Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Annalisa RASPAGLIOSI, ou comment avoir tout pour soi

Annalisa Raspagliosi est une habituée de Martina Franca. Non, non, ne fuyez pas tout de suite : elle, elle chante (très) bien.


Discographie

Trois intégrales sont disponibles :

- Simone Boccanegra (2000, seule version originale de l'oeuvre enregistrée - 1857)
- Robert le Diable (2000)
- Les Huguenots (2002)

Les trois versions sont captées sur le vif à Martina Franca, sous la direction de Renato Palumbo et aux côtés de Warren Mok. Cela ne rend hélas pas compte de l'étendue du talent d'Annalisa Raspagliosi, en raison de la prise de son et de la supervision moindre du français que lors de ces Huguenots de Francfort en 2002, sous la direction enflammée de Guido Johannes Rumstadt.

Pour illustrer mon propos sur Annalisa Raspagliosi, je cite un extrait de cette version :

http://kurtag.free.fr/jenecrainsriendevous.mp3

Marcelo Giordani (Raoul) et Soon-Won Kang (Marcel), qui l'accompagnent ici, sont dans une forme olympique.



Déjà, d'emblée, vous noterez le timbre d'une délicieuse couleur olive. La petite a du grave, de l'aigu, du suraigu, un superbe médium et un excellent français, très idiomatique, intelligible de bout en bout, jusque dans les aigus. C'est déjà beaucoup !
Autre fait remarquable pour son format, elle parvient à tenir la ligne de sa dernière réplique avec une voix pleine, sans détimbrer le moins du monde. Et avec une vraie beauté élégiaque.

Mais le plus étonnant à mon sens, c'est son inspiration incroyable pour la dynamique des phrasés (ici sans doute très bien influencée par le chef Rumstadt). Elle parvient à placer ses accents pour faire rebondir la phrase de façon stupéfiante. Exemple avec l'extrait sonore et le bout de partition ci-dessus.
"Non, non, je ne crains rien de vous." Au lieu de se contenter de la très belle écriture de Meyerbeer, elle la décortique de la façon suivante : fort accent sur le sol bémol (second "non"), qui porte la vigueur, articulation très minutieuse de "je ne crains", légère accélération sans accentuation pour "rien de" (bien qu'en début de mesure et sur temps fort), et tout le poids de la phrase retombe sur le "vous", sur le temps faible puis la syncope. C'est cela qui rend la phrase aussi emportée, aussi dansante aussi. Cette joie terrible qui s'empare des martyrs pas moins fanatiques que leurs bourreaux est totalement décuplée par le placement des accents et la force proprement incantatoire des phrasés de notre Raspagliosi. Bref, c'est phénoménal. Une tenue hors norme accompagnée d'une imagination musicale de très grande qualité. Qu'attendre de plus ?

Un rendu parfait

des intentions, peut-être : http://kurtag.free.fr/Raoul!.mp3.  Vous entendrez que lorsque Marcel, effrayé de cette voix entendue dans une temple païen, à l'acte III, demande le mot d'ordre, Valentine Raspagliosi lance le prénom de Raoul avec un large sourire, amusée, malgré les dangers, de l'épouvante du vieux soldat.  Arriver à faire sentir cela en deux syllabes, au coeur de l'un des moments les plus délicats de la partition d'un des rôles les plus difficiles qui soient, je dis chapeau et je fonds à chaque fois.



Voilà pour ma petite notice admirative sur Mlle Annalisa Raspagliosi.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=163

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(17/4/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031