Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


vendredi 17 juin 2005

[Feuilleton] Kurtág György, épisode 4 : 'Titres'

György Kurtág se fait naturaliser hongrois en 1948, rattrapant ainsi les hasards de la politique internationale prénatale. Six années après son entrée au Conservatoire, il reçoit ses premiers diplômes : piano et musique de chambre (1951). Il est également diplômé en composition en 1955. Depuis, les postes honorifiques et les récompenses se sont succédés sans relâche à travers l'Europe. Je me suis amusé à les lister.

Suite de la notule.

[Feuilleton] Kurtág György, épisode 3 : Années d'apprentissage.

Après avoir étudié la musique en famille et au collège de Lugos, le jeune Kurtág se rend dès 1940 à Temesvar (les Roumains disent Timisoara) où il étudie le piano avec Magda Kardos et la composition avec Max Eisikovits. Il dédiera les Játékok ("Jeux", pour piano), à la sortie des quatre premiers volumes (1973-1976), à la mémoire de son professeur de piano.
A la suite de son admission à l'Académie de musique de Budapest (1945), il approfondit le piano avec Pál Kadosa, la musique de chambre avec Leó Weiner, la composition avec Pál Jardányi, Sándor Veress et Ferenc Farkas. Il n'oubliera pas beaucoup d'entre eux dans ses dédicaces (cf. Fanfare de cloches pour Sándor Veress ou Dans les jours sombres - à Ferenc Farkas).

En 1957-1958, il effectue un séjour à Paris, où il devient l'élève de Messiaen et Milhaud. Ce n'est pourtant pas leur commerce qui fut le plus décisif. Il rencontre aussi à Paris Marianne Stein, psychologue qui, raconte-t-il, lui permit de comprendre sa vocation stylistique, son mode d'expression authentique - il allait désormais se dévouer tout entier à la forme courte, jusqu'à l'aphorisme parfois (Négy dal Pilinsky János verseire, sur des poèmes de János Pilinsky, composé en 1975-1976, en est un des exemples les plus saisissants), émancipé du développement central qu'impose l'argumentation musicale classique pour convaincre - de la qualité thématique, par exemple, le développement faisant constat de ses ressources.

A son retour à Budapest, il compose son Quatuor à cordes, symboliquement noté comme Op.1, c'est-à-dire comme point de départ revendiqué du catalogue futur de ses oeuvres. Il conservera en effet cette fascination pour la forme brève ; sans exceptions, puisque même ses oeuvres les plus longues, à l'instar des Kafka-Fragmente (Op.24), ne sont que des sommes de miniatures.

un David de poche

jeudi 2 juin 2005

[feuilleton] : Kurtág György, épisode 2 : Bartók

Espoirs trompés et amitiés.

Suite de la notule.

[feuilleton] Kurtág György, épisode 1 : Démarches musicales de jeunesse

Enfant, G.Kurtág a très tôt été intéressé par le principe de la transcription et par l'opéra, deux éléments qui ont nourri beaucoup de ses compositions. En effet, outre son cycle De Machaut à Bach, György Kurtág a très régulièrement adapté le contenu de ses propres oeuvres à différents instruments, a retravaillé des matériaux, presque toujours dans le sens de la réduction, et souvent avec pour destination son carnet des Játékok.



Dans le seul entretien écrit conséquent que l'on ait jamais eu avec lui, Kurtág confiait à Bálint András Varga (réalisé entre 1982 et 1985 ; BAV a également réalisé des entrevues avec Luciano Berio et Witold Lutosławski) :

  • "J'ai aussi été influencé par Webern, non pas en écoutant

ses oeuvres, mais en les étudiant, en "interrogeant" les
petits détails."
Cette fascination pour les mondes nouveaux, pour la découverte d'esthétiques étrangères, peut étonner lorsque l'on sait combien Kurtág tient dans ses oeuvres un discours esthétique très cohérent, voire similaire. L'aspect presque intime de ses choix musicaux, dont l'orientation a été déclenchée par une prise de conscience personnelle, ne résulte donc pas d'une aspiration au solipsisme. Kurtág communique au contraire par la voie de l'admiration, puis de l'assimilation, avec beaucoup d'autres artistes. Toutefois, vu de l'extérieur, ces rencontres peuvent peuvent sembler ne pas influer sur le style ; elles se décèlent mieux dans les longues - si l'on peut dire - suites d'hommages.
En fait, c'est plutôt la démarche créatrice que le style qui se nourrit de ces rencontres. Un autre extrait de ce même entretien en témoigne, dès la jeunesse :

  • "En vérité, moi non plus je n'aimais pas Bartók. Il était

pour ainsi dire trop horriblement bon. (...) La
première fois que j'entendis Le Château de Barbe-Bleue, par
exemple, je trouvai cela positivement laid. Il n'empêche que
l'oeuvre me fit de l'effet. (...) En fait, c'est en
dépassant mes goûts et mon savoir personnels que j'ai
découvert la saveur de la musique de Bartók."

David - EnTók

David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(25/5/2013)

Chapitres

Calendrier

« juin 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930