante du monde occidentale du XVe siècle (mettons).
Pour nous autres, vieux fossiles d'un monde qui s'éteint, l'achat du CD (le dialogue avec le disquaire, s'il existe encore), le concert, l'enregistrement historique entendu à la radio seront toujours un plus, des petites perles qu'aucun fichier mp3 du monde ne viendra remplacer (surtout pas avec la moitié du spectre audible disparu dans la belle "compression numérique".

Joyeuses fêtes
D.

2. Le samedi 24 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

Très heureux si ce fut imprévisiblement utile - ce n'était vraiment pas gagné...

J'ai bien peur que tout cela ne concerne guère l'amateur de musique (sous entendu "musique classique", comme il faut maintenant le préciser) mais, plus surement, l'amateur de chansonettes et de rengaines contemporaines (Obispo, Zazie, Jooohnny, Madonna, U2 - exemples qui me viennent à l'esprit le plus rapidement).

Allons, ne soyons pas si sectaires. ;) Ces musiques ne répondent pas au même type d'attente, c'est tout. Ce ne sont pas des musiques à explorer, mais des générateurs d'ambiance. Pourquoi pas.

J'avoue ne pas m'être penché sur la question mais il m'apparait difficile de trouver en "peer-to-peer" quoique ce soit de musique savante du monde occidentale du XVe siècle (mettons).

Détrompez-vous, non seulement il y a, mais il y a une offre très riche. J'y ai moi-même recours lorsque les minidiscs que j'utilise pour capter les oeuvres qui m'intéressent sur France Musiques tombent en panne après deux écoutes, ce qui arrive très fréquemment. Je récupère ainsi le concert que j'avais capté, par un autre biais. (Concert qu'il faut stocker sur un disque vierge taxé, en plus du MD définitivement défectueux, soit dit en passant.)
On y rencontre plus des collectionneurs fous de pirates de concert que des échanges sauvages d'enregistrements commerciaux, mais il y a aussi...

Pour nous autres, vieux fossiles d'un monde qui s'éteint, l'achat du CD (le dialogue avec le disquaire, s'il existe encore), le concert, l'enregistrement historique entendu à la radio seront toujours un plus, des petites perles qu'aucun fichier mp3 du monde ne viendra remplacer (surtout pas avec la moitié du spectre audible disparu dans la belle "compression numérique".

Ce monde n'est pas si près de s'éteindre que ça, il y a de la relève. La musique dite classique et le concert ont encore de beaux jours devant eux. Mais pour le CD, c'est sûr... La généralisation du format mp3 est préoccupante en effet, alors qu'il existe des formats de compression sans perte (ape, flac), certes plus lourds, mais incomparablement plus satisfaisants.
Au demeurant, si c'est bien fait, ce peut être très intéressant ; par exemple d'avoir un opéra (ou un quatuor de Feldman...) sans changer de disque. Avec de tels formats, on pourrait même vendre de la musique avec moins de perte que sur un CD ou un DVD audio, voire moins que sur un SACD. Mais il faut s'en donner la peine...
Pour ma part, le format a peu d'importance, j'apprécie même un mp3 moyen, pourvu que le contenu soit une découverte intéressante.


Merci, et excellentes festivités à vous aussi !

David

3. Le lundi 26 décembre 2005 à , par Inactuel :: site

Générateur d'ambiance ? oui, c'est tout à fait cela. Alors je dis, vive le mp3 dans les supermarchés et les ascenceurs !
Bon, vous m'apprenez qu'il est possible de dénicher de petits trésors en "peer-to-peer". Je me suis donc lourdement trompé. A propos du MD, ce n'est pas gagné non plus pour le CD (et je ne parle du CD-RW !) question fiabilité et pérenité (sauf les pressés.
J'ai oublié son nom, mais je crois qu'il existe un logiciel (plus ou moins à acheter) qui permet de capturer les flux musicaux véhiculer sur le net même si ceux-ci ne sont pas directement enregistrables (par exemple, les rediffusions de France Culture).
DVD Audio, SACD, j'ai bien peur que le démarrage soit assez lent. Pour ma part, j'ai un lecteur SACD et même en "2 canaux", la piste SACD rend bien mieux que la piste CD Audio. Ceci dit, il n'est pas à exclure que l'effet de masse (regardez ce qui se passe avec l'amplification numérique, où vous trouvez du 7*100 watts dans un appareil mince comme du papier à cigarette avec, à la sortie, un son sans nuance et sec comme du vieux pain) tue la recherche de qualité sauf dans le haut de gamme...
On verra.
D.

