Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


samedi 3 février 2018

[Carnet d'écoutes n°114] – Sonya Yoncheva : album Verdi


Récital écoutable intégralement, gratuitement et légalement ici (sur ordinateur).

Après avoir très vite commencé, en Bulgarie, par chanter les spinti (grands ambitus de formats lyriques héroïsants, façon Tosca ou grands Verdi), Yoncheva s'est fait connaître au grand public par le Jardin des Voix de Christie (où elle chantait divinement nettement les formats baroques, aucune grosseur…), puis plus largement en remportant Operalia (avec l'air du Cours-la-Reine de Manon de Massenet, lyrique assez léger), et il me semble que sa première grande production vidéodiffusée à l'international furent ses Pêcheurs de Perles (miraculeux de précision, là encore) à l'Opéra-Comique.

Mais dès que sa notoriété fut suffisante, la voilà (avec un vague sentiment de trahison pour ceux qui espéraient en elle pour servir au plus juste le baroque ou au minimum l'opéra français romantique) retournée à ses premières amours, les très grands rôles du très grand répertoire.
(Avec, à mon sens, une déperdition technique lors de cette transition brutale : ce qui était parfait ne l'est plus vraiment.)

yoncheva

Et, de fait, on alterne entre le magnifique et quelques détails qu'il est étonnant de laisser passer en studio (comme cet aigu crié dans « D'amor sull'ali rosee » du Trouvère), pas très rassurant considérant que l'évolution d'une voix dans les rôles exigeants du romantisme tardif et sur les plus grandes scènes va invariablement dans le sens du dérèglement progressif et du déclin, fût-ce lent.

Détail amusant, Yoncheva dit écouter peu de disques avant de préparer ses rôles pour ne pas singer qui que ce soit, mais dans le bas-médium, je trouve enfin la réponse à une énigme : Callas avait une voix bulgare !  À l'aveugle, c'est exactement le même timbre très arrondit et un peu dans les joues dans certaines parties de la tessiture !
(Et, de fait, je n'y avais jamais songé, mais il y a quelque chose de slave oriental dans l'enflement des sons de Callas. De pas italien du tout, en tout cas, techniquement parlant.)

Pour le reste, très joli récital, très bien chanté, avec des airs rares – mais pas vraiment intéressants… les points forts des Verdi de jeunesse ne résident pas à vrai dire dans leurs airs de soprane. Pas d'incarnation bouleversante à signaler non plus, mais j'ai déjà dit à mainte reprise combien l'exercice du récital d'opéra, a fortiori pour un disque en studio supposé inonder le marché et préparer les directeurs d'Opéras à ses prochaines prises de rôle, me paraît formel et finalement assez éloigné de ce qui fait le prix de l'opéra – la fièvre de l'action, de la déclamation, de situations fécondées par la musique.

C'est néanmoins de la très jolie glotte !

[Carnet d'écoutes n°113] – Joseph Calleja : album Verdi


Plusieurs nouveautés emblématiques ou appétissantes viennent de paraître. Par conséquent, petite série ce week-end.





Joseph Calleja : album Verdi

On peut écouter intégralement, gratuitement et légalement ici (sur ordinateur : payant sur téléphone).

--

Combien mes sentiments sont ambivalents envers Calleja !

♥ La voix est miraculeuse, une véritable émission claironnante, haute et mixée, qui n'hésite pas à paraître légèrement nasale au disque pour réellement sonner, crois-je devenir, dans les salles. On croirait retrouver le profil des grands chanteurs du passé (avec une diction tout de même un peu plus en arrière).

♥ Ce dernier disque a le mérite non négligeable, plutôt que de se limiter aux airs (rarement le plus intéressant de la musique), de proposer quantité de duos, parmi les plus belles pages de Verdi (Alvaro-Vargas, Carlo-Posa, Otello-Iagp) ; il explore aussi des franges que Calleja n'a pas forcément projet d'aborder – uniquement des rôles de ténor spinto, voire dramatique, alors que Calleja est très prudent (et sort à peine d'Edgardo et Alfredo, des rôles de format lyrique pas très lourd…).

calleja

Et pourtant… qu'est-ce que j'enrage en entendant cette expression impavide ; ce n'est pas tant une incapacité ou une pudeur que le fait qu'on entende, audiblement, qu'il se concentre sur son timbre et sa voix. Il en va de même pour le répertoire : extrêmement réduit, si bien qu'un album tiré des grands opéras de Verdi fait figure de renouvellement incroyable dans son répertoire (pourtant presque exclusivement verdien…). Quel gâchis de cantonner ce talent dans une poignée de rôles où l'on n'a pas vraiment besoin de son excellence, alors que tant de franges moins bien servies pourraient bénéficier de sa notoriété et de sa qualité. Ah, pour sûr, il ne va pas vieillir précocément, celui-là.

♠ Calleja, en fin de compte, mis à part la question du timbre (vraiment à mon goût, contrairement à l'autre) et de la personnalité (sensiblement moins fantasque), a tout du profil Pavarotti : un technicien qui ne peut que fasciner tous les amateurs de chant, sans qu'on soit bien que le chanteur en fasse réellement quelque chose. [Mais peut-on chanter aussi bien sans être obsédé en permanence, à chaque seconde de sa vie à la ville ou sur scène, pour le beau son ?]

Bref, c'est très beau, mais pas complètement palpitant (tous ces héros emportés paraissent tellement civils !), et un peu frustrant aussi, en creux du moins.
 
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(22/1/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2018 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728