4. Le lundi 26 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

"Générateur d'ambiance ? oui, c'est tout à fait cela. Alors je dis, vive le mp3 dans les supermarchés et les ascenceurs !"

Vous oubliez les boîtes de nuit, les automobiles, et même chez soi. Si, si. Remarquez, il est imaginable qu'après une journée harrassante, tout le monde n'ait pas envie de profiter des délices de Ferneyhough.

Pour tout dire, j'ai beaucoup plus de défiance envers ce que l'on appelle la bonne chanson française, parce qu'il est interdit de la critiquer, ou tout bonnement de ne pas l'aimer. Tout en revendiquant une simplicité maximale, il y a là une forme de certificat de bon goût. Forcément, le classique, on se dit que "tout le monde ne peut pas accéder à une forme supérieure d'art". Mais ne pas aimer la chanson française, c'est forcément du snobisme, les textes écrits par Brassens sont géniaux de poésie pure, etc. Ce double langage me gêne beaucoup, surtout que je ne suis absolument pas convaincu du génie littéraire de ces textes, et que je ne peux pas le dire. (en fait, je le dis là, parce que je suis "chez moi", mais c'est une forme de coming out)

Et puis il y a aussi une forme intolérance d'écoute prestigieuse à dépense d'effort minimale. Outre la chanson française, il y a le fait de dire que Mozart est le plus grand. On peut le penser, mais on peut aussi en profiter pour rejeter tous les autres un tant soit peu "compliqués". En tant qu'amateur de musique contemporaine, j'ai un peu de mal avec ces attitudes-là lorsqu'elles deviennent agressives.

Mais à vrai dire, non, qu'on écoute Obispo ne me gêne absolument pas, c'est parfaitement inoffensif. Comme je viens de le dire, il y a des formes de paresse dans l'écoute de la chanson française ou du classique qui sont beaucoup plus perverses, car normatives et parfois même vindicatives.


"Bon, vous m'apprenez qu'il est possible de dénicher de petits trésors en "peer-to-peer". "

J'ai vu passer des choses assez hallucinantes, malheureusement prohibées par la loi. On m'a fait entendre, récolté par ce moyen, un Götterdämmerung de Kubelik (!) avec Nilsson, Thomas, Stewart, les débuts au Met de Rundgren. La chose n'avait jamais été radiodiffusée, un pirate de salle d'une qualité incroyable. J'ai rarement entendu une aussi bonne prise de son, en fait.

Il y a aussi des raretés captées ici ou là, comme un Panurge de Massenet, une oeuvre d'une densité dramatique phénoménale, qui se tire très bien de l'enjeu d'une adaptation aisément intelligible de Rabelais, tout en conservant sa langue. On avait pu l'entendre sur place à Saint-Etienne, pas besoin de se jeter dessus donc, mais je me dis que pour ceux qui n'y étaient pas, c'est une aubaine formidable. Même en mp3, puisque ça n'existe pas autrement ; dans ces cas-là, c'est une culture incommensurable qui est mise à disposition, puisqu'elle permet potentiellement d'entendre n'importe quelle représentation donnée dans n'importe quelle salle du monde, et qu'elle archive des témoignages qui seront révérés dans quelques années.

Pour des représentations qui ne sont jamais éditées et qui ne touchent donc pas de droits, je serais assez favorable au droit à la diffusion sur ces plate-formes. Pour les enregistrements commerciaux, en revanche, il y a la grave question du modèle économique de tout le secteur.


"A propos du MD, ce n'est pas gagné"

La qualité sonore est très bonne, mais ils ont abandonné le support, qui plantait tout le temps, pour le remplacer par du mp3. Ce n'est pas une mauvaise idée en soi, mais vraiment, pourquoi ne pas utiliser des formats sans perte ? (réponse : parce que les rares personnes qui ne s'en fichent pas iront acheter des trucs spéciaux très haut de gamme et très cher)


"non plus pour le CD (et je ne parle du CD-RW !) question fiabilité et pérenité (sauf les pressés."

Oui, l'éternité des CDs est une éternité toute putrescible...


"J'ai oublié son nom, mais je crois qu'il existe un logiciel (plus ou moins à acheter) qui permet de capturer les flux musicaux véhiculer sur le net même si ceux-ci ne sont pas directement enregistrables (par exemple, les rediffusions de France Culture)."

Il en existe beaucoup, et même, plus difficiles à trouver, de franchement gratuits. Je l'utilise pour capter ou des rediffusions de France Culture, effectivement, ou des opéras rares indisponibles au disque, grâce à www.operacast.com/ , le répertoire des stations mondiales.
J'utilise Goldwave et surtout Audacity (bien plus léger). Il y a aussi mp3directcut. Ce sont des logiciels parfaitement légaux, et cet usage l'est aussi, puisqu'il s'agit de la fameuse exception à la copie privée par captation de flux radiophoniques. Une recherche Google permet de trouver les sites. L'avantage est qu'on n'a plus à se contenter de France Musique[s], ce qui n'est pas plus mal. Après, pour la qualité sonore, c'est très variable.

"DVD Audio, SACD, j'ai bien peur que le démarrage soit assez lent."

Le DVD Audio représente la même perte qu'un CD. Pas très intéressant. Le SACD, qui semble s'imposer, a paraît-il une plus-value, mais il y a des problèmes de compatibilité, et surtout de catalogue indigent. C'est aussi pour cela que certains utilisent les formats numérisés. Les formats des ordinateurs durent, et peuvent se convertir avant que plus rien ne les lise, contrairement à ces galettes fragiles. Le SACD ne règle rien à la putrescibilité du CD.

"Pour ma part, j'ai un lecteur SACD et même en "2 canaux", la piste SACD rend bien mieux que la piste CD Audio."

C'est donc plutôt une bonne nouvelle. Le catalogue est à peu près vide, non ?


"Ceci dit, il n'est pas à exclure que l'effet de masse (regardez ce qui se passe avec l'amplification numérique, où vous trouvez du 7*100 watts dans un appareil mince comme du papier à cigarette avec, à la sortie, un son sans nuance et sec comme du vieux pain)"

Oui, je sais, c'est le matériel que j'utilise. J'investis tout dans la découverte de nouveaux répertoires... Ca suffit à mon bonheur, je dois dire. Surtout lorsque c'est pour écouter certaines prises de son EMI au début des années quatre-vingt-dix (les Da Ponte de Muti, au hasard...) et les massacres de l'édition Ancerl Gold.


"tue la recherche de qualité sauf dans le haut de gamme..."

De toute façon, ces formats sont conçus pour une clientèle précise, et c'est elle qui achètera le haut de gamme, justement parce qu'elle veut bien entendre.

Voilà !

David

5. Le mardi 27 décembre 2005 à , par Inactuel :: site

Bonjour,

Décidemment, vous êtes d'un grand secours et vos connaissances sont sans limites. Je m'en vais de ce pas tester ces petits logiciels pour récupérer les flux audios.
Pour ma part, j'en suis resté à la capture sur support magnétiques (VHS stéréo, 4 heures en continues); hélas mon vieux magnétoscope m'a laché il y a peu, et me voilà avec une belle collection d'émissions de France Musique (notamment six ou huit heures consacrées à Gustav Leonhardt enregistrées en 1993, etc.) sans possibilité d'écoute.
En effet, le catalogue SACD n'est pas très fourni mais s'améliore de jour en jour. Une bonne partie des nouveautés est disponible de facto dans ce codage (et même ma bibliothèque municipale adorée achète ce genre de support).
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Mieux vaut un bel enregistrement (d'un point de vue historique, émotionnel, ...) écouté sur une électronique moyenne que l'inverse.
La chanson française "historique" n'est pas à décrier, bien au contraire. Les textes ne sont peut-être pas de la pure littérature (bien que, voir les textes d'Aragon chantés par Léo Ferré) mais correspondent à un état de la civilisation bien supérieure à celle dans laquelle nous vivons actuellement (ou tout est jettable, ou tout est look minable (le bonnet d'Obispo, ses lunettes de soleil sur un plateau de télévision suréclairé, disent beaucoup du néant du personnage). La postérité sera féroce avec ces stars d'un jour !
Ceci dit, on peut tout à fait rentrer chez soi le soir et ne pas se plonger directement dans une oeuvre difficile, nous sommes d'accord !

Bonne journée

D.

6. Le mardi 27 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

>Allons, ne soyons pas si sectaires. ;) Ces musiques ne répondent pas au même type d'attente
>c'est tout. Ce ne sont pas des musiques à explorer, mais des générateurs d'ambiance. Pourquoi pas.

je suis un cas à part puisque je me suis intéressé à la musique pop bien après m'être passionné par la musique "classique" (Bartok, Lutoslawski, Gorecki...) mais ces musiques ne sont pas que des générateurs d'ambiance à écouter distraitement ;)

Bien sur une artiste comme Bjork qui se dit influencée par Stockhausen ne va pas aussi loin que lui mais ses musiques méritent largement comme s'y penche et au casque je précise (comme pour une écoute de "musique classique").

Un grand compositeur et chef comme Peter Eotvos a dit fort justement qu'il trouvait plus pertinente, plus naturelle et moins maniérée l'utilisation de l'electroacoustique (effets, sons à l'envers, mixage, etc...) par les artistes "pop" que dans bien des oeuvres classiques actuelles (je ne parle pas de géants comme Pierre Henry bien sur)... ;)

Quant à la chanson française "historique", tout n'est pas toujours bon, et je dois dire que musicalement parlant, la musique de Brassens me laisse personnellement de marbre (alors que ses paroles sont fantastiques). Les musiques de Brel et surtout celle de Claude Nougaro sont par contre extraordinairement riches sur le plan des couleurs. De même, Léo Ferré me parait être parfois moins bon orchestrateur qu'un Bécaud (qui a signé une belle musique de film pour "La maison sous les arbres" de René Clément), il ne faut pas diviniser les musiciens dans ce domaine non plus (enfin à mon très humble avis) ;)

Amicalement

7. Le mardi 27 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

@ Inactuel :

Bonjour !

Voici les sites :
audacity.sourceforge.net/
www.goldwave.com/

"Pour ma part, j'en suis resté à la capture sur support magnétiques (VHS stéréo, 4 heures en continues);"

Lorsque les bandes se conservent bien, c'est très bien au niveau son. En réalité, les deux types de support sont éphémères :
- l'analogique peut se dégrader au fil du temps
- le numérique aussi, et en plus il peut y avoir des problèmes de codage qui rendent les données inutilisables (cf. le MD)
Le seul système qui assure la sauvegarde des données à l'identique (surtout avec le stockage Internet en parallèle) et le suivi des supports (ou le transfert sans peine) serait alors l'ordinateur. L'idéal serait :
=> que les radios diffusent des flux de qualité (SA)CD, en format sans perte (flac par exemple)
=> et que les industriels créent un complexe Hi-Fi intégré à ces machines. On peut raccorder une chaîne, aujourd'hui, mais ce n'est pas fort pratique.

Pour ce qui est de la chanson française, évidemment que je ne la décrie pas. Je n'y trouve pas mon compte, mais ça n'engage que moi. Ce n'est pas plutôt Ferrat que Ferré qui a chanté Aragon ? ;)
Le hic, c'est que je trouve que les textes d'Aragon reflète un véritable talent de plume, mais que rien n'y est finement composé. Les rythmes et rimes des poèmes en vers sont bousculés sans qu'il y ait de justification dans le sens, souvent. On a l'impression d'un très talentueux premier jet, auquel manque tout l'effort de mise en forme affinée. C'est en tout cas l'impression que me laissent ses textes.

Il est sûr qu'harmoniquement parlant, la chanson française actuelle fait au moins aussi minimal que l'historique. Et que le reste est bien pire, parce que d'une prétention et d'une banalité sans pareilles.
Le look d'Obispo a été entièrement élaboré par des créatifs commerciaux, et de même pour la musique, elle n'a pas de vocation autre que de séduire. Du coup, lorsque les inclinations du temps changeront, il n'y aura pas une démarche esthétique doit on pourrait s'émerveiller, pour continuer à chérir cette musique.
Je ne crois pas que la postérité sera féroce. Elle oubliera plus qu'elle ne se moquera. Et Pascal Obispo tombera dans les oubliettes de l'histoire, aux côtés d'Ernest Reyer ou d'Alfred Bruneau... Je trouve que c'est déjà une très belle promotion !

"Ceci dit, on peut tout à fait rentrer chez soi le soir et ne pas se plonger directement dans une oeuvre difficile, nous sommes d'accord !"

C'est en tout cas la justification que je vois pour écouter ce genre de musique. Mais après tout, on peut peut-être y trouver son compte esthétique - et dans ce cas, je n'ai pas de réponse.

8. Le mardi 27 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

"je suis un cas à part puisque je me suis intéressé à la musique pop bien après m'être passionné par la musique "classique" (Bartok, Lutoslawski, Gorecki...) mais ces musiques ne sont pas que des générateurs d'ambiance à écouter distraitement ;) "

Gorecki, les mauvaises langues te diront que c'est du Glass chanté, donc de la musique tout juste bonne pour les boîtes de nuit. (j'adore Gorecki, personnellement, et même certains Pärt, comme la Berliner Messe)
Oui, pas des musiques pour se vider le cerveau, effectivement. Lutosławski et Bartók sont même très doués pour les encombrer - surtout si on cherche à apprendre les partitions par coeur !


"Bien sur une artiste comme Bjork qui se dit influencée par Stockhausen ne va pas aussi loin que lui mais ses musiques méritent largement comme s'y penche et au casque je précise (comme pour une écoute de "musique classique")."

Je n'ai jamais accroché, mais j'en ai très peu entendu. J'étais aussi défiant parce qu'elle était à la mode. Mais depuis que "ses" films passent sur Arte, je suis presque rassuré. :-s Bon, sérieusement, qu'est-ce qu'il faut écouter d'elle qui ait un profil un peu musicontempo ?


"Un grand compositeur et chef comme Peter Eotvos a dit fort justement qu'il trouvait plus pertinente, plus naturelle et moins maniérée l'utilisation de l'electroacoustique (effets, sons à l'envers, mixage, etc...) par les artistes "pop" que dans bien des oeuvres classiques actuelles (je ne parle pas de géants comme Pierre Henry bien sur)... ;)"

Pierre Henry, je le tiendrais plutôt pour un grand précurseur que pour un grand compositeur en tant que tel. J'ai surtout été convaincu par Orphée, qui est très amusant. Le reste relève beaucoup de l'expérimentation, mais c'est aux frontières de l'écoutable, tout de même, comme Cage, dans un autre genre. Tu en écoutes vraiment pour le plaisir, ou pour ressourcer ta réflexion sur les genres ?

Qui utilisent très bien l'accoustique, aujourd'hui, il y en a tout de même quelques-uns. Manoury, qui avait fait des bricolages à ses débuts (du genre "j'en colle par-dessus parce qu'il en faut"), a réussi des choses formidables, ces dernières années, hélas pas enregistrées. Conclusion, si tu achètes un disque, tu vas tomber sur ses coups d'essai. Peccato.


"Quant à la chanson française "historique", tout n'est pas toujours bon, et je dois dire que musicalement parlant, la musique de Brassens me laisse personnellement de marbre (alors que ses paroles sont fantastiques). Les musiques de Brel et surtout celle de Claude Nougaro sont par contre extraordinairement riches sur le plan des couleurs."

Oui, tout le monde dit ça pour Brassens. Mais il y a tellement de meilleurs poètes... Je n'ai jamais été convaincu ni par ma lecture, ni par les explications de mes interlocuteurs, sur ce point. Tout reste à faire. :-)
Sinon, je reconnais effectivement à Brel de belles couleurs (une par chanson, mais c'est le genre qui veut ça), comme tu le dis, même si ce n'est pas mon rayon ni ma tasse de thé.

Que veux-tu, on ne peut pas être disponible pour tout. Question de temps, et peut-être aussi d'attentes. A choisir, je me plongerais plus sérieusement dans les polyphonistes flamands, dans la chanson populaire du XIXe ou dans d'autres formes d'opéra que le Kunqu, en priorité. Il y a tant à faire !


"De même, Léo Ferré me parait être parfois moins bon orchestrateur qu'un Bécaud (qui a signé une belle musique de film pour "La maison sous les arbres" de René Clément), il ne faut pas diviniser les musiciens dans ce domaine non plus (enfin à mon très humble avis) ;)"

Léo Ferré me fait beaucoup rire. C'est déjà bien.

9. Le mardi 27 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

>j'adore Gorecki, personnellement

et tu as raison car je trouve ça bien plus intéressant et émouvant que Glass (je n'ai jamais accroché à ce compositeur que j'ai beaucoup écouté dernièrement...)

>Oui, pas des musiques pour se vider le cerveau, effectivement. Lutosławski
>et Bartók sont même très doués pour les encombrer - surtout si on cherche à apprendre les partitions par coeur !

tu l'as dit !!! quant à apprendre leur partitions, faut déjà arriver à les suivre en tournant les pages (ce qui n'est pas gagné quand on n'est pas professionnel !!! LOL !)

>Je n'ai jamais accroché, mais j'en ai très peu entendu. J'étais aussi défiant parce qu'elle était à la mode.

je comprend, je réagis souvent comme ça mais c'est parfois un tort ;)

>Bon, sérieusement, qu'est-ce qu'il faut écouter d'elle qui ait un profil un peu musicontempo ?

il n'y a pas grand chose de très "musicontempo" dans sa musique (que je connais maintenant assez bien, j'ai presque tout écouté d'elle sauf son tout dernier album) mais elle est vraiment très créative et inspirée dans un album comme "Vespertine" que je te conseille plus que chaudement...

>Tu en écoutes vraiment pour le plaisir, ou pour ressourcer ta réflexion sur les genres ?

j'aime beaucoup Pierre Henry mais j'en écoute en fait assez peu par plaisir... c'est donc plus pour ressourcer ma réflexion sur les genres comme tu dis mais néanmoins j'écoute volontiers du Jean-Claude Eloy ou d'autres artistes ayant oeuvré dans l'electroacoustique pour le plaisir pur (Eloy, c'est mon "Boulez" à moi ;-))

>Mais il y a tellement de meilleurs poètes...

c'est évident mais là non plus, il ne faut par chercher dans les chansons de Brassens ce que l'on cherche chez des poètes plus "classiques" ou plus reconnus, Brassens a un coté impertinent et un peu anar qu'on ne va pas forcement retrouver exactement chez d'autres, toujours cet éternel dilemme entre forme et fond en fait..

>Sinon, je reconnais effectivement à Brel de belles couleurs

c'est déjà pas mal !! :)

>Que veux-tu, on ne peut pas être disponible pour tout. Question de temps,

bien sur...

10. Le mardi 27 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

"et tu as raison car je trouve ça bien plus intéressant et émouvant que Glass (je n'ai jamais accroché à ce compositeur que j'ai beaucoup écouté dernièrement...)"

Je crois que Glass a vraiment été hissé de toutes pièces. C'est facile à écouter, et ça donne l'impression d'écouter du contemporain. Sa musique est d'une indigence qui me stupéfie à chaque fois.
Très franchement, je crois que c'est tout simplement prétentieux et mauvais. Il est l'un des très rares compositeurs dont je me permettrais de dire ça - avec le Chevalier de Saint-George.

Quand tu vois qu'on te place la "collection Glass" en tête de gondole, ça me tue... Surtout que Le Sette Chiese et Mit Ausdruck de Mantovani n'ont toujours pas paru en CD ! Et ne rêvons même pas, pour Ocean of Time d'Ekström.


"tu l'as dit !!! quant à apprendre leur partitions, faut déjà arriver à les suivre en tournant les pages (ce qui n'est pas gagné quand on n'est pas professionnel !!! LOL !)"

Oh, tout de même... Si c'est juste tourner les pages et pas lire, c'est faisable. :-)
Non, suivre, c'est vraiment faisable. De là à comprendre tout le processus harmonique, et donc à pouvoir retenir...


"je comprend, je réagis souvent comme ça mais c'est parfois un tort ;)"

J'ai pour principe de ne jamais acheter une nouveauté (à moins de l'attendre et de savoir ce qu'elle contient, comme un nouveau Goerne,par exemple). J'attends toujours quelques années, pour ne pas être influencé ni en bien ni en mal.


"il n'y a pas grand chose de très "musicontempo" dans sa musique (que je connais maintenant assez bien, j'ai presque tout écouté d'elle sauf son tout dernier album) mais elle est vraiment très créative et inspirée dans un album comme "Vespertine" que je te conseille plus que chaudement..."

Bon, si je trouve ça à la bibliothèque, j'essaierai. Ca va être difficile à apprivoiser, je pense. Je n'ai plus l'habitude d'entendre des chanteurs chanter sans formant !!


"j'aime beaucoup Pierre Henry mais j'en écoute en fait assez peu par plaisir... c'est donc plus pour ressourcer ma réflexion sur les genres comme tu dis mais néanmoins j'écoute volontiers du Jean-Claude Eloy ou d'autres artistes ayant oeuvré dans l'electroacoustique pour le plaisir pur (Eloy, c'est mon "Boulez" à moi ;-))"

Nous avons donc le même usage de Pierre Henry... Sinon, je ne connais rien d'Eloy. C'est quelle période à peu près ? Ca ressemble à quoi ?

11. Le mardi 27 décembre 2005 à , par Inactuel :: site

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur Glass. Voilà de la musiquette à écouter après une journée bien chargée (encore que...).
J'ai lu récemment l'essai intitulé "pour la musique contemporaine" de Richard Millet chez Fayard.
Une excellente introduction sur le gout d'un écrivain pour la musique (il est également pianiste "amateur"). Je vous le conseille, c'est une petite mine (pour l'amateur que je suis) et cela ouvre beaucoup de pistes de découverte. R.M. est aussi l'auteur d'un livre passionnant "musique secrète" où il lie son amour de la musique a dans son écriture.
David, merci pour les liens. J'ai commencé mon marché sur le net. "Audio Play and Record" est très bien également mais il faut payer 79 dollars pour l'utiliser (je ne sais pas si un compteur décompte les utilisations en mode démo) mais c'est probable.
D.

12. Le mardi 27 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

"Une excellente introduction sur le gout d'un écrivain pour la musique (il est également pianiste "amateur"). Je vous le conseille, c'est une petite mine (pour l'amateur que je suis) et cela ouvre beaucoup de pistes de découverte. R.M. est aussi l'auteur d'un livre passionnant "musique secrète" où il lie son amour de la musique a dans son écriture."

Je ne connais pas ces ouvrages. Je vais tâcher de me procurer ça. Merci !


"David, merci pour les liens. J'ai commencé mon marché sur le net. "Audio Play and Record" est très bien également mais il faut payer 79 dollars pour l'utiliser (je ne sais pas si un compteur décompte les utilisations en mode démo) mais c'est probable."

Généralement, il y a soit un compteur de jours (que certains trafiquent avec leur horloge), soit un compteur d'actions. Et il n'est pas possible de les réinstaller pour recommencer avant longtemps. De toute façon, si on veut respecter la ligne de ces logiciels, il faut acheter la licence.

Les deux liens que j'ai donnés sont des gratuiciels/freeware. Audacity est plus léger, mais Goldwave permet de travailler les effets. Voilà !


Quant à Glass, non seulement c'est creux, mais en plus c'est fatigant. Donc même pas après une journée de travail. Jamais est une fréquence qui me convient parfaitement, je dois dire.

13. Le mardi 27 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

pour Eloy c'est ici que ça s'passe : chantsetheres.over-blog.c... ;-)

le compositeur compose toujours et ses meilleures oeuvres datent de la fin des années 60 (1967 pour être exact) jusqu'à aujourd'hui ;-), il a le redoutable privilège de n'avoir jamais été édité sur CD (comme bon nombre de Prodromidès d'ailleurs)

A +

14. Le mardi 27 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

et... effectivement, Glass est très fatiguant (et redondant) je confirme !! :)

15. Le mardi 27 décembre 2005 à , par DavidLeMarrec

Parfait !

Au mois de mars, nous ferons donc tous trois une journée spéciale fonte des Glass, avec Glass bashing à satiété.


Ah ! Prodomidès, souvenir de jeunesse que ses Perses. Vraiment, il faudrait que je réécoute ça. Et aussi le reste !

16. Le samedi 10 juin 2006 à , par Mister Bark (compositeur) :: site

kfigaro: "il ne faut pas diviniser les musiciens dans ce domaine non plus"
-> dans le domaine de la musique de film ?
ha bon ? j'ai pas compris ce que ca veut dire alors :-\

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(7/8/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031